Rapport d'investigations- Saison 2

Image
fox p
Golem Rouillé de thomassalibi
Messages : 483
Enregistré le : lun. 14 avr. 2014 11:28
Date de naissance : 11 mars 1977
Contact :

Rapport d'investigations- Saison 2

Message par fox p » sam. 23 janv. 2016 20:52

Après une première saison, où les investigateurs ont découvert que la vérité est ailleurs (...), une nouvelle enquête s'annonce, encore plus ardue...
Activité MJ sur JDRVirtuel en cours
Campagne: Delta Green, (saison 2), Par delà les montagnes hallucinées
OS: Tales from the loop
Terminé :
Campagne: Terreur sur l'orient express, Delta Green Saison 1
OS: Z-Corps

Avatar du membre
Zoug
Cyclope Mitrasien Myope
Messages : 550
Enregistré le : ven. 1 juin 2012 13:49
Date de naissance : 11 juil. 1967

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par Zoug » dim. 26 mars 2017 15:59

New York, le 04/10/2005 :

On est le matin du 4 octobre 2005 et je suis à New York. Il fait gris, froid et il flotte. Ce salopard de Chan est resté au chaud auprès de sa Déborah à San Francisco et je suis monté tout seul pour retrouver les bouquins de Harper et continuer l’enquête.

Quand j’arrive au Museum d’Histoire naturelle, je vois que les flics du coin bloquent l’accès à la partie privée. J’en suis à me demander ce qui se passe et comment je vais pouvoir entrer quand je vois une femme agent du FBI se pointer un café à la main. Elle est plutôt mignonne, même si ce n’est pas Betty. Mais, merde, le FBI. Encore ? Ça commence moyen cette histoire.

Je finis par comprendre qu’un massacre a eu lieu parmi les grosses têtes du musée lorsqu’un poulet me demande de circuler. Je lui réponds que je suis de la maison et que je suis à la recherche de bouquins récupérés chez un antiquaire retrouvé mort récemment. Un certain Harper. C’est lié à une affaire de terrorisme. C’est pratique le terrorisme, depuis le 11 septembre, ça nous ouvre des portes. Et c’est plus facile de dire ça que la vérité. Pas vrai ?

Le collègue du nord contacte son chef et on me laisse rentrer dans le périmètre. J’attends à côté de la fille du FBI. J’ai à peine le temps d’entamer la conversation que le chef se pointe et se présente : inspecteur Wallace. Il nous montre un Asiatique (décidément, ils sont partout, Chan aurait été content, ils auraient pu parler du pays). C’est le Professeur Wu, responsable du département. C’est lui qui a découvert les corps de ses trois collègues. Une femme a eu la tête écrasée dans une presse, un homme a eu la sienne défoncée avec un objet contondant et le dernier, le dernier a été éventré avec un coupe-papier qui servait à ouvrir le courrier.

Élise Reiss et moi discutons avec le Professeur Wu. Élise c’est l’agent du FBI. Le gars nous raconte qu’une équipe de quatre scientifiques étudiaient les ouvrages de Harper depuis quelques jours. Ce dernier s’est donné la mort le 22 septembre dernier. Un suicide ? En fait, le gars s’est empiffré sans pisser ou chier jusqu’à ce qui devait arriver arrive. Je passe les détails.

En fait, parmi les ouvrages récupérés, il y en avait un qui était vraiment remarquable. Le 12e volume d’un cycle appelé « Les révélations de Glaaki ». Wu nous explique que si les neuf premiers volumes sont connus les trois derniers ne l’étaient pas. Ça parle de Glaaki, une divinité et de sacrifices à base d’empalement pour accéder à l’immortalité. Susan Finley, la quatrième scientifique en avait commencé la lecture. Cette dernière ne fait pas partie des cadavres.

Tout en nous emmenant sur les lieux du drame, Wu me fait comprendre qu’il est content de me voir. C’est donc un sympathisant. Pour entrer dans la salle, il utilise une carte magnétique et est obligé de mettre le doigt sur un lecteur d’empreinte. Je note l’info, il faudra qu’on regarde qui est entré et sorti de la pièce.

Si les corps ont été emmenés à la morgue où officie Élise, l’endroit n’a pas été nettoyé. Les murs et le sol sont maculés de sang. J’insiste auprès de Reiss pour qu’elle fasse attention aux corps et à ce qu’ils restent bien à la morgue. Elle doit me prendre pour un dingue.

En consultant les entrées/sorties dans la pièce sur l’ordinateur, nous constatons que Finley est arrivée à 20 h 30 pour repartir à 21 h 35. L’arrivant suivant est le Professeur Wu à 22 h 30. Heure à laquelle il fit sa macabre découverte. Wu nous rappelle que le bouquin a disparu et qu’il est inquiet. Je demande à voir les bandes des caméras de l’entrée. On y voit Finley sortir d’une démarche mécanique. Sa main est ensanglantée et elle tient un objet assez lourd. Elle porte une sacoche qui pourrait très bien contenir le livre. Du coup, on demande à voir les bandes vers 20 h 30, là on la voit arriver avec la même démarche et elle a les yeux hagards. Notre opinion est faite, c’est elle la coupable. Enfin, comme je dis à Reiss, c’est la responsable, pas forcément la coupable.

On se rend à la morgue. Je suis soulagé de constater que les blessures à la tête n’ont pas de marques similaires à celle que j’ai vues à San Francisco. Élise poursuit son examen, mais ne trouve rien de particulier.

Après avoir mangé un morceau, direction Manhattan, pour aller chez Finley. Élise nous emmène, c’est sympa de se laisser conduire. Ça me change. Par contre, il flotte et il y a un sacré vent. Ça gâche le plaisir. La scientifique habite au 2e étage d’un immeuble cossu. Lorsque l’on arrive devant l’appartement, on voit que les flics sont déjà passés à cause des auto-collants qui ont été posés en travers de la porte. Cela ne nous arrête pas et on entre.

Élise va directement dans la salle de bain et trouve une serviette de toilette ensanglantée. De mon côté, je ne trouve rien dans le salon et on se retrouve tous les deux dans la cuisine. Là, la table est encombrée d’un monceau de nourriture plus ou moins empilée. Je mate la porte du frigo, puis la table et ça fait tilt. J’ouvre la porte et découvre le corps d’une femme nue. Une partie du crâne est défoncée, mais on reconnait Finley.

Élise découvre la sacoche vide et appelle Wallace pour lui apprendre la nouvelle. Ce blaireau n’a même pas pensé à regarder dans le frigo ou la salle de bain. Pendant qu’on l’attend, Élise refouille le salon et découvre une facture datant de la veille. Elle a acheté un bâton ouvragé pour une valeur de 1800 $. Élise a la bonne idée de ne pas en parler à Wallace lorsqu’il se pointe enfin. C’est un bon point pour elle.

Justement, au moment où l’on s’en va, mon portable sonne. Je décroche et entends la voix de l’agent Green. Elle veut que j’évalue Reiss. Ça tombe bien.

Avant de partir, on interroge un voisin qui n’a rien entendu. Tu m’étonnes, avec l’odeur qui émane de son appart, il ne devait pas être au top de son attention. Encore un bobo à la défonce facile. Il y a des claques qui se perdent.

On est partis pour la galerie où notre maccabée a acheté un bâton hier. Le vendeur est sympa, mais ce n’est pas la virilité qui l’étouffe, si vous voyez ce que je veux dire. On en a pas mal des comme ça à Frisco. Il nous explique qu’il a bien vendu un bâton assez hideux à une femme la veille. Elle savait exactement ce qu’elle voulait alors qu’il avait acheté ce truc sans savoir pourquoi et se demandait comment il pourrait bien s’en débarrasser. Le fournisseur du machin, long de 30 cm et large de 5 à son extrémité la plus épaisse, était un jeune homme blond aux yeux bleus avec un léger accent germanique. Élise lui enverra des collègues pour qu’il fasse un portrait-robot.

Retour à l’hôpital central pour examiner le corps de Finley. Je reste un peu en retrait et pendant qu’Élise examine la tête et déclare que la femme est morte depuis plus de 24 heures (oui, oui, elle a bien tué ses collègues depuis), je me trouve devant les jambes légèrement écartées de la dame. Mon regard finit par dériver vers son postérieur et je constate qu’il y a des marques évidentes et sanglantes. Cette entrée a été forcée, si vous me passez l’expression. J’alerte Reiss qui en extrait le bâton qui n’est rien d’autre qu’un pieu ouvragé.

Elle me le tend pour que je le nettoie. Lorsqu’elle se retourne, Finley est assise sur la table d’examen et une voix caverneuse s’adresse à nous : « Le livre que vous recherchez est chez Johannes Knieper. Il ne doit pas rester dans ses mains. Le Livre ne doit pas rejoindre la cité de l’Est. Knieper doit mourir et le Livre doit être récupéré par tous les moyens. »

Élise demande l’adresse du Knieper au central et pendant ce temps, je nettoie le pieu. Je n’arrive pas à en définir la matière. Est-ce du bois ou de la pierre ? Les symboles sont-ils gravés ou bien est-ce naturel ? Ce truc me rend très mal à l’aise. Soudain, je m’aperçois que je suis en train de défaire la ceinture de mon pantalon. Je sursaute aussitôt et lâche ce maudit bâton. Je veux le détruire, mais Élise se demande s’il ne pourrait pas nous servir. J’insiste et nous le mettons dans l’incinérateur. Mon dieu, je n’ose penser aux conséquences si je ne m’étais pas rendu compte de ce que je commençais à faire sans le savoir.

Pendant que nous allons vers Brooklyn, le quartier de Knieper, Élise obtient le relevé des appels de Finley. Le dernier appel qu’elle a reçu venait d’une cabine à carte dans une boite de nuit : le Club Apocalypse. On verra ça plus tard. Priorité à Knieper et le bouquin.

Le quartier est pauvre et désolé. Notre destination est une vieille baraque délabrée avec un petit jardin envahi par les hautes herbes. Pas de lumières et personne à l’horizon. On se sépare. Je passe par la porte de derrière et Reiss par devant.

Dans le hall, Élise fait face à des centaines de poupées toutes plus ou moins mutilées. Pour ma part, j’entre par la cuisine. C’est pourri de saleté et il y règne une odeur épouvantable. Je remarque une porte qui doit aller vers une cave, mais je veux retrouver Élise d’abord. On se rejoint dans la salle à manger. Au bout de la grande table, on découvre une vieille dame sur un fauteuil roulant. Cette dernière est face à une assiette avec de la nourriture avec des mouches dessus. Cela ne la dérange pas, car elle est visiblement empaillée (sic) depuis un moment.

Nous hésitons à aller au premier, mais finalement nous allons à la cave. Je descends en premier l’odeur de cadavre me saute au nez. En bas, nous découvrons plusieurs cadavres. Dans un puits fermé par une grille, il y a une femme nue, recroquevillée, mais vivante.

Sur un pupitre, nous découvrons le 12e volume. Je l’enveloppe dans ma veste. Mais nous n’avons pas le temps de nous interroger sur ce que nous voulons faire. Quelqu’un descend. Élise réagit très vite et discrètement. Elle lui attrape le pied en passant derrière l’escalier et il tombe. Aussitôt, nous lui tirons dessus sans sommation. Je suis content de voir que l’agent du FBI a tout de suite compris l’urgence de la situation.

L’homme se relève, mais il bouge de façon saccadée. Sa peau s’étire et commence à s’agrandir. Sa tête se fond dans le corps et une bouche aux dents acérées apparait dans ses mains. L’horreur est face à nous et le combat s’engage sans moi, car de panique, je suis parti me cacher sous les cadavres amoncelés plus loin. Heureusement, Élise fait face le temps que je reprenne du poil de la bête.

Même si nous le touchons, on s’en prend plein la gueule. Mais, nous finissons pas arriver à remonter en haut et Élise tient la porte pendant que je cherche de quoi mettre le feu à l’escalier. OK, on a laissé cette pauvre femme dans le puits, mais on ne peut pas tout faire. Il faut bien faire des choix. C’est le bordel, je ne trouve rien d’utile pour allumer un joli brasier. Élise a de plus en plus de mal à garder la porte fermée. J’y retourne et tente le tout pour le tout. Je dis à Élise d’ouvrir la porte et je tire à bout portant. Le monstre tombe et se retransforme en homme. Élise, par acquit de conscience lui vide son chargeur dans le corps.

Elle nous soigne comme elle peut pendant que nous entendons les sirènes qui résonnent. Wallace arrive à la rescousse et je crois que, pour ma part, Élise, même si elle ne le sait pas, a réussi son évaluation. Reste à la mettre dans le bain. La pauvre...
PJ : Un mardi sur deux (voir plus, parce que quand on aime ...) : Friponnes RPG avec Etienneb. En pause :cry:
PJ : Le samedi : Delta Green (c'est reparti !) ou Les montagnes hallucinées avec Fox p.

Avatar du membre
Zoug
Cyclope Mitrasien Myope
Messages : 550
Enregistré le : ven. 1 juin 2012 13:49
Date de naissance : 11 juil. 1967

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par Zoug » dim. 26 mars 2017 16:00

Il faudrait créer le nouveau handout sur Roll20.
PJ : Un mardi sur deux (voir plus, parce que quand on aime ...) : Friponnes RPG avec Etienneb. En pause :cry:
PJ : Le samedi : Delta Green (c'est reparti !) ou Les montagnes hallucinées avec Fox p.

fox p
Golem Rouillé de thomassalibi
Messages : 483
Enregistré le : lun. 14 avr. 2014 11:28
Date de naissance : 11 mars 1977
Contact :

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par fox p » dim. 26 mars 2017 18:47

Nickel et rapport créé sur Roll20. :mrgreen:
Activité MJ sur JDRVirtuel en cours
Campagne: Delta Green, (saison 2), Par delà les montagnes hallucinées
OS: Tales from the loop
Terminé :
Campagne: Terreur sur l'orient express, Delta Green Saison 1
OS: Z-Corps

Avatar du membre
virtuaseb
Goule
Messages : 248
Enregistré le : dim. 8 juil. 2012 15:10
Date de naissance : 27 avr. 1978

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par virtuaseb » dim. 16 avr. 2017 23:18

Bordel je peux pas le laisser....il va se faire buter !!!!!
PJ: Delta green avec Fox p.

Avatar du membre
Zoug
Cyclope Mitrasien Myope
Messages : 550
Enregistré le : ven. 1 juin 2012 13:49
Date de naissance : 11 juil. 1967

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par Zoug » lun. 17 avr. 2017 12:37

Ben tiens, quel timing !
C'est le lundi de Pâques et voilà la cloche !
C'est beau l'instinct protecteur. :D
PJ : Un mardi sur deux (voir plus, parce que quand on aime ...) : Friponnes RPG avec Etienneb. En pause :cry:
PJ : Le samedi : Delta Green (c'est reparti !) ou Les montagnes hallucinées avec Fox p.

Avatar du membre
virtuaseb
Goule
Messages : 248
Enregistré le : dim. 8 juil. 2012 15:10
Date de naissance : 27 avr. 1978

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par virtuaseb » lun. 17 avr. 2017 19:24

Tu vas voir la cloche :evil: :D
Bon on joue quand ????? c pas que je suis en manque .... mais je suis en manque
PJ: Delta green avec Fox p.

Avatar du membre
Zoug
Cyclope Mitrasien Myope
Messages : 550
Enregistré le : ven. 1 juin 2012 13:49
Date de naissance : 11 juil. 1967

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par Zoug » mer. 17 mai 2017 14:26

New York :

Quelques jours plus tard, je suis dans les bureaux du FBI avec ma valise. Je pars dans quelques heures avec le 12e volume. Je suis en train de sacrifier au rituel du café et donuts du matin avec Élise, lorsqu’un grand type barbu rentre dans la pièce. Mac Adams, un agent spécialisé dans l’informatique, un agent de bureau quoi. C’est celui qui nous a fourni l’adresse de Kniepper.

Il a trouvé des choses bizarres et a donc continué les recherches et c’est ce rapport qu’il vient remettre à Élise. Je suis en train de lire par-dessus son épaule lorsqu’un nouvel arrivant débarque, si ça continue, nous n’aurons pas assez de donuts. Surtout que surprise ! C’est Chan qui se pointe. Qu’est-ce qui peut bien foutre ici ? Ce n’est pas son genre d’arriver après la bataille.

Comme à son habitude, il rentre dans le lard de l’agence et insulte le FBI. J’ai à peine le temps de lui poser la question sur la raison de sa venue et de le présenter à Élise et Mac qu’un agent débarque et demande à ses derniers de rappliquer fissa. Il y a eu un attentat chez un ancien officier de l’armée de l’air et un sénateur est impliqué. Élise et Mac répondent à l’appel et nous embarquent avec eux.

L’officier est un certain colonel Daniels, c’est un officier de bureau qui travaillait dans les achats d’armes et sûrement des opérations clandestines. Il a ensuite travaillé pour la société McConnel-Bayless de façon très lucrative. Le sénateur Di'Torrio est au congrès depuis 20 ans. Si on ne lui connait pas d’affaires de corruption, il a développé depuis son divorce un gout prononcé pour les filles de joie. Âgé de 58 ans. Sa photo récente montre pourtant un homme beaucoup plus vieux.

Arrivés sur place, une propriété très luxueuse, nous constatons qu’il y a déjà du monde. Les pompiers, les ambulances, les flics, le FBI et même des voitures de l’armée de l’air. Élise nous fait entrer à l’intérieur où l’on sent une odeur de plastique brulé. Un agent nous accueille, il a l’air assez choqué par ce qu’il a vu. Soit c’est un bleu, soit on va encore avoir droit à du grand spectacle.

Dans la première salle où il nous emmène, on voit deux silhouettes dessinées sur le sol parmi des débris de verre et de plâtre. Un corps est en train d’être mis dans une housse. C’est une femme la tête cassée. Elle serait tombée de la balustrade en marbre avec le sénateur. Ce dernier a survécu et a été évacué vers l’hôpital avec un bras cassé.

La visite se poursuit. Et ça monte en puissance. Dans une autre pièce, les flics photographient une femme nue accrochée au plafond. Enfin accrochée, c’est une façon de parler. Elle a fusionné en partie avec le plafond. L’agent nous indique que le pire est à venir.

Nous arrivons dans la pièce où l’explosion a eu lieu. Il y a des débris partout et une autre fille est encastrée dans un mur. Mais ce n’est pas tout. Un type s’est fondu dans la chaise sur laquelle il était assis. C’est un proxénète connu à New York. Cerise sur le gâteau, au centre de l’explosion, se trouve ce qu’il reste du colonel. Il est nu et fait la taille d’un nain à part son membre toujours dressé. Il est totalement desséché et tient dans ses mains un cristal qui fume encore.

Par sa forme et sa couleur, le cristal me rappelle fortement les cristaux que l’on a rencontrés lorsque l’on a délivré Déborah et avec lesquels nous avons fait sauter la créature et la maison. J’en touche un mot au chef.
À l’étage, nous retrouvons la main de la fille dont le bras partait dans le plafond. Nous ne voyons aucun espace. Cette main fait partie des murs. Nous trouvons également des vêtements et de quoi s’amuser si on a des tendances sado-maso.

Mac s’occupe du serveur de surveillance et commence à faire défiler les vidéos à partir de 22 h. En plus des différents cadavres qui ont été retrouvés et du sénateur, parti pour l’hôpital, il y a une blonde et un homme assez jeune. Ils fuiront ensemble de la villa dans une Mercedes après l’explosion. À propos de l’explosion, on la voit se dérouler sous l’objectif de la caméra. Daniels, à poil, va chercher le cristal et s’agenouille pour méditer. L’effet est surprenant ! Il se tape une érection hors norme avant d’exploser.

Lorsque nous commençons à vouloir fouiller le bureau, des militaires débarquent pour tout embarquer. Putain ! Ça recommence. Je conseille à Élise de les en empêcher. Pendant que Mac avise un coffre derrière un tableau et se débarrasse d’un des militaires en lui parlant du serveur. Élise occupe le deuxième dans le couloir. Mac ouvre le coffre et découvre un carnet et un livre. Il me glisse le bouquin, pour le cas où l’on nous fouillerait. Je ne suis pas sûr qu’il comprenne grand-chose (tu parles, moi non plus je n’y comprends rien !), mais il a de bons réflexes. Une nouvelle recrue potentielle lui aussi ?

Pendant ce temps, Chan a décidé de faire cavalier seul. Il est parti à l’hôpital pour aller interroger le sénateur. En descendant, il remarque que les autorités interrogent deux hispanos. Les serviteurs de Daniels. Il me file un coup de fil pour qu’on pense à les interroger. Des fois je me demande s’il ne me prend pas pour une tâche. À l’hosto, il apprend que le bonhomme est sous sédatifs et donc dans le coltar. Il décide d’attendre.

Grâce aux serviteurs, on apprend que Daniels à changé de comportement depuis un an et demi. Il est devenu obsédé de sexe. Quand j’évoque les bouquins new-age que l’on a trouvés dans sa bibliothèque, ils répondent qu’il a commencé à s’y intéressé à la même époque suite à un cadeau de Monsieur Walters. Ils nous confirment rapidement que ce Walters, considéré comme de la famille, est le gars qui s’est enfui avec la Mercedes.

Le carnet récupérer par Mac est une liste de dates avec des heures de début et de fin, des noms de femmes et des notes sur 10 pour elles et lui-même. Le livre qu’il m’a donné est un exemplaire, qui porte les marques de nombreuses lectures, de « Science intérieure » d’Herbert Price édité par la fondation Elonis. Nous apprendrons plus tard que la fondation est dirigée par Walters. L’ouvrage porte une dédicace : « Pour Larry en remerciement de plus que je ne pourrais l’écrire. Ron. » À l’intérieur se trouve une photo d’un homme en uniforme accompagné d’hommes typés sud-américains.

À l’hôpital, le sénateur délire devant Chan. Il évoque son fils. Or, le rapport reçu du FBI précise qu’il est sans enfant. Mystère... Le chef tente bien de lui soutirer des informations, mais le sénateur est dans les vapes et quand il n’y est pas il n’est pas coopératif.

Mac fait une recherche faciale du militaire de la photo. Il tombe sur un certain Ronald Valiant. En poussant les recherches et grâce aux compétences médicales d’Élise, il devient évident que Valiant n’est autre que Walters après une opération de chirurgie esthétique. Nous décidons d’aller récupérer Chan à l’hôpital.

En montant dans la voiture, je trouve une enveloppe sur mon siège. Je lis discrètement la lettre qu’elle contient. Elle ne doit pas tomber dans de mauvaises mains. Il faudra que j’en touche un mot au chef, mais pour l’instant, je ne peux pas en parler à Élise et surtout à Mac. Je ne sais pas pourquoi, je n’aime pas trop qu’un secret s’installe entre nous, mais pour l’instant, je n’ai pas le choix.

Chan pousse le sénateur dans ses retranchements et lui fait avouer que Valiant alias Walters est son fils et qu’il l’a aidé à changer d’identité que ce dernier lui ait affirmé avoir changé.

Après avoir mangé un morceau tous ensemble, nous apprenons que la Mercedes a été retrouvée à Brooklyn. Qu’est-ce qu’elle peut bien faire là-bas ? Un rapport avec Kniepper ? Plus on en découvre, plus les mystères s’épaississent. Est-ce qu’on peut faire confiance à Élise et Mac au point de leur révéler la vérité ?
PJ : Un mardi sur deux (voir plus, parce que quand on aime ...) : Friponnes RPG avec Etienneb. En pause :cry:
PJ : Le samedi : Delta Green (c'est reparti !) ou Les montagnes hallucinées avec Fox p.

Avatar du membre
Zoug
Cyclope Mitrasien Myope
Messages : 550
Enregistré le : ven. 1 juin 2012 13:49
Date de naissance : 11 juil. 1967

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par Zoug » mer. 17 mai 2017 14:29

Je ne peux pas éditer le rapport sur Roll20. Pas les droits sûrement.

Sinon, tu as le fichier sources de ta compilation de l'Orient-express ? Ce serait plus facile pour corriger.
PJ : Un mardi sur deux (voir plus, parce que quand on aime ...) : Friponnes RPG avec Etienneb. En pause :cry:
PJ : Le samedi : Delta Green (c'est reparti !) ou Les montagnes hallucinées avec Fox p.

fox p
Golem Rouillé de thomassalibi
Messages : 483
Enregistré le : lun. 14 avr. 2014 11:28
Date de naissance : 11 mars 1977
Contact :

Re: Rapport d'investigations- Saison 2

Message par fox p » mer. 17 mai 2017 20:56

Super résumé.
Pour le résumé de l'Orient modifiable, c'est dispo sur le drive
Pour le résumé de la saison 2 , l'accès roll20 est ouvert :)
Activité MJ sur JDRVirtuel en cours
Campagne: Delta Green, (saison 2), Par delà les montagnes hallucinées
OS: Tales from the loop
Terminé :
Campagne: Terreur sur l'orient express, Delta Green Saison 1
OS: Z-Corps

Répondre

Retourner vers « Delta Green par fox p »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité