Scénario 2 : L'affaire blanche d'Amin

Répondre
Avatar du membre
thamartin
Vouivre
Messages : 449
Enregistré le : sam. 25 août 2012 17:51
Date de naissance : 17 sept. 1968

Scénario 2 : L'affaire blanche d'Amin

Message par thamartin » mer. 17 avr. 2013 03:42

Présentation par Steval Dem'Hévrière
Spoiler :

"Steval Dem'Hévrière, tel est le nom que je porte.

Qu'il me vienne de mes parents, d'un patronyme de héros de l'ancien temps ou simplement de mon imagination importe peu. Les cours de France me connaissent plus simplement sous le nom de Bétaime. Un surnom issu du thème de mes histoires, de ce que je suis à leurs yeux : un Barde du Tragique Millénaire. J'ai repris à mon compte cette image réductrice et j'en ai fait mon blason, ma signature rouge du sang versé et de celui à venir car tels est le Destin.

Si je joue aujourd’hui devant vous, c’est que née une légende, ou du moins une belle histoire, dans ce qui reste du royaume de France. Mais permettez-moi de vous remettre en mémoire une partie des événements qui conduisirent au cadre de cette aventure.

Le pays avait changé sous les coups des destructions massives et des perturbations climatiques. L’apparition de mutations chez toutes les formes vivantes à partir du 25ème siècle engendra les créatures les plus folles. Les peurs, justifiées ou non, se cristallisèrent dans la violence et l’émergence du fanatisme religieux. Deux cultes principaux se livrent encore aujourd’hui une guerre acharnée. L’Eglise du Sincère Repentir prône la recherche d’une absolution des pêchers commis par les ancêtres à travers la souffrance, le rejet des mutants et de toute forme de connaissance. Le savoir est une sorcellerie dont les adeptes sont pourchassés et détruits par le feu des buchers sous les acclamations de la foule. Le Culte du Vrai Dieu s’oppose à cette vision culpabilisante de l’humanité. La recherche du bonheur terrestre est un prélude aux félicités de l’au-delà. Si la sorcellerie y est plus tolérée, elle reste l’objet d’une grande méfiance et d’un contrôle important pour éviter de nouvelles catastrophes. D’autres sectes existent et survivent parmi les ruines du Tragique millénaire. L’une d’elle proclame l’existence du Bâton Runique, serviteur du Destin. Une légende qui perdure depuis trois mille ans, après l’assassinat d’un tyran par un homme au costume noir et or qui lui dédia son crime. La mort de ce conquérant mit fin à la première tentative d’unification de la France. En plus du désordre à nouveau maitre, un froid intense vint aggraver l’isolement des survivants en recouvrant, de glace et de neige, la moitié nord du pays pendant plus de huit siècles.

Alors écoutez cette histoire, elle se déroule en France et commence à Amin, capitale de la Picardia, durant le cinquième mois de l’an 5285, l’année de l'Aigle selon le calendrier Kerchien..."
"... La Picardia est l’un des quinze états actuel né d’une histoire de France marquée par les guerres de nobles cherchant à conquérir le pouvoir et les conflits religieux. Elle est convertie au culte du Vrai Dieu. Cependant, le patriarche local, le Père Andromalius, pousse l’église vers une politique d’intolérance rarement égalée dans ce culte et les buchers ne sont pas rares pour les sorciers, les hérétiques ou les artistes qui ne traitent pas d’arts religieux.

La région offre un paysage contrasté de forêts et de plaines infertiles s’étendant au nord de la rivière Som. La radioactivité y est faible, les températures d’été sont caniculaires et l’hiver dure régulièrement plus de six mois. Au nord se trouve la « mer de suie », un désert mouvant de poussière noire dans lequel se dissimulerait la ville mystérieuse de Lil. A l’ouest, deux grands marécages longent l’océan. Ils sont envahis par les goules des mers et personne n’est assez fou pour s’y rendre. A l’écart des grandes plaines, il existe une région fertile où l’agriculture et l’élevage de bovins sont pratiqués. Les habitants de Picardia sont majoritairement des paysans vivants dans de petits villages.

Le commerce fluvial enrichit la ville d’Amin et son marché quotidien attire les gens de toute la région. A l’écart de la ville, le palais d’Alex VIII, comte de Picardia abrite les fêtes, les jardins et le zoo de mutants d’une noblesse affaiblie par les guerres contre la Normandia ou les chevaliers de Beigik. A l’époque d’Alex V, le comté était tellement endetté auprès des guildes marchandes que le comte vendit la ville de Karlay à l’Empire Granbreton. La cité fût rebâtie par l’Empire et l’ordre de la pieuvre. Elle abrite aujourd’hui une base du fabuleux pont d’argent qui relie le continent à la Granbretanne. Les ambassadeurs de l’Empire sont accueillis dans tous les états et pays d’Europe. La Picardia ne fait pas exception. Zventisk, de l’ordre du lézard, est le conseillé personnel d’Alex VIII. A la tête d’une centaine de lézards, il s’est installé à Amin pour faire bénéficier le comté de la science et du savoir Granbreton sous le regard soupçonneux du Culte du Vrai-Dieu.

En cette année 5286, l’Europe a fait appel à l’Empire pour lutter contre les pirates Scandins qui pillent toutes les côtes du nord. Allié à la Moscovie, les Granbretons ont entamé la conquête de la Scandie. Le Roi-Dieu Huon de Granbretanne s’est mis au service de l’Europe et continue à la soutenir par des prêts financiers et des apports scientifiques. La mode et la philosophie de Londra sont les sommets du bon goût dans nombre de cours d’Europe.

C’est dans ce contexte que débute notre histoire. Imaginez…

Les bruits du quartier marchand : le cri des vendeurs, quelques jongleurs, un dresseur d’ours, des musiciens au milieu des badauds… Dans la taverne, le repas est bon mais les clameurs de la foule à l’extérieur viennent perturber les rires et les jeux aux diverses tables. Les gens regardent aux fenêtres ou se ruent hors du bâtiment. Un étrange convoi traverse la place devant la cathédrale du Vrai-Dieu. Un chariot aux grilles de fer est escorté par la milice. Des projectiles volent vers le chariot et des cris s’élèvent :

- « morts aux cabotans »
- « brulez les monstres » …

En s’approchant, vous pouvez observer deux créatures blanchâtres et imberbes d’environ un mètre cinquante. Aucune d’elle n’a l’air sexuée et il serait difficile de les différencier sans les déchets qui les recouvrent déjà ou les bleus qu’elles portent. L’une d’elle présente aussi une déchirure au niveau de l’épaule. Un liquide blanc coule lentement entre ses doigts. De formes humanoïdes, elles tentent de se protéger des projectiles et semblent vouloir se cacher de ce que leurs gros yeux noirs et globuleux perçoivent aux alentours. Bloqué par la foule, le chariot ralenti. Le chef de la milice qui paradait jusqu’alors, se met à hurler sur la foule.

- « Ecartez-vous ! Au nom du comte, nous nous rendons au palais ! »
Parmi les curieux, les commentaires vont bon train :
- «Vous avez vu ces choses ?! D’où viennent-elles? »
- « Elles ont certainement passé le mur des Hortillonnages ! »
- « Non, les gardes ont dit qu’ils les ont trouvées et piégées dans le quartier est.. »
- « Tuez-les »

Les mutants semblent se disputer au milieu du tumulte. La créature blessée semble repousser son compagnon. Celui-ci hésite, puis se retourne et crache un filet de liquide sur la serrure de la grille. D’un bond, il se jette sur la porte de la cage et se rue à l’extérieur. La foule panique et les gardes s’écartent, apeurés par les cris stridents du mutant. Sans attendre, la créature blanche s’élance et tente de rejoindre les ruelles alentours…
C’est à cet instant que les héros de notre histoire entrent en scène. C’est ici qu’ils font les premiers pas dans ce qui sera bientôt connu dans la région comme : « l’affaire blanche d’Amin. »

Le cabotant d'Amin en cavale
Spoiler :

Image
PJ/MJ: Très souvent avec Limael et principalement le samedi soir.

MJ: INS/MV était ici viewforum.php?f=352
MJ: Hawkmoon en Picardia était là-bas: viewforum.php?f=351

Répondre

Retourner vers « Hawkmoon par thamartin »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité