Le Poulpe du Jeudi Soir

Image
Avatar du membre
Imhotep
Drider
Messages : 346
Enregistré le : mar. 14 mai 2013 10:16
Date de naissance : 10 avr. 1978

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par Imhotep » sam. 5 nov. 2016 10:50

J'avais renommé le fichier en ajoutant un numéro 3 en pensant que tu l'avais oublié :lol:

La prochaine fois j'écouterai le début pour vérifier.
PJ Bill CUSTER Campagne Z-Corps (MJ Guilac)
PJ Gordon JONES OS Crime, Brouillard et Châtiment (MJ Yello)
PJ Paul UDKO Campagne Eternal Lies (MJ Guistealer)
PJ Stuart HOWLAND Les Masques de Nyarlathotep (MJ Cervooo) achevée
PJ Charles HOGWARTH Campagne Le Rejeton d'Azatoth (MJ Guistealer) achevée
PJ Andrew McDermott (MJ Cervooo) Plant y Dear achevée

Avatar du membre
Cervooo
Minotaure kaelien Vidéaste
Messages : 588
Enregistré le : lun. 22 avr. 2013 18:54
Date de naissance : 13 nov. 1982

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par Cervooo » ven. 18 nov. 2016 21:11

Quatrieme seance :

https://drive.google.com/file/d/0B-Ofbk ... sp=sharing

Meet the Rosethorne







Image
Du poulpe tous les jeudi soirs !

Spectateurs acceptés avec micros coupés.

Avatar du membre
Cervooo
Minotaure kaelien Vidéaste
Messages : 588
Enregistré le : lun. 22 avr. 2013 18:54
Date de naissance : 13 nov. 1982

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par Cervooo » sam. 26 nov. 2016 23:06

Cinquieme et finale :

https://drive.google.com/file/d/0B-Ofbk ... sp=sharing


But i didn't kill the deputy...
Du poulpe tous les jeudi soirs !

Spectateurs acceptés avec micros coupés.

Avatar du membre
Cervooo
Minotaure kaelien Vidéaste
Messages : 588
Enregistré le : lun. 22 avr. 2013 18:54
Date de naissance : 13 nov. 1982

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par Cervooo » dim. 27 nov. 2016 12:58

Ft'aghn

Je precise ici pour le scenar du prochain Jeudi,21h-minuit comme d'hab :mrgreen:

On va donc partir sur un Delta Green ecrit maison, de je pense 10 seances, en 1993 a New York. On créera vos PJ ( jets de dés,calcul des comp,etc) en debut de la premiere seance. Je vous demande un BG avec une tite photo afin d'avoir deja une idée. Vous pouvez en discuter sur ce post.

Le groupe est :

-Brakard : US Marshall, menbre du SWAT (Interpellations musclées,planques, et escortes de prisonniers )

-Revaane : Medico legal ( Autopsies et profiling )

-Pitt : Ingenieur de la Nasa ?

-Baron : Detective ?

-Nébal : DEA ( Infiltrations )
Du poulpe tous les jeudi soirs !

Spectateurs acceptés avec micros coupés.

Avatar du membre
Revaane
Anarchiste Damnyesque
Messages : 17
Enregistré le : dim. 9 oct. 2016 11:14
Date de naissance : 02 sept. 1976

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par Revaane » lun. 28 nov. 2016 09:59

Docteur Prudence Mckenzie

Née au Texas dans les années 60 ( elle à 35 ans), ses parents sont éleveurs de chevaux, elle a un frère aîné qui travaille avec son père, ses parents l’aiment et elle aime sa famille, même si parfois elle se sent un peu étriquée intellectuellement parmi les siens. Elle retourne les voir pour les fêtes et certaines vacances.
Avec son frère ils ont une passion commune la moto, ils ont passé leur adolescence à nettoyer, et réparer une Harley Davidson ayant appartenu à leur père.

Elle développe assez tôt un don pour les études et ses parents se mettent en 4 pour lui payer l'université, elle commence par médecine, et se spécialise en médecine légale, (les morts c’est cool ça pu mais ça ne parle pas).

Après ses études, réussies avec brio, elle est sélectionnée pour intégrer le FBI comme médecin légiste, elle est surtout employée et spécialisée sur les affaires de tueries de masse, et de tueurs en série.
Dans les dernières affaires confiées elle a pu étudier deux corps non identifiés, retrouvés dans les égouts, présentant des anomalies physiques étranges, une sorte de mutation génétique faisant apparaître des sortes de branchies dans le cou des deux spécimens.

Caractère :
C’est une scientifique pure et dure. Elle ne laisse pas ses émotions prendre le dessus sur la réflexion, elle a tendance a prendre tout ce qu’on lui dit au premier degré, ne comprend pas l’humour ni les sous-entendus.

Vie personnelle :

Elle est célibataire, c’est une solitaire, son travail étant sa passion première enfin...a égalité avec la moto, avec ses premiers salaires elle s'est payée une Dyna Lowrider de 1980.
Elle n'a pas son permis voiture, on pourrait même dire qu'elle a peur en voiture et ça peut parfois la rendre malade.

Elle fréquente un bar - garage de "bikers", ou les fameux bikers l'ont un peu pris en affection depuis qu'elle a porté les premiers secours à l'un des mécanicien qui faisait un malaise cardiaque alors qu'elle venait acheter une pièce pour sa Harley, pour la remercier ils lui ont offert son premier tatouage, je dis premier car depuis elle en a fait d'autres... Elle n'y passe pas sa vie mais y va de temps en temps, au moins eux ne s'offusquent pas trop de l'odeur de cadavre qu'il peut des fois y avoir sur elle. Personne ne sait qu'elle travaille au FBI, mais tout le monde s'en fou en fait et laisse sa vie sur le pas de la porte. Il l'appellent "Doc". Et au moins elle peut boire un verre tranquille sans avoir des casse pieds qui viennent l'aborder.

Elle a perdu sa virginité pendant ses études, mais plus par curiosité scientifique que par attachement sentimental, son travail et son salaire lui permettent de se payer des escorts pour assouvir ses besoins physiologiques quand elle a le temps et l’envie, autant dire pas très souvent

Elle a tendance à fixer les gens afin d extraire dans sa tête un profil ethnographique (âge sexe origine ethnique).

Elle va au stand de tir une fois par mois comme tout agent qui n’est pas « actifs » du FBI, elle n'a pas peur de son arme, mais n'est vraiment pas un tireur d'élite, et puis bon... a chacun son job.

Physiquement :
Brune taille moyenne, cheveux longs, tres tatouée, toujours en pantalon, boots, tee-shirt et cuir ( moto oblige).
Au laboratoire elle porte une blouse blanche. Son look détonne un peu au FBI.

Photos:

Image
Image

et la moto
Image
Modifié en dernier par Revaane le mer. 30 nov. 2016 22:50, modifié 5 fois.

Avatar du membre
Nébal
Clapoteur Erikois
Messages : 103
Enregistré le : jeu. 10 sept. 2015 17:06
Date de naissance : 25 mai 1982
Localisation : Bordeaux
Contact :

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par Nébal » lun. 28 nov. 2016 15:29

Malcolm K. Jefferson

Background

Afro-Américain, je suis né en 1965 à Harlem, fils de deux militants des droits civiques, qui ont suivi le parcours de Malcolm X, d’où mon nom (c'était l'année de son assassinat) ; j’ai une sœur aînée, qui s’appelle Rosa (veuve, sans emploi) ; par ailleurs, mon oncle Stephen a un temps fricoté avec les Black Panthers – il est tombé sous le coup d’une accusation très douteuse mêlant activités subversives et trafic de drogue, il croupit dans une prison fédérale depuis… J'ai du coup joué un rôle de "grand-frère" pour ma cousine Angela, guère plus jeune que moi - elle a fini par quitter l'Etat, diplôme de vente en poche, pour refaire sa vie loin de son oppressant passé familial. Par ailleurs, je suis marié, mais ça ne va pas très fort avec mon épouse Zealia - nous tendons à nous éloigner, mon travail envahissant n'arrangeant certainement pas les choses...

J’ai baigné dans le monde afro-américain militant toute ma vie. Adolescent, j’ai gravité dans le milieu hip hop East Coast émergent, jusqu’à m’associer, pour la forme, avec quelques gangs locaux… Mais j’ai somme toute assez vite compris que ce n’était pas ce que je voulais faire ni ce que je pensais, et, si je reste engagé dans la cause des droits des Afro-Américains et conserve précieusement mes albums de Public Enemy et me passe en boucle ceux plus récents du Wu-Tang, je suppose maintenant que j’ai mieux à faire que de glander dans les concerts en fumant des joints, et qu’il vaut mieux pour moi tenter de profiter des règles établies par les Blancs pour vraiment changer la donne.

C’est le trafic de drogues qui a décidé de cette évolution : à cette époque, durant les années 1980, je passais mon temps entre Harlem et Red Hook ; ce dernier était un quartier très mal famé, et même surnommé « la capitale du crack »… Ayant constaté de mes yeux les ravages que la nouvelle drogue causait parmi mes amis, je me suis voué à combattre cette tragédie – par tous les moyens.

J’ai remisé mes fringues de rappeur, et choisi de vivre différemment. Le jour, j’enchainais les petits boulots pour payer mon marchand de sommeil et ma bouffe ; le soir, même crevé, j’étudiais d’arrache-pied le droit, grâce à une association de discrimination positive. Le soutien de Zealia a beaucoup compté pour moi à l'époque.

Après quelques années d’un labeur acharné, ces efforts ont payé, et j’ai pu intégrer la Drug Enforcement Administration (DEA) ; j’ai suivi la formation à Quantico, puis travaillé brièvement au siège de l’agence à Arlington, après quoi, du fait de mon expérience personnelle, j’ai obtenu de revenir à New York, et de travailler sur le terrain, à Harlem et Red Hook tout particulièrement.

Mais je sais que mon expérience, pour le coup, est autant un handicap qu’un atout : le passé de ma famille, celui de mon oncle au premier chef, voire mon séjour même temporaire et sans grandes conséquences dans les milieux gangsta, ne m’ont pas forcément posé beaucoup de problèmes jusqu’à présent, mais je sais que j’ai fait l’objet d’une surveillance particulièrement attentive, et suppose que cela ne pourra que nuire à mon avancement… Cela me révolte, bien sûr, mais j’essaye de faire avec – dans l’espoir au moins d’avoir une utilité sur le terrain.

Mes enquêtes à Red Hook m’ont amené à découvrir une réalité sous-jacente au trafic de drogues endémique – une dimension qui m’échappait quand j’étais moi-même dans ce sous-monde, il fallait un certain recul pour la percevoir : des sectes sont de la partie, qui profitent de l’abrutissement de leurs victimes droguées, et qui entretiennent cette dépendance tant au niveau de l’accoutumance qu’au niveau psychique. J'ai longtemps entretenu une relation un peu ambiguë avec des mouvements tels que la Nation of Islam, voire les Five Percenters, encore que sans m'impliquer (car mes parents s'en méfiaient de longue date, si certains de mes rappeurs préférés proclamaient leur affiliation), mais c'était encore autre chose - j’ai eu quelques aperçus de cultes invraisemblables, louant des divinités inconnues aux noms... bizarres... Et, lors d’une planque, j’ai même cru voir… quelque chose… Non, sans doute n’était-ce qu’un cauchemar. Je n’en ai parlé à personne, j'ai déjà assez de soucis comme ça…

Par ailleurs, il y a quelque temps de cela, lors d'une éprouvante conversation téléphonique, ma cousine Angela m'a avoué faire l'objet de harcèlement raciste et d'exploitation par son patron. J'ai passé des heures à tenter de la réconforter, me sentant horriblement impuissant face à ses larmes... Et j'envisageais de plus en plus de prendre l'avion et d'avoir une petite conversation avec son boss. C'est alors qu'un homme du nom d'Antoine Green est entré dans la vie de ma cousine - laquelle semblait aller de mieux en mieux, maintenant que ce syndicaliste à l'écoute autant qu'habile s'occupait de ses problèmes. Il a monté un dossier en béton, dénonçant les nombreux abus du patron, des heures supplémentaires imposées mais non payées aux multiples occasions où son racisme pouvait s'exprimer, et y a joint d'éloquents bilans médicaux, témoignant du stress d'Angela, et de sa situation très critique sur le plan médical. Ayant gagné le soutien de plusieurs collègues, et menaçant d'une grève très médiatisée, Green a obtenu, au moins, que la direction se sépare du gérant de la boutique, et la confie à un esprit moins étroit. Soulagé, j'ai contacté le syndicaliste pour le remercier chaleureusement - c'est alors qu'il m'a dit, avec son léger accent français et d'un ton blagueur, qu'il était membre des Industrial Workers of the World (IWW) : souhaitais-je le faire arrêter ? Le béguin d'Angela pour Antoine ne m'échappait pas, en outre - mais il est parti du jour au lendemain au Mexique pour y exercer ses talents... Nous n'avons plus de nouvelles de lui depuis, mais nous souvenons toujours du syndicaliste et de ses précieux conseils légaux.

Apparence physique

Je suis un grand Noir, assez solide, plutôt élégant par ailleurs ; j’ai le crâne rasé, et je porte des lunettes à l’armature assez épaisse, qui me donnent un peu l’air de m’être échappé des années 1970 – en fait, ça fait partie d’un look savamment conçu, un héritage de mon passé plus ou moins gangsta bling-bling, qui s’accommode étrangement de ma mise autrement classique et sobre maintenant…

Psychologie et comportement

Je suis d’un naturel aimable, et même blagueur – mais, quand il s’agit de travailler, je redeviens vite sérieux. J’ai vécu toute ma vie le poids des discriminations raciales – je ne supporte pas les remarques racistes, même si je ne suis plus du genre à sauter aussitôt à la gorge des connards qui les font ; avant, il y a peu en fait, c’était ce que je faisais… Ma situation particulière au sein de la DEA – peu d’agents, sans doute, ont mon passé – m’incite à la méfiance à l’égard de mes supérieurs, tous forcément blancs ; après tout, je sais très bien que cette méfiance est réciproque… Je fais toutefois en sorte d’éviter tout geste inconsidéré.

BO : https://youtu.be/OrPJ2sObEig ! :P

EDIT : enfin, l'époque, c'est plutôt carrément très beaucoup ça : https://youtu.be/jOLuW2w5kgg

RE-EDIT : Photo...

Image

(Bon, peut-être le cran en dessous en bogossitude, quand même, hein.)
Modifié en dernier par Nébal le mer. 30 nov. 2016 23:50, modifié 8 fois.
PJ Warhammer - Le Seigneur liche, MJ Cervooo (campagne en cours)
PJ L'Appel de Cthulhu - Cthulhu 1890 - Cthulhu 1890, MJ Yello (campagne en cours)
PJ L'Appel de Cthulhu - Arkham Connection, MJ Cervooo (campagne achevée)
PJ L'Appel de Cthulhu - Le Poulpe du jeudi soir, MJ Cervooo (one-shots)

Avatar du membre
Cervooo
Minotaure kaelien Vidéaste
Messages : 588
Enregistré le : lun. 22 avr. 2013 18:54
Date de naissance : 13 nov. 1982

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par Cervooo » mer. 30 nov. 2016 16:07

Ravi par vos BG vous deux : )

J'attends les autres :mrgreen:

A demain 21H tout le monde
Du poulpe tous les jeudi soirs !

Spectateurs acceptés avec micros coupés.

Avatar du membre
pit-le-rouge
Mini Beketois
Messages : 77
Enregistré le : ven. 6 nov. 2015 22:48
Date de naissance : 15 févr. 1966

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par pit-le-rouge » mer. 30 nov. 2016 23:43

Bob Bishop – ingénieur responsable de la sécurité des système IT à la Nasa.

Bob nait en 1950, au sein d’une famille américaine classique. Une mère, Meredith, au foyer, et un père, Ronald, travaillant au San Francisco Police Department comme policier assigné aux patrouilles. Il est éduqué dans le respect de l’ordre et des valeurs américaines traditionnelles.

Bob est un élève plutôt brillant. La lecture de SF, littérature en vogue à l’époque, semble lui avoir donné le gout des sciences. Parmi celles-ci, l’électronique naissante connait un énorme développement en Californie, entrainant la création dans les écoles de nombreux clubs d’électronique. En 1963, Bob est élu président du club de son école.

C’est donc tout naturellement que Bob se tourne vers les études d’ingénieur.
En 1968, aidé par ses parents qui ont économisé toute leur vie pour permettre à leur fils unique d’accéder à l’université, il entre à l’université de Berkeley, au College of Engineering.
A nouveau, Bob s’avère être un excellent élève. Cependant, dans l’agitation régnant sur le campus en cette fin des années 60 qui voit la guerre du Vietnam s’éterniser, Bob découvre la contre-culture et voit ses opinions évoluer.
Parmi ses amis, il compte désormais nombre de leaders de la contestation. Il rejoint lui-même le combat contre la guerre. Cette évolution engendrera une dégradation des relations familiales, particulièrement avec son père, choqué de voir son fils contester un ordre établi que lui-même défend sans réserve.
Pour autant, le conflit ne dégénérera pas en rupture. Les parents restent fiers de leur fils et de son parcours. Sans doute espèrent-ils que cette soudaine éruption contestataire « lui passera ».

De fait, Bob sort de Berkeley en 1973, son diplôme couronnant des résultats de qualité constante. La même année, les troupes américaines commencent à se désengager du Sud-Vietnam. La contestation et la contre-culture refluent à mesure que la guerre s’éteint. Bob suit le mouvement et consacre ainsi son énergie à se trouver un futur dans un emploi motivant.

Il ne devra guère attendre : peu de temps après sa sortie, signalé par un de ses professeurs, il est contacté par le Jet Propulsion Laboratory qui cherche alors à étoffer l’équipe qui vient de se voir confier le programme « Voyager ». Pour Bob, féru de SF dès son plus jeune âge, participer à la conquête spatiale est une chance qui ne peut se refuser.
Il travaille tout d’abord sur les moteurs à l’Hydrazine permettant d’orienter la sonde. Mais alors qu’en 1975 son travail se termine, le développement du module informatique prend du retard. Il est versé en aide à l’équipe en charge de l’ordinateur de bord. Aidé de ses connaissances en électronique et passionné par ce nouveau domaine, il aide ses collègues à faire tenir l’ensemble du logiciel dans une mémoire de 512K permettant ainsi à l’ordinateur de bord de tenir dans un espace relativement exigu.

La sonde est lancée en 1977, et Voyager ne nécessite plus que d’un suivi au sol. L’équipe d’ingénieur est dissoute et, compte tenu de ses prouesses en informatique, la NASA propose en 1979 à Bob de prendre la tête d’un tout nouveau département : la sécurité informatique.

Passionné par ces nouvelles techniques, Bob accepte avec enthousiasme. Il participe même aux premier clubs de pionniers de la silicon valley et acquiert dès 1980 un Apple II. Une passion qui ne s’est jamais éteinte. Au point de ne faire naitre en lui aucune envie de famille. Jusqu’à présent, seules quelques relations ont égayé sa vie.

En 1989, Bob est toujours à la tête du département de sécurité IT de l’agence.
Un soir, alors qu’il revoit les rapports d’audits sécurité réalisé par son équipe, il se rend compte qu’il est question d’un serveur non répertorié mais accessible au sein de l’agence. Sans doute un petit serveur local, configuré pour les besoins d’une équipe, mais non déclaré. Certain de pouvoir identifier l’équipe en inspectant son contenu, il tombe sur des documents interpellant. Des scans d’interview réalisé pour le vieux projet « Blue Book » (enquêtant sur les phénomènes de type OVNI arrêté en 1970) mais classé « secret défense » et donc jamais pris en compte par les auteurs du rapport…

Il est question d’un incident sur Apollo 1.
Cette mission n’eut jamais lieu car un incendie éclata dans le module de commande du vaisseau lors d'une répétition au sol en conditions réelles le 27 janvier 1967 provoquant la mort de son équipage constitué de 3 astronautes.
Ceci entrainera un report de deux ans du programme.
Officiellement, un court-circuit dû à un fil dénudé serait à l’origine du drame.
Mais l’interview de gardien de Cap Canaveral fait mention d’apparition d’ovni dans le ciel de la base en date du 25 janvier 1967. Au nombre de trois, l’un d’entre eux se serait posé non loin d’un hangar. Un des gardiens accourus sur place aurait disparu. Aucune trace.

Le lendemain de sa découverte par Bob, le serveur ne semble plus accessible.
Il interroge un vieux collègue sur l’incident. Celui-ci lui conseille de ne pas remuer ces vieilles histoires. L’affaire du court-circuit et de la mort des astronautes a meurtris nombre d’ingénieurs et la Nasa elle-même. Le silence s’impose si l’on veut poursuivre sa carrière dans cette grande maison…
Bob n’investigue pas d’avantage. Mais le doute s’est installé... Et si il n’a pas répondu aux sirènes de l’industrie informatique alors en plein essor, c’est peut-être avec le secret espoir d’en apprendre un jours d’avantage sur ces secrets que l’on protège….

En effet, pour lui, ces évènements du 25 janvier sont « fondateurs ».
Que s’est-il passé ? Si tout cela n’était que hallucinations pourquoi le secret défense ?
Si cela est avéré, pourquoi a-t ‘on laissé se dérouler le programme deux jours plus tard sans plus de vérification ? Quelqu’un avait-il intérêt à retarder le programme ? Ou quelque chose ?
La Nasa fut la principale victime avec les astronautes, d’où son attachement encore réel à son employeur. Mais pourquoi la Nasa a-t’elle accepté d’étouffer tout ceci ?

Bob est toujours responsable de la sécurité des systèmes informatiques de la Nasa. Et loyal. Mais il n’est plus tout-à-fait celui qu’il fut à son entrée à l’agence. Le doute s’est installé en lui. Un doute qui le ramène peut-être à ces années de contestations… Ces années ou le pouvoir, et ses lobbys militaro-industriels, lui semblait être un danger potentiel pour la démocratie…
Modifié en dernier par pit-le-rouge le jeu. 1 déc. 2016 00:01, modifié 2 fois.
PJ dans plusieurs OS de ADC (MJ Cervoo) achevés
PJ Patrick O'BRIEN & Chris Botti (MJ Cervoo) Campagne Arkham Connection achevée
PJ Bob Bishop & Jean Pelletier (MJ Cervoo) OS Delta Green achevée
PJ Richard Maxwell (MJ Yello) OS La dague de Thoth achevée
PJ Zeng Ju (MJ Nébal) OS Au-delà des limites
PNJ Rév. Matthews, Sam Shelby (MJ Yello) Campagne Terreur sur Londre

Avatar du membre
pit-le-rouge
Mini Beketois
Messages : 77
Enregistré le : ven. 6 nov. 2015 22:48
Date de naissance : 15 févr. 1966

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par pit-le-rouge » mer. 30 nov. 2016 23:57

J'oubliais, la photo:

Image
PJ dans plusieurs OS de ADC (MJ Cervoo) achevés
PJ Patrick O'BRIEN & Chris Botti (MJ Cervoo) Campagne Arkham Connection achevée
PJ Bob Bishop & Jean Pelletier (MJ Cervoo) OS Delta Green achevée
PJ Richard Maxwell (MJ Yello) OS La dague de Thoth achevée
PJ Zeng Ju (MJ Nébal) OS Au-delà des limites
PNJ Rév. Matthews, Sam Shelby (MJ Yello) Campagne Terreur sur Londre

Avatar du membre
Baron_idolatre
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 3
Enregistré le : dim. 27 nov. 2016 11:23
Date de naissance : 10 déc. 1984

Re: Le Poulpe du Jeudi Soir

Message par Baron_idolatre » jeu. 1 déc. 2016 00:50

Image

John Holmstrom

Age: 48ans

Caractère :
John est plutôt quelqu’un de solitaire. Eternel fâché avec l’autorité c’est a se demander comment il a fait pour rester dans l’armée puis dans la police. Il n’a pas peur de faire le sale boulot si besoin. Tenace et près a la bavure si ca lui permet d’atteindre sont objectif.
« Heureusement qu’il est de notre coté ; c’est déjà une belle épine dans l’cul actuellement »
Propos anonyme d’un flic de New York.

Background :
J’suis né a New York a la toute fin de la seconde guerre. Je sais pas trop si mon vieux s’attendait a rentrer vivant ET père en prime. De toute façon il était autant à chier en être vivant qu’en paternel.
Il avait pas les coups radins l’ancien mais j’ai appris a encaisser. Après tout vu ce que la vie vous fout dans la gueule c’est peu être le meilleur cadeau qu’il m’ai fait. Faut dire aussi qu’j’étais pas le dernier a faire des conneries. C’est donc tout naturellement qu’on m’a balancé a l’école militaire. Moi ça me convenait, j’allais voir du pays et m’éloigner de mon vieux.
J’ai appris pas mal de trucs là-bas. Et puis y a eu le Vietnam. Un vrai merdier qu’a duré des années. J’ai bien cru que j’reverrais jamais l’sol américain. Là-bas aussi j’ai appris des trucs. Des sales trucs. J’ai vu l’fond du fond de l’être humain et j’peu vous dire que c’est un peu comme une cuvette de chiotte bouchée. Pas beau a voir.
Quand je suis rentré j’était comme déconnecté. Au front on avait entendu toutes les conneries hippies possible et imaginable mais arrivé au pays le Flower power avait toujours la gueule d’un dealer près a t’suriner pour un dollar. J'ai décidé de devenir inspecteur de police.
Pas ma plus brillante idée j’dois vous dire. Si j’ai pas eu le record de blâme et de suspension je dois pas en avoir été loin. Faut dire que les paperasseries a la con et les courbettes aux élus ça va bien cinq minutes mais passé ce délai je répond plus de rien.
Comme disait mon vieux : « si y cause trop c’est qu’il a quelque chose a s’reprocher. »
Malgré tout j’avais une vie relativement stable. Pour un flic New Yorkais du moins.

Et puis il y a eu l’attentat de février au world Trade center. Là encore ça à été un sacré foutoir. Les pompiers étaient complètement débordé avec la fouille des décombres et la gestion des blessés. Ils demandaient des volontaire alors j’y ai été.
Au milieu du chaos j’ai fait ma part, j’ai ressortis mon lot de blessé. Mais il y en a un en particulier qui m’a marqué. Un grand noir taillé comme un bloc de granit. Le pauv’ gars tremblait comme une feuille et semblait même avoir mouillé son froc. Il tenait un discours erratique ou il était question de démons et je n’sais quelle bondieuserie. J’ai jamais été croyant mais il y avait quelques chose dans son regard. Quelque chose de dérangeant. Comme si il avait contemplé un truc et qu’il lui était impossible d’en revenir.
Ca m’trottait dans la tête alors du coup dès que j’en ai eu l’occasion j’ai mené ma p’tite enquête de terrain. Après comme j’était sur place autant en profiter. J’ai trouvé des choses étranges. Des détails je sais mais des choses qui malgré tout ne collaient pas avec les versions officiels.
Comme un con j’ai voulu jouer selon les règles. J’ai fait un rapport. Branle-bas de combat chez les ronds de cuir et avalanche de réprimande pour ma pomme. Je m’était pas tant fait engueulé depuis que j’était môme. Il aurait plus manqué que l’maire de New York me mette la fessée pour le compte.
Mise a pied temporaire pour moi je sais bien que c’était pas ma juridiction et que j’ai marcher sur les plates bandes de la CIA mais la réaction me parait un poil démesurée. Je songe sérieusement a raccrocher et finir mes vieux jours comme privé mais cette affaire me sort pas de la tête.

Répondre

Retourner vers « Appel de Cthulhu par Cervooo »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Cervooo et 2 invités