Survie

Image
Verrouillé
Avatar du membre
Bidule
Markjaniste Dément
Messages : 1095
Enregistré le : mar. 27 sept. 2011 01:00
Date de naissance : 11 déc. 1984

Survie

Message par Bidule » ven. 8 juin 2012 16:04

Etablir un campement
Quand vient le moment de s’arrêter pour la nuit alors que l’on est loin de tout, se pose toujours la question fatidique: ou diable camper ?

En premier lieu, ne campez jamais sur un terrain inondable. Comment savoir ? Fiez-vous à la végétation. Les plantes qui croissent dans les terrains régulièrement recouvert d’eau sont caractéristiques des milieux humides. Le climat du monde des cendres est suffisamment contrasté et violent pour que puissent avoir lieu de brusques et très violentes crues. Si l’une d’elles survient pendant la nuit et vous surprend dans votre sommeil, au mieux vous risquez la perte d’une grosse partie de votre équipement et au pire la noyade.

Repérez bien les environs. Soyez vigilant et prêter une attention particulière aux traces et aux déjections animales que vous pourriez découvrir dans les deux ou trois cent mètres qui entourent l’endroit ou vous avez décidé de vous établir. Si vous êtes sur le territoire d’un ours ou d’un glouton, vous risquez des ennuis durant la nuit, pire, vous pourriez vous trouver non loin de la tanière d’une meute de chiens sauvages ou de loups. Prenez garde ! Évitez aussi de planter votre tente ou d’installer votre couchage à la belle étoile juste sur une fourmilière : ça pique !

Évitez aussi, tant que faire se peut, de vous installer dans des ruines. L’abri qu’elles peuvent procurer est souvent tentant, mais souvenez-vous que d’une part elles sont minés par les intempéries et peuvent donc s’écrouler à tout moment en vous recouvrant de plusieurs tonnes de gravats et que d’autre part, il se produit TRES SOUVENT de petits tremblements de terre qui sont aussi susceptibles de vous faire écrouler un antique mur de béton sur la tête. De plus les sous-sols des ruines d’Avant sont de véritables gruyères, et vous pouvez à tout moment disparaître dans un trou qu’une fine couche de plâtre pourrie ou un simple tapis de feuilles morte dissimulait jusque-là. Imaginez-vous, au fond d’un trou de quatre mètres, les deux jambes cassées...
Logiciel: Skype/TS/Mumble - Rolistik/Rolisteam/FGII(Full)/MapTool
Recherche du : Mage l'Ascension/Néphilim Révélation/Tenga/Cendres

Avatar du membre
Bidule
Markjaniste Dément
Messages : 1095
Enregistré le : mar. 27 sept. 2011 01:00
Date de naissance : 11 déc. 1984

Re: Survie

Message par Bidule » ven. 8 juin 2012 16:05

Dormir dehors en hiver
Dormir à la belle étoile par une belle nuit de janvier, alors qu’il fait - 15 ou - 20, c’est signer son propre arrêt de mort. Pourtant nombre de gens, perdus, traqués ou au gré d’autres circonstances particulières se voient dans l’obligation de passer la nuit dehors. Alors que faire ?

Quand il y a de la neige

Commencer par trouver une congère, ou s’il n’y en a pas, faites tranquillement, surtout sans transpirer, un gros tas de neige. Sous le vent, sur un angle de 45°, creusez-y une sorte de terrier juste assez large pour vous y faufiler et de 1.50 à 2 m de long. Tassez bien la neige pour _tayer votre galerie. Au bas de votre trou, élargissez une sorte de tanière dans laquelle vous pourrez vous asseoir en tailleur. De cette “tanière” creusez, à hauteur de poitrine, une sorte alcôve horizontale de 2 m de long dans laquelle vous dormirez. La tanière servira de puits de froid (l’air froid descend l’air chaud remonte). L’alcôve horizontale ou “chambre” ne doit pas dépasser de 3 fois le volume de celui ou de ceux qui y dormiront (mais construire pour plus de 3 personnes multiplie les risques d’effondrement). Il ne fera jamais plus de 2 ou 4 degrés dans la chambre, ce qui est frai, mais suffisant pour ne pas mourir de froid si l’on est bien couvert. Dans la tanière, le puits de froid, en revanche, la température restera inférieure à 0... Bonne nuit !

Quand il n’y a pas ou trop peu de neige


Si la couche de neige est insuffisante, voire inexistante, il peut tout de même faire assez froid pour que vous mourriez pendant votre sommeil. Pas de panique, il y a une solution. Si la terre est gelée, commencer allumer un petit feu sur une surface d’environ 60 cm sur 1. 80 m. puis, après une petite vingtaine de minutes, déplacer votre feu d’un côté ou de l’autre, à laide d’une pelle, (ou d’une hache) sans l’éteindre. Au contraire, continuez à l’alimenter. Si la terre n’est pas gelée, creusez directement comme expliqué ci-après.

Dégagez bien votre foyer initial, puis creusez dans le sol une petite fosse de 60cm x 1.80 m sur une profondeur de 15 cm minimum mais qui peut aller jusqu’à 30 voir 40 ou 50 cm (si vous avez le temps et l’énergie et si le sol le permet, plus c’est profond, plus la nuit sera confortable). Rallumez, au fond de la fosse, un feu, qui en couvrira toute la surface et alimentez le durant vingt bonnes minutes.

Quand tout est à l’état de braise, tassez et nivelez les toujours à l’aide de la pelle, puis recouvrez les d’une pellicule de terre (celle que vous avez extraite du trou) d’au moins 2 cm, mais de moins de 5 cm.

Installez votre couchage sur cette couche de terre, vous profiterez ainsi de la chaleur dégagée par les braises et de la terre chaude toute la nuit. Vous pouvez fermer la fosse à l’aide d’une bâche ou d’une peau de bête si vous le voulez, mais ce n’est pas indispensable... Bonne nuit !
Logiciel: Skype/TS/Mumble - Rolistik/Rolisteam/FGII(Full)/MapTool
Recherche du : Mage l'Ascension/Néphilim Révélation/Tenga/Cendres

Verrouillé

Retourner vers « Cendres "La morsure de l'hiver" par Bidule »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité