"Demandez le journal !" 1925 (la campagne relatée) [SPOILER]

Image
Avatar du membre
Markjan
Modérateur
Messages : 2829
Enregistré le : mar. 26 févr. 2008 01:00
Date de naissance : 18 févr. 1965

Re: "Demandez le journal !" 1925 (la campagne relatée) [SPOI

Message par Markjan » mar. 26 avr. 2011 00:20

Nuit du 1er au 2 février.
La route mène finalement nos trois investigateurs jusqu'au village de Walton-on-the-Naze, faute d'auberge à Clacton. Finalement la petite auto s'immobilise à coté du "White Boat Inn", une auberge, enfin...
Aurélia, Louis et Damien, transis et épuisés, sont accueillis avec joie et bonne humeur par le patron qui parle même quelques mots de français. Les quelques heures de sommeil qui suivent sont réparatrices, mais pas assez.


2 février
Actualité en France: Les Ballets russes de Diaghilev présentent le ballet en un acte le Chant du rossignol à Paris, six ans après la première représentation de l'opéra composé par Stravinski. Sur une chorégraphie de Léonide Massine, des décors et costumes de Henri Matisse, et avec Karsavina dans le rôle du Rossignol, Idzikowski dans celui du Rossignol mécanique et Sokolova figurant la Mort, le Chant du rossignol s'inspire d'un conte d'Andersen se passant à la cour de l'empereur de Chine.

2 février.
Les investigateurs passent la majeure partie de la matinée à échafauder un plan pour tenter de délivrer Marcel et le Colonel Laparre, convaincus désormais de leur détention quelque part au manoir Misraïm.
Le miroir de Gal se révèle l'outil idéal pour espionner Tewfik et Gavigan. Profitant de l'opportunité et malgré les risques encourus Damien et Louis se lancent dans une tentative d'assassinat psychique des deux dangereux sorciers.
Damien parvient à atteindre Tewfik qui subira peu de temps après la colère et la punition de Gavigan, et finit semble-t'il enfermé et menotté dans une pièce sombre, à l'instar du Colonel et de Marcel.
Louis échoue à sa tentative sur Gavigan.

Les deux compères partent immédiatement se reposer après la fatigue qui les terrasse à l'issue de l'incantation rituelle.
Aurélia reste la seule vaillante. Un brouillard givrant rode sur la cote est de la Grande Bretagne.

Avatar du membre
Markjan
Modérateur
Messages : 2829
Enregistré le : mar. 26 févr. 2008 01:00
Date de naissance : 18 févr. 1965

Re: "Demandez le journal !" 1925 (la campagne relatée) [SPOI

Message par Markjan » sam. 16 juil. 2011 18:47

Samedi 3 février - (Pleine Lune)

Actualité en France - Sept biplans Bréguet décollent de l'aéroport d'Alger pour rejoindre Dakar.

Les investigateurs passent fiévreusement la journée à se préparer pour aller héroïquement sauver leurs deux compagnons retenus dans l'enceinte du mystérieux manoir Misraim.
Leur reconnaissance leur a permis de se rendre compte que la propriété, ceinte par une digue elle-même surmontée d'un mur épais, est bâtie sur un ilot. Un pont pivotant en autorise l'accès, quoiqu'on puisse semble-t'il y parvenir à pied en franchissant le chenal à marée basse.
En fin de journée, à la faveur de la nuit tombante et de la brume givrée qui tapisse par volutes les terres et le rivage avoisinant, les trois compagnons déclenchent leur opération de sauvetage.
Le va et vient inhabituel et peu discret des véhicules sur la route qui mène à la propriété atteste que quelque chose de particulier se prépare pour la soirée. La porte du domaine est même gardée par deux sbires.

Aurélia arrête la voiture discrètement à plusieurs centaines de yards.

Les trois investigateurs parviennent sans peine à franchir digue et mur d'enceinte: Les voila dans le domaine Misraim.
Évitant les deux gardes qui se tiennent à la porte de la propriété, ils décident à la faveur de la marée basse de franchir les quelques centaines de mètres qui les séparent de la petite ile.
Transis, trempés, mais fermement décidés à poursuivre leur expéditions, ils réussissent avec la complicité d'Aurélia à se débarrasser des deux sbires présents à l'extrémité du pont et aux abords de l'entrée du domaine. Les voila à présent costumés en adeptes du culte du Pharaon Noir...

Aurélia s'en retourne et rejoint l'auto; Une heure de retour des deux compères est convenue, ce qui lui donnera le temps de préparer l'automobile pour un départ rapide.

Alors que Louis et Damien disparaissent à nouveau dans le froid et l'obscurité en direction du manoir, Aurélia se réfugie dans l'auto et s’emmitoufle dans les couvertures prévues à cette occasion en attendant le retour de ses camarades. Peu de temps après, ils réussissent à couper l'alimentation téléphonique et à saboter le système électrique de pivot du pont tournant, au risque heureusement évité de couper totalement l'alimentation du domaine !

Leur approche discrète leur révèle qu'une cérémonie se prépare sur l'ilot, des buchers rituels ont été préparés autour d'une sorte de grand obélisque. Foule d'adeptes semble se tenir dans la bâtisse elle-même du manoir. Des véhicules sont stationnés non loin, ayant laissé le chemin d'accès à la propriété en piteux état. Ils décident de les saboter au mieux en crevant les pneus.

Parvenant à bluffer le garde chargé de contrôler l'entrée des participants aux cultes, Louis et Damien réussissent à pénétrer dans la bâtisse, puis se retrouvent mêlés à la foule ses adeptes sous la harangue de Gavigan !!! Ils réussissent finalement à s'éclipser dans le reste de la maison, et fouillent un moment avant de parvenir à découvrir un chemin vers le sous-sol, une fois la foule d'adeptes sortie poursuivre leurs immondes pratiques à l'extérieur.

Leurs pas les mènent vers la cave de l'horreur. Cadavres en décomposition ou fraichement tués côtoient des cellules ou ils découvrent le corps inconscient du sorcier Tewfik al-Sayed et d'autres cadavres d'hommes et de femmes d'origines généralement orientales.
Enfin ... ils finissent par trouver la salle où sont enfermés Marcel et le Colonel Laparre ! Leurs deux compagnons gisent à moitié inconscients, victimes de sévices probablement terribles et inavouables, menottés au mur, à moitié nus.

Peu de temps après nous retrouvons nos héroïques aventuriers s'éloignant au plus vite du domaine en soutenant les deux infortunés rescapés. Après une brève exploration du reste du sous-sol du manoir (qui leur permet de découvrir l'atelier campagnard d'Edward Gavigan et certains de ses secrets), la troupe ne traine pas pour prendre le large, profitant du fait que les adeptes soient sortis poursuivre leurs horribles rituels à l’extérieur. La faveur de la nuit et de la brume leurs permettent de mener à bien leur expédition et il finissent enfin par retrouver Aurélia qui s'éloigne au plus vite de l'endroit après que les deux blessés eussent été installés dans l'auto de la manière la plus confortable possible.

Le retour sur Londres s'effectue tant bien que mal, la froide nuit hivernale cède place à l'aube lorsque le groupe rejoint enfin Londres.
Au plus vite le Colonel et Marcel sont menés à l’hôpital et retrouvent finalement leur camarade Clyde dans une chambrée commune.

Fatigués et abasourdis, Louis, Damien et Aurélia se rendent chez Simone et Tom pour trouver enfin un peu de repos bien mérité.
Las ! La police occupe la petite maison en grande pompe.... Grâce à la diplomatie d'Aurélia qui joue franc jeu avec l'inspecteur Barrington déjà sur place, ils découvrent que le vieux couple a été sauvagement assassiné, leurs corps ayant étés retrouvés sur le perron de la petite maison banlieusarde comme déchirés par des centaines de blessures...


4 au 10 février

Actualité en France
5 février - Le maréchal Foch est reçu à l'Académie française.
- Une liste de 330 (ou 890) criminels de guerre est remise au gouvernement allemand (en tête : Guillaume II, Hindenburg, Luddendorf) : refus du gouvernement allemand.
9 février - Les Alsaciens de la classe 1920 sont appelés sous les drapeaux français : c'est la première fois depuis 1870.
10 février - L'élection de Louis Lumière à l'Académie des sciences (15 décembre 1919) est fêtée au Palais d'Orsay par les professionnels du cinéma. Son frère Auguste a décliné l'invitation, désignant son frère comme seul inventeur du Cinématographe.

Actualité en Grande Bretagne
4 février - L'affaire des "disparus égyptiens" défraye la chronique. Scotland Yard brille une fois de plus dans une ténébreuse affaire de sorcellerie et de sécurité de l'état, la fameuse "fondation Penhew" vacille sur son piédestal d'apotre de l'antiquité egyptienne.
- Deux pilotes de la RAF, le capitaine Brand et le lieutenant-colonel Van Ryneveld, quittent la Grande-Bretagne pour tenter de rallier l'Afrique du Sud pour la première fois au monde.
8 février - Dans un article publié dans le Illustrated London Herald, le ministre de la Guerre Winston Churchill se montre très favorable au sionisme. Se référant à la déclaration de Balfour de 1917, il estime que les Juifs pourraient établir un Etat de trois à quatre millions d'habitants sur les rives du Jourdain, Etat placé sous la protection de la Couronne britannique.

La dizaine de jours qui suit voit le démantèlement de la branche anglaise du culte du Pharaon Noir par les hommes de Scotland Yard menés par le pugnace inspecteur Barrington.
Celui ci a fini par sympathiser avec Aurélia et gagner ainsi la confiance du groupe d'investigateurs, ce qui lui a permis de mener à bien deux opérations spéciales: Investigation du manoir Misraim et arrestations des dangereux criminels Edward Gavigan et Tewfik Al Sayed, Perquisition à la fondation Penhew et nouvelles arrestations, découvertes de preuves sur un complot mystico criminel... Les investigateurs sont officiellement associés à l'enquête et bénéficient ainsi d'un droit de regard sur les pièces à conviction.
Curieusement, le dénommé Edward Gavigan s'évanouit mystérieusement dans la nature pendant son transfert de la propriété Misraim vers Londres. Tewfik Al Sayed, quant à lui, est directement interné en asile Psychiatrique.

Sous les bons soins de l'équipe médicale, Les trois investigateurs meurtris peuvent enfin quitter l’hôpital avant d’entamer une période de convalescence. L'infortuné Clyde devra quand même rester un moment sur un fauteuil roulant, certaines facultés motrices ayant été atteintes lors de son horrible blessure...

Pendant ces dix jours, nombre de discussions se sont tenues pour décider d'une suite à donner à l'expédition. Egypte ? Chine ? Kenya ???
Sans parvenir à se mettre d'accord, les investigateurs décident d'explorer une nouvelle piste en Angleterre avant de quitter le pays à la foi d'un article de journal sur les méfaits d'un monstre, trouvé aux locaux du tabloide "Le Scoop", ils décident de se rendre dans le centre de l'Angleterre, dans la vallée de la Derwent, une verte et plaisante contrée... Aurélia choisit quant à elle de regagner la France d'où elle coordonnera en compagnie de Baptiste et d'Elise Courtois les tenants et les aboutissants de l'expédition.


11 février

Les paysages magnifiques que traverse le train sous la pluie fine mènent le groupe jusqu'au comté de Derby, d’où un bus les accompagne jusqu'au tout petit village de Lesser Edale, au cœur d'un écrin de collines rocheuses et de forets verdoyantes. Le village est chaperonné par un grand domaine et son château. Une accueillante auberge pub, "Le cheval Hilare", propose des chambres et des tarifs honnêtes. Le patron est sympathique quoiqu'un peu rustraud, et les investigateurs s'installent avec bonheur.

Avatar du membre
Markjan
Modérateur
Messages : 2829
Enregistré le : mar. 26 févr. 2008 01:00
Date de naissance : 18 févr. 1965

Re: "Demandez le journal !" 1925 (la campagne relatée) [SPOI

Message par Markjan » mar. 13 sept. 2011 21:59

11-12-13 février.
Les investigateurs passent la soirée du 11 et la journée du lendemain a fouiner auprès des habitants et dans le village.

Ils font la connaissance du curé de Lesser-Edale, le révérend Jeremy Stratton, et sympathisent avec lui autour d'un bon déjeuner. Ayant "reconnu" certains des membres du groupe (cf "le ressac de Bryn Celli Ddu" avec Louis, Damien et Clyde), il révèle sans crainte son statut de membre du cercle druidique et confie ses craintes concernant la lycanthropie éventuelle de la fille du châtelain local...

Nanti de ces informations, le groupe mène quelques observations aux abords de Chateau-Plum sans grand succès. Le colonel Laparre provoque le chamboulement en pleine nuit de toute l'auberge en tirant par mégarde avec son grand fusil à éléphant sur lequel il s'était endormi en veillant à la fenêtre.

Puis, manquant de conviction quant au rapport entre ce présumé loup-garou et les affres de l'expédition Courtois, le groupe décide finalement de rejoindre Londres.
Arrivée à leur hôtel, où ils retrouvent leurs bagages, courant après-midi du 13 février.

Les préparatifs d'un long voyage commencent... En effet, après avoir longuement hésité avec un départ pour Shanghai, nos investigateurs décident semble-t'il de poursuivre leur enquête en Égypte !

Répondre

Retourner vers « Appel de Cthulhu par Markjan »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité