Carnet de chasse

Image
Répondre
Avatar du membre
Zantos
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 4
Enregistré le : ven. 11 mars 2016 11:18
Date de naissance : 16 nov. 1991

Carnet de chasse

Message par Zantos » lun. 21 mars 2016 11:26

Session du 20/03 :

An 816 depuis le dernier grand évènement, ville de Zaryn.

Cette année et depuis quelques semaines, la chaleur n'est pas particulièrement intense pour une fin de printemps mais la sécheresse est record. Cela fait quelques temps que j’ai des mouvements du gibier vers le Nord du fait des points d'eau qui tombent à sec les uns après les autres. C’est pas bon pour les affaires tout ça, la semaine dernière je n’ai pu chasser que trois herbivores dont la peau était craquelée par la déshydratation … inutilisables.

En plus de ça, depuis quelques heures la marée est extrêmement basse avec le niveau d'eau s'arrêtant à 1km de la côte. Les bateaux de pêches enlisés dans la vase, qui se transforme à vitesse record en sable … [Mais qu’est-ce qu’il se passe ?] … sont obligés de ramener leur cargaison à pieds. La ville commence à connaître des problèmes de stocks de viande et de poissons. Moi qui voulais me faire un de ces délicieux poissons des profondeurs ce soir au dîner, à la chair tendre et juteuse, je n’ai trouvé que des coquillages que les quelques marins qui ont fait le trajet à pieds dans la vase depuis leur bateau ont ramassé. Tant pis, ce sera encore de la viande séché d’herbivore ce soir … Encore.

J’en ai assez, je vais passer par la taverne de mère pour me détendre, pas de chasse cet après-midi, j’ai besoin de penser à autre chose … Hum nan après réflexion il vaut mieux éviter la taverne familiale, elle va vouloir me faire subir un interrogatoire sur comment je gère cette période sèche, elle n’a jamais été rassuré à l’idée que je reprenne la boutique de père aussi jeune. Je vais plutôt visiter la taverne du vieux Kraig, Kû m’en a parlé il y a quelques temps, à ce qu’il paraît c’est assez animé par là-bas, avec un peu de chance il y aura du spectacle.

À peine arrivé que j’ai un petit sourire en repensant aux paroles de Kû : « Tu vas voir, on s’amuse toujours là-bas. ». En effet il ne pouvait pas avoir davantage raison, quatre de ces mercenaires qui traînent en ville depuis quelques temps, leur chef s’appelle Ardaak Harford si ma mémoire est bonne, bien qu’il ne soit pas là. Tous en train de vociférer leurs exploits de ces derniers temps, une choppe à la main évidemment. Je m’installe calmement de l’autre côté de la pièce, prêt à passer une après-midi à me délecter de ce spectacle. Dans l’ensemble des politesses d’usage de ces gentlemen, je note quand même une information intéressante, d’après ce que j’ai compris ces mercenaires seraient sous contrat avec le prince Ancelin, rien que ça tient ! Comme quoi ça paye de boire plus bruyamment que les autres et ne rien faire de la journée.
Soudain, sorti de nulle part, une lueur vient troubler la quiétude bruyante de la taverne, deux ailes luminescentes, le corps aérien d’une petite fée pénètre la pénombre. Je l’ai déjà vu dans mes chasses j’en suis sûr, je lui ai même parlé … C’était quoi son nom déjà ?

« Sieur Zantos, sieur Zantos c’est horrible … *sanglots* mon peuple a été attaqué, des êtres horribles tout noirs avec des massues … *sanglots* Suis le seul survivant, il faut m’aider pitié. » Je réponds alors à Khuram, oui c’était ça son nom j’en suis sûr, qu’il allait devoir me donner plus de détails et surtout se calmer. Avant qu’il ait le temps de se calmer un des mercenaires s’approcha et me demanda de son air le plus enivré « Il est à vendre ce machin qui brille ? Ardaak adore ces bestioles il les collectionne. » Mais qu’est-ce qu’il racontait ce débile ? Quoique … De toute évidence Khuram était porteur de problèmes que je n’avais pas spécialement envie de gérer, c’est une bonne occasion de m’en débarrasser avant même les problèmes … « Hum, intéressant mais je suis pas sûr que t’aie ce qu’il faut sur toi pour payer une telle rareté, c’est le dernier de sa tribu tu sais, je préférerais négocier avec ton boss direct. » Au même moment un des pêcheurs entre dans la taverne, lui aussi je le connais, je lui achète du poisson de temps en temps, poisson qu’il n’avait pas ce matin d’ailleurs. J’invite donc Samaro à rejoindre ma tablée pour participer à la sauterie, si je veux négocier avec le mercenaire il vaut mieux avoir du monde autour de moi pour éviter de donner des envies de régler la transaction de manière … peu civilisée.

« Mouais nan, si t’es pas intéressé c’est pas important. » … Mais l’impertinence de ce mercenaire, j’étais en pleine réflexion pour que toute cette affaire me soit profitable et il ne me laisse même pas le temps de finir ma pensée. Tant pis, la fée qui sanglotait toujours et ne semblait pas s’être rendue compte de ce qui se passait autour d’elle se tourne alors vers Samaro (qui a rejoint la tablée) et moi pour nous demander de l’aider. L’aider à quoi ? Faire revivre ses potes ? Avant même qu’on ait eu le temps de lui répondre voilà que Kû entre dans la salle avec sa bien jolie compagne. Oh oh, mauvaise idée de l’amener au milieu de ces bourrins bourrés. Il n’en fallut pas plus pour qu’un des lourds se mette immédiatement « en chasse », heureusement très vite refroidi par les grognements très réalistes de Kû, il avait pas perdu son tempérament celui-là !

L’après-midi continua et l’alcool continua de couler à flots côté mercenaire, mais rejoints par des collègues, ils étaient une bonne dizaine et étaient bien décidés à faire le chiffre du mois de ce bon vieux Kraig en un temps record. C’est alors que ce qui devait arriver arriva, un des mercenaires mis la main aux fesses d’une serveuse qui lui répondit par une claque, qui lui répondit par un grand coup dans la mâchoire, Kraig lui répondit par des insultes bien inspirées et … bagarre de taverne. En effet, on ne s’ennuyait pas ici.

« 10 sous sur le petit gros » dit Samaro, « Tenu, et 20 sur celui avec la tresse rousse » lui répondis-je. Alors que le spectacle n’en finissait plus de me divertir, on repéra vite qu’un adolescent et un gringalet étaient pris dans la mêlée. Ben c’était rigolo mais il fallait quand même éviter que certains se fassent tuer, c’étaient mes clients après tout. Avec Samaro on avança lentement dans la mêlée pour casser quelques os de mercenaires et permettre aux gens de sortir ou de les mettre à l’abri derrière le rempart, alias Kû. Un des mercenaires au sol a carrément essayé de me mordre la jambe, lui il mangera de la soupe pour quelques temps après avoir faire un bisou à grande vitesse à mes pates.

Ardaak sorti de nulle part, il avait pas l’air commode le bougre, tatouages, brûlures sur les bras, et surtout deux molosses tenus en laisse qui semblaient là pour ronger quelques os, mais sans forcément attendre que ces derniers soient sortis du corps de leur propriétaire. Il a rapidement calmé le jeu payant même pour les dégâts de la taverne, il emmena les mercenaires valides et demanda, non sans protestation, que les mercenaires évanouis lui soient ramenés quand ils se réveilleront. Mince, mon rouquin était par terre et le petit gros encore debout, j’allais devoir payer des boissons à Samaro …

Après ces aventures nous sommes allés à la taverne de mère où je me suis acquitté de mes dettes et avons fini la journée en compagnie de mes 3 compagnons éphémères. Grandeur d’âme oblige, j’ai proposé à Khuram de passer la nuit chez moi en attendant qu’il prenne une décision sur quoi faire maintenant qu’il est le dernier de sa tribu. Nous nous retirâmes donc chacun dans nos appartements et avions bien l’intention de passer une nuit reposante après cette journée mouvementée. Je pensais déjà à demain en espérant qu’il se mette à pleuvoir pour pouvoir aller chasser dans de meilleures conditions.

Hélas, pas le temps de se reposer, au milieu de la nuit un tumulte me réveilla, il devait être 2h ou 3h du matin à en juger par ma fatigue. Des gens couraient dans la rue et criaient, un bruit se faisait entendre au loin, du genre qu’on reconnaît immédiatement, cet espèce de souffle mêlé de crépitement, c’était un incendie. Ce que je confirmai en descendant dans la rue et en voyant les flammes se rapprocher dangereusement de ma rue, la rue de MON magasin. Pas question de perdre mon commerce, j’y avais mis trop d’efforts, avec les passants et autres habitants du coin on s’est vite organisé pour humidifier les bâtiments et endiguer l’avancée des flammes. Khuram s’est d’ailleurs révélé très utile en faisant pleuvoir grâce à son pouvoir sur les bâtiments concernés, ben c’était pas le déluge mais ça aidait. Après plusieurs heures le feu était enfin battu et surtout, mon commerce était sauf. La nuit fût courte et le lendemain allait se révéler riche en événements, l’ensemble du quartier de la taverne du vieux Kraig avait été réduit en cendres, de toute évidence il allait y avoir des histoires. Mais pour l’instant, j’allais me reposer, et profiter des dernières heures de pénombres … Enfin on voyait déjà les premières lueurs à l’horizon mais ça ne m’empêcherait pas de dormir.

Avatar du membre
Zantos
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 4
Enregistré le : ven. 11 mars 2016 11:18
Date de naissance : 16 nov. 1991

Re: Carnet de chasse

Message par Zantos » jeu. 14 avr. 2016 10:56

Session du 13/04 :

Après une nuit de sommeil bien méritée, il était temps de sortir et constater les dégâts.

L'ensemble du quartier où le feu s'est déclaré était calciné, il régnait une odeur de souffre et également de viande grillée, en temps normal ça m'aurait mis en appétit mais là ça me donnait envie de vomir sachant d'où venait cette odeur, ou plutôt de qui.

Une réunion publique se tenait devant la chambre du conseil où le conseiller justement faisait un discours. Il disait en substance que la ville devait se mobiliser pour aider les blessés et que toutes les auberges étaient réquisitionnées pour servir d’hôpitaux de fortune. Mince, ça voulait dire qu'il fallait que j'aille aider ma mère, elle devait être débordée. Il a également parlé d'autre chose à propos de kidnappés mais je n'étais pas très attentif je pensais déjà à tout le travail qui m'attendait.

J'ai passé la plus grande partie de la journée à aider à l'auberge. Les corps brûlés et les gémissements étaient insupportables, je ne savais pas qui était responsable de cet incendie mais il avait intérêt à ne pas me tomber sous la patte. Au bout d'un certain temps Khuram est venu pour aider, il m'a expliqué connaître quelques sortilèges contre les brûlures, je lui ai donc indiqué l'étage où on avait mis les brûlés les plus graves, qui étaient pour la plupart condamné d'ailleurs, peut-être qu'il arriverait à faire des miracles, si il pouvait en sauver ne serait-ce qu'un alors ça n'aura pas servi à rien.

A la fin de la journée quand tous les blessés avaient été pris en charge, on s'accordait enfin une pause. Tout ce qu'il restait à faire c'était changer régulièrement les bandages et autres compresses humides, on avait pas besoin de moi pour ça. Je décidais de m'accorder un repos bien mérité en compagnie de Khuram autours d'une boisson. On s'était isolé dans un coin où on entendait pas trop le bruit de la salle principale où résidaient les blessés légers. Avant que je puisse finir ma bière, Kû est entré avec son air détaché habituel, pourtant je sentais qu'il réfléchissait à quelque chose. Après qu'il se soit posé à ma table il m'a demandé si j'étais partant pour aller sauver les otages kidnappés pendant l'incendie hier ... C'est vrai que le conseiller en avait parlé le matin ... Mais alors ça voulait dire que l'incendie était une couverture pour kidnapper des habitants? D'un coup ma fatigue de la journée s'envolait et j'étais tout ouïe à ce que me disait Kû. Il s'agissait de réunir quelques guerriers pour une mission de sauvetage chez les mercenaires d'Ardaak, d'après ce que j'ai compris comme ils étaient sous les ordres du prince Ancelin, les officiels n'avaient aucun pouvoir pour les empêcher d'agir à leur guise, il ne faudrait donc pas compter sur des renforts. Étant donné le caractère dangereux de la mission une forte récompense avait été promise. Kû me demanda en vitesse si je connaissais quelques personnes susceptibles de nous aider, après réflexion je repensais à Samaro qui s'était bien battu hier à la taverne, même si Kû ne semblait pas convaincu, mais étant donné qu'à ses yeux tout le monde semblait faible ça ne m'étonnait pas.

Après s'être donné rendez-vous devant la chambre du conseil pour 30min après on se séparait, moi j'allais chercher Samaro en compagnie de Khuram, qui s'était assis sur mon épaule. Il était pas gêné dis-donc, mais bon après tout il s'était révélé serviable et sympathique donc ça ne me gênait pas. Après 30min de recherche on a fini par trouver Samaro qui était dans une des tavernes du port. Je lui ai demandé de me suivre et lui ait expliqué toute l'histoire sur le chemin, il accepta sans broncher devant la promesse d'une récompense, et puis son commerce était au point mort avec le problème de sécheresse donc il n'avait rien de mieux à faire.

une fois arrivé à la chambre du conseil on retrouva Kû qui attendait sagement sur un banc à côté, il ne semblait même pas s'être rendu compte de notre retard, sa tranquillité d'esprit en toute circonstance forçait le respect. Après s'être rejoint on se dirigeait vers le bureau du conseiller qui allait pouvoir nous donner plus de détails. Dans son bureau se trouvaient deux autres hommes, qui semblaient être là pour les mêmes raisons que nous, ils nous ont dit leur noms mais j'ai complètement oublié étant donné qu'ils restent tout le temps dans leur coin sans nous parler. En substance le conseiller nous a affirmé qu'il y avait une vingtaine de mercenaires et au moins 10 otages, que le lieu était à environ 2 jours de marche au Sud-ouest à travers le forêt. Il a également parlé d'une somme rondelette pour la récompense, 300 pièces d'or, rien que ça. J'ai quand même décidé de lui faire signe un petit papier pour qu'il ne rompe pas sa promesse, et surtout pour servir de moyen de pression si jamais il décidait de nous doubler, après tout ce qu'il organisait allait à l'encontre de la volonté du prince Ancelin. Après ça nous sommes allés nous coucher avec pour consignes de se retrouver à l'aube pour partir.

Le lendemain matin tout le monde était prêt à l'heure dites, nous partîmes avec les premières lueurs du soleil et la progression fût rapide et sans danger grâce à Khuram qui connaissait bien la région, on avait parcouru la moitié du chemin en environ 4h. On se posait dans une clairière pour se reposer et se restaurer un peu, mais avant de repartir nous avons été attaqué par une bête que j'avais déjà croisé dans le passé et dont j'avais eu de la chance d'en réchapper à l'époque. Je décidais de prendre mon courage à deux mains et d'attaquer la créature qui faisait penser à un lion croisé avec un cochon dont la peau était dure et les griffes acérées, malheureusement mon coup échoua misérablement et ma lame fût coincée dans un de ses immenses crocs qui dépassent de la gueule à la manière d'un sanglier, mais en beaucoup plus menaçant. C'est alors qu'on s'est retrouvé entouré de lumière, qui provenait de Khuram, l'instant d'après la lumière s'évanouit et la bête semblait avoir perdue toute combativité. Khuram nous expliqua qu'il avait utilisé un sort pour subjuguer la créature et qu'elle lui obéirait pendant 24h à condition de ne pas la blesser. J'étais loin d'être convaincu par le ton rassurant de Khuram mais nous avons à peine eu le temps d'élaborer une stratégie mettant à profit notre nouvel "ami" que la terre se mit à trembler.

Tout à coup des espèces de petits golems de pierre sortaient du sol. Amis? Ennemis? Créatures invoquées ou naturelles? Pas le temps d'y réfléchir, je me mettais en garde près à rattraper ma piètre prestation d'il y a quelques minutes.

Répondre

Retourner vers « D&D 5e "Un sentiment d'aventure" par Darth Tanka »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité