Les Terres d'Osgild

Image
Verrouillé
Avatar du membre
Raïzer
Keerianiste Radical
Messages : 969
Enregistré le : mer. 4 mars 2015 09:29
Date de naissance : 26 juil. 1981

Les Terres d'Osgild

Message par Raïzer » lun. 20 juil. 2015 11:31

La campagne commence au début du printemps, au mois de mars en l’an 314 PM (post-Monastir). Le traité de paix de Monastir
marque la définition des frontières actuelles de la Principauté d’Arly et des Marches du Piémont. Il correspond à l’an 0 du calendrier pour les humains.

Image

Avatar du membre
Raïzer
Keerianiste Radical
Messages : 969
Enregistré le : mer. 4 mars 2015 09:29
Date de naissance : 26 juil. 1981

Re: Les Terres d'Osgild

Message par Raïzer » sam. 25 juil. 2015 17:07

les Terres d’Osgild, une région qui mesure environ 1 500 km d’Est en Ouest pour 1 000 km du Nord au Sud. Cette contrée constitue un isthme, une rupture étroite entre deux masses continentales beaucoup plus larges, au Nord et au Sud de la bande cartographiée. Ainsi, la route qui relie Ferrance (capitale de la Principauté d’Arly) à Port-Libre (Cité franche des Marches du Piémont) est le chemin connu le plus court d’un bord à l’autre du continent. Par cet itinéraire, seulement 750 km de route séparent l’Océan Pelurique et la mer Mauve à travers la mer des Roseaux. Cela en fait un axe commercial d’exception où transitent des marchandises exotiques et des voyageurs de pays lointains, voire d’autres continents.

Les nains et les elfes natifs de la région nomment cette même zone géographique le Mitan. Osgild est en effet le nom d’un ancien empire, fondé il y a environ 2 500 ans par les humains aux dépens des peuples anciens, alors en guerre contre un terrible ennemi. L’empire termina son expansion il y a environ 1 500 ans et s’effondra cinq siècles ans plus tard. Six siècles de chaos et de fluctuations suivirent, durant une période connue sous le nom des âges sombres où nains et elfes se réapproprièrent une partie du territoire perdu.

La région obtint ses frontières et sa structure géopolitique actuelle il y a un peu plus de 300 ans, lors du traité de Monastir qui marque l’an 0 de la datation officielle des nations humaines. La dernière guerre connue eut lieu à l’extrême Est, elle provoqua l’annexion du Protectorat de Fer par un empire esclavagiste au-delà des mers il y a moins d’un siècle. Depuis, il a régné sur les Terres d'Osgild une longue période de paix, du moins du point de vue des humains, car, à l’échelle des elfes ...

Avatar du membre
Raïzer
Keerianiste Radical
Messages : 969
Enregistré le : mer. 4 mars 2015 09:29
Date de naissance : 26 juil. 1981

Re: Les Terres d'Osgild

Message par Raïzer » lun. 27 juil. 2015 18:54

La baronnie de Clairval marque la frontière Nord de la principauté d’Arly. Elle est entièrement recouverte par le bois de Myrviel et très peu habitée. Le village de Clairval et celui de Vireux sont les seules véritables agglomérations, mais des hameaux de bûcherons et de chasseurs sont disséminés dans toute cette forêt toujours très sauvage malgré sa modeste taille. Des familles d’elfes des bois vivent encore là, à l’écart du tout proche royaume elfique de Hautesylve.
Fort boueux est un poste-frontière destiné à surveiller le marais de Bourbe-Vieux au-delà duquel s’étend le désert des Morteroches, dont on prétend que chaque pierre cacherait un non-humain. Sa garnison est constituée de soldats au service de la principauté.

La Contrée de Wyks est une province autonome de la Principauté d’Arly, un pays de collines verdoyantes coincé entre la forêt de Myrviel et celle de Hautesylve, juste au Sud de la Ba- ronnie de Clairval. Simplement appelée la Contrée par ses propres habitants, cette région tranquille comporte la plus grande concentration de halfelins et de gnomes des Terres d’Osgild. Sa capitale est bien évidemment Wyks et elle est réputée pour ses artisans horlogers gnomes qui fabriquent toutes sortes d’extraordinaires et minuscules mécanismes. Le métal est extrait non loin et vient des mines de Fort Colline où est installée une importante communauté de nains. Fondsac est un paisible village de halfelins et Twemby une bourgade de commerçant et de bûcherons qui marque la frontière avec le royaume des elfes. Proches de la nature, les gnomes de Twemby s’entendent très bien avec leurs voisins de Hautesylve et ils tiennent à ce que cela dure…

La Principauté d’Arly et les Marches du Piémont sont les deux nations les plus puissantes des Terres d’Osgild. Elles formaient autrefois le coeur de l’empire mais, après son effondrement, les deux provinces devinrent des rivales dont les affrontements ont accouché de plusieurs guerres terribles. Toutefois, la dernière remonte à plus de 300 ans et le traité de paix signé à Monastir marqua le début d’une importante coopération. Le Prince et le Margrave sont liés par le sang et, à chaque génération, la fille de l’un épouse le fils de l’autre. Près des frontières, au Nord comme au Sud, la campagne peut encore s’avérer dangereuse, surtout en ces temps troublés, mais le centre du pays est généralement exempt de créatures monstrueuses et les grands axes sont sécurisés. La voie commerciale qui relie Port-Libre, situé à l’Est, à Ferrance - à l’autre bout du continent - est vitale à l’économie des deux nations, aussi la route est-elle bien patrouillée et protégée par les chevaliers du Piémont. Monastir est la dernière ville de taille importante avant d’entrer dans la Principauté d’Arly. Ormille n’est en effet guère plus qu’un simple poste-frontière et un grand caravansérail.

Les Marches du Piémont forment la nation centrale des terres d’Osgild, le passage obligé de tout commerce transitant d’Est en Ouest. Le pays tire son nom de sa capitale, située stratégiquement entre les chaînes de montagnes qui coupent le continent en deux. La cité fortifiée de Piémont est construite sur un promontoire rocheux du versant Sud des Serres du Monde, où elle profite d’un bel ensoleillement. Ses hautes murailles blanches dominent la plaine en aval et rien n’échappe à la vue de ses sentinelles. Seulement soixante kilomètres de champs séparent les contreforts des deux titans de pierre aux têtes couronnées de neiges éternelles.

La cité de Port-Libre est le seul port des Marches du Piémont et est surtout son véritable poumon commercial. Bien que rattachée aux marches, elle jouit d’une franchise qui lui confère une certaine autonomie en matière de taxes et de commerce. Située à la jonction des deux marais, la cité est installée au bout d’une longue bande de terre qui lui permet d’accéder aux eaux libres. Elle est construite sur l’eau et réputée pour ses canaux nauséabonds.

Principauté d’Arly: le Prince Thomar d’Arly
Comte et Souverain des Marches du Piémont: le Margrave Uther Anthrédal du Piémont

Avatar du membre
Raïzer
Keerianiste Radical
Messages : 969
Enregistré le : mer. 4 mars 2015 09:29
Date de naissance : 26 juil. 1981

Re: Les Terres d'Osgild

Message par Raïzer » lun. 1 févr. 2016 16:03

Le royaume elfique de Hautesylve correspond géographiquement à la forêt du même nom. Depuis d’innombrables générations, les elfes sont gouvernés par une reine. La souveraine actuelle se nomme Galaëlle Main d’étoile. En temps normal, les visiteurs sont autorisés à entrer dans le royaume lorsqu’ils ont une raison valable de s’y rendre, généralement pour du commerce ou pour consulter un sage. Les elfes hauts sont en effet particulièrement réputés pour leur érudition. Pour la plupart des étrangers, la visite se limite à Syndoril, la Cité aux blanches ramures, capitale du royaume. La ville a été bâtie autour de l’arbrecœur, le père de la forêt, un formidable Mallörn qui représente le cœur de la culture elfique. Un lieu symbolique, le joyau des arts, des sciences et de la magie d’un peuple qui chérit ses traditions et ses secrets. Les hauts-elfes, notamment sous le règne de Galaëlle Main d’étoile, ont développé une plus grande ouverture vers l’extérieur.
Les elfes sylvains, quant à eux, vivent dans la forêt et empêchent les visiteurs de s’y « égarer » par inadvertance. Pour leur propre bien. Car la forêt des elfes reste très sauvage et les créatures qui y vivent ne sont pas toutes inoffensives.

Pour se rendre en Hautesylve depuis les Marches du Piémont, le voyageur passe normalement par Bonlieu. Cette ville-frontière tire ses richesses du commerce avec les elfes, et sa renommée d’une course de char annuelle sur la Chaussée des Anciens.

Verrouillé

Retourner vers « Chroniques Oubliées "Anathazerïn" par Raïzer »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités