Les RACES

Image
Répondre
Avatar du membre
Markjan
Modérateur
Messages : 2828
Enregistré le : mar. 26 févr. 2008 01:00
Date de naissance : 18 févr. 1965

Les RACES

Message par Markjan » mar. 30 déc. 2014 12:27

Les humains dominent la majorité des villes de la côte varisienne et Port-Énigme ne fait pas exception. Mais, dans ce repaire de parias et de brigands, des races que l'on voit rarement dans les terres civilisées du sud (comme les demi-elfes, les demi-orques ou les tieffelins) se rassemblent en nombre important. Nains ou elfes, halfelins ou humains, les habitants de Port-Énigme sont peu regardants quant aux personnes qu'ils exploitent.

Les humains
Les humains sont la race dominante de Port-Énigme. On en trouve dans toutes les strates de la ville, et ils occupent la plupart des postes de pouvoir et des positions influentes. Bien que la majorité de la population de Port-Énigme se compose de Chélaxiens et de Varisiens sédentarisés, on y trouve aussi des représentants de presque chaque ethnie de l'Avistan et du Garund.
Des marchands kéléshites et garundis dirigent leurs navires aux voiles effilées sous la Porte des glyphes et apportent avec eux leurs vêtements, leur art et leurs armes exotiques.
De fiers guerriers ulfens des Terres des rois de Linnorm s'arrêtent souvent, bien qu'à contrecœur, dans le port pirate pour y vendre les produits de leurs terres ou le butin de leurs raids.
Les marchands, les pirates et les corsaires d'origine chélaxienne ou taldorienne rivalisent en mer, désireux de ramener un maximum de richesses dans leur port natal.
Beaucoup d'indigènes varisiens se rendent à Port-Énigme. Parmi eux, les nomades varisiens apprécient l'esprit libre de la ville et ses lieux exotiques. Ils préfèrent généralement cette ville à Magnimar et à Korvosa, situées plus au sud.
Les criminels de la Sczarni (des familles et des regroupements de voleurs varisiens) aiment tout particulièrement l'atmosphère anarchique et laxiste de Port-Énigme et profitent de la moindre opportunité pour délester les voyageurs étrangers de leur or.
Il arrive également que des Shoantis se rendent dans la Cité des glyphes. Les Shoantis que l'on trouve en ville sont généralement des parias et des guerriers déshonorés qui cherchent à se construire une nouvelle vie, souvent en tant qu'ouvriers, videurs ou gladiateurs.
Bien que les barbares marins des Shadde-Quahs occupent les falaises et les vallées marines des Calphiaques voisines, ils interagissent peu avec la population agitée de Port-Énigme qu'ils considèrent (à juste titre) comme traître et malhonnête.
Parfois, des Shriikirri-Quahs se rendent dans les faubourgs de la ville pour vendre leurs célèbres chevaux de race, mais ils pénètrent rarement dans l'enceinte de la ville.
En plus de contrôler l'essentiel des entreprises criminelles de la ville, les humains constituent la majorité du clergé et des érudits de la ville. L'Ordre des glyphes, de plus en plus influent, et les académies du district Venteux comptent des intellectuels locaux ou étrangers cherchant tous à percer les mystères du passé ancien de la Varisie. Les divers temples de la ville accueillent un clergé et des congrégations à majorité humaine mais plusieurs tieffelins louent les préceptes de Calistria et les fidèles de Cayden Cailéan sont très disparates.

Les demi-elfes
Nombre de demi-elfes de Varisie migrent naturellement à Port-Énigme car, au sein de cette population blasée, bien peu se soucient de leur lignage. Vifs d'esprit, beaux parleurs et travailleurs habiles, la ville offre aux demi-elfes de bonnes opportunités, qu'ils soient marins, joueurs, marchands ou criminels. Mais, au-delà de ces occupations locales, Port-Énigme offre aux demi-elfes une chance de se faire respecter en tant que marchands, capitaines de navire ou gendarmes de la ville, ce qui est rarement le cas ailleurs.
Leur esprit vif et libre les attire aussi vers l'Ordre des glyphes ou le culte de divinités indisciplinées comme Calistria ou Cayden Cailéan.

Les demi-orques
Bien que les demi-orques aient peu de chances de se faire accepter en ville, même dans une cité de parias et de scélérats, ceux qui décident d'embrasser leur côté humain trouvent à Port-Énigme la plus tolérante des cités varisiennes. L'avidité et l'ambition qui gouvernent tant d'entreprises du port pirate poussent de nombreuses personnes à fermer les yeux sur la race de leurs employés. Les muscles et la férocité des demi-orques en font même des gardes du corps, des videurs et des bagarreurs très recherchés.
En dehors de ceux qui gagnent leur vie comme gros bras ou combattants dans l'arène de Zincher, certains demi-orques mènent une vie presque humaine, exercent un métier ordinaire (qui leur est souvent refusé dans d'autres pays) ou s'embarquent comme pirates ou marchands.
Plus d'un demi-orque apprécie la versatilité et la sauvagerie de Besmara, la déesse des pirates, des conflits et des monstres marins, et revêt la veste de chanvre de celle-ci.

Les elfes
Les elfes ne portent pas le moindre intérêt à une ville aussi rustre et dangereuse que Port-Énigme, surtout si près des splendeurs de la forêt de Miérani, c'est pourquoi ils daignent rarement parcourir les rues de la cité. Très rarement, un chasseur solitaire de la Miérani ou un voyageur elfique désespéré se trouve contraint de s'abriter parmi les vagabonds et les voleurs de la ville, mais ces visites sont rares.
Les criminels de la Miérani, les parias contraints de fuir leur foyer et les elfes affligés d'une dangereuse soif de voyages y passent un peu plus fréquemment.
Ainsi, des individus venus de terres lointaines ont tout autant de chance de se rendre à Port-Énigme que les elfes des forêts voisines.
Les elfes sauvages de l'Étendue du Mwangi et même les elfes distants du Kyonin ne sont donc pas inconnus en ces lieux.

Les gnomes
Certains gnomes audacieux mènent une vie dangereuse à Port-Énigme. Ces amateurs de liberté ne possèdent généralement pas la moindre notion des concepts humains de moralité. Beaucoup gagnent donc grassement leur vie en travaillant comme alchimistes ou comme apothicaires pour l'une des factions criminelles de la ville.
Comme les gnomes apprécient le changement et les expériences nouvelles, ils aiment parcourir les quais et les marchés de Port-Énigme tandis que les navires étrangers leur offrent une sarabande sans fin de visions, de sons et d'odeurs exotiques, juste sur le pas de leur porte.
Certains gagnent aussi leur vie dans la crasse, en explorant la boue du Vélashu, espérant découvrir quels objets (ou quelles personnes) cache la vase.

Les halfelins
Joueurs invétérés, marins de talent et voleurs habiles, les halfelins ont de belles opportunités à saisir dans le monde criminel omniprésent de Port-Énigme. Comme à Korvosa, au sud, beaucoup de halfelins prennent la mer, car leur taille et leur agilité les rend particulièrement bien adaptés à la vie maritime. Malheureusement, malgré tout le talent des petites gens, les voleurs des autres races méprisent leurs confrères de petite taille et l'on entend souvent des insultes à propos des " maigrichons ".
Ces préjugés poussent de nombreux halfelins à exceller et ils se vengent en éclipsant leurs rivaux de grande taille. Cela dit, quelques malfrats plus intelligents, ou plus avides, se moquent de la taille de leurs employés, surtout quand il s'agit de s'assurer que le travail est bien fait.

Les nains
Nombre de nains de Janderhoff trouvent que Port-Énigme est un endroit anarchique, impropre au commerce et dénué de tout intérêt pour l'artisanat de qualité et ils n'ont pas tort. Pourtant, l'attrait de l'or étouffe parfois ce genre de jugements.
Fondées par un consortium d'investisseurs anonymes de Port-Énigme, les Forges empoisonnées emploient un nombre considérable de nains, qui creusent dans de dangereuses mines souterraines de carbauxine ou travaillent comme forgerons dans les forges de la cité.
Hormis ces nains assez dévoués - ou fous - pour sacrifier des années de leur vie à travailler dans les Forges empoisonnées, d'autres nains, des opportunistes se rendent parfois en ville. Ceux-là espèrent se faire un nom en apportant un certain degré de talent à cette ville qui en manque cruellement ou cherchent simplement à faire des bénéfices en vendant des marchandises typiques aux voyageurs venus de loin.
Les nains qui n'ont aucun intérêt ni aucun don pour l'exploitation minière ou le commerce trouvent que l'atmosphère de changement permanent, de danger et d'opportunités de Port-Énigme diffèrent agréablement des conditions de vie naines habituellement si rigides.

Répondre

Retourner vers « Pathfinder "Le retour des Ténèbres" par Markjan »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités