Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Répondre
Pratax
Manticore
Messages : 186
Enregistré le : jeu. 1 oct. 2009 01:00

Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Message par Pratax » ven. 21 mai 2010 13:13

19 Avril 1661

Le navire d'Antoine Marillon, le Saint-Ambroise, se prépare à partir du port de Saint-Malo. Sur les docks, les matelots finissent les préparatifs et à bord, les officiers achèvent les plans et l'organisation..

Timoléon et Morgan, accompagné d'Alfonso, décident de rejoindre le navire et de prendre part à l'aventure. Olivier, déjà présent sur les lieux, voit arrivé avec le capitaine deux nouvelles personnalités.

Le premier se nomme Florestan de la Ramée, un ancien mousquetaire semble t'il, recruté par le capitaine lui même afin d'en assurer la sécurité.

Le second, est le père Armand Berbier du Hauguel, chargé d'accompagner le corps du fils Marillon lors de la traversée et de son enterrement une fois de l'autre coté.

Les six individus sont alors conviés à un repas de présentation ou sont présents tous les membres clés de l'équipage, Ils y découvrent le second - Gilles Vaufort, le cannonier - Augustin Clautier, le maitre-d'équipage - Charles Postales, le maitre-cannonier - Basile Langlais, le quartier-maitre - Joseph Paquel et le pilote - Charles-Henri Dupuy.

La présentation des règles du navires est également faite par le capitaine, et le Joseph paquel, le quartier-maitre, invite tout volontaire à proposer ses services pour rejoindre l'équipage.

Timoléon n'hésite pas, et rejoint les matelots, tandis qu'Olivier propose son aide au pilote. Armand commence à s'installer et de son coté, Morgan essaye de se rapprocher du capitaine, toujours en vue de Florestan.

En fin de journée, le départ a finalement lieu et le navire, bénit par Armand, quitte le port sans encombre et se dirige vers 40 jours de voyage.

Pratax
Manticore
Messages : 186
Enregistré le : jeu. 1 oct. 2009 01:00

Re: Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Message par Pratax » ven. 21 mai 2010 13:22

20 - 22 Avril 1661

Le Saint-Ambroise fait route vers la Guadeloupe sous un soleil radieux, la mer est calme et le vent semble vouloir être un allié.

Timoléon, nouveau matelot de l'équipage, apprend sur le tas et participe aux activités de la bordé de soirée, qui ne refuse jamais un intermède musical.

Armand se familiarise avec l'équipage et se renseigne sur le défunt Marillon, afin de préparer sa cérémonie.

Florestan, se rapproche du Canonnier, qui lui propose de venir assister à la formation des matelots recruter en vue de devenir servant de pièce.

Olivier de son coté reste proche des officiers et du pilote tandis que Morgan s'habitue à son nouveau lieu de vie.

Les rumeurs vont et viennent pendant ce temps au sein de l'équipage :

Il semblerait que le tueur de Pierre Marillon, Enguerand Laroche, soit détenu dans les cales du navire et que celui ci subisse un traitement peu catholique ...

Certains craignent également, au vue du départ précipité et du manque de défense du navire, que le moindre navire forbans ne fasse qu'une bouché du Saint-Ambroise....

Pratax
Manticore
Messages : 186
Enregistré le : jeu. 1 oct. 2009 01:00

Re: Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Message par Pratax » ven. 21 mai 2010 13:42

23 - 24 Avril 1661

Toujours lancé sur un rythme plus que satisfaisant, le Saint-Ambroise continu sa route en cette belle matinée du 23 Avril. L'humeur est toujours au beau fixe dans l'équipage et la vie à bord parait bien agréable, malgré un travail difficile.

En milieu de mâtiné, Timoléon sur le pont, entrain de jouer, ainsi qu'Armand, commençant sa ronde, entendent des cris du ponts. Florestan, dans la salle du conseil suit le quartier-maitre qui en moins de dix seconde, s'est rendu sur les lieux.

Deux matelots, Nicolas Lefevre, grand homme brun au caractère bien trempé, et Xavier Gagnon "Pied de Paille", bien plus petit et fin, semblent se faire séparer par le reste de l'équipage présent.

Les deux hommes, blessés, expliquent à Joseph Paquel leur différent, autour d'un stupide jeu de hasard. Relativement indulgent, ce dernier règle le problème et n'inflige qu'une sanction matériel aux deux individus.

Le capitaine Marillon, absent durant la scène, pointe finalement sa tête, fou de colère et hurle qu'on lui explique pourquoi ses hommes ne sont pas au travail. Après explication de Joseph Paquel, et quelques paroles catholiques d'Armand, le capitaine demande à ce que les individus soient fouettés.

Stupeur dans l'équipage, au milieu duquel Timoléon entend toute sorte de réaction. Florestan, observant son nouvel employeur semblent perdre pied à l'air bien dubitatif.

Quelques instants plus tard, surgit des escaliers un homme torse nue, une montagne de muscle, ceinturé de cuir, un fouet à la main. Timoléon, et d'autres matelots, décident d'avancer vers les deux hommes, afin de montrer leur soutien, aussi délicat soit il.

S'en suit une scène horrible pour les spectateurs, peu habitué à ce genre de traitement, ou "Pied de Paille", après douze coup de fouet et tout le soutien du père Armand, agenouillé à ses cotés, trouve la mort.

Pour Florestan et Timoléon, ainsi que beaucoup d'autres membres de l'équipage, la nausée et le mal de ventre sont insupportables devant cette vision d'une flaque de sang coulant du dos des deux matelots.

Nicolas Lefèvre lui, est conduit au chirurgien, qui avec Armand tente de le soigner et de lui éviter la mort.

Timoléon de son coté, après un échange avec le père commence à frotter les taches de sang, afin d'effacer tout souvenir de ce moment. Il est rejoint par Armand et d'autres matelots.

Florestan lui, fait savoir au capitaine Marillon, sa vision des choses, suivi peu après par le père Armand qui trouve un homme petit devant ses actions, et perdu, autorisant même la cérémonie à un homme qu'il a fait tuer.

En début de soirée, Xavier Gagnon est communié par l'équipage et le père Armand arborant sa parure et son encensoir. Une journée spéciale est décreté le lendemain, afin que l'équipage se remette, que les coutumes religieuses soient respectées, et qu'une fête soit organisée par le coq en l'honneur du défunt.

Le 24 Avril, c'est donc le minimum d'homme qui assure les manœuvres, et en fin d'après midi, la fête promise est effectuée, sans la capitaine, cloitré dans ses quartiers.

Avatar du membre
Jérémie
Boogacien Ethéré
Messages : 1890
Enregistré le : mer. 8 avr. 2009 01:00
Date de naissance : 01 juin 1976
Localisation : France
Contact :

Re: Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Message par Jérémie » ven. 21 mai 2010 17:51

Extraits de la cérémonie d'adieu à Xavier Lefèvre :
Nous sommes parti du Vieux monde, dans l'urgence et le désespoir. Mais le Seigneur était avec nous, montrant augures prometteurs. Son regard faisait briller le soleil sur nos épaules, Sa voix soufflait bien de l'arrière de nos voiles, Sa création restait bien sous nos yeux pour nous guider vers le sud.

Avons-nous oublié que tous n'ont pas ces faveurs ? Avons cédé à la facilité, avons-nous détourné notre regard des choses difficiles ? Et plus important encore, avons-nous suffisamment remercié notre Sauveur de Ses bienfaits envers nous ? Ou avons-nous pris ses Dons pour acquis, sans plus y repenser avant ? Avons-nous embarqué notre tête toute emplie de choses de mains et de ventres, mais notre cœur vide ? Qui parmi nous a brisé le premier pain après Carême juste la veille de notre départ ?

En ce cinquième jour de Pâque, notre Église nous rappelle que notre Seigneur est mort, et revenu à la vie pour nous sauver.
Jean nous enseigne :
En ces jours-là,
j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle,
car le premier ciel et la première terre avaient disparu,
et il n’y avait plus de mer.
Et j’ai vu descendre du ciel, d’auprès de Dieu,
la cité sainte, la Jérusalem nouvelle,
toute prête, comme une fiancée parée pour son époux.
Et j’ai entendu la voix puissante
qui venait du Trône divin ;
elle disait :
« Voici la demeure de Dieu avec les hommes ;
il demeurera avec eux, et ils seront son peuple,
Dieu lui-même sera avec eux.
Il essuiera toute larme de leurs yeux,
et il n’y aura plus de mort ;
et il n’y aura plus de pleurs, de cris, ni de tristesse ;
car la première création aura disparu. »
Alors celui qui siégeait sur le Trône déclara :
«Voici que je fais toutes choses nouvelles.
C’est moi l’alpha et l’oméga,
le commencement et la fin.
C’est moi qui donnerai gratuitement
à celui qui a soif
l’eau de la source de vie. Telle sera la part du vainqueur ;
je serai son Dieu,
et il sera mon fils. »
Pourquoi le Tout-puissant a-t-il choisi de rappeler à Lui notre frère et son fils, Xavier ? C'était son temps, dans le grand dessin des choses de l'univers. Souffrir à sa disparition par compassion pour les circonstances de son trépas est chrétien. Sombrer dans l'acédie morose, n'est ni chrétien ni ce qu'il aurait voulu.

Et le silence de la nuit à venir, en introspection, en purification de son propre cœur, pour venir prêt demain se présenter à l'eucharistie du second Dimanche du Temps Pascal :
J’ai oublié le bonheur, la paix a déserté mon âme ! Et j’ai dit : «Toute mon assurance a disparu avec l’espoir qui me venait du Seigneur.»

Revenir sur la misère où je m’égare, c’est de l’amertume et du poison ! Sans trêve, mon âme y revient, et je la sens défaillir.

Mais voici que je rappelle en mon cœur ce qui fait mon espérance : les bontés du Seigneur ne sont pas épuisées, ses miséricordes ne sont pas finies ; elles se renouvellent chaque matin, car sa fidélité est inlassable. Je me dis : «Le Seigneur est mon partage, c’est pourquoi j’espère en lui» Le Seigneur est bon pour qui se tourne vers lui, pour celui qui le recherche. C’est une bonne chose d’attendre en silence le secours du Seigneur.
Bêtises rôlistiques diverses ⚅ Agenda rôliste : mardi zFate, des zombies dans du Fate, mercredi Hurlements le jeu de rôle, et le week-end des parties variées de jeux de rôle en ligne selon humeur.

Cherche MJ pour campagnes Eclipse Phase & Song of Ice & Fire.

PikPunk
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 6
Enregistré le : dim. 3 janv. 2010 01:00

Vogue

Message par PikPunk » mar. 1 juin 2010 21:08

Un départ, un renouveau,
Une larme, un arrachement,
L'avenir sera-t-il beau ?
Pas d'inquiétude pour le moment.

Timoléon Couperin

PikPunk
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 6
Enregistré le : dim. 3 janv. 2010 01:00

J'ai vu

Message par PikPunk » mar. 1 juin 2010 21:08

J'ai vu un homme perdre raison
Et mon sang n'a fait qu'un tour.
D'autres ont refuser la sanction
Mais personne n'a parlé au détour.

J'ai vu un homme plein de raison
Porter la parole du Tout-puissant.
Il m'a donné des convictions
Et le calme est revenu en mon sang.

J'ai vu un équipage qui sans raison
a dut supporter la souffrance.
Et un capitaine dont la vision
Devra faire face aux doléances.


Timoléon Couperin

Pratax
Manticore
Messages : 186
Enregistré le : jeu. 1 oct. 2009 01:00

Re: Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Message par Pratax » jeu. 10 juin 2010 15:33

25 - 29 Avril 1961

Suite aux derniers soucis au sein de l'équipage, la tension est présente sur le navire, bien que le capitaine reste cloitré dans ses quartiers.

Timoléon continue son travail sur le pont de son coté, tandis qu'Olivier et Morgan tente de reprendre contact avec Antoine Marillon, bien occupé auprès du Père Armand.

Florestan assiste quand à lui aux formation dispensé par le maitre canonnier.

Le temps n'est pas à la fête lors de cette partie du voyage, mais petit à petit, l'ambiance se ré-améliore, notamment grâce aux efforts de Joseph Paquel et de Timoléon.

Olivier semble de son coté se rapprocher du capitaine, et le conseiller de plus en plus, malgré la surveillance de Vaufort.

Pratax
Manticore
Messages : 186
Enregistré le : jeu. 1 oct. 2009 01:00

Re: Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Message par Pratax » jeu. 10 juin 2010 15:45

30 Avril 1661

Au matin, alors qu'Olivier et Armand discute dans leur cabine, Timoléon, sur le pont, aperçoit deux marins mal en point. Il décide donc de les conduire à la cabine du chirurgien ou se trouve déjà des patients touchés du même mal.

Morgan de son coté, à la recherche de l'officier de Quart, trouve Joseph Paquel dans le même état, et avertit les autres.

Sur le chemin de la cabine du chirurgien, ou tout le monde se retrouve, Armand commence de son coté à se sentir également pas très bien.

La panique commence à venir à bord, et le chirurgien est débordé par cette vague de patient. Timoléon et Morgan décident de regrouper les matelots sur le pont, tandis qu'Olivier va voir le capitaine afin de lui faire prendre conscience.

Armand, qui réfléchit avec le chirurgien sur le mal qui peut frapper l'équipage, décide de faire venir le Cambusier, Ignace Vaufort, puisque selon lui, il s'agit d'une intoxication, volontaire ou non.

De nouveaux malades arrivent, parmi eux, Florestan, mais également Charles Postales et Gilles Vaufort, il ne reste donc plus que quelques officiers à bord.

Sur le pont, alors que Timoléon commence à prendre les choses en main vis à vis de l'équipage, Antoine Marillon, ramené à la raison par Olivier s'avance dans la foule et prend la parole, afin de re captiver ses hommes.

Ce dernier, à la fin de son discours, se retire, et nomme Olivier de Lohnan, second intérimaire, pour une durée indéterminé, le temps que l'équipage soit remit. Une belle preuve de confiance.

Olivier, souhaitant s'entourer du mieux qu'il peut, nomme en intérim également, Timoléon au poste de Quartier-Maitre, et Morgan, à celui de Maitre d'équipage.

Le Pilote et le Maitre Canonnier, semblent approuver ses décisions.

Timoléon, parti étudier la cambuse, découvre qu'en effet, certains tonneaux ont été percés, et demande qui s'est chargé de leur chargement. Réponse qu'il trouve dans les notes de Charles Postales.

Il s'agit du Matelot d'Enguerand Laroche, qui ne se trouve plus à bord. Les officiers intérims décident de cacher cette information à l'équipage.

Pratax
Manticore
Messages : 186
Enregistré le : jeu. 1 oct. 2009 01:00

Re: Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Message par Pratax » jeu. 10 juin 2010 15:48

1 - 2 Mai 1661

Suite à la découverte de quelques tonneaux percés, le Saint Ambroise ne sait pas s'il pourra tenir bon tout du long du voyage, bien que le Cambusier pense que si.

Le navire reprend donc sa route, et les malades reviennent petit à petit à leur place, tandis que les intérimaires gèrent le navire.

Le temps de moins en moins clément, semblent inquiéter les passagers les moins habitués.

Pratax
Manticore
Messages : 186
Enregistré le : jeu. 1 oct. 2009 01:00

Re: Journal de Bord - Chapitre 2 - La traversée

Message par Pratax » lun. 14 juin 2010 16:35

3 - 4 Mai 1661

Alors que les officiers remplaçants font de leur mieux pour assurer une bonne avancé au navire, la météo de les aide guère.

En fin d'après midi, une tempête éclate, et Olivier donne alors des consignes de préventions.

Le navire, secoué dans tous les sens tient bon, mais ce n'est pas le cas de tous, puisque quelques matelots se blessent et continue à remplir la cabine du chirurgien, encore occupé par les victimes de l'épidémie.

Lors d'une secousse particulièrement violente, le pilote, alors à la barre, est propulsé contre le bord du navire et tombe inconscient. Timoléon, essaye alors de reprendre la barre.

L'équipage est martyrisé par le vent d'une violence jamais vu de beaucoup, et le père Armand semble avoir bien du mal à s'accrocher.

Quelques heures apres, lors d'une nouvelle phase très délicate, le grand mat se brise et tombe sur la barre, qu'il brise d'un coup net. L'équipage, prévenu par Olivier, à le temps de s'écarter, mais il devient impossible de diriger le navire.

Armand, Olivier, et Florestan se rendent alors à la timonerie, ou Armand essaye différentes méthodes pour contrôler le gouvernail directement.

Ce dernier semble y arriver petit à petit, mais pas suffisamment, puisque au milieu de la nuit, le navire percute un rocher, et brise l'avant de la coque.

A l'affut, Olivier demande à ce que l'on prépare les barques, et se rend sur place, lorsqu'il voit le navire commencer à pencher. Le pere Armand, déjà sur place, tente de redonner espoir aux matelots qui colmatent le brèche, et Olivier et Florestan, décident de prendre un groupe d'homme afin de charger l'arrière du navire, pour le redresser.

Âpres plusieurs heures de luttes, et ces bonnes prises de décisions, le navire semblent petit à petit se redresser, mais alors que le jour se lève, il s'échoue dans un banc de sable, à quelques heures d'une ile.

Les officiers décident alors de faire le point sur le navire et les hommes, puisqu'il y a apparemment eu un nombre important de victime.

Le chirurgien, accablé, annonce la pere du Capitaine Marillon, retrouvé inconscient le crane ouvert dans sa cabine. Gilles Vaufort et Joseph Paquel, Second et Quartier Maitre, qui était touché par l'épidémie, sont dans un très faible état.

Basile Langlais, Maitre Cannonier, et le Pilote, sont tout deux morts, tout comme le coq, Clovis Ménard. Les Trois maitres sont vivants, mais le Voilier est inconscient également. Alfonso Villa est en vie, Morgan aussi, bien qu'affaiblie. Cambusier et Chirurgien répondent également à l'appel.

Au niveau de l'équipage, il ne reste que 4 gabiers, 14 matelots, 3 chefs de pièce, et 9 servants de pièce.

Le navire, quand à lui, semble inutilisable sans réparer le grand mat, et la barre.

Répondre

Retourner vers « Pavillon Noir par Pratax »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 4 invités