[Résumés] Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Image
Avatar du membre
Kenshiro
Boogacien Ethéré
Messages : 1856
Enregistré le : lun. 19 avr. 2010 01:00
Date de naissance : 04 mai 1984
Localisation : Born in Elsass

[Résumés] Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par Kenshiro » ven. 3 janv. 2014 03:21

La suite des aventures de nos héros
Mode d'emploi du MJ Kenshiro

Parties actives
Kingmaker (Pathfinder) par darith - Jens Lordam (Humain Paladin Niv. 3)


Admin par délégation du serveur TS
A propos du serveur TS

Mon serveur Discord pour JdRVirtuel

Avatar du membre
Sylv et Mnem
Guthiste Thermoformé
Messages : 1333
Enregistré le : dim. 2 janv. 2011 01:00
Date de naissance : 15 juin 1971
Localisation : cargo léger corellien YT-2400 - le "Black Bird"

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par Sylv et Mnem » dim. 5 janv. 2014 14:08

Extrait des Canets écarlates Secrets de Gaûrinn


Starday 22
La nuit est tombée et nous avons dû faire une étape forcée car il devenait trop risquer de poursuivre notre route.
Jhod s'est enfin endormi après s'être occupé de dame Rhasa qui malgré qu'elle soit soignée souffre de je ne sais quoi, même le prêtre est dépassé...
Toute la journée les images du fort et de la bataille ont hanté mon esprit, il y a eu d'abord l'incantation surprise de la druidesse alors que nous tentions tant bien que mal de créer des opportunités et d'insinuer le doute parmi les gardes du fort en nous faisant passer pour des recrues de Kressel. Mandor aurait très bien pu parvenir à les berner il est vraiment très fort quand il s'agit de parler durant des heures pour ne rien dire.
Ensuite c'est un déluge de feu de métal qui s'entrechoque et de corps qui tombent à mes pieds.
Dans l'empressement, j'improvise une stratégie, le feu grégeois désorganise les troupes adverses et les prive ainsi de la possibilité de nous prendre à revers.
Puis vient l'ours-hibou, Shélyn et Gorum m'en soient témoin et me pardonnent mes actes et mes pensées mais même si je n'ai pas reculé car il fallait bien que je protège Vélana et Mandor, j'ai connu la peur devant cette créature. Il ne me restait qu'un feu grégeois que je lance à ses pieds lui coupant ainsi le dernier accès vers nous mais cela n'a pas suffi.
Le monstre a fondu sur moi m'agrippant et m'enserrant contre son corps en flamme, j'entends Mandor derrière moi qui clame des vers pour nous redonner espoir et courage, les cordes des arcs qui sifflent mais où sont Liriel et Rhasa ?
Je n'ai pas assez de force pour me libérer de l'étreinte de l'ours-hibou et je brule avec lui
Ah !! tu vois comme tu m'es bien inutile toi qu'on a mis entre mes mains et qu'on a désigné comme étant ma seule amie, la prolongation de mon âme et à qui je dois d'être encore en vie mais ce n'est rien car si je meurs aujourd'hui je serais enfin libérer de toi....C'est l'unique souvenir que j'ai du combat contre la bête, les seules pensées qui me sont passés à l'esprit.
Je me relève encore une fois haletant l'odeur de bruler sur moi le monstre gisant au sol et il y a d'autres ennemis qui fondent sur nous, le moment de faiblesse est passé ou bien il reviendra peut être plus tard mais pour l'heure je dois faire front...encore.
La vie dans le fort s'égrène au fur et à mesure qu'elle chante entre mes mains, son chant de mort et de destruction qui ne fait que s'amplifier jusqu'à ce que le dernier ennemi soit au sol.
Durant cet instant les mots de mes maitres et mes instructeurs avaient pris tous leur sens, je suis une arme et rien d'autre, un chien de guerre formé pour vivre et mourir sur un champ de bataille.
Puis un cri m'a ramené à la réalité, c'était Rhasa à l'entrée du fort, j'ai accouru mais trop tard, le seigneur cerf venait de la toucher très grièvement avec une flèche.
La rage au cœur le chant de ma lame s'est vu décuplé il emplissait mon esprit, il guidait mon cœur et mon âme. Devenu totalement maitre de mon être, cette rage s'est déversée sur le seigneur de ce lieu maudit et telle une machine de guerre j'ai enchainé les actions de grâce délivrant mes ennemis de leur vie jusqu'au dernier....
Je m'accroche à elle tel un enfant à sa mère, qui suis-je pour douter d'elle ? Elle qui nous a sauvé tant et tant de fois, elle à qui je dois d'être encore en vie, elle qui est le prolongement de mon âme, ma seule amie...
Puis, une voix lointaine, celle de Mandor il me semble, vient me féliciter pour la vaillance dont j'ai fait preuve mais comment ne voit-il pas ? Comment n'entend-t-il pas le chant de mort et de destruction qui m'entoure ?
Et c'est comme si un éclair venait de me frapper, comme si Shélyn venait de poser un dernier regard sur moi, je pue la mort et le sang et je tiens entre mes mains l'outil de ma propre malédiction.
Rassemblant ma volonté brisée je la laisse choir ici car je n'ai plus la force ni l'envie de la porter.
Sur le moment je ne ressentais que du dégout, mais je n'avais pas le temps de m'apitoyer sur moi, Rhasa a besoin d'assistance et plutôt que d'entendre Mandor composer des hymnes à ma gloire je préfère l'envoyer voir les fées si elles ne peuvent rien faire.
Ensuite Jhod et moi avons pris la route avec le corps de dame Rhasa sur une civière de fortune confectionnée par notre barde.
Velana et Liriel, elles, sont restées aux abords des ruines fumantes du fort et attendent de pouvoir y pénétrer de nouveau pour inspecter les lieux et trouver un hypothétique trésor.
Mais plusieurs heures après notre départ nous entendîmes la voix de Dame Liriel qui nous appelait. En guise de trésor elle me ramenait mon épée qu'elle avait trouvée à l'endroit où je l'avais laissé.
Faut-il que cette malédiction soit retorse pour se servir de ce visage angélique et cette douce voix et se frayer un chemin pour revenir vers moi, arme maudite...
Nous avons fait aussi vite que possible ensuite avec Jhod pour arriver au comptoir d'Oleg, je ne me suis pas autoriser le moindre repos avant de savoir Dame Rhasa entre de bonnes mains.
Il me faudra ensuite retourner au fort au plus vite pour m'assurer que Vélana et Liriel vont bien.
Je m'inquiète également pour Mandor, il serait capable de se perdre dans ses propres pensées au détour d'une idée d'une ode nouvelle mais cette fois l'heure est grave et la vie de la druidesse est peut être entre ses mains aussi j'espère qu'il ne lui sera rien arrivé et que les fées lui auront répondu positivement.
C'est avec un certain soulagement que nous avons retrouvé le barde alors que nous arrivions chez Oleg, il allait partir à notre recherche.
Les fées lui ont dit qu'elles s'occuperaient de dame Rhasa et qu'elles préviendraient qui de droit mais nous n'avons pas un instant à perdre il nous faut leur amener son corps d'autant que l'état de la druidesse semble se détériorer de plus un plus.
Je n'ai même pas pris le temps de desseller les chevaux j'ai juste échangé de monture avec Jhod lui laissant tout mon équipement ainsi que mon arme maudite pour voyager léger et rapidement. Néanmoins cela semblait chagriner Mandor de me voir sans ma lame, sans celle qui sauve ou détruit selon de quel point de vue l'on se place...
Chemin faisant, ce brave Mandor s'inquiète semble-t-il pour moi car il a remarqué que quelque chose n'allait pas. Je n'ai pu me résoudre à lui confier le mal qui me ronge, lui qui admire tant ma capacité à semer la mort et la destruction, je ne suis pas sûr qu'il comprenne. Je lui ai donc parlé des responsabilités dont je me sens investi depuis quelques temps, la protection de mes compagnons de voyage est en effet devenue pour moi presque une obsession surtout que qui mieux que moi, le semeur de mort, peut avoir conscience de la fragilité de leur existence ? Qui mieux que moi serait capable de les défendre tous ?
Je crois l'avoir assez déstabilisé car il a fini par se taire entrevoyant a peine superficiellement l'étendu de mon malaise. Peut-être est-il plus avisé et plus psychologue qu'il ne parait et c'est surement le cas d'ailleurs mais il a su dire les mots et surtout ne rien dire quand il le fallait.
Je crois que Mandor commence à devenir un barde redoutable car il arrive maintenant à peupler ses discours avec le silence....
Les fées ne se sont pas montrées bien loquace, l'état de dame Rhasa les préoccupe sans doute bien plus que je ne pouvais l'imaginer ce qui n'est pas fait pour me rassurer.
Je leur ai demandé ensuite s'il y avait du nouveau en ce qui concerne la licorne morte et là aussi il semble que ce soit un sujet plus que sensible et qu'il vaut mieux éviter.
De fait nous n'avions plus grand chose à faire et il me tardait de savoir si Liriel et Vélana étaient enfin rentrées chez Oleg aussi avons-nous sans plus attendre repris la route.
Le trajet s'est fait sans encombre, la demi elfe et la gnome n'avait toujours pas donné signe de vie, je voulais repartir immédiatement à leur rencontre mais sous les conseils avisés de Mandor, j'ai abdiqué à la fatigue et j'avoue avoir sombré dans un sommeil sans rêve avant même que ma tête ne touche les draps de mon lit.

Fireday 28
Vélana et Liriel sont arrivé chez Jhod 2 jours plus tard trainant 2 autres chevaux et des coffres.
Il semblerait que les rapines du seigneur cerf étaient plus que lucrative car nous nous retrouvons les dépositaires d'un beau petit magot et déjà je remarque aux oreilles de la douce et coquette Liriel une paire de boucles d'oreille et son regard s'illumine devant chaque gemme précieuse.
Une fois le partage accompli, nous avons encore un beau stock de marchandises à écouler.
Il semblerait que tout se termine pour le mieux, nous avons achevé l'exploration de ces terres sauvages et nous nous sommes tous enrichis mais je ne suis pas homme à me réjouir si rapidement mon existence m'a toujours démontrer que derrière chaque moment de joie se cache des déluges de problèmes et une fois de plus...
Kesten le chef des gardes qui nous a accompagné au fort du seigneur cerf est arrivé le jour même de Restov, nous l'attendions car il devait nous ramener la récompense pour l'élimination du chef des brigands soit une belle somme de 5000 PO.
Mais c'était sans compter la "générosité" du seigneur de Restov. En effet Kesten n'est pas seul plus d'une vingtaine d'hommes l'accompagnent, des colons, les premiers colons d'un nouveau royaume.
Et outre la récompense promise, Kesten nous remet également une nouvelle charte, charte qui nous désigne nous, Velana, Liriel, Mandor et moi-même comme véritables administrateurs de la zone que nous avons exploré.
Nous voilà donc maitre de cette terre et c'est à nous qu'il incombe la responsabilité des colons présents et des nombreux autres à venir d'après les dires de Kesten.
La nouvelle est assez difficile à avaler et j'ai bien failli tomber de ma chaise à la première lecture de la charte néanmoins pour moi il n'y a pas à hésiter j'ai une revanche à prendre sur ma vie et il me semble qu'il s'agit là de l'opportunité unique qui me permettra de pouvoir régler mes comptes un jour ou l'autre, à moi de savoir être patient.
Mandor et Liriel sont eux aussi soufflé mais au final ils sont bien plus optimistes que moi car je ne sais ce qui se cache devant tant de générosité de la part du Brevoy.
Vélana quant à elle devant tant d'enthousiasme a sagement attendu son tour, sans doute n'a-t-elle pas voulu jouer les troubles fêtes mais pourtant ça a été le cas...En effet pour elle il est hors de question de se sédentariser et de supporter des responsabilités, elle ne se sent aucunement intéressée par l'offre qui lui est faite et de fait elle nous annonce qu'elle ne tardera pas à nous faire ses adieux pour poursuivre sa route.
Nous sommes tous touché par le départ prochain de la gnome, sans elle la vie sera moins drôle c'est certain mais nous sommes très vite pressé par Kesten. Nous devons de suite réfléchir où installer les colons déjà présents et poser les bases d'une première ville.
Les discussions vont bon train et il est finalement décidé que le fort du seigneur cerf est l'endroit le plus stratégique pour la création d'une première ville ce qui a l'air de fortement arranger Oleg.
Nous avons également décidé de distribuer les postes importants ainsi notre charismatique Barde prendra la responsabilité de s'assoir sur le trône (lorsqu’il y en aura un !!) la belle Liriel s'occupera de gérer l'argent et toutes les affaire de magie et moi je m'occuperai des affaires martiale de ce royaume (enfin lorsqu'il y aura une armée !!).

Mnem

darith
Guthiste Thermoformé
Messages : 1358
Enregistré le : jeu. 22 avr. 2010 01:00

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par darith » lun. 6 janv. 2014 10:19

Extrait du journal de Liriel:

Suite à l'arrivée du premier groupe de colon, nous prenons une courte nuit de repos avant de partir vers le site choisi: les ruines du fort du seigneur-cerf, suivant ainsi les conseils de Kesten.
Effectivement le lieu semble idéal à tout point de vue, nous pourrons profiter des ruines encore fumantes du fortin des brigands, la "défense", ce grand lac doit certainement regorger de poisson, et surtout, nous aurons dès le début de notre implantation une ouverture vers le septentrion.
Quels mystères nous y attendent? Force est de constater que seul les dieux et la providence pourront répondre à notre question.
[...]
Nous sommes enfin arrivés après 3 jours d'un marche vigoureuse mais calme. De manière notable, j'ai remarqué la volonté de Mandor de vouloir traverser le pont tout autant en ruine que notre objectif, mais il semblerait qu'il commence à faire quelques progrès car il s'est abstenu d'émettre sa proposition.
Sitôt posé nos sacs, et le corps pas encore étiré après ce voyage, je suis surprise de voir Mandor bondir sur un chariot avant de commencer à haranguer la petite troupe, surprise également de le voir dans le même mouvement nous inviter Gaurin et moi-même à monter le rejoindre... Grands dieux! On va finir par se rompre le cou sur cet échafaud branlant!
J'écoute son discours d'une oreille plutôt distraite, les pensées déjà dans les projets d'urbanisme. Projet bien vite interrompu par la fin de ses propos. Mandor devient de plus en plus surprenant, il semble maintenant capable de ne plus discourir pour ne rien dire pendant plus de dix minutes! Un record si il en est!
[...]
Voilà maintenant 2 semaines que les travaux de terrassement on commencé autour du fort. Le nombre de tente augmente régulièrement, et il devient de plus en plus compliqué d'organiser les activités de chacun.
Gaurin passe le plus clair de son temps dans sa forge avec quelques solides gaillards, donnant du marteau de son mieux. Il me semble le voir plus heureux dans ses travaux que lorsqu'il avait à jouer de l'épée... voilà d'ailleurs un moment que je n'ai pas revu cette arme à son côté.
Quand à lui, Mandor semble trouver son compte dans le relationnel avec la population... Je n'ose imaginer les malheureuses jeunes femmes fraichement arrivé devant déjà passer le plus clair de leur temps à se cacher pour lui échapper (peut-être pourrais-je organiser un lucratif commerce d'anneau de dissimulation sur son harmonique corporelle?). Quoi qu'il en soit, il semble avoir quand même réussi à organiser les corps d'activités au sein de ce capharnaüm, chose qui je l'avoue m'arrange beaucoup pour mes affaires.
Mes affaires justement s'avère plus complexe que je ne l'avais imaginé. Je suis parvenu à cristalliser autour de moi un petit groupe d'architecte. Tous s'avère très volontaire et serviable, mais... j'éprouve quelques difficultés à leur faire comprendre que notre communauté n'est pas encore en phase de devenir la Absalon! Forteresse, Cathédrale et Colisée sont autant de projet dont j'entends parler au moins une fois par jour. Je suis patiente, mais je m'interroge sur leur capacités cognitives, construire de tels ouvrages alors que la première habitations n'est pas encore debout me paraît tout aussi hasardeux que prématuré!
[...]
Une fois n'est pas coutume, je prends un petit moment dans l'après-midi pour venir jusqu'au lac pour me délasser un moment, profitant de la fraicheur des flots pour me tremper les pieds et vider un peu mon esprit de toute la frustration que m'inspire les architectes et autre maitres d’œuvres.
Alors que j'interrogeais sur la nécessité de prolonger cette tâche hautement utile et intéressante, une aide à la décision vint de la part de Mandor accompagné de ce qu'il semble être une prêtresse de Serenrae. Il me semble avoir aperçu celle-ci plus tôt dans la journée, mais je n'avais alors pas remarqué son appartenance à un quelconque ordre religieux.
Est-ce là un signe ou une coïncidence, l'arrivée de cette prêtresse correspond avec exactitude au solstice...
Prévenante et volontaire, je suggère à Mandor qu'il pourrait être intéressant d'utiliser cette prêtresse, Elina, pour commencer à organiser les affaires religieuses de la cité
[...]
Alors que le premier mois touche à sa fin, nous prenons un moment avec Mandor et Gaurin pour réfléchir aux prochains objectifs.
Visiblement, il sera d'abord nécessaire d'ériger les premières habitations, nous tenterons également de mettre en place un secteur des forges pour éviter l'engorgement dans l'installation de Gaurin.
Déjà nos regards se tournent à l'horizon, cherchant de quel côté nous pourrions bien orienter les premières terres cultivables. Visiblement, il s'agira de la zone contenant les baies voraces, vu l'intérêt que Bokken a su manifester, nous osons espérer que nous pourrons organiser une exploitation régulière et optimale de cette ressource, ce qui nous permettra certainement d'en retirer quelques fonds.
Nous interrogeant sur un éventuel élargissement de notre équipe, nos pensées convergent directement vers Kesten quand à la direction de la garde. Plus difficilement, nous décidons de confier la direction des affaires religieuses à Elina, craignant en partie que notre choix ne soit interprété comme une prise de position, mais souhaitant avant toute chose que ce choix soit celui du consensus. Force est de constater que cette prêtresse est parvenue en peu de temps à nouer un dialogue avec les autres clergé, mais aussi à adopter une attitude très ouverte envers eux et la population.

Rylthar
BenScottiste obstiné
Messages : 475
Enregistré le : dim. 28 nov. 2010 01:00

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par Rylthar » jeu. 9 janv. 2014 01:46

"Par les dieux... ce froid me gèle les os ! Et dire que c'est la belle saison... ca promet"

Alifex, ce plus ou moins viel homme à la barbe blanche, la beau tannée et ridée et ses cheveux hirsutes d'une blancheur à faire rougir les moutons, traine sa carcasse dans l'une des allées de la ville naissante.
Emmitouflé dans sa grosse tunique, il se dirige à pas lent en direction de la taverne d'appoint.
Une dizaine de minutes plus tard, Aliflex après avoir parcouru les 100 mètres qui le séparait de la taverne, finit par soulever les battants de la tente et entre dans la taverne.

« Bonsoir monsieur Jorg, un lait de chèvre avec un fond de spécial s'il vous plait... »

Se retournant...

« Ahh mais c'est le bon Vard... »

Se dirigeant vers la table de Vard, il s'assoit avec peine.

« Alors comment allez vous Vard ? Oulaa la journée a été dure apparemment... Ça travaille çà travaille. Je suis toujours admiratif de voir travailler ces jeunes gens, bâtissant leur avenir, leur destinée. Tout cela me rend un peu ma jeunesse...
Alors Vard, ils vous ont mis où maintenant ? A l'échoppe d'alchimie ou á la construction des nouvelles battisses ? »

Vard regarde sans répondre Aliflex d'un air perplexe.

« les baraquements certainement... il paraît que vous êtes un as en maçonnerie. Non pas qu'une échoppe d'alchimie ne nécessite pas une bonne maçonnerie mais je suis certain que vos compétences inégalables ont été mises au profit de l'établissement de ces nouvelles somptueuses demeures. Cela me fait penser, qu'en passant l'autre jour près du nouveau chantier j'ai croisé notre seigneur. Il a amicalement accepter d'échanger avec moi... un homme brillant et sympathique. Enfin un homme, un elfe ! Enfin un elfe, une moitié d'elfe... à ce propos, je me demande si il tient de ça du coté paternel ou maternelle. Vu son port de tête et sa tenue, je dirai que le sang elfe vient du père mais rien de sur... je ne suis pas un spécialiste. Qu'en pensez-vous Vard ? »

Vard regarde à nouveau Aliflex sans rien dire.

« Oui vous avez raison... il ne vaut mieux pas parler trop de ces choses là... C'est notre enfin votre seigneur après tout. Enfin non notre seigneur ! Maintenant que j'ai acheté cette petite maison, je suis un peu résident... D'ailleurs Vard, vous êtes le bienvenu pour boire un verre quand vous voulez »

Aliflex fatigué par cette discussion mené de bon train, reprend son souffle. Après quelques instants de silence, il reprend.

« En parlant de résidents, j'ai croisé aussi une charmante dame il y a deux jours. Une prêtresse. Une femme très agréable... à tous les points de vue si vous voyez ce que je veux dire...
Dans tous les cas, ses atours extérieures sont à l'unisson avec son intellect. Une femme cultivée et raffinée sans aucun doute... cela n'est d'ailleurs pas surprenant, elle nous vient des déserts magiques d'Osirion... tout comme moi. A ce propos Vard, je vous avez déjà dit que je venais d'Osirion ? Je ne crois pas... il faudra que je vous raconte un jour, c'est un pays plein de mystères.
Bref... je dérive... je disais donc... une femme agréable... très agréable. Elle ira sûrement loin... d'une manière ou d'une autre. 
Ah tiens ! Je voulais vous demander... avez-vous déjà rencontré les deux autres dirigeants de la ville ?
Je les ai appercu brièvement... il faudra que j'aille me présenter. Surtout avec cette échoppe alchimique qui se monte, ils ont peut-être besoin d'un viel alchimiste gâteux comme moi... »

Il rigole mais s'étouffe rapidement... c'est à ce moment que l'aubergiste apporte le lait de chèvre.

« Ah merci bien Jorg ! »

« De rien Aliflex... heu... vous êtes bien au courant que ce pauvre Vard est sourd et muet de naissance ? »

« Heu... oui... oui oui je le savais... »

Avatar du membre
Sylv et Mnem
Guthiste Thermoformé
Messages : 1333
Enregistré le : dim. 2 janv. 2011 01:00
Date de naissance : 15 juin 1971
Localisation : cargo léger corellien YT-2400 - le "Black Bird"

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par Sylv et Mnem » ven. 10 janv. 2014 14:43

Je me permet de rajouter ce résumé, non pas que celui d'Aliflex ne me convient pas au contraire, je ne fait que répondre à une envie.

Extrait des carnets secrets bleus turquoise à paillettes de Gaurin :

Chaque jour qui passe voit son cortège de nouveaux colons débarquer autour des ruines du fortin.
S'ils pouvaient imaginer ce qui s'est passé en ces lieux je doute qu'ils auraient voulu venir y vivre. Quoi qu'il en soit, cette nouvelle colonie représente pour la plupart un nouveau départ, une chance d'améliorer leurs conditions de vie...
C'est sans le vouloir que nous nous retrouvons responsables de cette populasse qui s'amasse. Déjà des tentes et des abris de fortune s'élèvent de loin en loin sur la plaine et les collines environnantes.
Liriel et Mandor m'ont affublé de titre qui ne représente guère pour moi, Général...général de qui de quoi ?
Je ne refuse pas de m'impliquer mais leurs discutions me lassent, je ne sais comment exprimer mes doutes et mes craintes mais il me faudra bien être prêt pour les défendre tous, je sais que le moment viendra où les ennuis nous rattraperons, il en a toujours été ainsi...
Et pour ça elle me manque. J'ai hate qu'Emmrick, le maitre forgeron, termine son chef d'oeuvre.
Cette fois ce sera différent, cette fois ce sera moi qui l'aurait choisi, cette fois nous ne formerons plus qu'un devant Gorum et Shelyn.

.....

Je remercie Kesten d'avoir pris ma place comme chef de la garde, il est sans doute beaucoup plus compétent que moi, c'est son métier. Et puis ça me donne plus de temps libre, libre pour m'apercevoir qu'à la forge qui vient d'être construite ma présence n'est plus vraiment nécessaire. J'ai donné l'impulsion maintenant les maîtres forgerons dépassent de loin mes capacités et puis j'ai d'autres moyens pour être utile plutôt que de traîner entre leur pattes.
J'ai revétu l'habit des travailleurs et j'aide à la construction comme tout un chacun, là au moins ma force sert vraiment la population, là je me sens à ma place....
.....
Ce matin j'ai reçu des nouvelles d'Oleg : l'homme que j'attends sera bientôt là.
Ce matin dans le fort nous avons eu encore une discussion avec Mandor et Liriel. Le barde nous a fait découvrir une boisson qu'il appelle le thé, j'ai trouvé ça un peu fade mais je n'ai pas voulu le vexer.
Nous avons ensuite parlé et parlé encore du développement de la cité, Liriel semble avoir besoin d'aide et j'imagine que la trésorerie ne doit pas être chose aisée pour une femme lorsqu'il s'agit de ne pas tout dépenser.
Nous avons finalement établi une sorte de liste prioritaire dans ce que nous devons faire et jeté les premières pierres qui permettront de bâtir notre propre gouvernement. Mais là aussi nous ne paraissons pas être tous d'accord, ce qui promet encore de longues heures de discussion... interminables...

J'ai clos le débat en annonçant mon départ pour chez Oleg en prenant pour prétexte de vérifier le bon déroulement de la vente de ce que nous lui avons laissée.
J'aurai bien aimé leur dire la vrai raison de mon voyage mais je sais que Mandor ne comprendrait pas ou qu'il ne l'admettrait pas...Et il y a des choses que je me dois d'accomplir seul...

.....

Oleg Bourg ! Celle là elle est bien bonne ! Et c'est vrai que le comptoir prend des allures de bourg avec cet amalgame de tentes qui tapisse la prairie autour de la vieille bâtisse... Oleg ne sait plus ou donner de la tête avec cette populace, il dit qu'il ne supporte pas leur présence mais son commerce ne s'en ai jamais si bien porté et Svetlana est rayonnante elle.

Maître Arlin est arrivé le lendemain et il s'est de suite mis au travail, c'était douloureux certes mais le résultat valait bien cela, il a réalisé sur ma peau un véritable chef d'oeuvre avec seulement le pochoir de maître Emmrick.
Et ceci n'est que le début, au fur et à mesure que je ressentirai grandir en moi la bénédiction de Gorum et Shelyn, je devrai le revoir pour rajouter à la fresque, car nul sur cette terre n'a le droit de décider pour un autre ce qu'il doit étre, seuls les dieux ont ce pouvoir ...

Le travail terminé, je m'apprêtais à reprendre la route quand Oleg reçut le bâton que Liriel lui avait commandé, je me ferais un plaisir de lui livrer moi même, bien que je ne comprenne pas que l'on puisse payer autant pour un morceau de bois...

.....

De retour, j'en ai profité pour accompagner une caravane de colons, ces derniers semblent rassurer par ma présence même s'il me serait difficile de brandir l'épée pour les défendre avec les bandages qui recouvrent mes mains et mes avants bras. Cela ne m'a pas empêché de faire la connaissance de tous les êtres qui composent cette colonne de voyageurs, tous excepté un qui semble m'éviter sans cesse.

Je sens comme une fragrance autour de cette homme, il respire les ennuis, s'agirait il d'un espion que nous envoie nos chers bienfaiteurs que je n'en serais qu'a moitié étonné.
J'ai fait de mon mieux pour le surveiller mais je n'ai rien pu voir de suspect pour le moment néanmoins mon instinct me dicte de me méfier de lui.

Aussi, dès notre arrivé à Karv, j'ai attrapé Aarhon fils de Gaerdhon le charpentier et lui ai offert le somme de 2 PO pour qu'il suive discrètement cet homme et me fasse un rapport complet sur ses activités.
Pour le moment je n'ai pas encore eu de nouvelles...

....

2 semaines, mon absence a durée 2 semaines et c'est impressionnant de voir le travail qui a été accompli par nos artisans.
On commence à deviner la ville qui sort peu à peu de la fange et dire qu'il n'y a pas si longtemps à cet endroit des hautes herbes abritaient des morts vivants qui protégeaient l'antre du Seigneur Cerf.
Mais ces pensées chagrines furent vite oublier devant le visage éclairé par le joie de Dame Liriel face au paquet que je lui ai ramené, on aurait dit une gamine qui découvre un cadeau au pied d'un arbre étincelant reflétant la luminosité de la neige aux premiers rayons du soleil un beau matin d'hiver, d'ailleurs cette vision m'a donné une idée de fête que notre royaume pourrait instituer et qui pourrait je pense redonner espoir au peuple au coeur de la pèriode froide, il faudra que j'en parle à la prochaine réunion du conseil...

La journée s'est terminée paisiblement par une balade avec Dame Liriel qui a tenu à me montrer les progrès accomplis dans les nouveaux quartiers.
Chemin faisant, nous sommes passer par le quartier des forges ou j'en ai profité pour rendre une petite visite à Maître Emmrick qui en me voyant se faisait un plaisir de me la dévoiler mais je préfère revenir plus tard, ce soir et seul, car c'est de moi dont il s'agit et je ne sais pas si je serais à la hauteur de mes ambitions, ça va me demander du temps et beaucoup d'entrainement.

En attendant d’être prêt, je veux n'en parler à personne, déjà que dame Liriel a remarqué mes bandages et mes tatouages... il me peine de lui mentir ou de dissimuler la vérité à mes amis mais pour le moment je préfère que cela reste secret car si j'échoue ce sera sans réelle conséquence pour eux et ce qu'ils ignorent ne peut les décevoir...
La balade s'est achevée sur les bords du lac et j'avoue que la compagnie la demi elfe est toujours des plus agréable, surtout depuis que le trouble que je ressentais en sa présence a disparu. De plus en plus, je la vois comme une petite soeur, dommage que nous n'ayons pas croisé Mandor la famille aurait été alors réunie.
En effet je trouve depuis un certain temps que Mandor et Liriel se ressemblent de plus en plus et ils ne cessent de s'affronter et se chamailler comme un frère et une soeur alors qu'il y a peu Liriel ne lui adressait à peine la parole. Ou alors, peut être est ce comme cela que les demi elfes se font la cours, j'ai même cru remarquer chez Liriel certaines pointes en ce qui concerne Mandor et sa frivolité envers le beau sexe...

A sa décharge j'avoue que la nouvelle prêtresse de Sarenrae est plutôt attirante et j'aurai pu tomber aussi sous ses charmes si une autre n'hantait pas déjà tous mes rêves et mes pensées, d'ailleurs je brûle de la retrouver bientôt et la reconquérir, la dompter et la tenir entre mes mains... Ce soir, entre chien et loup, ce soir je te retrouve...

Mnem

darith
Guthiste Thermoformé
Messages : 1358
Enregistré le : jeu. 22 avr. 2010 01:00

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par darith » dim. 19 janv. 2014 17:33

Point de vue très partial et limité des évènements survenus lors de la dernière séance.

Extrait du journal de Liriel:

Les travaux se poursuivent bon train, et la communauté que nous voyons naître fourmille littéralement de vie et d'activité. Nos travaux s'orientent maintenant vers une augmentation simple du nombre et d'habitats et la mise en fonction de maisons closes.
J'avoue ne pas comprendre ce besoin typiquement humain malgré mon ascendance, sans doute est-ce une question de culture et d'éducation, quoi qu'il en est soit, les choses sont lancés.
[...]
Avec les semaines qui passent, la quantité de choses à faire pour moi ne fait qu'augmenter. Tenir les comptes, organiser et ordonner les travaux, initier une structure scolaire, poursuivre mes propres travaux, et j'en passe...
J'ai heureusement pu déléguer une petite partie de mes obligations comptables à 3 personnes recrutées pour l'occasion. Pour le moment, je n'ai pas encore une idée précise de leurs capacités, mais au moins me semblent-ils assez honnête pour accéder aux feuilles de compte et aux caisses.
[...]
Pour ma part, je commence à essayer d'organiser ce qui rentre dans mes prérogatives de Magister, à savoir l'éducation. Tâche difficile pour ce qu'il en est, mais je profite de l'installation des nouveaux habitats pour monopoliser un coin et tenter de lancer une classe pour les enfants de la cité.
Visiblement, cela remporte un certain intérêt, car les enfants se font chaque jour plus nombreux à venir recevoir une instruction basique.
[...]
Voilà maintenant deux semaines que mes aides comptables œuvrent pour le compte de la cité, force est de dire qu'ils sont efficaces, car mes impératifs en la matière ont bien diminué dans ce laps de temps. Malgré cela, j'estime de plus en plus qu'il me sera difficile pour ne pas dire impossible de concilier mes tâches de Trésorier et Magister. Combien de temps pourrais-je faire les deux? Je l'ignore... Quoi qu'il en soit, j'envisage de partir jusque chez Svetlana et Oleg pour leur demander de nous assister dans la gestion du royaume. A tout le moins, j'espère que l'un d'eux acceptera de prendre ma place à la Trésorerie.
Elina a accepté de m'accompagner jusque là-bas. Elle ne connait pas encore le nord et les contrées proches du Brévoy et semble ravi d'aller découvrir la région. Il semble qu'elle veuille emmener avec nous une connaissance à elle.
[...]
Le développement des divers corps de métier ainsi que celui de ma classe, me laisse à penser qu'il pourrait être bientôt nécessaire d'organiser des guildes de métier, et par là même de commencer à orienter les enfants vers un métier qui pourrait leur plaire via les apprentissage. Après tout, il s'agit du futur de notre communauté?!
[...]
J'ai ce jour, la surprise de voir Mandore à la sortie.
Surprise s'il en est, car c'est la première depuis qu'il m'a présenté Elina qu'il vient me voir pendant la journée.
Il semble avoir un quelconque problème avec un commerçant nouvellement installé, un certain Borir, tenancier de la nouvelle maison close. Promesse faite sur un bord de comptoir de mener un quelconque accord commercial... Bref, Mandor semble gêner de cela, car il n'a aucune idée de ce qu'il pourrait bien proposer.
Pour ce que j'en ai compris, ce genre d'activité est somme toute très classique dans les communautés majoritairement humaine. Hélas je n'ai pas vraiment de connaissance de ce type d'activité... tout comme le besoin insatiable de plaisirs charnels cherchés par la gente masculine.
Pour rester dans la veine de mon projet d'organisation de guilde, pourquoi ne pas organiser cette activité?
[...]
Mandor s'éloigne déjà, un doute m'assaille...
J'espère qu'il ne comptera pas organiser un apprentissage de ces métiers auprès de mes élèves.
[...]
Ce matin, Mandor souhaite nous rencontrer avec Gaurinn, il semblerait que le problème avec ce Borir ne soit pas encore terminé. J'ignore ce qu'il en est exactement et çà ne m'intéresse pas plus que çà, mais ma présence semble requise...
Il y a de quoi être excédé! Que sais-je donc de cette histoire, ses tenants et ses aboutissants? Suis-je la représentante du gouvernement? Suis-je responsable des forces de l'ordre?
J'ai la curieuse impression qu'on me demande mon avis sans avoir prit la peine de ne serait-ce que penser avant de grogner.
Quel est l'intérêt de me demander mon avis de personne n'ayant pas les cartes en main pour me faire comprendre que celui-ci n'est pas approprié à la situation? On me fait perdre mon temps!
[...]
Après avoir quitté cette réunion factice, je file chercher mes affaires, bien vite rattrapé par un Gaurinn à la fois penaud qui cherche à m'écouter et me comprendre, mais aussi qui semble attendre quelquechose de moi.
Ma surprise et ma curiosité n'ont pas été mis en haleine bien longtemps, et certaines de mes questions ont trouvés leur réponse.
Une épée immense aux motifs plutôt curieux, une série de tatouage sur les avant-bras de Gaurinn et une demande simple. Améliorer par les arcanes la solidité de cette épée et pourquoi pas plus tard d'autres petites choses...

Avatar du membre
Jiven
Initié Actarusien
Messages : 25
Enregistré le : lun. 18 févr. 2013 18:13
Date de naissance : 25 août 1990
Localisation : Strasbourg

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par Jiven » dim. 19 janv. 2014 21:49

Résumé de la dernière séance, en première personne par Mandor.

---------------------------------------

Aujourd'hui, en allant me coucher, j'avais un mal de crâne énorme me tourmentant. Les inquiétudes de Gaurinn sont bien entendues fondées, mais je suis sûr que les choses vont aller en s'arrangeant. Mais alors que je soulevais ma couverture, j'ai retrouvé caché sous ma paillasse mes notes de l’œuvre à laquelle je pensais consacrer les prochaines années de ma vie : la Geste des Voleurs. A ma grande horreur, cela faisait plus d'un mois que je n'y avais pas touché. Je me demande d'ailleurs si je devrais pas changer le titre.

Comment pourrais-je coucher ce qui s'est passé ces dernières semaines sur le papier ?

Je m'explique : comment faire comprendre au lecteur lambda que la fondation d'une guilde des dames de nuit serait pour le bien de notre nation ? La plupart des nations civilisées du monde retrousseraient leurs nez aristocratiques de mépris, et la plupart des gens bien pensants s'offusqueraient à cette idée. En fait, je pense que tous et toutes en feraient un plus grand problème que ça en est.
Tout à commencé hier soir, après une journée bien remplie à écouter les gémissements de nombreux marchands et "notables". J'ai passé ma soirée avec Gaurinn à descendre quelques bouteilles, ce grand gaillard devrait s'amuser un peu plus.

Récemment une maison de passe s'est installée dans notre cité, et avec un petit coup dans le nez, je manquais de compagnie féminine. Depuis combien de temps n'avais_je pas eu une tendre nuit ? Trop longtemps. Et une fois arrivé, j'ai trouvé le propriétaire des lieux bien sympathique. Il avait une bonne tête.
"Je veux faire des affaires avec vous !" lui-dit-je, tout gaiement et sincèrement. Je n'avais franchement aucune idée de ce que je voulais faire comme affaires, mais apparemment je voulais en faire. Je me demande, lorsque nous aurons un château digne de ce nom, serait-il possible d'avoir des courtisanes ? Mieux vaut garder ça pour moi.

Dans tous les cas, la nuit fut agréable. Belle femme, agréable compagnie.

Bien entendu, le lendemain, qui vois-je arriver au milieu de mes doléances ? Borir lui-même. Je fût un peu gêné et tenta de ne rien montrer. Peut-être pensait-il me prendre à contre-pieds dans un contexte où je ne pensais pas le voir ? Ou alors sentait-il que c'était le meilleur moment pour me trouver avant que je ne recommence à me balader en ville.

En tout cas, je lui dis de revenir l'après-midi pour que nous puissions en discuter plus longuement. Puis fila presto voir la personne responsable notre expansion urbaine et donc responsable de l'installation de ce bordel.

Cela faisait bien longtemps que je n'avais vu dame Liriel et elle n'avais vraiment pas l'air bien. Elle a la détermination et l'envie, mais peut-être devrait-elle prendre un peu plus de temps pour elle-même ? Elle s'en remettra, elle est plus forte que ça (elle doit bien l'être pour avoir crapahuté à toute allure avec nous lors de notre exploration), mais je ne peux empêcher mon inquiétude de me serrer les tripes.

Mon raisonnement en tout cas était qu'elle pouvait me donner des idées pour traiter avec ce tenancier. Après réflexion, peut-être aurais-je dû aussi allé consulter Dame Elina ?

En tout cas, elle me proposa de participer à son projet du moment : l'apprentissage au travers des guildes. L'histoire m'excusera si je n'ai pas compris le lien entre l'apprentissage et une guilde des belles de nuit, car je ne pense pas que ce soit une bonne idée d'avoir ces dames prendront de jeunes filles en apprentissage.

En tout cas, l'après-midi, je proposa l'idée à Borir, sans m'engager à quoi que ce soit. Tout d'abord, il fallait voir consulter Gaurinn sur le sujet.

Je pensais que nous allions avoir une discussion calme et tranquille et que mes deux co-conseillers allaient pouvoir m'aider à établir les détails de cette négociation. Et je n'étais vraiment pas préparé aux éclats du grand guerrier. Dans tout les cas, je lui posa la question : utilisait-il son veto pour qu'on ne poursuive pas dans cette voie ?

Il était d'accord pour les guildes, mais absolument pas la guilde des belles de nuit. En tout cas pas sous cette forme.

Liriel quitta la table, poursuivit par Gaurinn, et il ne me resta plus qu'à me coucher sans savoir quoi faire.

Je dois être complètement fêlé de la théière pour avoir cru que je pouvais m'en sortir dans une position où je n'avais aucune expérience. Je vais devoir faire mieux, être plus intègre, plus décidé. Je prie les dieux pour qu'ils me donnent une inspiration, mais je me sens bien en dehors mon élément.

Avatar du membre
Sylv et Mnem
Guthiste Thermoformé
Messages : 1333
Enregistré le : dim. 2 janv. 2011 01:00
Date de naissance : 15 juin 1971
Localisation : cargo léger corellien YT-2400 - le "Black Bird"

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par Sylv et Mnem » jeu. 23 janv. 2014 00:36

Alors que comme chaque jour j'effectuais la tournée de la toute jeune Karv, je fus agréablement surprise de voir venir à ma rencontre le membre du conseil avec qui j'avais eu le moins de contact jusqu'alors : Gaurinn. Je l'ai bien croisé quelques fois mais nous n'avions pas vraiment eu l'occasion de parler ensemble, d'ailleurs il ne m'a pas véritablement paru être le genre de personne versée dans la communication. Visiblement le conseil est dans l'embarras suite à la verve enthousiaste de son dirigeant. Mandor aurait initié une négociation avec le tenancier de la maison close nouvellement ouverte sans en anticiper les possibles fâcheuses conséquences. Gaurinn tiens à ne pas laisser s'envenimer la situation et compte faire stopper les négociations. Le problème c'est que bien qu'il ait réussi a faire comprendre à Liriel les enjeux de cette négociation, Mandor semble lui rester hermétique à la voix de la raison. Au vu de l'exposé que m'a rapidement fait Gaurinn la situation semble en effet préoccupante. Je l'assure donc de mon aide, et l'accompagne jusqu'aux ruines de l'ancien fort qui accueille pour l'instant le conseil. Je ne sais pas vraiment à quoi je vais pouvoir servir lors de cette réunion, je ne me sens pas légitime pour négocier aux cotés du conseil dirigeant, néanmoins je leur ai proposé mon aide à mon arrivée et je tiens a leur montrer qu'ils peuvent compter sur moi.

Alors que Gaurinn me laisse pour continuer de préparer la réunion de l'après midi avec le fameux Borir, je tente de parler a Mandor pour essayer de comprendre son point de vue, mais comme je l'ai déjà remarqué, il ne parait pas voir la portée potentiellement dangereuse de la situation et ce malgré les informations collectées par Gaurinn qui sont préoccupantes. Son point de vue reste immuable, son désir de se faire apprécier et de permettre a tous de passer du bon temps l'emporte sur la raison, et même si cela peut paraître venir d'un bon sentiment il me semble qu'en tant que dirigeant Mandor devrait disposer d'un sens des responsabilités un peu plus développé. Je suppose que la tache est nouvelle pour lui et j'espère qu'il apprendra avec le temps mais je suis réellement soulagée que ce nouvel état ait un conseil comme gouvernement, les trois personnalités qui le composent sont complémentaires et chacun peut ainsi pallier aux lacunes des autres. C'est rassurant.

Peu de temps après j'ai le plaisir de revoir Liriel qui me parait toujours aussi exténuée. Je pense profiter du voyage du lendemain pour lui parler un peu. En attendant que Borir daigne se présenter nous partageons donc un thé avec Mandor, mais qu'elle ne fut pas ma surprise alors de voir Liriel sciemment détourner l'attention de son ami et verser une bonne moitié d'une fiole suspecte dans sa tasse ! Ce n'est pas à moi d'intervenir dans leur histoire mais j'avoue que je suis surprise de la voir recourir à de telle méthode. Enfin par conséquent je n'ai pas été étonnée de voir Mandor écourté notre entrevue et ensuite revenir plus pâle que jamais s'excuser de ne pas finalement assister à la réunion.

Réunion pour laquelle nous nous installons enfin, et je vois qu'Aliflex est également présent. J'avoue que le vieil homme me laisse perplexe, je ne comprends pas qu'il ait a son âge entrepris un si long voyage pour partir explorer ces étranges contrées du nord. En même temps il n'a plus vraiment toute sa tête et Sarenrae doit éclairer sa route car malgré sa santé déclinante il a réussi a parcourir une longue route. Enfin, Borir fait son entrée et rapidement Gaurinn met carte sur table et rentre dans le vif du sujet. Nous apprenons bien vite que Borir est bien conscient que son associé, Tabor, n'est pas très recommandable mais il est pieds et poings liés et ne sait pas comment s'en défaire. Gaurinn lui semble savoir gérer ce genre de situation car il s'est engagé à faire en sorte que Tabor ne soit plus un problème si Borir s'engage a faire tourner son affaire en respectant les règles établies, ce qu'il semble disposé à faire. Même si son activité est plus que discutable, Borir semble plutôt honnête et il a même accepté que je passe régulièrement dans son établissement afin de venir voir ses filles pour m'assurer de leur bien être et leur bonne santé.

Finalement tout s'est plutot bien passé, et nous croisons Mandor alors que Borir vient de quitter le fort. Il n'a toujours pas l'air bien et Gaurinn lui avoue alors que cet état est de son fait, qu'il a voulu l'écarter de la discussion. Il a utilisé pour cela les talents d'Aliflex a son insu. Malgré tout Mandor ne semble pas réellement tenir rigueur à ses compagnons de ce vilain tour.

Une fois tout cela terminé, la journée est déjà bien avancée et il me faut me dépêcher pour terminer mes tâches et préparer mes affaires pour le voyage qui nous attends demain jusqu'au comptoir d'Oleg.

---

Le voyage s'est plutot bien passé, cela m'a permis de connaitre la région. Nous avons commencer le voyage à 4, Gaurinn et Aliflex sont partis avec Liriel et moi, mais rapidement Gaurinn a suivi un autre itinéraire et nous a rejoint quelques jours plus tard au comptoir. Le trajet m'a permis de discuter avec Liriel, enfin entre ses travaux magiques - plus qu'étrange je dois dire que ce qu'elle fait m'a plus d'une fois laissée perpplexe - et les moments où elle s'endormait sur son cheval. Malgré tout elle ne semble pas malade, je pense simplement qu'elle se surmène. J'espère que sa recherche d'aide au comptoir sera fructueuse car elle ne pourra pas continuer comme ça indéfiniment même si son ascendance elfique semble l'aider à supporter la privation de sommeil.

Ces quelques jours loin de Karv ont été plaisants malgré tout mais je suis heureuse d'être rentrée, il y a du travail ici, d'ailleurs l'aube se lève bientôt et il me faut y aller, une nouvelle journée commence.

darith
Guthiste Thermoformé
Messages : 1358
Enregistré le : jeu. 22 avr. 2010 01:00

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par darith » jeu. 23 janv. 2014 11:16

Extrait du journal de Liriel:

Une fois n'est pas coutume, Gaurinn est venu me trouver à l'issue des quelques leçons que je dispense maintenant quotidiennement aux enfants.
C'est bizarre, mais j'ai la curieuse sensation qu'il sera une nouvelle fois question de la dernière frasque de Mandor... Enfin j'ose espérer qu'il n'a pas déjà enrichi la liste des dites frasques...
[...]
Il semble que Gaurinn souhaite ma présence à ses côtés ainsi que quelques autres personnes notables. Aucun problème en ce qui me concerne, d'autant qu'il semble avoir compris qu'il ne doit pas attendre de moi que je décide la moindre chose au sujet de cette histoire.
[...]
Arrive l'heure de la réunion tant attendu. Un dernier détail tarabuste Gaurinn, il semble qu'il veuille se débarrasser de Mandor pour la durée de la rencontre, et il me tends bien vite une fiole dans je présume que les effets seront atypique sur notre compagnon...
Comment lui en vouloir?
Invitant Elina au passage, je file rencontrer Mandor pour me faire offrir un thé. Prétextant une gorge un peu faible, je distrait suffisamment son attention pour enrichir sa tasse de thé avec la moitié de la fiole que m'a transmise Gaurinn sous le regard incrédule d'Elina.
[...]
Quelques minutes après ingestion, Mandor fini par se lever, le ventre saisi à cœur pour quelques spasmes et autres congestionnement des tripes, filant avec célérité dans les lieux d'aisance. J'ai peine à le voir en cet état, mais j'ai l'intime conviction qu'il l'a bien cherché avec la bêtise qu'il a commise.
S'ensuit un regard lourd d'interrogation de la part d'Elina.
Je ne la pense pas dupe, et je me sens trop lasse pour jouer aux devinettes avec elle.
[...]
Nous abordons finalement la réunion avec Borir sans Mandor, confiné aux commodités par un mal très soudain.
Je découvre au fur et à mesure, le gouffre au bord duquel nous sommes, et je joue de ma fatigue qui ne doit être maintenant une surprise pour personne pour questionner Borir et permettre aux autres membres de la réunion d'obtenir quelques précieuses informations dont l'impact pourrait m'échapper.
[...]
La réunion semble être un succès pour nous. De plus, j'ai été assez marqué par la présence d'un ancien parmi nous... Aliflex il se nomme je crois. Curieux et intéressant vieil homme s'il en est... il semble d'ailleurs qu'il nous accompagne jusque chez Oleg demain. Il faudra sans doute que j'aille le voir pour quelques questions sur des produits alchimiques ces prochains temps...
[...]
Sitôt la réunion terminée, et les aveux de Gaurinn entamé auprès de Mandor, je m'éclipse rapidement, pour le coup, bien contente de pouvoir retrouver une quelconque travail en attente.
Je ne sais pas vraiment comment Mandor va prendre le vilain tour que nous lui avons joué, mais j'ai l'impression qu'il sera de bon ton de surveiller les choses que j'ingère dans les semaines à venir. Nulle envie de me retrouver bloqué par un lavement de fortune ou je ne sais quelle autre décoction aux propriétés désopilante... Certainement pas avec tout le travail que j'ai à faire.
[...]
Les heures défilent, et je finis par voir le soleil poindre à l'horizon. Dans une ou deux heures tout au plus, nous allons prendre la route. La journée promet d'être longue, car je n'ai pas encore fermé l’œil de la nuit, trop occupée à bucher sur les affaires de la cité.
[...]
Il semblerait finalement que je me sois assoupie sur mon cheval. Je dois vraiment être fatiguée, car lors de nos dernières chevauchées il y a quelques semaines, j'avais surtout souvenir des capacités actives de celles-ci sur mon fessier.
Quoi qu'il en soit, et aussi curieux que cela puisse être, j'ai réussi à passer quelques heures à dormir.
Le reste du voyage est partagé entre quelques recherches et des discussions avec mes compagnons. Il semble d'ailleurs qu'Elina s'inquiète pour moi, car elle passe de nombreuses heures à m'examiner, cherchant à découvrir si je peut être atteinte d'une quelconque infection ou maladie... Pour ma part, tant qu'elle laisse à mes livres, elle peut bien utiliser sa magie à guise...
[...]
Notre arrivée au comptoir me fait prendre la mesure des changements s'opérant dans la région. Nombreuses sont les tentes autour du comptoir, les affaires d'Oleg doivent être sans nul dout être florissante... J'espère que celaa ne sera pas un obstacle à ma proposition.
[...]
Nous reprenons déjà le chemin du retour. Pour ma part, je suis très heureuse qu'Oleg ait accepté de m'enlever l'épine que représente la trésorerie, et encore plus heureuse que Svetlana ne soit pas réfractaire à l'idée de nous prêter main forte également.
De son côté Gaurinn semble avoir réussi à alerter Jhod, et il semble que celui-ci soit également disposé à nous donner un petit coup de main.
Je ne sais guère si cela est possible, mais avec ses quelques remarques pertinentes, Aliflex pourrait-être également une recrue de choix dans notre équipe. A voir si les faiblesses mémorielles qui l'animent peuvent être compatible avec ce qu'il pourrait être amené à faire pour nous.
[...]
La fin du mois s'avère plutôt calme pour Krav, les migrants arrivant à un rythme régulier, remplissant les maisons à mesure que nous les finissons.
Par contre, cette fin de mois fût éprouvant, Gaurinn semblant avoir trouvé un nouveau jeu en venant m'importuner à tout bout de champ avec ses élucubrations. Se rends il compte qu'il me retarde dans mes travaux et de fait sa propre demande?
Profitant d'un BEN encore plus zélé qu'a l'accoutumé, Gaurinn a subit un sort que je réserve habituellement à Mandor... la remise d'idée en place par chatouillement électrique.

Avatar du membre
Sylv et Mnem
Guthiste Thermoformé
Messages : 1333
Enregistré le : dim. 2 janv. 2011 01:00
Date de naissance : 15 juin 1971
Localisation : cargo léger corellien YT-2400 - le "Black Bird"

Re: Livre 2 - Quand les rivières se teintent de rouge

Message par Sylv et Mnem » jeu. 23 janv. 2014 20:07

Extrait des carnets secrets rouges et jaunes à petits pois de Gaurin :

Pourquoi ?
Cette question hante mon esprit. Pourquoi ai je laissé Mandor seul ce soir là entouré de femmes et d'alcool ? Mais ou avais je l'esprit ?
Là ou tout être normalement constitué se serait contenter de se souler et de se rouler dans la luxure puis regagner son chez soi avec une gueule de bois, j'aurais du me douter que pour notre cher ami cela n'aurait pas suffit...
Je n'ai pas dormi de la nuit avec ce que j'ai appris, j'ai renvoyé mes petits espions avec de nouvelles consignes et j'ai beau avoir retourné le problème dans ma tête des centaines et des centaines de fois je ne vois pas d'autres solutions.
Si Mandor poursuit dans la voix où il s'est engagé avec Borir, il livre la cité et tout notre travail à la pégre de Restov ou pire encore. Et croire qu'il controlera la situation c'est se bercer d'illusions. J'en suis convaincu...
Je vois bien qu'il est dans l'embarras et d'ailleurs j'ai tout bonnement l'impression que son esprit déraille, il refuse de me laisser voir le tenancier du bordel avec Kesten et de lui faire peur mais par contre il me demande de le faire disparaitre..
Mandor, à quoi joues tu ? Au fil des jours je trouve le demi elfe de plus en plus inapte face aux responsabilités mais de là à me demander de tuer un homme pour couvrir ses erreurs ??
Quel maléfice a bien pu emprisonner ton esprit pour que tu en viennes à me demander cela ? Mais je ne suis pas un assassin.
Mes petites oreilles sur pattes sont revenus plus tard dans la matinée pour m'informer que Borir semblait étre un bon commerçant. Opportuniste certes, mais plutot honnête. Mais ce n'est pas le cas de son associé.
Pour gagner un peu de temps, je demande a Kesten et ses gardes de faire du zéle et de retarder au maximum Borir le tenancier du bordel qui doit venir conclure les négociations dans la journée avec Mandor. Je demande également à Kesten d'étre présent lors du conseil en lui expliquant la situation rapidement il comprend trés bien de quoi il en retourne.
Néanmoins, il ne me reste plus un instant à perdre, si je veux préserver notre travail je dois agir et vite. Je n'ai pas le coeur d'en rajouter à la tache de dame Liriel elle parait si fatiguée déjà et je ne lui ai déjà que trop demander.
Je dois me débrouiller sans elle. J'ai tôt fait de me rendre chez notre grande pretresse, je prie mes dieux pourqu'elle voit les choses comme je les vois et qu'elle accepte de m'aider mais je ne préfére supposer de rien c'est une femme... et elle est peut étre déjà sous le charme de Mandor.
La discussion fut apre avec Elina, elle semblait comprendre la gravité du problème mais n'arrivait pas à se trouver la légitimité d'agir ou même d'assister au conseil. Pourtant j'ai besoin d'aide pour ce conseil, pour faire front unis face au danger. J'ai du lui paraitre un véritable rustre en la mençant de lui trouver un remplaçant qui aurait moins de scrupule qu'elle pour sieger au conseil mais comme disait Eron mon ancien maitre, la fin justifie les moyens. Pour juger elle même de la situation je l'ai invitée à rendre visite au barde et de tenter de le raisonner mais si même moi je n'y suis pas arrivé...
Ensuite je me suis souvenu que notre ville abrite un alchimiste désormais, le vieil Aliflex qui était venu se plaindre durant les doléances contre les nuisances sonores du bordel. Peut-être trouverai je auprés de lui un nouveau soutien, en tout cas je n'ai rien à perdre en l'invitant à assister au conseil et puis qui de mieux placé qu'un alchimiste pour résoudre des problème de tuyauteries internes.
Je m'en veux d'en étre réduit à de telles extrémités mais je refuse catégoriquement que Mandor mette en péril la sécurité de notre cité surtout aprés qu'il m'ait demandé d'assassiner un homme. Je suis peut étre sévère mais je le juge incapable de venir à bout de cette négociation dans laquelle il s'est empétré tout seul, sans vendre la moitié de la ville à des étres peu recommandables.
J'ai du mentir à ce pauvre petit vieux pour obtenir une purge suffisament efficace pour mobiliser un homme dans les lieux d'aisance pendant toute une journée, ainsi il me suffit de la faire boire à Mandor et c'est un conseil uni qui fera front devant Borir et cet associé fantome.
En retournant au fort, je suis allé voir Liriel et lui fait part de mon plan, en guise de réponse elle s'est contenté de soupirer et a tendu sa main pour que je lui remette la fiole de l'alchimiste. Je suis soulagé qu'elle se charge de cette partie là, il m'aurait été difficile de regarder Mandor en face...
La salle du conseil s'est remplie peu à peu, Kesten est arrivé en premier suivi d'Elina et de dame Liriel, nous avons du attendre encore un long moment avant de voir se joindre à nous le vieil Aliflex mais toujours pas de Mandor, alors j'ai pris les choses en main et donner un aperçu rapide de la situation dans laquelle nous étions et le conseil est tombé d'accord, nous devions bien montrer à ce Borir que notre cité n'était pas un terrain de jeux ou quiconque pourrait faire régner sa propre loi et que lui et son associé trouverait à qui parler.
Savoir intimider les gens, je sais le faire, et je dois dire que je m'en suis bien sorti, le pauvre Borir était presque terrorisé et nous avons finalement réussi à trouver un accord ou chacun trouvera son compte.
Je m'occuperai de Tobar son associé et lui ferai comprendre que d'ores et déjà nous sommes les seuls et uniques interlocuteurs "priviligiés" en ce qui concerne le fonctionement de l'établissement de Borir et qu'aucune guilde sous jacente ne sera admise dans notre ville sous peine de voir les locaux disparaitre en fumée comme par magie...ou pas, sans compter les sanctions prises à leur encontre que je me ferais un plaisir d'executer.
A mon grand soulagement, le conseil ne s'est pas trop prolongé et Mandor n'est réapparu qu'une fois Borir parti. J'en ai profité pour lui présenter mes plus sincères excuses. Le barde, aprés me explications a fait mine de ne pas trop m'en vouloir mais il a tout de même dit qu'il se vengerait.
Je mérite sans doute sa vengeance mais il ne m'a pas laissé le choix et maintenant les choses semblent tourner à notre avantage.
Cette situation aura tout de même permis de montrer certains problèmes, peut étre encore bien plus grave. Peut étre que l'affaire Borir n'était que la partie emmergée de l'iceberg et je vais avoir besoin de l'aide de dame Liriel ou d'Elina au plus vite mais pour cela il me faudra attendre le moment propice pour pouvoir leur parler et peut étre avoir d'autres preuves...
Quoi qu'il en soit, je me suis engagé à accompagner la grande pretresse, notre grande magistère et le vieux..vénérable....croulant... Aliflex jusqu'à Oleg Bourg mais ce n'est pas tout à fait exact.
Le lendemain avant de quitter Karv j'ai donné quelques consignes à Kesten, c'est un homme bien en qui je fait confiance et ce dernier semble m'apprécier pour cela, aussi m'a t'il fait par de certaines doutes envers le vieil alchimiste, et bien soit je garderai un oeil sur Aliflex en tentant de ne pas m'endormir...
Mais mon voyage n'est pas vraiment ce qu'il parait car chemin faisant je quitte la caravane et m'enfonce dans les bois en direction du temple d'Erastil ou se trouve Jhod. Je compte bien lui proposer une place au conseil, aprés tout, autant que Svetlana et Oleg il mérite d'avoir son mot à dire dans le développement de cette région.
Dix heures de chevauchée furent nécessaire pour y arriver et l'accueil que Jhod me réserva était bien à la hauteur de ce que j'imaginais, à force d'étre reclu dans les bois, l'arrivée d'un ami est toujours appréciée. Et comme je l'escomptais, Jhod a accepté avec joie de venir sieger avec nous au conseil.
Je suis reparti le lendemain en passant par la clairière des fées et je me doutais bien qu'elles essaieraient de me jouer des mauvais tours aussi j'avais emprunté quelques boissons à Jhod pour m'en préserver et malgré celà ce n'est qu'aprés leur avoir promis à voix haute que de retour je leur ramènerai de l'hydromel qu'elles ont accepté de me laisser passer sans encombre.
J'ai du chevaucher à brides rabattues pour rattrapper mon retard, maudites fées ! Ce qui m'a valu quelques brimades auprés d'Oleg en voyant l'état de mon cheval. Aussi pour laisser reposer ma monture j'ai séjourné deux jours au comptoir et ces deux journées ne furent pas de trop pour aider Liriel à convaincre Oleg de sieger lui aussi au conseil.
Le retour s'est bien passé j'ai même pu faire la connaissance des fées qui m'ont donné des nouvelles de dame Rhasa et de la licorne.
D'ailleurs, ces 2 histoires qui ne trouvent toujours pas d'explications m'intriguent, je les avaient presque oubliées... Et si les changements, l'irresponsabilité peut étre maquillée, sa demande d'assassinat... Plus je fait route vers Karv plus cette idée prends racine dans mon esprit...
Les deux fois nés ont attaqué le seigneur cerf preuve que ce n'était pas lui le necroman, nul lors de l'attaque du fort n'a montré des aptitudes à la magie noire... Peut étre que le nécroman en question est encore toujours en vie, peut étre est il encore parmi nous et peut étre encore que Mandor est sous son influence....
Il faut vite que je puisse en parler à dame Liriel...Si j'en trouve le courage, Dame Elina m'a fait remarqué l'état de fatigue dans lequel elle est. J'ai beau essayé de l'aider et tout ce que j'ai récolte c'est une décharge d'energie qu'elle réserve d'habitude à Mandor....

Verrouillé

Retourner vers « Kingmaker - Le Second Conseil par Kenshiro »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité