Jack O'Tann / Galenor

Image
Répondre
Avatar du membre
Galenor
Markjaniste Dément
Messages : 1029
Enregistré le : dim. 19 oct. 2008 01:00
Date de naissance : 31 déc. 1970
Localisation : Strasbourg

Jack O'Tann / Galenor

Message par Galenor » dim. 30 nov. 2014 23:26

Image
3 h du matin, voilà maintenant 5 heures que je suis penché sur ce problème, j'ai commencé l'opération plein d'espoir, mais peu à peu mes doutes m'assaillent de nouveau. À chaque nouvelle autopsie j'explore de nouvelles pistes, je découpe,farfouille, approfondit mes connaissances du cerveau animal dans un premier temps et depuis peu humain.
Pas toujours facile de récupérer des corps, mais il faut coute que coute que je comprenne, que je parvienne à trouver la solution qui me permettra de contrôler ces flashs incessants.
Le dernier en date concernait une jeune femme blonde d'apparence plutôt agréable, je me suis réveillé en pleine nuit trempé de sueur et tous les sens en alerte, elle semblait être poursuivi par 2 ombres et courait vers moi en me criant quelque chose que je ne parvenais pas à comprendre, il faisait nuit noire et nous étions non loin du King's Chapel....
Autant dire que j'ai passé le reste de la nuit à tenter de retrouver au fond de ma mémoire de qui il pouvait s'agir, elle semblait me connaître pourtant...!!!
Je dois savoir qui elle est, je ne suis jamais sur de mes visions, elles restent toujours assez floues, mais ce qui est sur c'est que depuis la première de celle-ci alors que j'avais 9 ans, elles se sont à quelques exceptions prêts toujours vérifiées.
C'est cela qui m'a amené vers des études de médecine et plus particulièrement l'aspect légiste, en effet, parfois, ce ne sont pas des flashs, mais il me semble entendre parler des « esprits » autour de moi, je ne comprends que très peu, et ne parvient à retenir qu'un dixième de ces dialogues, mais ils sont présents.
J'ai toujours été de ce fait un garçon réservé et discret, obligé de raconter des histoires à dormir debout à mes parents pour leur expliquer mes absences soudaines, pas forcément rejeté par mes camarades de classe, la nature n'ayant pas été trop dure avec moi.
Au cours de mes études de médecine, je me suis penché sur la compréhension et l'étude des cerveaux (étant pour moi la partie du corps contenant l'esprit) des créatures les plus proches de l'homme, les singes, pour cela, les leçons de chasse données par mon père ont été fort utiles, j'ai du faire quelques voyages dans des forêts lointaines pour avoir accès à ces animaux et pouvoir les étudier, parfois cela a nécessité quelques fraudes et utilisations de papiers divers, mais rien ne pouvait m'arrêter dans ces recherches.
Je suis persuadé que ce don m'a été donné pour aider mes prochains et je me dois de le comprendre au mieux pour parvenir à le juguler, à en tirer le maximum d'informations et de renseignements. Je dois comprendre, je dois aider ces gens, même si cela doit mener à quelques entorses au règlement.
Je me sens investi d'une quête, et suis persuadé que tôt ou tard mes études me serviront et permettront d'aider mes prochains. Peut-être que cette femme est une pièce du puzzle, ...
Depuis peu, mon statut et ma renommée m'ont permis d'avoir accès à des corps humains, mes études avancent à grands pas, je perçois parfois la présence ténue de ces corps à peine décédés qui tente de me faire parvenir les derniers messages, lorsque l'un d'entre eux est assez net (fait rarissime), je m'arrange pour qu'il parvienne à bon port, toujours discrètement bien entendu.
C'est d'ailleurs ainsi que j'ai découvert le Havana Club (Club de Jazz), un flash m'avait assailli alors que je travaillais à l'embaumement d'une femme d'origine afro-américaine, j'avais pu y reconnaître ce club et un de ses serveurs, qui entretenait une liaison avec celle-ci, ils n'avaient pu se dire adieu et je m'en étais donc chargé. Depuis je retourne fréquemment au Havana, je me suis pris d'amitié pour cet homme, qui avait été plus que surpris de retrouver un soir de service, une lettre à son attention contenant une unique clé de coffre fort. Ce qu'il y découvrit, lui seul le sait, mais le message était passé et c'est bien là qu'est le plus important.
Le Havana m'apporte ce qui m'a toujours manqué, un peu de plaisir dans un monde où je ne parviens pas toujours à marquer de limites exactes entre réalités et « contact ». Depuis peu, mon corps et mon esprit commencent à se stabiliser et j'apprécie de nouveau les discussions qui ne mènent à rien, le fait de partager le plaisir d'un bon verre de Scotch en écoutant un de ces chanteurs prometteurs qui ne manquent pas d'animer les soirées du Club.
J'habite dans le quartier de Walnut Hill non loin de l'Université de Tufts dans laquelle il m'arrive d'enseigner quelques cours d'anatomie et de criminologie aux élèves de Médecine. Malgré mes revenus confortable, j'ai le strict minimum, que ce soit au niveau de mon petit appartement (j'ai préféré un appartement à une maison car pas d'extérieur à entretenir) où de ma voiture (Ford Mustang GT). Mon mode de vie est plutôt simple, je passe énormément de temps soit à l'université (lecture de livre allant des derniers traités scientifiques jusqu'au religion les moins connus), soit au sein de mon laboratoire situé dans l'Université, auprès de ces corps inanimés. Autant dire que je n'accorde que peu de temps au plaisir simple de la vie, que ce soit d'aspect culinaire, « féminin » où autre, bien que depuis peu cela évolue.
J'ai déjà écrit quelques thèses dont la plus connue est «Étude anatomique comparative dans des cas de décès par arme blanche». J'entretiens des rapports courtois avec la Police de la Ville qui a déjà eu recourt à mes services médicaux dans certaines affaires particulières.
Autant dire que plus je parvenais à approcher le corps de la victime rapidement après sa mort, plus mes chances de « contact » étaient fortes... cela m'a parfois permis de les guider dans leurs recherches, sans qu'ils ne soient jamais au courant de la provenance des ces informations. Qui plus est cela me permet d'avoir accès à certains corps d'inconnus que je peux étudier à loisir.
Mes parents sont décédés récemment alors qu'ils avaient décidés de revenir sur la Terre de nos ancêtres, l'Irlande. J'ai pu me rendre à l'enterrement de ceux-ci, juste à temps, ce qui m'a permis de renouer contact avec certains cousins éloignés. Ayant alors hérité d'une vieille rapière mais qui visiblement est de fort bonne facture, j'ai donc décidé, après avoir failli m'en débarrasser au plus offrant, de me mettre à pratiquer l'escrime. Non sans mal d'ailleurs, heureusement que depuis ma plus tendre enfance, j'entretenais mon endurance physique à la course.
Jusqu'alors les seuls instants de plaisir étaient ceux que je pouvais me procurer en enfilant ma paire de chaussures de sport et en courant 2 heures durant ou alors les longues balades à cheval qui me menaient dans des coins reculés de la baie de SF. Autant dire qu'il s'agissait de plaisir solitaire, mais nécessaire à mon équilibre personnel.
Retrouver le contact humain avec le monde des vivants, m'enchante, et je pense que l'avancée de mes recherches et l'impression de commencer à mieux canaliser ces flashs y sont pour quelque chose.

Répondre

Retourner vers « Chill "Les mécanismes du mal" par Darkman »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité