PAORN, notre univers de campagne.

Image
Répondre
Avatar du membre
Gunulf
Pégase
Messages : 193
Enregistré le : mer. 25 mars 2015 15:20
Date de naissance : 09 mai 1972
Localisation : Nancy

PAORN, notre univers de campagne.

Message par Gunulf » mer. 1 avr. 2015 23:20

Dès que j'ai le temps, je place dans cette section, une description du monde de "Paorn".
Bien sur elle sera bien loin d'être complète, ce sera simplement ce que vos Héros en savent, leurs points de vue sur ce monde d'aventures.
Mardi : MJ "DragonLance" http://www.jdrvirtuel.com/viewforum.php?f=548
Mercredi : MJ "Les Chroniques du Chaos" : viewtopic.php?f=541&t=17660
Jeudi : Joueur, "La couronne putréfiée" par Raizer : viewforum.php?f=551
Initiation Chroniques Oubliées, Première séance en vidéo : https://youtu.be/u1EyCPQWhm4

Avatar du membre
Gunulf
Pégase
Messages : 193
Enregistré le : mer. 25 mars 2015 15:20
Date de naissance : 09 mai 1972
Localisation : Nancy

Re: PAORN, notre univers de campagne.

Message par Gunulf » jeu. 2 avr. 2015 03:30

Image
Burgonnie, Salthar, Tsovranie et Althusia sont les quatre principaux empires qui constituent Paorn. Situés dans la partie tempéréedu continent central, ils se partagent l'essentiel des richesses et vivent en plus ou moins bonne intelligence. Leurs cultures sont différentes, voire opposées; leurs souverains sont capables de s'unir pour combattre un péril commun, quitte à oublier leurs bonnes résolutions une fois le danger passé.

La Burgonnie. Un brin de Robin des bois, quelques assassinats dignes de la Renaissance, des intrigues entre nobles à n'en plus pouvoir... La Burgonnie est le plus «classique des empires. . Attention toutefois, les possibilités des magiciens y sont un peu restreintes.

Le Salthar plus «fantasy» que la Burgonnie, le Salthar est un royaume de montagnes qui n'a rien à envier à la Transylvanie. Les espions y sont légion, les lutins y sont fripons et les forêts y sont sans fond. Le grandiose et l'étrange peuvent surgir au milieu de brumes qui semblaient pourtant ordinaires.

La Tsovranie. Le froid, la glace dans les coeurs, le souffle court, l'aventurier tsovranien doit lutter contre les éléments. Ce pays semble plus «normal» que les autres, bien qu'un peu désolé. Mais cela laisse place aux intrigues de palais ou aux courses dans les steppes, à votre choix. Un peu de technologie (machines à vapeur par exemple), la Tsovranie peut vous amener vers des aventures très «juleverniennes ».

L'Althusia. Oracles, astrologues, poisons, une civilisation a mi-chemin entre celle des Aztèques et des anciens Égyptiens... tout semble dit. Mais il y a aussi le Pays noir et ses nouveaux mystères. Bref, un pays qui surprendra vos aventuriers à chaque détour.

Les îles du Tarot. ??

Les Sinistérias. ?? Mais demandez-vous pourquoi personne nest jamais revenu des Sinisterias. Serait-ce que ce pays s'apparente au Mordor....

Quelques compléments :
— N'oubliez pas que Paorn a été un « monde maudit». Ses sociétés n'ont pas évolué depuis longtemps et des ruines attestent, ça et là, que cet univers a connu jadis une civilisation très évoluée.
— Paorn est un monde polythéiste. Toutes les religions coexistent pacifiquement. Les fanatiques ne sont guère appréciés. Les Nations ont souvent une religion d'État, mais celle-ci, quoique privilégiée par les gouvernants, est rarement obligatoire. Les religions «interdites » varient selon les pays.
— Le statut des non-humains. Les elfes, les nains ou les gnomes sont généralement bien acceptés dans les sociétés humaines. Mais ils font parfois l'objet de mesures racistes qui les poussent à vivre en communautés fermées, dans des lieux reculés. Les forêts difficiles d'accès abritent des colonies de trolls, ogres, gobelins, etc.
— Les voyages par voie terrestre sont difficiles. Les zones tempérées sont couvertes à 80 % de forets (feuillus et résineux). Les jeux à thème médiéval-fantastique ont tendance
à oublier le rôle que jouaient les forêts au Moyen Âge. Lieux de bien des dangers et de mystères, elles étaient peuplées de brigands, de parias (sorciers, etc.), et de bêtes féroces (loups, ours, etc.). La majorité des voyageurs se déplaçait sur les routes et évitait de s'aventurer hors des sentiers connus. Et au sud, là où s'étendent les vastes déserts d'Althusia, des causes inverses entraînent les mêmes effets. En général, seuls les marchands (avec leur escorte), les pèlerins et les soldats osent entreprendre de grands voyages.
— Les voyages par voie maritime sont difficiles. Sur Paorn, les compas fonctionnent mal (présence de roches magnétiques), les vents changent souvent et les mers recèlent 'innombrables
dangers (récifs, courants violents, maelstrôms, etc.). Les marchands se contentent de caboter le long des côtes avec des embarcations à faible tirant d'eau. Et si les îles du Tarot sont accessibles, cela reste du domaine de la théorie plus que de la pratique.
— Les relations internationales sont limitées. Les Quatre Empires ont tendance à considérer leurs voisins comme des ennemis potentiels. Et si les vraies guerres sont rares (à part entre petits royaumes), les alliances solides le sont encore plus. Cette méfiance réciproque a permis le développement de cultures aux différences marquées. Les marchands et diverses «organisations transnationales» (mercenaires, apatrides, groupes religieux, etc.) colportent les nouvelles et les biens, tout en essayant d'entretenir le statu quo qui caractérise les relations entre les empereurs.
Image
Ses voisins le surnomment le royaume des Brumes, ou les Baronnies. Les voyageurs préfèrent le contourner par le sud; d'ailleurs peu de routes commerciales le traversent, hormis la Grande Voie des Trois Fleuves, d'Ouruks à Astrapur.

L'Histoire connue du Salthar :

A l'origine, le Salthar se développa dans la vallée fertile du Linamaz, à l'ombre des montagnes Noires. Après une période troublée de guerres féodales, le royaume fut unifié par Sorbhan le Terrible puis par son fils, Trabahn le Doux, qui instaura les premiers bailliages.
Par la suite, Madhron l'Avide étendit le royaume vers l'ouest, au-delà des montagnes Noires, jusqu'au lac d'Artweiler. Il autorisa également l'implantation de colonies naines dans les montagnes Noires et encouragea l'exploitation de mines d'or.
Son arrière-petit-fils, Strash le Cruel fut certainement le souverain le plus craint de l'histoire saltharite. Avec son demi-frère Vrud le Borgne, il entreprit une longue campagne militaire vers l'est, à l'issue de laquelle il parvint à annexer une large province à l'ouest des montagnes Noires. La région nouvellement conquise fut appelée Arbenfeld et intégrée « pour l'éternité» au royaume de Salthar. Mais à l'extrémité de cette province, se trouve un bailliage (le Haut Melkiar), dont les habitants ont obstinément conservé des coutumes et une mentalité burgonnes. D'où une querelle frontalière permanente entre les deux royaumes et un climat perpétuellement tendu.

Fleuves et eaux :
La plupart des fleuves de Paorn prennent leur source à l'intérieur du Salthar. Les souverains de ce royaume se sont donc autoproclamés Curateurs des Eaux vives, moyennant quoi ils ont obligé leurs voisins à leur verser une taxe annuelle, garante du bon débit...
Aux frontières du Salthar, les eaux fluviales sont maîtrisées par d'imposants ouvrages relevant à la fois du barrage et de la forteresse. Ils abritent des garnisons chargées de surveiller l'entrée du royaume. Ces constructions sont bordées, côté fleuve, par d'étranges tours solidement défendues, aussi jalousement gardées que les bijoux de la couronne. Officiellement, ce sont des entrepôts militaires, mais des informations (non confirmées) indiquent qu'elles regorgent de produits nocifs qui, en cas de guerre, pourraient être déversés dans les fleuves de manière à en empoisonner les eaux...

Présentation générale :
Le Salthar est un royaume de hautes collines et de forêts, au climat continental humide. Les massifs forestiers, denses et difficilement pénétrables, couvrent la majeure partie du territoire. On y trouve beaucoup de conifères et une grande variété d'arbres à feuillage persistant. La densité de la végétation et la taille des arbres ont souvent fait comparer les forêts saltharites à des cathédrales de verdure. Il est vrai que le soleil a souvent du mal à percer la voûte végétale, donnant aux sous-bois un aspect naturellement sombre et inquiétant.
L'axe du Salthar est formé par l'un des fleuves les plus importants de Paorn : le Linamaz. Ces rives accueillent une région fertile, la plus riche et la plus peuplée du royaume.
Au nord-ouest et au sud-est, là où s'arrête la forêt et où le dos des collines s'arrondit jusqu'à permettre le travail de la terre, se trouvent deux régions à dominante agricole (cultures et pâturages).

Système politique :
Le pays est actuellement dirigé d'une main de fer par le roi Drogon. Les monarques du Salthar sont réputés pour leur dureté et leur intransigeance lorsque les lois du royaume sont bafouées ou même simplement menacées. La présomption de culpabilité est l'un des fondements du droit écrit saltharite.
Du fait de sa position géographique, acculé aux terribles montagnes des Sinistérias, entouré par trois puissants voisins et privé de tout débouché maritime, le Salthar s'est toujours
considéré comme menacé. Les saltharites se sentent épiés en permanence par des voisins avides, et les étrangers sont souvent mal reçus. Les villes du royaume sont sombres et peu accueillantes, et leurs ruelles tortueuses n'apportent que des désagréments au visiteur trop curieux.
Le pays est divisé en circonscriptions territoriales dans lesquelles agissent des officiers royaux appelés baillis. Ceux-ci perçoivent l'impôt royal et rendent la justice, quand ils ont le temps de soustraire les prévenus aux méthodes souvent expéditives des seigneurs locaux. Les baillis sont entourés de scribes et de commis chargés de faire respecter la loi écrite, ainsi que de gens d'armes arborant l'emblème du loup bondissant sur champ d'azur {armoiries du Salthar).
Ces circonscriptions sont en fait artificiellement plaquées sur une structure déjà existante, celle des seigneuries féodales (surtout dans la vallée du Linamaz et dans les duchés de Rittmark et d'Arbenfeld).
Malgré sa complexité apparente, ce double quadrillage réglementaire et répressif fonctionne sans trop de heurts. Dans les faits, il dépend du charisme et de la volonté du bailli et des seigneurs locaux. Un bailliage regroupe toujours plusieurs seigneuries.
La cour royale de Salthar est, dans sa structure, d'une grande simplicité. Le roi et la reine vivent dans leur château du Haut Kronberg. En dehors de l'environnement habituel de courtisans, il existe trois personnages clés : Philémonte le Connétable, chef des armées (qui est toujours le duc de Rittmark) ; Korweiss le Sénéchal qui dirige la Maison du roi et ses relations avec l'étranger (tâche traditionnellement dévolue au duc d'Arbenfeld); et Eyvrin le Chancelier, nommé par le roi parmi les plus méritants des baillis. Il coordonne l'action de ces derniers et, de ce fait, à la main mise sur toute l'administration royale.
Seules les plus importantes forteresses et la capitale ont pour garnisons des troupes qui dépendent directement du roi Drogon.
Mais la clé de voûte de la politique saltharite repose incontestablement sur un réseau d'espions qui n'a pas son pareil sur Paorn. Les espions de Drogon sont partout et savent tout. A tel point que le Salthar est nimbé d'une aura d'invincibilité.

Economie et classes sociales :
La densité et les dangers des forêts saltharites n'ont pas découragé les colons. On trouve ça et là des villages vivant essentiellement des produits de la chasse et de la cueillette.
Le peuple des forêts est considéré comme sauvage, rude à la besogne, courageux, et fort habile au maniement des armes (hache ou arc). Les archers des forêts saltharites sont reconnus et considérés sur tout Paorn, et les meilleurs d'entre eux peuvent rivaliser avec les Elfes.
Presque au centre du royaume, au bord du lac de Kruth, se dresse la capitale, Kronberg. C'est là que se tient la cour du roi Drogon.
Les duchés de Rittmark (au nord-ouest) et d'Arbenfeld (au sud-est) sont les deux autres régions prospères du royaume.
Le Rittmark jouit des eaux poissonneuses du lac d'Artweiler, et ses collines basses sont propices à l'élevage de bétail. On y trouve des troupeaux de chevaux sauvages très réputés.
L'Arbenfeld est plus à vocation agricole et constitue le grenier à blé du pays. Les bourgs y sont plus nombreux que dans tout le reste du royaume et la densité de population y est élevée. Les échanges commerciaux avec la Burgonnie sont importants. La route des Mille Marches, qui franchit le col d'Orkhot, relie l'Arbenfeld à la vallée du Linamaz.

Image

Chevaucheurs et guides:
Au fil des siècles, sont apparues deux professions qui, encouragées par le pouvoir royal, ont fini par être totalement contrôlées par l'administration saltharite.

Les Chevaucheurs
Regroupés au sein d'une guilde, ils parcourent le Salthar en tous sens, acheminant tous les documents administratifs officiels. Sauf exceptions, ils ne travaillent pas pour les particuliers.
A cheval ou à pied (certains sont de remarquables coureurs de fond), ils connaissent les tours et les détours des routes et sentiers du royaume. On dit qu'ils empruntent des raccourcis connus d'eux seuls, et que leur guilde possède dans ses archives des documents révélant un système de voies de communication tenues secrètes et jamais utilisées.

Les guides
Ne se promène pas en Salthar qui veut ! Serfs, chasseurs et forestiers sont traditionnellement attachés aux terres qu'ils occupent. Par contre, les marchands et les voyageurs ne peuvent pas se déplacer sans un « titre de déambulation » qui leur est délivré par un clerc du bailliage à l'intérieur duquel ils circulent. De surcroît, ils se voient affectés d'office un guide (à leur charge) qui les accompagnera dans tous leurs mouvements tant qu'ils seront à l'intérieur du royaume.
De la sorte, ils ne seront pas tentés de percer à jour les secrets du Salthar ! Les guides sont incorruptibles (ils risquent la mort en cas de fraude).
Bien entendu, il arrive que des marchands ou des voyageurs pénètrent en Salthar sans remplir toutes ces formalités. Ils risquent alors les pires ennuis. Le sort des contrevenants dépend en grande partie de la mansuétude du bailli local.

Moeurs
Les moeurs du pays sont plutôt austères, surtout dans les villes. Le Salthar a développé une société inégalitaire dans laquelle la femme n'a pratiquement aucun droit. Les lois du royaume ne badinent pas avec la moralité, et la « coquetterie aguichante » est un délit appelant souvent des châtiments corporels et publics. Citons au passage Ermold le Noir qui, dans Salthar: ébauche d'une société idéale Adresse un portrait saisissant de la femme saltharite : « Ses vêtements sont longs et amples, souvent de couleur sombre. Elle se doit d'arborer un air d'humilité respectueuse. Elle ne peut adresser la parole qu'à son mari, ou à un parent proche, car les prêtres prétendent que les jacasseries des femmes, emportées par les vents, sont
d'une telle ineptie qu'elles ont pour effet d'irriter les dieux. »

Religion
Sur le plan religieux, le Salthar est relativement tolérant. Les cultes sont multiples dans les campagnes et les forêts, mais il n'existe guère plus de deux ou trois religions importantes dans le royaume. Celles-ci sont soumises à l'autorité royale dès lors qu'il s'agit de nommer un grand prêtre ou de construire un nouveau temple.
Les non-Humains circulent librement dans le pays. On trouve quelques Elfes dans les forêts du sud-ouest, et des communautés naines dans tes montagnes Noires.

Capitale et cités notables
Bâtie il y a plusieurs siècles, Kronberg, la capitale, est une cité ramassée entre le lac de Kruth et la colline du Haut Kronberg dominée par le palais royal. C'est une ville animée (notamment à proximité du lac), mais mal agencée, les rues étroites ne favorisant pas la circulation. Les gens y sont à la fois maussades et pressés. La mauvaise foi des Kronbergiens
est proverbiale.

Au contraire, Starovia, située dans la province de Rittmark, est une ville éclatée et assez riche du fait de son commerce avec la Tsovranie.
Arnifol est la capitale de la province d'Arbenfeld. C'est une ville riche, puisqu'elle est également le grenier à blé saltharite. En raison de la proche frontière avec la Burgonnie et des problèmes liés au bailliage du Haut Melkiar, on y rencontre beaucoup de soldats.

Coutumes saltharites et personnages imaginaires
La journée des fous. Elle se déroule chaque année à Kronberg, au moment du solstice de printemps. A cette occasion, les habitants se costument et se répandent dans les rues. Tout est permis, à l'exception des crimes de sang. Ce défoulement collectif vise souvent le pouvoir royal et celui des principaux seigneurs, dont les mannequins et effigies connaissent des fortunes diverses.
Le fifrelin des bois. Cette créature mystérieuse hante les bois et forêts du Salthar. On ignore à quoi elle ressemble mais les forestiers lui attribuent tous les malheurs de la vie quotidienne. Elle est censée épier les humains et passer son temps à concevoir divers moyens de leur nuire : enlever les enfants en bas âge, suggérer à des castors de construire un barrage en amont d'un ruisseau d'irrigation, etc. De là, une série d'expressions populaires : il a une tête de fifrelin (le visage de cet homme respire la fourberie), il agit comme un fifrelin (il dissimule ses faits et gestes).
Ghûl le moine maudit. Cet étrange personnage est le héros d'une légende encore vivace en Arbenfeld. Ghûl aurait été jadis un prêtre important, au point de servir d'intermédiaire entre les dieux et les hommes. Mais son orgueil entraîna sa chute dès lors qu'il souhaita lui-même devenir d'essence divine. Il fut aveuglé ; sa main et son pied droits furent tranchés. Depuis, il erre sur les routes du Salthar et d'ailleurs. Sa haute silhouette claudicante, enveloppée d'une robe de bure élimée, hante les cauchemars des voyageurs. On lui prête des pouvoirs divinatoires, mais ses révélations ont la réputation d'être plutôt épouvantables.
Mardi : MJ "DragonLance" http://www.jdrvirtuel.com/viewforum.php?f=548
Mercredi : MJ "Les Chroniques du Chaos" : viewtopic.php?f=541&t=17660
Jeudi : Joueur, "La couronne putréfiée" par Raizer : viewforum.php?f=551
Initiation Chroniques Oubliées, Première séance en vidéo : https://youtu.be/u1EyCPQWhm4

Avatar du membre
Gunulf
Pégase
Messages : 193
Enregistré le : mer. 25 mars 2015 15:20
Date de naissance : 09 mai 1972
Localisation : Nancy

Re: PAORN, notre univers de campagne.

Message par Gunulf » ven. 3 avr. 2015 02:38

Déambuler au Salthar

La méfiance des Saltharites est légendaire et circuler dans leur pays n'est pas une mince affaire ! En effet, sur chacune des routes principales sont érigées des bâtisses estampillées MGDAAE (Maison de Gestion des Déplacements Autorisés aux Aimables Étrangers). C'est là qu'il faut essayer d'obtenir les fameux « titres de déambulation » délivrés par les clercs de chaque bailliage. Dans ces vastes bâtisses, une armée de fonctionnaires tatillons attendent de pied ferme les étrangers, et les démarches administratives sont interminables : taxes d'entrée exorbitantes, examens sanitaires, multiples circulaires à obtenir de services , « fantômes », guide obligatoire attribué lors du premier séjour au Salthar... Signalons, cependant, l'existence d'un marché parallèle permettant d'obtenir des titres de déambulation plus ou moins légaux (un sujet de suspicion et de discorde chez les fonctionnaires, d'autant plus paranoïaques !). Attention : si par mégarde des étrangers pénétraient clandestinement au Salthar, ils devront éviter sans cesse les « contrôleurs bleus », des agents de l'État spécialisés dans la perception manu militari des amendes qu'ils dispensent généreusement.
Mardi : MJ "DragonLance" http://www.jdrvirtuel.com/viewforum.php?f=548
Mercredi : MJ "Les Chroniques du Chaos" : viewtopic.php?f=541&t=17660
Jeudi : Joueur, "La couronne putréfiée" par Raizer : viewforum.php?f=551
Initiation Chroniques Oubliées, Première séance en vidéo : https://youtu.be/u1EyCPQWhm4

Répondre

Retourner vers « Chroniques Oubliées par Gunulf »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités