Journal d'Isildur

Image
Répondre
Avatar du membre
LeoDanto
Guthiste Thermoformé
Messages : 1324
Enregistré le : sam. 13 juil. 2013 16:58
Date de naissance : 21 janv. 1981

Journal d'Isildur

Message par LeoDanto » lun. 10 août 2015 13:59

Chapitre 1: la Profanation du Temple


Premier jour

Nous sommes à la veille de la consécration et alors que nous nous étions arrêtés, Kashchey et moi, dans une auberge juste avant Clairval pour nous abriter de la pluie battante, nous y avons retrouvé Morkaï, un forgeron nain que j'ai déjà eu l'occasion de rencontrer à plusieurs reprise au village, accompagné d'un barde humain au teint mat originaire de Port-Libre.
Après un repas convivial, et après nous être rendus compte que nous avions la même destination, nous avons décidé de faire route ensemble.

L'après-midi même, avant d'arriver à Clairval nous décidons de faire un détour par le Temple. Alors que nous arrivions à deux pas du parvis, un buisson derrière nous s'est mis à remuer et une silhouette s'en est échappée. Oswald l'a poursuivi pour constater que c'était finalement un enfant sans réussir à le rattraper.

N'y pensant plus, nous rejoignons le temple pour entendre du grabuge à l'intérieur. Nous pensons alors qu'il s'agit de voix d'enfants. Kashchey et Morkaï voient rouge et foncent dans le temple. Nous découvrons alors que ce dernier a été terriblement vandalisé: certaines statues ont été profanées, d'autres renversées voire même recouvertes d'excréments!
Sans attendre, nous nous élançons dans l'allée du temple, persuadé que des enfants doivent passer un sale quart d'heure. Sauf que ce ne sont pas des enfants, mais des Gobelins!
Le combat sera rapide et une simple formalité, nous laissant dans la plus totale incompréhension quant à ce qu'il vient de se produire...
Nulle trace de Karoom dans ces lieux, ce qui est plus que surprenant étant donné l'imminence de la consécration de l'édifice.
Nous décidons, sur les conseils de Morkaï, de descendre vers Clairval pour tenter de retrouver le célèbre nain. En cas d'échec, nous nous rendrions chez lui.
Là encore, nulle trace du nain au village. Malheureusement, nous ne disposons pas du temps suffisant pour retourner chez lui avant la tombée de la nuit, aussi décidons-nous de dormir chez Morkaï, dans sa forge.


La première nuit à Clairval

Nous nous attendions à une nuit des plus calmes dans la forge de Morkaï. Et nous avons à la place été réveillé par les hurlements d'un homme!
Ni une, ni deux, nous jaillissons du bâtiment en chemise de nuit avec comme seules armes ce que nous arrivons à attraper. En ce qui me concerne, mon bâton ferré. Même si j'aurais préféré mon arc avec le recul. Mais ça, c'était après.

En sortant, nous trouvons un marchand affalé au pied du grand chêne du village avec un carreau d'arbalète planté dans la cuisse. Oswald nous interpelle, affirmant avoir remarqué une forme contourner un bâtiment. Cet homme voit décidemment bien les petites choses s'enfuir.
Avec Kashchey, je prends le temps de soigner le marchand tandis que le barde et le nain contournent le bâtiment pour prendre en chasse les créatures. Je ne me serais jamais attendu à ce qu'un gobelin soit capable de tenir une arbalète. A ce stade, je reste persuadé qu'il s'agit d'une attaque "classique" du village par une force armée humaine.
Des bruits de lutte nous parviennent. Lorsque je me présente enfin sur le champ de bataille, Oswald est à terre baignant dans son sang! Il y a trois gobelins plutôt costauds. L'un d'eux arrive à s'enfuir par un trou sous la palissade. L’autre finira au paradis des gobelins. S’il y en a un.
Un paradis plein d’église à vandaliser je suppose.

Nous réussissons à garder le dernier vivant (une perte de temps à mon avis mais il fallait bien faire preuve d'un minimum de stratégie à un moment donné).
Une fois que le calme revient et que j'ai pu m'aventurer dans le trou pour découvrir qu'il ressort directement derrière la palissade, nous constatons avec horreur qu'un des enfants de Clairval a disparu. Un certain Louky, fils d’Agramon.

Cette expérience me rappelle douloureusement ce qu'il est arrivé à Kashchey par le passé.
Le bourgmestre Carillon refuse que nous nous lancions à la poursuite des gobelins ce soir. Sauf qu'il y a la vie d'un enfant en jeux. Kashchey est de cet avis aussi. Etant donné ce qu’il a vécu, je le comprends parfaitement.
Après avoir soigné Oswald, nous nous lançons finalement à la poursuite de gobelin, contre l'avis du bourgmestre. Je sens que nous n'allons pas nous faire des amis dans cette démarche, mais il y a des priorités dans la vie.


Une nuit dans la forêt

Après avoir évité les gardes pour passer sous la palissade, Kashchey a tenté d'interroger le gobelin. Il ne nous apprendra rien sur Louky l'enfant disparu.
Il nous guide cependant sur les empreintes de pas du gobelin qui s'est échappé mais je finis par comprendre qu'il ne connait clairement pas l'itinéraire.
Cette observation me met un doute, et en discutant avec Kashchey nous comprenons que les gobelins de la cathédrale et ceux de Clairval faisaient clairement partie de deux tribus différentes. Hors, à notre connaissance, il n'y a qu'une seule tribu dans la région, au nord du village.
Qu'est-ce qui pourrait justifier une alliance de tribus gobelines? Et surtout, pourquoi avoir enlevé un enfant?

Après plusieurs heures de balades en forêt, les empreintes uniques du gobelin fuyard rejoignent une dizaine d'autres traces. Cependant, toujours nulle preuve de l'existence de Louky. Je ne comprends vraiment pas ce qu'est devenu cet enfant.
L'idée que nous nous élançons vers une armée gobeline entière, la fleur à l'arc, m'inquiète au plus haut point.


Arrivée vers le Moulin

Après finalement 3 heures de marche, nous finissons par atteindre une clairière où se trouve un moulin. Un moulin que le rat de Kashchey confirme plein d'enfants et de femmes gobelines avec vaguement quelques guerriers.
Tandis que mes compagnons sont prêts à se jeter dans la mêlée pour faire couler le sang en espérant garder quelques gobelins vivants pour les interroger, je m'interroge fortement sur les événements.
En effet, les gobelins que nous poursuivons, et que nous accusons d'avoir enlevé un enfant dont nous n'avons encore trouvé aucune trace, n'ont pas la même couleur de peau que ceux qui a profané la cathédrale. De plus, à part un carreau d'arbalète planté dans la cuisse d'un marchand et le vol de 3 vaches, Clarval n'a subi aucun pillage de leur part. En tout cas aucun pillage sanglant.

Aussi, après d'âpres négociations, j'arrive à faire valoir une idée suicidaire: tenter un abord diplomatique. Je vais donc chasser une biche et, accompagné de Morkaï, nous approchons le campement de la façon la plus pacifique possible.
Je sens ma dernière heure venir quand le chef gobelin s'approche et s'exprime avec quelques bribes de communs. Nous arrivons alors à communiquer suffisamment et comprendre que cette tribu n'est autre que la tribu pacifique qui a toujours vécu au nord de Clairval.
Elle a été chassée par une autre tribu belliqueuse qui serait responsable de l'enlèvement de Louky. Si elle refuse de nous venir directement en aide dans notre quête, elle accepte de nous indiquer le chemin jusqu'à sa première demeure.


La Caverne aux Gobelins

Après quasiment une journée entière de marche dans la forêt - et une halte chez Karoom (où nous avons rencontré Maëla la mentor de Kashchey, toujours aussi énigmatique), nous atteignons enfin le camp des gobelins en flanc de montagne.

Une expédition punitive où Kashchey verra la mort de très près, et moi presque tout autant, mais où Oswald et Morkaï brilleront par leur efficacité, leur bravoure et leur savoir-faire.
Encore maintenant, je n'en reviens pas et quand je repense à leurs faits d'armes, j'en ai les larmes aux yeux.
Sur place, nous découvrons de la bouche du chef de guerre gobelin qu'il n'y a jamais eu d'enlèvement d'enfant...

Mais où est passé Louky?

C'est alors qu'une gobeline parlant étonnamment bien le commun nous demande de retrouver son propre enfant! Ca commence à faire beaucoup d'enfants disparus...
Nous finissons par comprendre en vérité que l'enfant gobelin, un certain Mox, était en réalité un ami de Louky! Avec un retour vers Clairval à la clef.


Retour à Clairval

Après avoir discuté avec un Agramon (le père de Louky pour ceux qui n'auraient pas suivi) ivre à la taverne, nous finissons par obtenir quelques noms. Tels que Méline, la "petite" amie de Louky (comme les enfants sont précoces de nos jours!) ou encore un certain Parluis, une petite racaille de la pire espèce (selon les paroles d'Agramon, je n'ai pas le plaisir de connaître cet individu).

Méline ne nous apprendra pas grand chose, si ce n'est que nous confirmons bien la version selon laquelle Louky est bien un ami du gobelin.
Pendant ce temps, Oswald et Kashchey auront fort à faire avec Parluis. Selon eux, non seulement la mère de l'enfant est une mégère de la pire espèce, mais le gamin aura réussi à faire perdre son sang froid à Kashchey (il faut dire que ce n'est pas particulièrement difficile à faire quand on le connaît bien).

Finalement, nous en étions là de nos investigations, prêts à jeter l'éponge quand un enfant muet et blond nous aborde avec un morceau de papier truffé de fautes d'orthographes. Il nous réclame 20 Pièces de Cuivre pour nous révéler la tanière de Louky! J'aurais préféré botter les fesses de l'imprudent, mais Kashchey s'exécute.

Le chérubin nous emmène alors vers la carrière de Karoom. C'est d'autant plus rageant que nous sommes déjà passé par ce site avant de nous rendre vers le campement gobelin!

En empruntant un passage agrandit par la force de Morkaï ainsi qu'une suite de galerie, nous avons enfin pu mettre la main sur les deux enfants. Ces derniers s'étaient réfugiés ici pour jouer une dernière fois avant que la famille de Mox ne soit obligée de quitter sa demeure. Le pauvre gobelin était blessé, attaqué par un créature insectoïde, tandis que Louky avait décidé courageusement de rester à ses côtés.

C'est donc sans trop de difficulté - notamment grâce aux puissants sortilèges de Kashchey - que nous avons pu ramener le fils d'Agramon auprès de son père, savourant un épilogue bien heureux comme j'aimerais en connaître beaucoup d'autres...
Mardi - PJ & MJ - La Communauté du Tentacule
Dimanche - PJ - Les 5 Supplices par Raïzer

Avatar du membre
LeoDanto
Guthiste Thermoformé
Messages : 1324
Enregistré le : sam. 13 juil. 2013 16:58
Date de naissance : 21 janv. 1981

Re: Journal d'Isildur

Message par LeoDanto » mer. 16 sept. 2015 15:16

Chapitre 2: Voyage vers Fort Boueux


L'arrivée d'une caravane à Clairval

Cela fait maintenant 15 jours que nous sommes à, Clairval. Et il pleut encore et toujours. Nous avons dépassé le stade de la monotonie depuis longtemps.

Heureusement (enfin... à cette heure il n'est pas possible de savoir si ce sera pour le meilleur ou pour le pire) un chariot finit par atteindre le village pour apporter un peu d'animation.
De ce chariot débarquent un nobliau accompagné de deux soldats qui filent droit vers la taverne sans demander leur reste. C'est là bas que nous les retrouvons pour comprendre que tout ce petit monde se dirigeait vers le Fort Boueux, au nord, pour y apporter des vivres.

La soirée était plutôt agréable à la taverne, jusqu'à ce que le maire ne vienne nous chercher en plein repas pour nous proposer, contre une belle somme, d'accompagner cette caravane jusqu'à destination.
J'étais plutôt content qu'on me sorte de ma morosité mais c'était sans compter sur l'autre mission supposée: guider le nobliau Julius Mortemire également au marais.
Etant donné le portrait qui nous en était tiré par les soldats, ça ne me donne vraiment pas envie...

La tâche la plus ingrate de la mission étant de le conduire intact jusqu'au fort.
J'ai dans l'idée qu'il faudra réfréner beaucoup nos envies meurtrières à son égard.


Un voyage sous la pluie

Au lendemain, grande surprise!
Il... pleut encore plus... que d'habitude.

Nous chargeons la calèche comme il le faut et mettons en route. Le chemin est boueux et mon amitié des boeufs nous offre les conditions optimales pour le voyage.
Un voyage loin d'être facile en vérité. Parce qu'entre les marais, la pluie, la boue et l'état des chemins, ce n'est pas du tout une partie de plaisir...

Après deux jours de marche nous finissons dans un petit hameau de bucheron où Julius fera des siennes en déflorant une petite paysanne.
Heureusement Kashchey désamorcera la situation nous permettant de repartir sans encombre.


Une embuscade orque

La journée promettait d'être aussi monotone que les autres. Jusqu'à ce qu'on traverse une rivière et qu'on tombe dans une embuscade d'orques.
Embuscade qui ne fera pas long feu et nous réussirons à en venir à bout sans beaucoup de difficulté - malgré de vilaines blessures sur Oswald.

C'est en coordonnant un sort de Kashchey affectant l'esprit et l'appel de la nature pour enchevêtrer les orcs que nous avons réussi à en prendre un vivant en vue d'un interrogatoire en règle.
Une fouille des corps révèlent l'existence d'un bracelet ayant appartenu à Andra Mortemire, la prêtresse dirigeant le fort de Fort-Boueux - et accessoirement la soeur de Julius. A la vue de ce bracelet, le comportement du dandy change complètement d'ailleurs et il nous incite à poursuivre le voyage de toute urgence - nous obligeant presque à prendre d'assaut le fort sur un simple coup de tête. L'imaginer capable de s'inquiéter pour quelqu'un d'autre que lui-même me laisse perplexe.

Je ne me serais jamais attendu à ce qu'Oswald soit capable de communiquer avec l'individu mais notre ami barde sera toujours capable de m'étonner apparemment. Après un entretien des plus obscurs, il parvient à découvrir que le fort a effectivement été pris d'assaut par les orques, mais que des survivants s'y trouvent. Enfin devraient encore s'y trouver... reste à savoir si l'information est encore d'actualité.

Lorsque nous arrivons à Fort-Boueux, je suis surpris de découvrir un bâtiment relativement indemne et uniquement gardé par deux individus. Le familier de Kashchey nous révèlera qu'il s'agit bien d'humanoïdes à la peau verdâtre.
Pourtant, les murailles sont intactes et la palissade entière. Rien ne pourrait laisser penser que le fort est tombé.
Nous décidons de nous grimer Oswald et moi en orque et de prendre nos trois autres amis "en prisonnier" pour tenter une infiltration en douceur. Une tactique guère au goût de Morkaï. Je pense qu'on va en entendre parler pendant longtemps.

Une infiltration qui sera délicate mais d'une réussite totale.
A l'intérieure, nous découvrons un fort calme et inhabité en apparence. La libération des quelques survivants et d'Andra Mortemire sera rapidement effectuée tandis que nous surprenons le reste des troupes ennemis, une dizaine d'individus, dans les baraquements en plein sommeil. Après une exécution quasi sommaire sans perte, le fort retrouve son calme.

Andra nous confiera plus tard que l'escouade initiale des orques comptaient une vingtaine d'individus et l'assaut a eu lieu par escalade des murailles. Je reste dubitatif devant une telle entreprise, mais les effectives du fort étaient en tel état que cette opération invraisemblable aura été rendue possible.
Mardi - PJ & MJ - La Communauté du Tentacule
Dimanche - PJ - Les 5 Supplices par Raïzer

Répondre

Retourner vers « Chroniques Oubliées "Anathazerïn" par Raïzer »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités