[Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Image
darith
Guthiste Thermoformé
Messages : 1373
Enregistré le : jeu. 22 avr. 2010 01:00

[Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par darith » dim. 18 juin 2017 23:52

Concerne les séances (notes personnelles fournis):
- 15 Mai 2017
- 22 Mai 2017
- 12 Juin 2017

Vingt-quatrième jour du mois du tigre, An 1158 du Calendrier impérial
Extrait du journal de bord de KITSUKI Mariko


Malgré le climat qui se veut de plus en plus hivernal, les préparatifs du festival vont bon train. Force est de constater que l'ensemble de la population met beaucoup enthousiasme dans l'ouvrage. J'avais quelques craintes et réserves quand à les possibilités de garantir et préserver la sécurité, mais il semble finalement qu'elles soient infondé, les troubles ne sont ni plus ni moins graves qu'à l'accoutumé.

Ce matin, les nouvelles affaires présentées par Shoin sont: trois demandes d'autorisations pour des marchands, l'enregistrement de l'arrivée d'un samouraï nomme MIRUMOTO Tako, une affaire de vol concernant le maitre-tatoueur Katsujinga et enfin un affaire d'agression.

J'ai réparti de justesse le traitement de ces affaires comme suit avant qu'un évènement de plus grande envergure ne survienne. Ainsi donc, Shoin aura pour charge de contrôler et délivrer les 3 autorisations pour les marchands, ainsi que d’entériner l'arrivée du Samouraï. Comme à son habitude, il devrait s'avérer efficace et zélé dans sa tâche. Eizo quand à lui ira examiner l'état de santé de la victime d'agression. J'imagine sans peine qu'il s'agit là d'une histoire de violence conjugale... De factio, Eizo devrait jouir d'un meilleur contact avec ses semblables, il a beau être rustre, ses observations devrait déjà bien avancer la résolution de la situation.
Quand à moi, je compte me rendre directement auprès de maitre Katsujinga avec le concours de TSURUCHI-O-Katachi

Un survenu d'un évènement de plus grande envergure disais-je...
Oserais-je dire plusieurs plus modeste mis bout-à-bout. D'une part l'arrivée d'un groupe de samouraï, d'abord j'ai été je dois le dire inquiète devant les mines patibulaires des nouveaux arrivants, mais ayant vite reconnu IKOMA Hokusei-san, le promis de ma chère sœur, ces craintes se sont dissipés instamment... Par contre, il me parait toujours impressionnant et rassurant de voir toute la dévotion dont est capable O-MIRUMOTO-Setsu-san.
Quoi qu'il en soit, nous avons tous entendu un cri perçant à l'extérieur à ce moment précis. Profitant de l'apparente bonne volonté de nouveaux venus, je me suis rendu directement sur les lieux, profitant avantageusement de leur concours pour le moins providentielle.

La scène que j'ai trouvé m'a laissé des plus perplexes. D'abord, deux des samouraïs nouvellement arrivés ont prit le parti de poursuivre un heimin présent parmi les badauds. Vu le gabarit de ces samouraïs et leur accoutrement, je ne serais guère étonné qu'ils fassent partis de l'inébranlable clan du Crabe... Je doute qu'il trouve quoi que ce soit, mais si ils sont persuadés de leur action et que ce heimin a jugé bon de fuir... Nous verrons bien à leur retour. Avec de la chance, ils auront une information utile, dans le cas contraire, je les réprimanderais aimablement pour cet empressement mal placé.

Concernant cette nouvelle affaire, il s'avère que la victime a été rossée d'importance. L'homme est plutôt ventripotent, et est vêtu d'un kimono bleu ciel habituellement porté par ceux des marchands provenant des terres de l'aimable clan de la Grue.
Visiblement l'homme a été détroussé sur place et il ne devait pas venir de bien loin vue ses sandales non crottées.
Même si cela semblait lui déplaire, j'ai envoyé O-Setsu-san chercher des secours pour prendre en charge ce blessé. Vu son état, il ne sera probablement pas possible de l'interroger avant qu'il lui soit dispensé un minimum de soins.
Durant mes quelques observations, O-Katashi-san a rapidement vérifié une porte proche. Vraisemblablement il s'agit de la porte arrière de la réserve d'un établissement nommé "le Grain et l'ivresse". Si mes souvenirs sont exacts, il s'agit effectivement d'un établissement tenu par un groupe de commerçant de l'aimable clan de la Grue. Une certaine Musuke dirige ce groupe me semble-t'il, il faudra que je pense à rencontrer cette personne pour en savoir plus sur la victime et peut-être les motivations des assaillants.
Enfin, il semble que les assaillants étaient 3, dont l'un avec une forte stature... Vu cette description et la nature de la clientèle de l'établissement, il serait bon de jeter un œil sur le groupe de ronin qui campe aux abords de la cité...

Cette enquête me semble intéressante, mais il me faudra néanmoins pas omettre celle concernant le maitre tatoueur. Son art est nécessaire et primordial pour nombre de nos bushis, et je n'ose considérer les implications que peuvent avoir l'attaque d'un tel membre de notre communauté en cette période festivalière.


Kitsuki Mariko, fille de Kitsuki Hideo - sama, Magistrate - sueko du Clan du Dragon

Avatar du membre
Helios
Lamia
Messages : 285
Enregistré le : mar. 16 nov. 2010 01:00

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par Helios » jeu. 20 juil. 2017 15:29

Un vent frais venait du nord et s’emparait de toute la cité, nous vivions les derniers jours de l’hiver en attendant de voir bourgeonner le renouveau du printemps...

Je me remémore ces derniers évènements comme nostalgique de cette période. Mon compagnon et frère de clan, Yamagushi –san avait pris en chasse un heimin prenant la fuite. Je décidais donc de lui porter assistance du mieux possible. Un détour par les toits en guidant cette « muraille » à la voix pour rester groupés, une chute malhabile et notre fuyard fut empoigné.

Nous apprîmes qu’il se nommait Kenko ou quelque chose de proche et finit par nous apprendre, au gré du Crabe, qu’un groupe de ronins seraient à l’origine des malheurs de ce marchand. Il nous en fit une brève description mais ce qui retenu notre attention était que l’un d’entre eux était très grand mais surtout certains détails sur leurs katanas, typiques du clan du lion.

Après une agréable conversation avec de vieilles personnes qui logeaient là, nous repartîmes fiers en direction du poste de magistrature. Le marchand fut pris en charge par les moines et la foule se dispersa.

De fait, par courtoisie et bienséance, nous nous dirigeâmes vers la demeure seigneuriale pour faire nos salutations d’usage au Daimyo.

Quand j’y repense, les lions me feront toujours sourire…

Alors que nous tentions de nous dépêcher, ils prirent le temps de prendre un bain, temps que certains mirent à profit. Pour ma part, ce ne fut pas aussi pertinent que je l’aurais souhaité.

Enfin prêts, l’ensemble du groupe fut convié à patienter pour l’entrevue dans une pièce assez sombre où du thé était prêt au service. Le temps passé à voyager et l’estomac de mon frère se faisant insistant, le serviteur n’eut d’autre choix que de servir généreusement ses convives.
Vînt alors le temps de la rencontre. Je fus surpris par les peintures de rossignols toutes aussi majestueuses les unes que les autres donnant une atmosphère apaisante et sereine, comme pouvait le présager l’épanouissement des deux imposants bonzaïs à l’entrée de celle-ci.

Quatre personnes étaient présentes, Mirumoto Gakuto –sama, daimyo d Hakkaku Heisei no Toshi ; Kitsuki Hideo –sama, Hatamoto et père de Mariko –san ; Tamori Yuji –sama, Shugenja du Daimyo ; ainsi qu’un homme trapu de très petite taille au service du Daimyo.

Nous nous sommes positionnés de la manière nous semblant la plus opportune à la situation, peu accoutumés à ce genre de situation. Nous étions tels des enfants apprenant à marcher…

Vint la séance des présentations ainsi que celle des offrandes successives puis force fut de constater que notre hôte ne semblait pas plus à l’aise que nous… Yamagushi –san en profita pour dialoguer avec lui et échangea simplement sur les raisons de notre venue en son domaine. J’en profitais alors pour lui faire un humble présent qu’il prit sans réserve et me sentis honoré d’une telle confiance… Que je fus naïf de ne connaître les rouages des us de la cour.

L’expérience m’apprit bien des choses en dehors de mon clan.

Enfin, quittant notre illustre hôte, nous nous sommes fait raccompagner par le père de notre amie, Mariko –san. Comprenant rapidement la subtilité de sa personnalité ainsi que le rapport méandreux qu’entretiennent Kitsuki Hideo –sama et Mariko –san, nous fument surpris par une posture de garde de la samurai-ko Mante, alors que le crépuscule arrivait à son terme.

Nous étions alertes alors qu’une silhouette s’approchait de nous à la lueur des torches.
Sage érudit collectionneur de gamines ou bourrin psychopathe à temps plein, tout est une question de RP...

Avatar du membre
Stam
Nymphe Frileuse
Messages : 141
Enregistré le : mar. 14 déc. 2010 01:00
Date de naissance : 19 oct. 1987
Localisation : Paris

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par Stam » mar. 10 oct. 2017 00:44

Dans les jardins privés du Shiro, un homme accourt, il est haletant. Mariko –sama, reconnaissant son Doshin Shoin, l’interpelle et l’invite à parler.
Le Temple de l'homme assis en tailleur où vivent les moines guerriers Ise Zumi semble être en proie aux flammes. Kuni –sama se précipite en demandant son chemin au Doshin de Mariko –sama.

Les Crabes arrivent en premier, alors que je décide d’escorter la Magistrate sur les lieux.

Sur la place, une fumée imposante et épaisse déclenche un mouvement de panique, de nombreux heimins semblent fuir les lieux de l’incendie, quelques un s’affairent courageusement à essayer d’enrayer le feu. Kuni –sama quant à lui commence alors l’incantation d’un sortilège réussissant l’incroyable prouesse d’enrayer les flammes, ne laissant alors qu’un énorme amas de braise et de bois brûlé. Yamagushi –sama prenant son rôle de protecteur très à cœur, veille sur son compagnon Crabe.

Mariko –sama et moi-même arrivons, alors que retentissent les vivats et les acclamations de la population qui s’empresse de venir remercier le shugenja, non sans une certaine crainte. Kuni –sama décide de prier à voix haute, invoquant les fortunes d’Ebisu et de Hoteï afin de rassurer et d’apaiser la frayeur récente.

Mariko –sama décide alors d’inspecter les alentours afin d’en savoir plus sur les causes de ce soudain incendie et s’affaire aussi à lire un rouleau que lui avait donné Shoin précédemment. Quant à moi je décide de converser avec le Doshin, apprenant ainsi que le bâtiment était une remise du Temple, je lui confie alors la charge de remettre un don, afin d’aider à la reconstruction.

L’enquête nous amène à l’intérieur du Temple, où gît un corps sans vie, la gorge arrachée. Dans le même temps, un bruit retentit, celui d’une jarre qui s’éclate au sol. A l’endroit du bruit, soudain, un feu éclate gigantesque et éblouissant. Sous le choc, nous nous protégeons tous de l’éclat soudain, alors que la nuit était des plus sombre. Par réflexe je décide de prévenir en m’écriant. Très vite les deux crabes arrivent et Kuni –sama décide à nouveau de tenter d’éteindre le nouvel incendie. C’est là qu’une flèche enflammée vient perforer un des deux gardes de Mariko –sama, le tuant quelques secondes après, alors qu’il tentait vainement de rejoindre l’étang tout proche.

Un homme étrange, les yeux rougeoyant avec un tatouage en forme de taureau, qui semble en mouvement, apparait. Il est accompagné d'un individu dont on ne peut distinguer que la silhouette, nous observant du haut du toit du temple. Le tatoué entame une charge d’une violence inouïe, je décide d’essayer de l’en empêcher par réflexe et me fais propulser au loin, mon épaule me lance et ma vue se brouille, j’ai à peine le temps d’entrevoir mes deux yojimbos dans l’entrebâillement de la porte principale du Temple. Un genou à terre, je me fais la réflexion que cette force n'est en rien humaine.

Avatar du membre
Tibère
Gorgone
Messages : 516
Enregistré le : sam. 1 août 2009 01:00
Localisation : Lille

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par Tibère » ven. 27 oct. 2017 18:15

L'ize Zumi avec le tatouage en forme de tête de taureau est mort, une flèche dans l'épaule et la tête tranchée par le groupe de samouraï. Ses yeux étaient d'un rouge qui respirait la corruption.
Pendant ce temps, la personne qui était sur le toit s'était échappée, ne laissant derrière elle qu'un créneau d'où pendait une corde menant à la rivière. Une chouette hulula, peut être un mauvais présage?
Kuni-san a essayé de proposer à Setsu de réaliser un Kubi bukuro en entamant une cérémonie de purification. Setsu semblait quelque peu choqué par les actions de Kuni-san qui avait rapproché la tête découpée prêt du corps.
Au même moment, Kitsuki-san et Ikoma-san se préparaient à entrer dans le temple. Dès l'entrée, une forte odeur de métal et de grumeaux se faisait sentir. Et pour cause, horreur, cinq moines égorgés gisaient à terre baignant dans leur sang.
Après une traversée du temple, un kobune a été aperçu au travers d'une fenêtre. Un homme aux yeux rouges, celui des toits, le dirigeait. On peut maintenant facilement reconnaître un moine arborant un tatouage de serpent. Une flèche est décochée par le groupe de samouraï. Le moine est touché puis tombe à l'eau. Deux d'entre nous sont partis récupérer le kobune, le sac et le moine, mais l'individu a disparu dans la rivière. Le sac contenait un corps qui reste à examiner.
Kuni-san communie avec les esprits de la terre pour en apprendre plus au sujet des meurtres. Les corps n'étaient pas souillés mais c'est la souillure qui a provoqué la mort...
Togashi-san, qui était bandé à la tête, se réveille doucement avec un mal de crane.
Ikoma-san est resté digne et a tout de même remplit son rôle malgré l'impact qu'il avait subit quelques minutes plus tôt.
Kitsuki-san projette de faire le tour du temple à la recherche d'indices.

darith
Guthiste Thermoformé
Messages : 1373
Enregistré le : jeu. 22 avr. 2010 01:00

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par darith » dim. 26 nov. 2017 23:58

Vingt-cinquième jour du mois du tigre, An 1158 du calendrier impérial
Extrait du journal de bord de KITSUKI Mariko.


Après avoir ramené sur un sol ferme le sac, nous y avons découvert un homme.
Vraisemblablement il s'agit d'un moine-taupe et il déclare s'appeler Togashi KENSUKE, cette identité me rappelle quelque chose, il doit s'agit d'un reclus du temple. Je n'en demanderais pas moins à Shoin de vérifier dans ses registres (et ceux du temple par la même occasion) ce qu'il en est.
Passé l'étonnement et la stupeur, il s'avère que le rescapé ne souhaite guère se montrer loquace et ses excuses pour nous fausser compagnie me laisse pantois un tel aplomb.
La chose ne me plait guère, mais je laisse les honorables et déshydraté samouraï du crabe aller se rafraichir avec ce moine... Non sans leur avoir avoir signifié que je compte sur eux pour qu'il me soit à nouveau présenté d'ici quelques heures. D'un autre côté, les budokas et les gardes auront pour instructions de le surveiller également, et si par un malheureux hasard il tente de quitter ses hôtes, il trouvera une geôle pour se reposer.

Malgré la fatigue et sous l’œil bienveillant de la fortune du jour, j'entreprends une fouille rapide mais néanmoins minutieuse de ce qui semble être la place de celui disant s'appeler Togashi KENSUKE dans le dortoir du temple. Rien de vraiment suspect ne heurte mon attention... Mais rien ne me permets également d'étayer son histoire. Pas la moindre trace d'un autre paire de verres, d'un étui ou d'un chiffon pour les nettoyer. Voilà qui ne va pas pour diminuer ma suspicion à son égard.
En tout cas, je ne finis pas bredouille, car j'ai fini par découvrir quelques manuscrit précieux sur des tatouages des membres de ce temple. N'ayant guère envie de laisser ce genre de trésor disparaître ou subir les affres du climat, je les emmène pour les restituer ultérieurement à l'ordre monastique.
Chose étrange que je n'avais pas relevé par le bénéfice du doute, Le moine disant se nommer Togashi KENSUKE n'a pas souhaité adresser une prière aux mânes de ses frères, #perso de Hélios# est lui par contre revenu sur ses pas pour adresser une recommandation pour leurs âmes auprès des kamis.

Enfin, Shoin m'apprends que Katashi-san est parti dès l'aube et qu'elle a laissé pour moi un rapport sur la dernière mission que je lui ai confié: l'agression du maître-tatoueur de notre aimable cité.
Comme je m'y attendais vu les évènements des dernières heures, des pigments précieux ont été dérobés.
Il semblerait que deux petites frappes qui ne me sont pas inconnus soient mêlés à tout cela: Sumio, une brute sans cervelle et Yoriie, le meneur du duo et une espèce de sadique notoire. Il me faudra être prudente dans cette histoire... Il est probable que leur commanditaire soit maître Osenko un marchand renommé et influent de notre cité.

Sitôt revenu à la magistrature, je laisse mes instructions et j'espère pouvoir me reposer décemment quelques heures avant de retourner à mes enquêtes.

Kitsuki Mariko, fille de Kitsuki Hideo-sama, Magistrate-sueko du clan du Dragon

Avatar du membre
Tibère
Gorgone
Messages : 516
Enregistré le : sam. 1 août 2009 01:00
Localisation : Lille

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par Tibère » dim. 10 déc. 2017 12:59

Après avoir bu une décoction afin de soigner ses blessures, Ikoma-san se repose dans une auberge au petit matin. Pendant ce temps, à la magistrature, Kitsuki-san rencontre son père accompagnée de la cousine de Mariko. Cette présentation formelle, en compagnie des budoka, annonce son intégration à la magistrature. Quel sera la rôle de cette samuraï-ko?
Hiruma-san, toujours en compagnie du moine, est rejoint par Kuni-san. Pendant ce temps, le moine s'était installé pour se reposer dans la chambre gardée par Hiruma-san. Il s'en suit un échange entre les deux crabes sur les suites à donner à cette surveillance. Mais le Budoka de Kitsuki-san nous montre le désaccord de sa supérieur au moment ou nous évoquons le fait de rejoindre la magistrature. Il nous somme de nous reposer avant, de manière très formelle. Fatigué de négocier, nous allons nous couché faisant prévenir le Lion qui surveillait la ruelle.

Nous nous réveillons en fin de journée et accompagnons le moine qui semble toujours aussi fatigué, anxieux et fuyant vers la magistrature. Nous sommes attendu par Ikoma-san et Kitsuki-san. Il s'en suit un interrogatoire du moine passant de la courtoisie aux menaces déguisées en passant par l'évitement de bon nombre de questions :
- le moine porte 2 noms différents, Kensuke pour nous et Matsudaira pour l'auberge
- le moine passe d'un mutisme fuyant à une colère incontrôlée de manière assez radicale
- le moine nous dit être fautif dans l'incident du temple, est-ce des aveux ?
- le moine a essayé de nous fausser compagnie à plusieurs reprises (il semble vouloir quitter la ville)
- le moine a défié par une joute verbale kitsuki-san lorsque celle-ci a remis en cause son intégrité au sein du clan
- il est plus que probable que des forces malveillantes s'intéressent à l'art du tatouage et aux tatoueurs du clan du dragon

Avatar du membre
Stam
Nymphe Frileuse
Messages : 141
Enregistré le : mar. 14 déc. 2010 01:00
Date de naissance : 19 oct. 1987
Localisation : Paris

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par Stam » mar. 12 déc. 2017 01:30

La soirée bat son plein, alors que le Moine au sein de la Magistrature se recroqueville sur lui-même. Kuni Hiroshi – sama et Hiruma Yamagushi – sama s’isole. Kitsuki Marioko –sama décide d’incarcérer "Togashi Kensuke –sama". Celui-ci l’air hagard demande avec insistance de récupérer ses affaires, essuyant un refus.

Ikoma Hokusaï, fidèle au Bushido et par compassion décide de s’engager au confort de celui-ci, afin de le rassurer.
Les deux crabes décident d’accompagner le Moine, en compagnie du yojimbo de Mariko. Pendant ce temps Hokusaï et Mariko échangent sur l’opacité de cette affaire. Hokusaï fidèle à son statut de militaire, suggère que sur un champ de bataille, malheureusement par pragmatisme et nécessité, il aurait été confié aux soins d’un Eta habilité. Kitsuki Mariko –sama préfère pour l’instant éviter cette solution.

Hiruma Yamagushi -sama, par respect pour le statut de Samuraï du Moine souhaite lui octroyer une cellule plus confortable. Kuni Hiroshi –sama quant à lui entre en communion avec les Kamis (ceux de la Terre, abrupt et fort). Le Moine ne semble pas inquiéter les Kamis de la terre.

Ikoma Hokusaï
décide de prévenir la Magistrate, sur un homme du nom de Kazuo, un boucher du siège du clan de la Libellule, qui a hérité du surnom déplorable de : l’Écorcheur.

Hiruma Yamagushi –sama plaide la cause du Moine auprès de la Magistrate en revenant de la geôle Ikoma Hokusaï décide d’intervenir aussi en sa faveur et propose de l’assigner à résidence à l’Auberge de la Maison de la garde. Le Moine comme toujours semble toujours très attaché à récupérer son manuscrit, il prétend vouloir comprendre ses erreurs. La Magistrate refuse de les lui restituer toujours, mais accepte la requête du Samuraï Lion. Ikoma Hokusaï escorte donc le Moine en compagnie du yojimbo de Mariko. Sur place, les deux bushis Lions s’engagent à le garder avec zèle.

Trente minutes plus tard Ikoma Hokusaï revient à la Magistrature, trouvant alors les trois autres penchés sur des documents. Kitsuki Umeka –sama, la Yoriki en charge d’assister la Magistrate vient prévenir l’assemblée de l’arrivée de l’éminent et honorable Haut-Magistrat Soshi, de la magistrature de jade. Elle semble reconnaître l’étrange écriture du manuscrit, comme étant la calligraphie du premier siècle des Togashi.

La Magistrate devant l’expertise de son assistante, décide de lui confier la tâche en compagnie de son Doshin Shoin d’analyser les documents. Kuni Hiroshi –sama s’y oppose, désignant la cousine de Mariko comme étant une novice. Ikoma Hokusaï devant le comportement insultant de Kuni Hiroshi –sama, décide d’intervenir pour le raisonner sur ses agissements, mais se fait intimer le silence par celui-ci, il décide d’encaisser l’insulte sans broncher.

Finalement Kuni Hiroshi –sama décide de remettre le manuscrit, tout en s’excusant poliment de son comportement, en saluant Umeka et Hokusaï. Finalement, tous décident de partir à la demeure seigneuriale, conviés à une réunion d’importance. Kuni Hiroshi –sama sur le chemin livre ses nouvelles découvertes.

Les lettres désignent cinq correspondants :

Geshin, Kunitaro, Ogaï (qui semble être le Maître), Goro et Yodo. Dans ses lettres, il signe sous un autre nom, celui de Matsudaira, prouvant que "Kensuke" n’est peut-être pas son vrai prénom. Kuni Hiroshi –sama apprend aussi que ceux-ci font tous partie de la « Confrérie de l’aiguille ».

La soirée se termine sur l’arrivée de tous à la demeure.

darith
Guthiste Thermoformé
Messages : 1373
Enregistré le : jeu. 22 avr. 2010 01:00

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par darith » lun. 8 janv. 2018 02:11

Vingt-sixième jour du mois du tigre, An 1158 du Calendrier impérial
Extrait du journal de bord de KITSUKI Mariko


Après une nouvelle journée des plus mouvementée, nous devons nous rendre de manière impromptue auprès de mon seigneur pour honorer ses visiteurs de la magistrature de Jade.
Alors que certains de mes compagnons de route semble plus préoccupés par le fait de faire diligence plutôt que de satisfaire à un minimum de convenance, je parviens sur le fil a leur faire m'attendre une poignée de minutes, le temps que Hokusai-san et moi-même puissions nous rafraichir pour honorer les visiteurs... Ou du moins ne pas trop offenser leurs narines et leurs yeux.

Malgré ma diligence pour me préparer, je constate avec désarroi que le lieu où nous devions nous retrouver est désert, pire encore, j'entends non loin de là mes compagnons de route en train de deviser avec mon seigneur et ses visiteurs. Plus ou moins heureusement, Hokusai-san ne semble pas encore être arrivé, je l'attends donc. SI mon retard est déjà un camouflet, autant en éviter un autre avec un nouvel arrivant à ma suite.

Après quelques instants d'attente, Hokusai-san arrive, escorté par le serviteur du palais. D'un regard, ce dernier comprend la situation et mon embarras et rougit de honte. L'envie de le réprimander pour nous avoir tous pressé me taraude, mais je me ravise. Il ne peut finalement pas grand chose à la situation, et il ne manquera certainement pas de se faire tancer par un autre une fois que nous serons dans la grande salle.

Je garde finalement un souvenir amère de mon entrée dans la grande salle. Il m'est fait le reproche de n'arriver que tardivement, tout comme il m'est plus tard fait le reproche de ne pas avoir informé mon seigneur des évènements de la cité - à ce moment précis, je me demande ce que sont devenus les rapports quotidien de Shoin ou même la missive que j'ai envoyé - tout comme il me sera reproché de n'avoir pas présenté mes compagnons de route qui m'ont précédé dans cette salle, et comme il me sera reproché d'avoir foulé aux pieds le protocole en me présentant à une natte qui n'aurait pas du être la mienne en cette circonstance. Mais dans ce dernier cas, au moins ai-je souhaité épargner mon père des regards incidents de mon seigneur lorsqu'il m'a réprimandé, et que n'ai-je étais chagriné de le voir reculer, comme pour encore plus marquer sa désapprobation à mon endroit et l'offense que j'ai bien involontairement commise.

Quoi qu'il en soit, la conversation reste tout à fait amicale de la part des clairvoyants visiteurs de la magistrature de Jade, et ces derniers n'hésitent pas à prendre notre défense bien au-delà ce que les convenances les obligent. Malgré cela, la colère semble tourmenter mon seigneur au plus haut point, et sitôt lui avoir présenté mes motivations, je comprends qu'il ne serait qu'offense supplémentaire envers lui que de discuter son idée. Dès lors, je m'incline aussi bas que mes capacités physique me le permettent, pour lui prouver mon humilité face à la situation et ma dévotion envers son rang.


(C'est sur que si je le poste pas le résumé, çà va moins bien...)

Avatar du membre
Helios
Lamia
Messages : 285
Enregistré le : mar. 16 nov. 2010 01:00

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par Helios » ven. 26 janv. 2018 22:03

Alors que nous étions en fâcheuse posture avec le Daimyo - Mirumoto Gakuto - qui finalement se retira, empourpré et laissant sa compagnie seule en ces lieux, nous nous retrouvâmes avec le contingeant de la magistrature de jade comme s'il ne s'était rien passé précédemment.
Nous avons tour à tour échangé avec eux, chacun se retrouvant avec des objectifs et des doléances particulières.
- les yorikis de jade naguère présents furent missionnés pour résoudre les évènements troubles de ces derniers jours au sein de la région.
- Kitsuki Mariko fut encline à dédier l'aide et le soutien de sa soeur Kitsuki Naoko auprès des yorikis de jade, elle acquiessa.
- Ikoma Hokusei fut lui, comme à son habitude, honnorable et prêt à prêter main forte en toute circonstance. Il soutiendra lui aussi le groupe.
Chacun regagnant en un premier temps ses appartements, à la fois pour se changer mais aussi pour récupérer leurs affaires.
Kisuki Mariko s'est pour le moins éclipsée, laissant présager une discussion difficile avec l'Hatamoto de la cité, à savoir son père.
Afin de mettre à profit le peu de temps raisonnable avant un repos mérité, les frères Crabes se sont rendus en direction du temple de Shinsei, au sein du quartier des truites.
Le Lion, quant à lui, est parti quérir un rapport auprès de ses compagnons à la garde du moine.

Un claquement de sandales, une ombre puis une silhouette, un moine se présente à nous en tant que Koji. Une invitation sincère maquillée qui s'avoue être une embuscade, débouche finalement à un consensus évitant ainsi une rixe à l'encontre de Kuni Hiroshi. Les deux frères Crabes arrivent enfin au temple de Fukurokujin où seul Hiruma Yamaguchi entrera.


Vingt-septième jour du mois du Tigre


Le lendemain, le groupe est convié une nouvelle fois au salon du rossignol, l'occasion première Pour Ikoma Hokusei de s'entretenir avec son futur beau père, Kitsuki Ideo - Hatamoto de la cité. Il semble d'ailleurs que les termes de cette union ne soient pas tout à fait clairs dans les esprits de chacun...
L'occasion aussi de rencontrer une autre samurai de cette famille Kitsuki, sein de nombreux talents pour son clan, n'étant autre que Kitsuki Naoko.
De plus, nous avons aussi eu l'honneur de rencontrer Ikoma Sae, Omoidasu Lion, dépêché par son clan pour relater les exploits d'Ikoma Hokusei.
Suite à leur entretien et à nos respects, Kuni Hiroshi s'est par une manoeuvre malhabile de bonne intention, probablement aussi mis l'Hatamoto de la cité à dos, faisant ainsi encore une fois grossir les rangs des personne ne l'appréciant guère.
Une fois cette entrevue terminée, nous nous sommes tous dirigés en direction de "La Maison de la Garde" afin d'y prendre un repas matinal et aussi pour dénouer les noeuds de notre affaire tout en faisant plus ample connaissance dans un cadre moins formel...
Sage érudit collectionneur de gamines ou bourrin psychopathe à temps plein, tout est une question de RP...

Avatar du membre
Stago666
Gobelin Malin
Messages : 80
Enregistré le : mer. 26 juil. 2017 11:31
Date de naissance : 05 févr. 1991

Re: [Résumé] - Archives personnelles d'un groupe de samurai

Message par Stago666 » mar. 30 janv. 2018 11:02

C’était un jour frais et ensoleillée que seul la fin de l’hiver et l’annonce du printemps peut produire, en cette matinée du 27ème jour du mois du Tigre nous nous étions retrouvé au sein de la maison de la garde du quartier yari de Hakkaku Heisei no Toshi dans l’espoir de nous restaurer et boire du thé.

L’établissement était bruyant, rempli de l’activité de la cité, de nombreux samouraïs du spirituel clan du Dragon étaient présent pour se détendre avant de prendre leurs charges au sein de la cité de la sérénité révélée. Suite à notre entretien avec l'honorable Kitsuki Hideo-sama, Hatamoto du grand Daimyo Mirumoto Gakuto-sama, nous arrivions un peu tard dans le salon de thé et certains membres du Clan du dragon étaient déjà sur le départ.

Nous prîmes place à une table à l’écart, dans l’espoir de ne pas déranger les personnes présentent de nos discussions. Rapidement, deux samouraïs du Clan du Lion nous rejoignirent, accompagné d’un moine de la cité à la mine déterré. Ikoma Hurata-sama, un homme ayant affronté l’expérience de la vie avec force et sachant parler sans esbroufe, et Ikoma Tsugarui-sama, un homme marqué dans sa chair par ses victoires, firent s'asseoir le moine bien faible suite à sa privation en quête de spirituel.

Nous nous sommes par la suite présenté, profitant de l’aspect moins protocolaire du lieu pour surseoir à l’étiquette. Et c’est une fois servit de thé et de saké, de galette de riz et de pâte de riz confit, que je le fit au reste du groupe; Ikoma Sae des Hosokawa, en mission auprès de Ikoma Hokuseï-sama pour le compte de la Grande Bibliothèque Ikoma dans le but d’écrire et de narrer son action auprès du Dragon en cette période trouble et d’archiver ce récit parmis mes contributions. S’ensuivit de Kuni Hiroshi, qui présenta son frère Hiruma Yamagushi ainsi que lui même, les deux samouraïs du crabe ne faiblissait pas de leur réputation et cette présentation était ce que sont les Crabes, efficace et pragmatique. Ikoma Hokusai-sama s’annonça avec toute la discipline militaire qui sursoit à sa tâche, ainsi que les deux autres samouraïs du Lion à ses ordres. Cela se termina par la fille du Hatamoto, Kitsuki Naoko-sama, qui choisit la simplicité et l’élégance pour se nommer. Le moine semblait proscrit et refusait de manger, boire et parler.

Devant mon questionnement sur l’identité de cet honorable moine à notre table, ainsi qu’à la raison de sa condition, le yoriki de jade, Hiruma Yamagushi-sama, me répondit qu’ils avaient sauvé le moine lors de l’incendie de son temple en le retrouvant dans un sac. Tous ses frères avaient rejoint le Meido lors de l’incident et le moine pensait en être le responsable de par son inaction. Il accepta finalement de se présenter comme étant Togashi Matsudaira, et même si les autres samouraïs présent semblait se plaindre de l’inconstance des présentations du moine, ce dernier ne semblait pas me mentir en répondant à cette simple question. Il ne répondait cependant que peu à nos interrogations, et chaque tentative de le faire se retourner vers le futur semblait le replonger dans le passé. Il nous raconta malgré tout rapidement son histoire, simple Ise Zumi du temple de l'homme assis en tailleur, il avait suivi l’enseignement d’un saint homme, dont il taira malheureusement le nom, n’ayant rien put faire pour sauver ses frères lors de l’attaque de son temple, il se considérait comme coupable de cette destruction.

Devant tant de mystère et de faux-fuyant dans le discours du moine, Hiruma Yamagushi-sama indiqua au moine, avec conviction et force, que sa charge et sa mission ne saurait souffrir de sa culpabilité et qu’il lui faudrait parler sans détours pour éviter à d’autres ce qui était arrivé à son temple. Mais tant d’empressement dans l’accomplissement du Gi lui fit oublier le Rei.

Le samouraï n’a pas de raison d’être cruel. Il n’a pas besoin de prouver sa force. Un Samouraï se doit d’être courtois même face à ses ennemis. Sans cette démonstration de respect, il n’est plus qu’un animal. Un samouraï est non seulement respecté pour sa force dans la bataille, mais aussi par ses relations avec d'autres hommes. La vraie force intérieure d'un samouraï devient évidente pendant les périodes difficiles
~ Commandement de Akodo

L’assistance présente dans la grande salle de la maison de la garde s'arrêta devant une telle démonstration, et un samouraï Mirumoto de l'honorable clan du Dragon vint à notre table pour s’acquitter de cette manifestation et s’assurer que le problème ne se reproduise plus pour que la paix puisse perdurer au sein de la cité. Nous lui expliquâmes qu’il n’y avait là rien de plus que de la passion que notre compagnon du Crabe exprimais et qu’il allait maintenant la modérer. Mirumoto Genzo-sama accepta cette explication et retourna à sa place, non sans faire comprendre à Hiruma Yamagushi-sama que la sérénité de la cité devait prévaloir sur l’action du Yoriki.

Suite à cette rencontre, le groupe décida de partir pour la magistrature local avec le Ise zumi, pour pouvoir lui parler dans le calme et la sécurité du bâtiment. Souhaitant m'imprégner de l’ambiance de la ville, je décidai de ne les rejoindre que plus tard.

La magistrature de Hakkaku Heisei ne Toshi ne voyait en ces heures que peu de présence, et quand les samouraïs arrivèrent en ce lieu, seul le jeune Doshin Shoin était présent à écrire des textes à la nature inconnue pour remplir sa charge. Ce dernier leur appris la mort du marchand Takehide, propriétaire du commerce “Le grain et l'ivresse”, ce dernier ayant décidé de faire couler son propre sang pour une raison inconnu tandis que les moines du temple de Shinsei essayait de le soigner de blessure antérieur. Kuni Hiroshi-sama et Kitsuki Naoko-sama décidèrent de partir vers le temple pour en apprendre plus sur ce suicide, tandis que Hiruma Yamagushi-sama et Ikoma Hokuseï-sama restèrent à la magistrature pour découvrir les détails sur l’histoire du moine Togashi Matsudaira-san. Shoin ne souhaitant pas déranger les honorables samouraïs dans leur travail, décida de les laisser à leur discussion, tandis que les deux yojimbos de la famille Ikoma se mirent légèrement en retrait.

C’est au son des questions sages et efficaces de Ikoma Hokuseï-sama et de Hiruma Yamagushi-sama que le moine décida d’être plus loquace et aventureux dans ses réponses. Il se présenta de nouveau, Togashi Matsudaira, Ise Zumi du temple de l’homme assis en tailleur et membre de la confrérie de l’aiguille, dont le chef était Togashi Ogaï-sama. Il parla ensuite des deux attaquants du temple, le moine au taureau, Togashi Terao, et l’incendiaire aperçut sur les toits, Togashi Kensuke, auraient sûrement accompli ce geste par folie, un mal dont certains frères souffrent parfois, mais la raison ce ce mal était alors inconnu. Si le moine se présentait parfois par le sobriquet de l’incendiaire, c’était pour essayer de purger sa culpabilité de n’avoir rien pu faire durant l’attaque.

Il ignorait pourquoi les samouraïs l’avaient retrouvé dans un sac, ses souvenirs étant confus, peut-être que les deux moines ravisseurs avaient besoin de lui pour quelque chose, mais il n’avait aucune idée de qu’était ce but. Tout ce dont il se souvenait était que le soir de l’attaque, il était en train de lire son manuscrit, un livre sur l’art du tatouage, un art ayant d’ailleurs inspiré le nom de sa confrérie par l’aiguille que le tatoueur utilise pour exercer son domaine. Il a pu affirmer que jamais un tatouage ne pourrait provoquer la folie, et que les deux moines ayant incendié le temple ne faisait pas parti de sa confrérie. Mais il ne connaissait pas le sens du tatouage du taureau et, même si son hésitation semblait parfois dire le contraire, ne connaissait pas celui qui avait fait ce tatouage.

L’entretien entre les samouraïs et le moine, une fois terminé, ce dernier s’empressa de quérir ses affaires, retrouvant dans cet espoir d’objet familier, une force dont il n’avait jusque là pas idée. Un espoir de courte durée, les samouraïs ne pouvant satisfaire pour l’heure à cette demande, le moine retomba dans sa mélancolie avant de reprendre la discussion sur le temps doux de la saison. N’ayant plus de question pour lui, il fût reconduit à la maison de la garde par les deux yojimbos de Ikoma Hokuseï-sama, Ikoma Hurata-sama et Ikoma Tsugarui-sama.

C’est au départ du moine, qu’Ikoma Sae arriva dans le bâtiment suite à son détour prolifique.

L'action du Dragon, 1158 (TT) ~ Ikoma Sae des Hosokawa
Lundi : La légende des cinq anneaux - Joueur
Mardi : La légende des cinq anneaux - Narrateur
Mercredi : #n/a
Jeudi : Escrime ludique & #n/a à partir de 21h
Vendredi : #n/a [réservé coup de coeur & contrainte de GN parfois]
Samedi : GN / Festival / Salon / Dodo / Plage / Geek
Dimanche : JdR IRL / GN / Festival / Salon / Dodo / Plage / Geek

Répondre

Retourner vers « L5R by Thyr »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité