(Mort) [Investigateur] William Templeton Chesterfield II

Image
Répondre
Avatar du membre
dwalan
Licorne
Messages : 213
Enregistré le : mer. 19 janv. 2011 01:00
Date de naissance : 29 mars 1980
Localisation : près de Brocéliande
Contact :

(Mort) [Investigateur] William Templeton Chesterfield II

Message par dwalan » ven. 4 mars 2011 12:40

William Templeton Chesterfield II, journaliste au Daily Texan

Né en 1910 à Austin, comté de Travis, Texas, USA.

Fils de William Franklin Chesterfield : un riche Texan propriétaire de plusieurs concessions pétrolifères : il a hérité d’immenses champs où pâturaient des vaches et des bœufs jusqu’au siècle dernier, sa famille survivait difficilement mais n’a jamais cédé à la tentation de vendre les terrains. Leur sort s’est considérablement arrangé lorsque des nappes importantes de pétrole de bonne qualité ont été décelées…

Fils de Margaret Roosevelt : une très lointaine cousine de la famille du président, mais qui use régulièrement de son nom de famille auprès de certains sénateurs peu scrupuleux, ce qui permet à la famille d’obtenir des privilèges quant à l’exploitation de leur pétrole.
Frère de Anna Chesterfield, fille cadette de la famille, elle a toujours admiré son « grand-frère-chéri ». Féministe avant l’heure, elle cherche à tout prix à s’installer dans l’entreprise familiale, et y parvient au bout de quelques années d’intense harcèlement auprès de son père, et grâce à l’intervention de son frère qui, lui ne veut surtout pas travailler dans le pétrole.
Entreprise familiale : la Transcontinental Oil Company, créée en 1887 par le grand-père de William, possède des parts importantes dans la John D. Rockefeller's Standard Oil trust et la Union Pacific Railroad est la première entreprise au Texas en terme d’emplois et de chiffre d’affaire. La famille Chesterfield détient la majorité du capital et les concessions pétrolières sont à leur nom (William en héritera donc).

Enfance : dans une famille aisée, donc. A été préparé à reprendre l’activité familiale, même s’il n’en a jamais eu l’intention. Rapidement, il déteste son père, respecte sa mère, adore sa sœur.

Adolescence : se met au sport, à draguer des filles, à fuir les soirées mondaines et courir les clubs moins sélects… bref, tout ce qui peu énerver son père et l’éloigner de la holding familiale. Il arrête rapidement ses études de droit et de comptabilité pour se tourner vers le journalisme, qui sera une échappatoire et un exutoire.

1930-1935 : intègre une place très enviée au The Daily Texan, grâce au soutien de son père qui s’est finalement résigné à ne pas avoir son fils à ses côtés dans l’entreprise, en tant que journaliste-free-lance, envoyé spécial hors USA. Malgré son inexpérience totale, des budgets importants lui sont alloués pour aller faire des reportages dans différents coins de la planète.
Au départ, William ne prend pas très au sérieux ce travail, c’est surtout un moyen de quitter le giron familial, mais petit à petit, il y prend goût et devient un brillant reporter consciencieux, acharné : Mongolie, Afrique-du-Sud, France, Royaume-Uni, Bolivie, Argentine… il visite presque tous les continents, armé de son appareil photo, toujours en free-lance en solitaire, et ramène une fois par an un reportage impressionnant à publier dans The Daily Texan. Ses reportages sont réputés pour s’intéresser aux aspects méconnus des pays qu’il visite : peuplades perdues au fin fond des forêts ou des déserts, régions oubliées, etc… L’ordinaire ne l’intéresse pas.

1935 : Lors d’un voyage au Groenland où il suit une équipe de chasseur d’otaries, William a un grave accident : il se retrouve bloqué au fond d’une crevasse pendant plusieurs heures… le temps que ses coéquipiers le récupèrent, il a complètement perdu connaissance et se trouve dans un état proche du coma. Il est miraculeusement sauvé grâce à la compétence du médecin de l’expédition, mais au cours de sa torpeur William a fait des rêves étranges, à la fois très réels et complètement fantasques, des cauchemars plutôt, peuplés d’immondes bêtes et d’abominations. A son réveil, il est persuadé que les monstres qu’il a aperçus lors de son rêve existent réellement (même s’ils ne sont pas vraiment réels), et pense qu’il a été « épargné » par ces êtres, car ils ont un « message » à lui faire passer.

1936 : remis de ses blessures, il n’en garde pas moins le goût du voyage, du risque. Il cherche à revivre cette expérience car elle l’a à la fois traumatisé et fasciné. Il reprend donc ses expéditions, toujours avide de découvertes et de sensations fortes. Il commence à s’intéresser aux « choses surnaturelles », se lie d’amitié avec quelques autres passionnés.

1937 : William décide de s’offrir quelques vacances, voire même un congé sabbatique de quelques années, car le journal n’apprécie pas le ton des photos et des reportages qu’il réalise depuis son accident : « issus d’un esprit malade, dément ou fou », lui disent-ils... Il part donc en France pour retrouver un ami d’enfance qui travaille au Musée du Louvre dans la section consacrée aux civilisations anciennes. Peut-être y trouvera-t-il de quoi le motiver pour continuer sa quête des « êtres, car ils ont un message à lui faire passer »…
Membre du comité de protection du mode texte.

Avatar du membre
dwalan
Licorne
Messages : 213
Enregistré le : mer. 19 janv. 2011 01:00
Date de naissance : 29 mars 1980
Localisation : près de Brocéliande
Contact :

Re: (Mort) [Investigateur] William Templeton Chesterfield II

Message par dwalan » mer. 9 mars 2011 11:01

Dans un hurlement de détresse, William brandit son arme en direction de ... l'énorme être qui venait de sortir du gouffre. Fermant les yeux afin de ne pas sombrer complètement et définitivement dans la folie, geste dérisoire, il vida son chargeur en jurant. La bête, ne remarquant même pas les impacts de balle, allongea un de ses membres vers William, le happa, le déchira, le déchiqueta... s'en repu.
Membre du comité de protection du mode texte.

Répondre

Retourner vers « Appel de Cthulhu par nexus le maudit »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité