3. Présentation des personnages

Image
Avatar du membre
Ooka
Manticore
Messages : 187
Enregistré le : lun. 27 janv. 2014 17:18
Date de naissance : 15 oct. 1985

Re: 3. Présentation des personnages

Message par Ooka » sam. 12 déc. 2015 17:40

Tristyram Rossignol. Halfelin de 23 ans. Yeux brun, peau halée. Cheveux brun porté pour l'instant en tresse serrée sur le crâne. Pommette saillante, regard pétillant. Sourire franc. Gestes sures et démarche confiante.
Il porte une armure de cuir cloutée ayant vécue. Une dague simple pends à sa ceinture. Avec sa taille elle a l'air d'une épée courte. Un arc long ouvragé est rangé dans un étuis dans son dos. Des flèches portant différents empennage dépasse d'un carquois.
L'accompagnant, un gros chien noir aux poils long et touffu aussi grand que son maître.


Spoiler :

Tristyram ? Il a toujours eu envie d'aventure, petit, il était toujours devant quand Grand-père Tourterelle racontait ses histoires de jeunesses.

Notre clan voyage de la côte des épées à la côte des dragons. Autant dire que les dangers sont nombreux, mais on s'en sort grâce à des gens comme Linemyram, le père de Trystiram. Il a appris tout ce qu'il savait à son fils. Traquer, tirer à la fronde. Linemyram et sa femme, Cléophée, ont eu sept enfants. Trystiram, le seul garçon, puis Arrabelle, Jammilla, Saturvelle, Audalia, Enorial et Vallinette. Six filles, six Rossignols … Autant dire que ça chantait à tout bout de champs chez eux.

Pour ses dix-huit ans l'oncle Bouvreuille lui a gardé un chien de sa chienne. Littéralement. Je ne l'avais encore jamais vu aussi heureux que lorsqu'il l'a reçu. A l'époque c'était une grosse boule de poils noirs. Tristyram l'a baptisé Tabatha et ils sont rapidement devenus les meilleurs amis du monde. Il fallait les voir patrouiller autour de la caravane. Ils étaient beaux. Fort aussi. Je me souviens de quand des brigands, des Grands, des hommes, nous sont tombés dessus dans une forêt. Tristyram, bien qu'âgé de vingt ans a fait sa part du travail. Les Grands se sont vite enfuis, mais certains sont restés à terre avec des flêches plantées dans les yeux…

C'est peu de temps après qu'il y a eu la dispute. Tristyram voulait partir. Mener sa vie, avoir des aventures, découvrir d'autres contrées, d'autres personnes... Comme tout un chacun en somme. Mais Linemyram et le chef Merlenoir n'étaient pas de cet avis. Tristyram devait rester pour défendre le clan. Il y a eu des cris, des menaces... Tristyram est parti contre l'avis du clan, ses sœurs et sa mère ont pleurée..

On a continué à avoir des nouvelles parce qu'ils laissaient des lettres à d'autre Halfelin ou des marchands que nous connaissions. Tiens comme celle-ci :
« Papa, Maman, les frangines,

Comment allez-vous ? Tabatha et moi allons bien. Hier j'ai accompagné un groupe de Grands explorer une vieille caverne au fond d'une vieille forêt. J'ai été payé quinze pièces d'argent pour ça ! Dans la caverne il y avait des gobelins. On devait les chasser parce qu'ils attaquaient les villages environnant. Les grands ont été impressionnés par mes prouesses à la fronde. Ils ont dit qu'ils ne pensaient pas qu'un petit comme moi pouvait lancer aussi fort. Ca m'a fait plaisir. Mais je leur ai dit que je n'étais pas petit, que c'était eux qui étaient grands. Ils ont rigolé. Je crois que je les aime bien. Ils nous ont demandé à Tabatha et moi de les suivre pour vivre des aventures ! Alors, on a dit oui !

Passez le bonjour à tout le monde. Je pense tous les jours à vous. »

Il y en a eu d'autre, le petit Rossignol a peut-être fuit son clan, mais pas ses principes. Je pensais qu'il reviendrait un jour charger d'or et fier comme un Paon. Seulement maintenant je ne sais pas. Il y a quelques mois la famille Rossignol a reçu une lettre qu'ils n'ont pas voulu nous lire. Cela avait l'air grave. Le clan a craint le pire, mais ils reçoivent toujours des lettres de Tristyram. Comme je suis un peu l'érudit du clan, Linemyram s'est confié à moi. A Eauprofonde Tristyram et ses compagnons auraient attrapé une maladie. C'est grave. Seulement personne ne sait comment la guérir alors lui et ses compagnons ont dû partir en quête d'un remède. Je suis inquiet moi aussi maintenant. Tristyram est le dernier survivant parmi ses compagnons. J'espère qu'il en trouvera de nouveaux rapidement. Un Hin malade et seul ce n'est pas bon. Surtout un Hin seul.

Avatar du membre
DarkTenebross
Beketien Exalté
Messages : 2179
Enregistré le : mer. 8 avr. 2009 01:00

Re: 3. Présentation des personnages

Message par DarkTenebross » sam. 12 déc. 2015 21:20

Elena
Assassin
Image
« Ne remet jamais en cause ma loyauté, tu ne sais pas ce que j’ai enduré.»
Vous voulez savoir d’où je viens ? D’où me viennes ces étranges capacités surnaturelles et comment j’en suis à être la guerrière que je suis à mon âge ? Prenez un siège, car mon histoire bien que courte en année est pleine de péripétie.

Je suis née d’un père maléfique, un puissant mage à l’origine de la création d’objet magique et un homme détestable, égoïste, cruel et insensible même envers sa propre progéniture. Ma mère était une femme dont j’ignore l’identité, certains disent une Elfe au vu de mes traits fins, de mon agilité et de ma prestance naturelle mais rien de tout cela n’est réellement confirmé. Il l’a violé, puis soumis à des dizaines d’expériences atroces alors qu’elle portait en elle son enfant. Je ne saurais dire si elle est morte avant, pendant ou après ma mise au monde, dans tous les cas, je sais avec certitude qu’elle ne fait plus partie des nôtres aujourd’hui. Malavel, mon père, avait espéré un fils mais se retrouve avec une fille, première fois que je le déçois. Pendant que j’étais bébé, il effectua de nombreux rituels envers ma personne afin de ma doter de pouvoir magique et de capacité physique surnaturelle. Je ne saurais réellement dire quoi, même parmi les Flammes Pourpres, mon paternel est vu comme un individu malade mentalement parlant et à aujourd’hui, je peux vous confirmer qu’ils n’ont pas si tort que cela.

Je grandis, j’avais une nourrice pour s’occuper de moi ainsi que certains Assassins parmi les meilleurs des Flammes Pourpres de l’époque pour m’entrainer dès toute petite. J’étais selon mon parent encore en vie, un prototype qu’il fallait expérimenter, l’agent Flamme Pourpre parfait, celui qui mènerait l’organisation et lui par la même occasion à la conquête des Royaumes Oubliés. Ma vie, même encore de nos jours n’est qu’un éternel entraînement. On a essayé de faire de moi une machine sans émotion, une créature bonne qu’à servir la maison Gathra. Je me faisais offrir un petit chat à l’un de mes anniversaires pour avoir à l’étrangler à mort quelques mois plus tard pour me détacher de tout sentiment. Il n’était pas bon d’être un enfant qui jouait avec moi lors de mes rares pauses à l’époque. Mes entraîneurs et mon père étaient convaincus que l’attachement et l’hésitation était la plus grande faiblesse de l’humain au combat.

Par ailleurs, les ambitions de mon Père coutèrent cher aux Flammes Pourpres en agents, lorsqu’il fallait faire preuve de détachement, cela devait être total, je compte pourtant l’assassinat de mes instructeurs comme quelque chose de bien moins perturbant que ces enfants avec qui je m’étais amusé pendant quelques heures avant de devoir leur enlever la vie. Lorsque je compris que chacun de mes actes en dehors de mes entraînements auraient des conséquences terribles si j’osais y mêler un autre être humain, je me réfugiais dans autre chose. Le chant dans un premier temps, que j’aimais énormément puis le Luth que je jouais seule dans la maison, interdisant les servantes de mon père de venir m’écouter, pour leurs propres sécurités. Je me forgeais pour la protection d’autrui un caractère de solitaire alors que j’aimais énormément les contacts sociaux.

Au bout d’un moment, je fus mise à l’épreuve en situation réelle, je commençais à accomplir ce pourquoi j’avais été conçue. Par ailleurs, vous devez probablement vous demander pourquoi je n’ai pas tué mon père et pris ma liberté ? Parce que liberté est un mot qui n’a aucun sens pour moi, c’est synonyme de chaos et le chaos n’amène que l’ordre et donc une absence de liberté. Ce mot n’est bon qu’à décrire un état transitoire où l’on aspire à mieux. Sauf que je suis convaincu que l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs et je dois mon existence à mon père et à la maison Gathra. Aussi cruel soient-ils, ils me méritent et ils ne sont pas radin en récompenses. Chaque fois que j’ai fait la fierté de mon père, je fus récompensée, encore et encore. Si je le décevais, ma condition empirait. J’aime toujours ce sentiment d’accomplissement que je ressens dans ces moments. Je ne suis pas faite pour être indépendante totalement, j’aime les Flammes Pourpres, j’aime la maison Gathra et aussi infâme soit-il, j’aime mon père.

Je combattis dans les rues d’Aluarim, je trompais dans les rues d’Aluarim, je complotais dans ces dernières. Je connaissais chaque recoin de la gigantesque cité comme ma poche, avait un lien avec le moindre agent de cette dernière. Aussi jeune que je puisse être, j’étais un succès. J’avais très vite pris du galon pour atteindre une position importante dans les Flammes Pourpres. J’avais continué ma formation au combat auprès de Dorn, un grand Guerrier Demi Orque et Lieutenant des Flammes Pourpres au même titre que mon père. Ce dernier m’entraîna de mes treize ans à mes dix-huit ans. Mon père ne me demanda jamais de l’éliminer pour la simple et bonne raison qu’il ne pouvait pas, Dorn était bien trop craint et influent. Il participa d’ailleurs de manière très active à mon instruction martiale bien entendu, mais spirituelle également. Nous avons passés de nombreuses journées à méditer et discuter sur divers sujets. Je crois que c’est à aujourd’hui encore, l’un de mes seuls vrais amis.

Assassinat, chantage, mensonge, enlèvement, empoisonnement, infiltration, embuscade, séduction sont mes actions de tous les jours. Je vis pour cela et je suis récompensé pour cela. J’apprécie chaque seconde de mon existence et je compte bien continuer dans ce sens, je sais mes actions immorales, mais je n’en ai que faire. La civilisation elle-même ne s’est pas fondée sur des bons sentiments et une honnêteté de paroles et de gestes. Je suis désormais une des secondes de Dorn, son agent la plus précieuse et l’une de ses conseillères. Mon ascension à ce rang s’est fait via l’assassinat d’un haut dignitaire de la maison Jordain et m’a valu d’acquérir deux puissants artefacts magique. Le premier est en lien direct avec mon rang et vous avez pu le voir à l’action, une puissante bague de téléportation. Nénosino Gathra m’offrit le second, un artefact magique, une lame souple de couleur noir gravée de rune de sang. Une arme intelligente comme il aime l’appeler. Elle me parle, me murmure, me transmet des sentiments et une présence permanente à ma solitude éternelle. Encore une fois, mes actes furent récompensés et ma loyauté envers cette vie de criminelle s’est renforcée.

Le reste de l’histoire viendra plus tard et puis vous avez désormais les grandes lignes ! J’espère que vous êtes prêt à m’accueillir parmi vous, je suis une grande fille maintenant comme me le dit Dorn et prête à découvrir ce monde extérieur.
Parties actuelles :
Lundi [MJ] Deadlands Reloaded
Mercredi [PJ] The Sprawl (Cyberpunk)
Dimanche [PJ] Deadlans Reloaded

Répondre

Retourner vers « D&D 3.5, "Les Damnés de la 13ème Marque" par Saergaras »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité