[Pathfinder/Grosbille] Progression des personnages

Image
Répondre
Avatar du membre
Zariel
Minotaure kaelien Vidéaste
Messages : 596
Enregistré le : mer. 12 août 2015 10:51
Date de naissance : 24 juil. 1984

[Pathfinder/Grosbille] Progression des personnages

Message par Zariel » dim. 7 mai 2017 14:56

Progression des persos dans la campagne de Grosbille.
"Vous devez réunir votre groupe avant d'aller plus loin"

Avatar du membre
grosbille
Succube Favorite du Galenor kinêsis
Messages : 663
Enregistré le : jeu. 31 juil. 2014 18:55
Date de naissance : 15 juin 1976
Localisation : marseille/france
Contact :

Re: [Pathfinder/Grosbille] Progression des personnages

Message par grosbille » sam. 13 mai 2017 01:59

grosbille: molan gnome
BBA+1 reflex volonter vigueur= +1
capaciter: appel de créateurs
un sorte niveau2 (Peau d'écorce)

Imprimer
École Transmutation ; Niveau Alch 2, Conj 2, Dru 2, Rôd 2
Temps d'incantation 1 action simple
Composantes V, G, FD
Portée contact
Cible créature vivante touchée
Durée 10 minutes/niveau
Jet de sauvegarde aucun ; Résistance à la magie oui (inoffensif)

Comme son nom l’indique, ce sort rend l’épiderme du sujet aussi dur que de l’écorce, ce qui lui offre un bonus d’altération de +2 au bonus d’armure naturelle. Ce bonus augmente de 1 point par tranche de 3 niveaux du lanceur de sorts au dessus du niveau 3, pour un maximum de +5 au niveau 12.

L’effet de peau d’écorce se cumule avec le bonus d’armure naturelle de la cible mais pas avec d’autres bonus d’altération à l’armure naturelle. Une créature dépourvue d’armure naturelle possède un bonus d’armure naturelle de +0, comme un personnage portant de simples vêtements a un bonus d’armure de +0.


andariel
j'ai revu l'armure je me suis tromper de 2(ces évolution+2 ,+2 ,don armure naturel+1,dex+2,+4 armure classe=10) CA de 20 + les 2 sorts 27 de CA)

(oublier de mètre le saignement une criffe(1d6))
capaciter dévotion +4 volonter contre les enchantement
BBA+1
dons de monstre , arme naturel supérieur(augmenter le dégâts de la gueule a 2d6)
évolution:
Attaques magiques (Sur). L’eidolon est imprégné de magie, ce qui lui permet de considérer toutes ses attaques naturelles comme étant magiques quand il s’agit d’ignorer la réduction des dégâts. Si le conjurateur est de niveau 10 ou plus, toutes les armes de l’eidolon sont considérées comme étant du même alignement que lui quand il s’agit d’ignorer la réduction des dégâts.

Suppli
Gargouille
Messages : 308
Enregistré le : mar. 10 janv. 2017 16:16
Date de naissance : 20 févr. 1991

Re: [Pathfinder/Grosbille] Progression des personnages

Message par Suppli » mer. 17 mai 2017 19:47

Voici mon Background :

« Mes genoux me brulent, et mes poignets saignent.
Pourquoi est-ce que fait des heures que je suis maintenu comme ça, prisonnier, attaché à des poteaux, agenouillé sur le sol dur et brulant.
Maman, Papa. »

Et Il s’évanouit.
Plusieurs heures passèrent et le bruit d’une foule orc rassemblée et scandant le cri de la guerre le réveilla.

« Qu’est-ce que,…, je vais mourir ? »
- Papa !!!

Il vit son père, le seul humain de la foule, agenouillé lui aussi, une épée au côté regardant vers la gauche.

- Aujourd’hui mes frères, commença le chef de la tribu avant que la cohorte ne hurle de plus belle,
- Aujourd’hui, Elda et son mari Einrir vont devoir s’entretuer afin que l’un d’entre eux seul puisse prendre sa revanche sur moi votre chef en DUEL !
La clameur de la foule excitée par ce rituel ne parvint pas à couvrir la voix de l’enfant :
- Pourquoi !!!!!!

Le chef Hellscream descendit de son estrade et vint se placer devant lui. L’enfant laissa échapper un cri alors que ses cheveux étaient rudement tirés en arrière, leurs regards se croisant :
- Car ton père est un petit humain et ta mère une traitresse de notre tribu, petit, et tu sais que les règles sont les règles ; Ta mère n’aurait jamais dû essayer de libérer ton père. Nous l’avions gardé en vie car il t’a donné naissance, tout comme nous t’avons gardé en vie, mais vous deux auriez dû rester cloitrer, à vie !
- Mais ça fait 5 ans ! J’AI 5 ANS !
Et une gifle aussi puissante qu’un coup de marteau atteignit l’enfant au visage, le laissant hagard gisant sur place, réveillant ses brulures aux épaules tendues par les cordes qui le maintenaient en place.
Il pleurait, et voulait pleurer encore plus fort pour ne pas avoir à regarder ses parents livrés à un combat à mort. Il comprenait que c’était sa faute, car sans lui le chef ne pouvait menacer ses parents de le tuer s’ils n’obéissaient pas.
Son père était un excellent guerrier, presque aussi grand et aussi fort qu’un orc, et sa mère était aussi farouche et barbare que le chef de la tribu.
Le combat dura des heures, et le petit Guts sombra dans les ténèbres et l’agonie de sa famille.

Lorsqu’il se réveilla, il n’était plus attaché, mais une odeur âcre empestait autour de lui. Le soleil tapait dur sur son corps allongé à même ce qui semblait être du bois.
Alors il ouvrit les yeux, sur les têtes décapités de ses parents.
Il ne dit rien, n’esquissa ni un son ni un geste.
Seulement ses mains qu’il déposa dans un dernier geste d’amour sur les joues de ses parents.
Il regarda un peu plus loin dans ce qu’il comprit être une chariote et aperçu les corps de ses parents.
Son père avait une large entaille sur le torse et sans doute avait-il perdu.
Sa mère elle, avait de nombreuses blessures mais moins sévères, grâce à son cuir d’orc.
« Jamais d’épée » se jura Guts.
Epuisé et seul, mené sans but par il ne savait qui, Guts se rendormit, mais ne pouvait s’empêcher de s’interroger sur les deux trous présent dans le dos de sa mère. Comment son père ou le chef de la tribu avaient-ils fait cela avec des épées ?



Cela fait 15 ans.
15 années que je tourne cette foutue roue dans ce foutu désert.
Et chaque année cet enfoiré de Baglor l’esclavagiste me rattrape au milieu du désert avec ses foutues hyènes.
Cette année j’attendrai la caravane.
Et il continua à tourner sur cette roue pendant encore 10 lunes et 10 jours avant que les caravaniers ne vinrent.

« Grom, Krom, Cro… ro j’sais pas j’m’en fous, quelle que soit ton nom le dieu, pour une fois entend moi et fais en sorte qu’il y a une... » et alors qu’il maudissait son destin il entrevit le marchand d’armes qui revenait de la ville du sud, dont les manches ne manquaient pas de dépasser des sacoches.
« J’attendrai la nuit, ou la bêtise du marchand d’armes s’il venait trop proche, peu important quel serait le premier à arriver. »

La nuit tomba sur ce camp d’esclaves, et alors que son geôlier lui servait son seul repas quotidien, Guts le mit à terre, et l’étrangla de ses chaines dans un silence macabre et pourtant salvateur.
Bien évidemment, le cadavre ne portait pas les clefs des chaines qui entravaient ses mains, comme ce fut son erreur lors de sa dernière tentative d’évasion. Cependant Guts avait suffisamment forcé sur les chaines depuis sa re-re-re capture pour pouvoir les briser. Enfin, c’est ce qu’il espérait.
Il forçait, contractait chaque muscle de ses bras et de son dos, et même si les mailles s’ouvraient, ce n’était et ne serait pas suffisant.
Alors dans un bruit sourd, il frappe la chaine de toutes ses forces sur le crane de son geôlier, l’aspergeant de sang et écrasant quelques maillons par la même. Le liquide coulait le long de ses avants bras, qu’il finit par dégager l’un après l’autre entre les maillons écrasés.

Il ne fallait plus perdre de temps.
Le geôlier avait sur lui, outre ses habits crasseux de sous fifre, une épée courte, un couteau et une sacoche.
Il s’empressa de se changer, en évitant de prendre l’épée, et enterra comme il le put le cadavre dans le sable.
« La Hache maintenant, et une grosse Crom de préférence ».

Il se précipita dans la nuit à la recherche des traces de la caravane qui jamais ne séjournait avec les esclavagistes. Guts l’avait compris il y a des années déjà, et à force connaissait leur direction et leurs heures de départ.
« Ils n’auraient cette fois que 2 heures d’avance et avaient sans doute déjà établis un camp pour la nuit, j’irai vite, et réussirai cette fois. »

Au bout d’une demi-heure, il entendit dans le lointain les jappements d’hyènes qui le poursuivaient, mais voyait aussi à l’horizon – qui n’était jamais bien loin dans le désert des dunes – les lueurs de feux de camps, sans aucun doute possible ceux des caravaniers.

Enfin arrivé à portée, et bientôt talonné par 6 hyènes, Il se rua alors, sans même faire preuve de discrétion sur la caravane du marchand d’armes qu’il remarqua sans peine. Il le tua d’un coup de dague, et s’empara du seul pommeau qui dépassait des sacs du caravanier mort.
Il en sortit une hache de guerre suffisamment longue pour rivaliser avec les lances, mais suffisamment lourde pour être au-delà de redoutable au corps à corps.
Et ce fut le déluge.
Guts libéra des années de frustrations, de rage et d’impuissance, à travers une force acquise de 15 années d’esclavage.
Ce fut le déluge. Un déluge de coups, un déluge de sang.
La dune fut inondée par le sang des hyènes que ne parvenaient à s’approcher du jeune guerrier, et du sang des caravaniers et marchands qui ne parvenaient à s’enfuir.
Il erra alors toute la nuit en direction de l’est, laissant les montagnes de sa tribu et le désert de ses esclavagistes loin derrière lui.
Son voyage dura des jours et des nuits, sans doute faciliter par la nourriture que constituaient le cadavre d’hyène qu’il avait emporté, et par le nombre d’outres d’eaux que les caravaniers pouvaient entreposer sur ces montures plutôt docile et agréable à chevaucher.

Au bout de 3 semaines, les portes de la grande cité X s’offraient à sa vue.
Il élança sa monture jusqu’à être arrêté par des gardes :

- Halte là l’étranger, que viens-tu faire à Y ?

Avatar du membre
grosbille
Succube Favorite du Galenor kinêsis
Messages : 663
Enregistré le : jeu. 31 juil. 2014 18:55
Date de naissance : 15 juin 1976
Localisation : marseille/france
Contact :

Re: [Pathfinder/Grosbille] Progression des personnages

Message par grosbille » mer. 17 mai 2017 20:31

ok conan par contre trouve le nom de ta tribut des orc et leur symbole tribale.

Suppli
Gargouille
Messages : 308
Enregistré le : mar. 10 janv. 2017 16:16
Date de naissance : 20 févr. 1991

Re: [Pathfinder/Grosbille] Progression des personnages

Message par Suppli » jeu. 18 mai 2017 14:19

Nom de tribu:
Kull

Symbole:
Crane de hyène inversée remplit de sang

Avatar du membre
Zariel
Minotaure kaelien Vidéaste
Messages : 596
Enregistré le : mer. 12 août 2015 10:51
Date de naissance : 24 juil. 1984

Re: [Pathfinder/Grosbille] Progression des personnages

Message par Zariel » jeu. 8 juin 2017 15:01

Une page de journal de Zariel, écrite il y a plus de 10 ans.
Cher journal,

Voici plusieurs mois que j'ai quitté les murs de l'abbaye. Ne suivant pas d'itinéraire précis, guidé uniquement par ma déesse, Sarenrae, qui semble apparemment bien décidée à tester ma foi et mon courage.

Et si ma foi est toujours aussi forte, j'avoue que mon courage commence à me faire défaut. Je pensais être prêt à affronter le monde, à le bénir de la grâce qui m'a été offerte, à le rendre meilleur par ma seule présence et celle de la divinité qui marche dans mes pas..
Quelle folie... aussi fou que le monde qui m'entoure...
Le mal rode, la mort guette, prête à bondir à chaque instant...
Je n'étais pas prêt... comment aurais-je pu l'être ?... cloitré pendant toutes ces années entre quatre murs.. L'abbaye a toujours été ma maison et mon seul lieu de vie..

Je n'ai jamais connu mes parents. Né de père inconnu; ma mère, quant à elle, était une femme extrêmement pieuse, selon ce qui m'a été rapporté. Elle a donné sa vie pour offrir la mienne...
Peut-être que le destin avait décidé que nous devions mourir tous les deux... et Sarenrae, dans sa bonne grâce, a décidé de récompenser la ferveur religieuse de ma mère, en me maintenant en vie. Apposant sur moi, sa flamme sacrée, décidée à guider mes pas, à m'accompagner dès mon premier souffle...
Et cette marque de naissance, je l'arbore avec fierté (bien qu'une pointe de tristesse m'envahi à chaque fois que mon regard se pose dessus).

Et voilà, qu'aujourd'hui je doute de ma propre force, de ma volonté à résister à ce monde empli de rage et de haine. Je sais que Sarenrae est avec moi, elle m'observe et juge mes actes. Mais suis-je vraiment à la hauteur ? Ou ne suis-je finalement que désillusion pour ma déesse ?

*texte raturé*
*texte raturé*
*texte raturé*


Je ne dois pas me résigner. Je me dois de dois marcher au-devant des autres, brandir la foi et ce qui me reste de courage. Peu importe les sacrifices, la douleur et les chagrins.
Si je ne peux GUIDER et SOULAGER toutes ces pauvres âmes qui luttent pour leur survie, QUI LE FERA ?
"Vous devez réunir votre groupe avant d'aller plus loin"

Suppli
Gargouille
Messages : 308
Enregistré le : mar. 10 janv. 2017 16:16
Date de naissance : 20 févr. 1991

Re: [Pathfinder/Grosbille] Progression des personnages

Message par Suppli » jeu. 8 juin 2017 17:21

Trop top zar !

Répondre

Retourner vers « Pathfinder "L'Eveil des Seigneurs des Runes" par Zariel »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité