[Résumé] Journal de bord

Image
Avatar du membre
Lazarius
Sdompy magnifiscient
Messages : 2473
Enregistré le : dim. 3 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 23 mars 1986
Localisation : Nantes, France

[Résumé] Journal de bord

Message par Lazarius » mar. 20 juin 2017 20:47

C'est ici que vous pourrez partager le résumé de vos aventures selon le point de vue de vos héros !
A bientôt :)
Meneur de Jeu
(#312 parties en tant que MJ sur ce forum)


MJ: Chroniques Oubliées - Anathazerïn (54 sessions)

Avatar du membre
Nami
Naïade Asiatique
Messages : 153
Enregistré le : mer. 10 avr. 2013 23:45
Date de naissance : 25 avr. 1996

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Nami » mar. 20 juin 2017 22:18

JOUR 1
Depuis ce matin, rien à faire, je n’arrivais pas à pondre une seule phrase sonnant un minimum juste. Comme si, la nuit m’avait ôtée toute source d’inspiration et que je m’étais levée telle une coquille vide. Ce n’était pas le moment de flancher, je devais donner le meilleur de moi-même durant cette inauguration pour apporter de ma voix et de ma symphonie dans la célébration de ce nouveau temple. Il y aura certainement foule et qui sait, je pourrais certainement attirer le regard et par la même occasion de la reconnaissance. Or, pour cette jolie combinaison, comme quand on souhaite avoir un atout lorsque le roi est de sortie au tarot, il me faudrait un point d’ancrage, une idée d’histoire à raconter. Mais que puis-je conter d’intéressant se déroulant à Clairval ? Je pourrais certainement chanter de la pluie ne cessant d’inonder nos terres ou encore du calme régnant devant les étals du marché. Mais à quoi bon raconter ce quotidien lamentable, rappeler aux gens à quel point la vie n’offre aucun répit.

Les personnes n’écoutaient pas de la musique pour se remémorer des soucis persistants, au contraire, pour rêver et s’imaginer être quelqu’un d’autre. Ce n’était pas pour rien que les compositions de manière générale étaient en rapport à un héros ou à une histoire passionnante. Et si j’allais provoquer le destin, peut-être qu’il était là le problème de rester cloîtrer au château et de me lamenter sans cesse sur ce manque d’inspiration. Ainsi, ni une, ni deux, j’enfilais un manteau et des bottes, sans oublier d’accrocher mon fourreau à la ceinture. Je marchais sans réelle direction, trouvant que les bois pouvaient peut-être cacher une anecdote intéressante. Bien sûr, cette sortie n’avait rien d’agréable, la pluie ruisselait sur moi, comme si tout d’un coup, j’étais devenue le nid d’une rivière. Je sentais mes cheveux se plaquer contre mon visage et des petites gouttes vicieuses se glisser entre mon cou. Je restais néanmoins aux aguets, étant donné que la nature pouvait se montrer coquine.

Tandis qu’il était possible d’entendre les chuchotements des bois, celui-ci fut interrompu par une bande de beaufs aux rires gras et aux plaisanteries idiotes. Ils couraient en direction d’un endroit familier : la taverne du vieux pont. Je distinguais sans mal qu’ils n’avaient pas les mains vides et semblaient transporter quelque chose. Impossible de vous en dire plus, ce maudit brouillard m’empêchait de percer ces mystères. J’allais suivre ces mauvais garnements, avant d’observer deux hommes dans l’ombre, avancer plus lentement que le groupe précédent. Plus ils s’approchaient, plus j’arrivais à distinguer que parmi leur binôme, l’un des deux semblait mal au point. En observant un peu plus en détail les visages, je reconnus Tar, un natif du village, gagnant sa vie en chassant. Sur leur chemin, une autre personne familière leur barrait la route. C’était Edgar, le demi-orc vivant depuis peu à Clairval. Peut-être qu’elle était là ma combinaison gagnante, sans aucune hésitation, j’allais à leur rencontre et je pris connaissance des faits. Lucky, un parfait étranger, avait semble-t-il eu affaire à des malfrats. Il fut décidé de se rendre à la taverne et je proposais de les accompagner. Edgar aida Tar à épauler notre jeune blessé. Enfin, à première vue, il n’y avait aucune lésion grave, peut-être que cet homme était simplement perturbé de ce qu’il venait de vivre.

Quel bonheur d’entrer dans l’établissement et de sentir cette chaleur, retrouvant enfin le sens du mot sec. Nous n’étions pas les seuls clients, au bar, il y avait deux hommes dont un elfe. Un peu plus loin, un vieillard était assis à une table. Le calme régnait et on était loin de se douter qu’un évènement important dans la région allât se dérouler. J’aurais préféré voir dans cette taverne, un barde pour y animer ce silence. Je pris place aux côtés de mes camarades de fortune, sans savoir si ma présence était réellement utile. Pensant pouvoir me sécher tranquillement tout en buvant un bon verre de vin, je constatai que le vieillard ne me lâchait pas du regard. Sans m’y prendre avec des pincettes, je lui demandais si on se connaissait. Très mauvaise idée, le vieux perdait totalement la boule, sans pour autant empester la vinasse. Il me raconta une histoire de fils disparu avec une description à dormir debout et un nom banal : Jean. Je compris par la suite que ce Jean en question était l’aubergiste. Pendant ce temps-là, Edgar ramena à boire dont une bouteille de vin que le vieil homme me fit cadeau. Lucky nous demanda si on connaissait ces deux hommes et ce ne fut pas le cas. Il demandait au demi-orc s’il avait pu voir mieux la bande de beaufs, mais ils étaient couverts de la tête au pied donc impossible de faire le rapprochement entre eux et la bande. Puis, où se cachaient les deux autres ? Edgar ne semblait pas avoir sa langue dans sa poche, car il demande naturellement si l’aubergiste n’avait pas vu entrer quatre crapules dans son établissement. Les deux types du bar répliquèrent en annonçant que c’était nous les crapules en question.

Lucky nous raconta un peu plus en détail sa mésaventure. Ces hommes lui avaient dérobé des objets avec une certaine importance, étant donné que s’ils ne les retrouvaient pas, il devrait retourner à Ferrance. En voilà une histoire intéressante, bien loin de Bernard s’étant fait voler sa chèvre ou que sais-je. Le demi-orc demandait plus d’explication à l’aubergiste qui avait fait des gestes étranges lorsqu’il avait parlé des fameuses crapules. Suite à ça, il demanda aux deux hommes de vider leur poche. L’humain voulait jouer au malin en sortant des paroles sans intérêt sur la sécurité de je ne sais plus réellement. Se sentant peut-être pris au piège, il sortit qu’il n’avait pas ses affaires sur lui, mais dans sa chambre. Tar prit l’initiative d’aller chercher ce fameux sac avec comme indication : deuxième porte à gauche. Lucky se plaça au niveau du couloir, tout en gardant un œil sur le demi-orc et l’elfe. Il y avait comme de la tension dans l’air et ce fut à cet instant que je rejoignis le devant de la scène. Bonne idée ou non, j’essayais de distraire les deux individus, en leur demandant s’il venant pour l’inauguration. L’humain avait bien sûr une autre idée d’endroit à inaugurer et ce n’était pas malheureusement le premier à en faire la suggestion. Je restais calme, évitant de rentrer dans le jeu mesquin de cet homme, tout en essayant de savoir la raison de leur présence. Il fit l’éloge de notre village, un coin de bouseux sans intérêt, le genre de phrase que j’adorais entendre. Monsieur voulait se diriger vers le sud pour s’éloigner de la maudite pluie. C’était peut-être la seule parole sensée qu’il pouvait débiter, j’en étais sûre. Il est vrai que le soleil manquait de jour en jour. Idiote, je pensais avoir calmé la situation, mais l’elfe se tenant droit et essayant de paraître plus costaud qu’Edgar, sortit un couteau, prêt à faire taire à jamais le jeune villageois…
Attendez, j’ai peut-être une idée… De musique :
« Dans les bois, des malfrats s’emparèrent d’un butin,
Secouru, le martyre voulait poursuivre ces gredins,
Repos rimant avec boisson, la taverne fut leur chemin,
Deux hommes, un idiot et une brute causaient soudain
Des grabuges pouvant être sans lendemain…
»

Avatar du membre
Lazarius
Sdompy magnifiscient
Messages : 2473
Enregistré le : dim. 3 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 23 mars 1986
Localisation : Nantes, France

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Lazarius » mer. 21 juin 2017 21:00

Merci Nami. +1 point de chance :)
PS : cela n'arrivera pas tous les jours hein !
Meneur de Jeu
(#312 parties en tant que MJ sur ce forum)


MJ: Chroniques Oubliées - Anathazerïn (54 sessions)

Avatar du membre
Nami
Naïade Asiatique
Messages : 153
Enregistré le : mer. 10 avr. 2013 23:45
Date de naissance : 25 avr. 1996

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Nami » dim. 2 juil. 2017 16:29

JOUR 2
Il y eut un basculement, un changement d’ambiance radical, dévoilant enfin le jeu de mes adversaires. Ils ne semblaient pas là pour déguster une pinte de bière et retourner sur les routes le lendemain. Du moins, l’elfe voulait sortir de son quotidien pour tâter du demi-orc et voir si sa prétention lui permettait de se croire supérieur. A quoi s’attendait-il réellement ? En tout cas, en rien à ce que je vais vous décrire dès maintenant alors que la nuit semble me tenir éveiller pour écrire ces quelques fantaisies.

Le poignard se destinait à Edgard et rien dans le regard de l’elfe sonnait comme une plaisanterie. Ses yeux révélaient l’envie de réduire cette vie à un silence. Je ne mis pas une seconde de plus pour dégainer à mon tour et diriger ma rapière vers ces deux énergumènes. Je lui intimai de baisser son arme et ayant bien sûr en tête d’une issue peu favorable à leur égard. Pourtant, ma phrase qui s’était voulue autoritaire et des plus sérieuses, fut prise à la légère, car l’humain était amusé de mon attitude tandis que l’elfe souriait sous ma menace. Lucky suivit mon attitude en dégainant à son tour son arme et en la pointant directement sur les côtes de l’humain. Pourtant, la réalité lui fut assenée par une grosse claque faisant virevolter ses mauvaises intentions et se ramasser comme un vaurien sur le comptoir. Cette violence soudaine me fit plaisir étant donné que c’était mérité et c’était exquis de le voir surpris par cette attaque. L’humain eut un comportement étrange, étant donné qu’il essaya d’atteindre Lucky avec sa choppe mais il visa complètement à côté. Pour cause, l’étranger eut le droit à une douche de bière. Les choses devenaient sérieuses et je pris l’initiative d’arrêter d’être diplomate pour attaquer à mon tour cet humain au visage bien trop joli à mon goût. Mon coup porta à sa joue que j’écorchai sans la moindre culpabilité. Du sang perla de sa blessure et son regard à mon égard fut sombre. J’avais l’impression que ce simple coup allait me porter préjudice dans la suite des évènements.

Lucky tentait encore la tactique de la menace tandis qu’Edgard était bien parti pour faire regretter la menace de l’elfe. Il porta à nouveau sa main au visage de son agresseur et ce coup fut fatal étant donné qu’il perdit connaissance et s’étala sur le sol. L’humain commençait à comprendre que la situation n’était plus à son avantage, pourtant, il siffla comme on siffle un chien pour qu’il accoure. Même si la partie semblait perdue d’avance, il s’acharnait et voulait venger son égratignure en m’attaquer avec sa rapière. J’étais loin d’être une cible facile et je ne voulais en aucun cas lui donner satisfaction en me blessant. Tar nous informa qu’un individu de leur bande s’enfuyait avec le butin, mais j’étais bien trop concentrée dans ce combat pour aller l’aider. Je savais que si je lui offrais l’opportunité de me toucher, il sauterait sur l’occasion, étant donné que j’avais osé toucher à ce que dame nature lui avait offert. Je l’attaquais à nouveau, mais cette fois-ci sans succès et ce fut le même résultat pour Lucky. Or, les mains d’Edgard semblaient invincibles et laisser des sacrées marques. Ce coup sembla anéantir les espoirs de l’humain qui finit par lâcher son arme et avouer sa défaite. Il devait être apeuré, car il mit ses deux mains proches de son visage pour éviter qu’on l’agresse à nouveau. Il nous manquait encore deux de ses acolytes et l’un d’eux voulait filer devant nous. Je ne lui laissais pas ce loisir, je lui fis un croche-patte et il tomba de tout son long. Son camarade obtempéra à son tour et je pris l’initiative de nouer leur main pour éviter que des mauvaises idées germent dans leur esprit. Edgard s’occupa de leur prendre leur arme, Tar revint en nous annonçant qu’il avait récupéré le sac de Lucky et n’avait pas pu rattraper le bandit.

Une longue discussion se produit, pour savoir ce que nous allions faire de ces gredins. Je pris un malin plaisir à annoncer à ce prétentieux d’humain que j’étais la fille du Baron et qu’il allait goûter à sa justice, en mentionnant qu’il s’en était pris à ma personne. Cela eut le don de calmer le jeu, de faire cesser toute négociation et de montrer le sort qu’ils leur attendaient. Il fut décidé qu’on les laisse entre les mains de l’aubergiste, le temps que la milice de Clairval arrive et les escorte jusqu’aux geôles. Je n’étais pas totalement fan de cette idée, ayant peur qu’ils trouvent une idée pour fuir la justice. Le seul point positif, c’était qu’il était, pour la plupart, blessé et qu’il n’avait ni armes, ni argent. Nous prîmes leurs affaires valeurs où on trouva diverses babioles qui devaient certainement appartenir à leur victime, étant donné que le reste, d’après leur dire, avait été vendu au fur et à mesure de leur rapine. On ne s’attarda pas plus longtemps, étant donné que nous avions plus de cinq heures de marche pour atteindre le village. Il y eut quelques éclaircies sur la route, mais elles ne durèrent pas assez de temps pour sécher quelque peu nos vêtements. Je détestais cette sensation des habits mouillés, le tissu collant contre la peau et perdant leur utilité propre : tenir chaud. Je fus bien heureuse de voir les grandes portes du village et l’allée menant droit vers la maison du bourgmestre. C’était l’intendant du village, quelqu’un de confiance avec un âge avancé et faisant toujours preuve de bienveillance. Sur la place du village, il y avait ces fameuses roulottes où vivaient les intendants du spectacle.

La grande bâtisse de monsieur Carillon nous fit face et celui-ci ne tarda pas à ouvrir la porte et constater qu’on était mouillé jusqu’à la moelle. Il fut, bien sûr, curieux de notre visite, surtout au vu de l’heure avancée. Je fis part que nous avions eu des ennuis avec des brigands et Tar poursuivit l’histoire. Il nous fit part de la disparition de Karoom, celui-ci n’était toujours pas revenu et l’inauguration devait se tenir dans trois jours. De même, Félindra n’avait pas pointé le bout de son nez depuis un bon moment et Tar n’en savait pas plus à son sujet. Il semblerait que Krush ait des informations sur la destination de Karoom, celui-ci partit en pèlerinage vers le sud. Tar demanda s’il y avait eu beaucoup de pélerins d’arriver et le bourgmestre nous informa que la plupart était des proches des villageois et qu’ils séjournaient chez eux. Aucun n’avait fait mention d’un mauvais trajet donc ils n’étaient peut-être pas des victimes de nos bandits de la taverne du vieux pont. Monsieur Carillon nous affirma qu’il allait s’occuper des malfrats et qu’on pouvait aller se reposer. Edgard voulait rendre visite à Krus mais on le dissuada au vu de l’heure tardive et on lui conseilla plutôt le lendemain.

Libéré de nos devoirs de bons citoyens, on prit le chemin de la place pour y découvrir les différentes activités que proposer les itinérants. Il y avait un couple de saltimbanque Malissa et Malek, un marchand d’étoffes, Albik, un marchand de gourmandise sucrée, Elbion, un homme fort capable de tordre des barres de métal, Karl et une voyante, Tatiana. Mon attention et celui d’Edgard se porta sur la voyante, on pénétra dans sa tente où celle-ci nous accueillit et désigna deux tabourets près d’une table ronde. Edgard fut le premier à se faire deviner son avenir. Il lui tendit ses paumes et la voyante les parcourut du bout de ses doigts. Elle mentionna qu’il venait du sud, tout en essayant de le dissuader de connaître son avenir. Il voulait savoir et il avait bien raison d’en savoir plus étant donné qu’elle mentionna un destin exceptionnel avec une description avec une vague emportant tout et une tempête. Elle enleva sa main quand elle vit la mort et sembla toute bouleversée au point d’en perdre connaissance. Karl, l’homme fort, débarqua dans sa tente et prit soin d’elle, tout en refusant qu’on paie sa vision étant donné qu’elle n’avait pas été jusqu’au bout. Ainsi, pour ce soir, je ne pus connaître mon avenir et j’osais espérer que celui-ci ne causerait pas à nouveau des maux à la voyante.

Après cette petite escapade et le ventre gargouillant, nous entrâmes dans l’auberge du village dirigé car Kaitlin. L’endroit semblait festif tout à son habitude et notre entrée ne passa pas inaperçu. Kaitlin, comme à son habitude avec les nouveaux venus, offrit le repas à Lucky. On prit place à une table où à manger et à boire nous fut servi et où on pouvait entendre des brides de conversation par rapport aux mauvais temps et que le marais était sous l’eau. Après avoir dégusté ce bon repas, je pris l’initiative de raconter notre aventure, en y omettant aucun détail et en savourant les réactions de mon auditoire. Au fur et à mesure que je parlai, je me rendais compte qu’il se formait autour de notre table, un cercle de personnes intriguées et j’en profitai pour ne pas leur faire regretter cette attention. A l’instant où je mis un point final à notre histoire, tout le monde applaudit et nous félicitait pour notre exploit. Certains nous offrirent même à boire et lorsque je quittai enfin l’auberge, la nuit était bien entamée. Je pris la route vers le château où mon père devait être couché. Ainsi, je me dirigeai directement vers ma chambre et je fus heureuse de quitter mes habits ayant connu pluie et action. Fin de cette journée mouvementée et j’espérais que ça ne soit pas la dernière. Après tout, j’avais été utile pour une fois et j’avais aidé autrement que par la musique. Puis, cette aventure me permettra d’écrire une chanson unique en son genre.

(Un peu de retard sur ce résumé, je m'excuse d'avance d'écorcher les noms de certains PNJ et des fautes, je n'ai pas eu le temps de bien me relire)
Modifié en dernier par Nami le dim. 2 juil. 2017 21:21, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Lazarius
Sdompy magnifiscient
Messages : 2473
Enregistré le : dim. 3 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 23 mars 1986
Localisation : Nantes, France

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Lazarius » dim. 2 juil. 2017 17:41

Aucune excuses ! Ton récit est tout simplement extraordinaire et je me félicite d'avoir une joueuse comme toi à ma table ! Merci encore pour ce résumé écrit de main de maître.
Meneur de Jeu
(#312 parties en tant que MJ sur ce forum)


MJ: Chroniques Oubliées - Anathazerïn (54 sessions)

Avatar du membre
Nami
Naïade Asiatique
Messages : 153
Enregistré le : mer. 10 avr. 2013 23:45
Date de naissance : 25 avr. 1996

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Nami » dim. 9 juil. 2017 15:56

JOUR 3
Je n’avais eu aucune difficulté à trouver le sommeil après une telle journée pleine de rebondissement. Seulement, ayant une ouïe fine, j’entendis des bruits de pas et des voix proches de la chambre de mon père. Ce n’était pas la première fois qu’on le réveillait en pleine nuit et j’avais pris l’habitude, depuis toute petite, d’écouter ce que les gardes pouvaient lui rapporter. J’aimais être au courant de tout et particulièrement quand ça touchait le village ou les environs. Les gardes en question rapportèrent que le village était attaqué. Il ne me fallut pas un mot de plus pour sortir de mon lit et me préparer à la hâte. J’enfilai mon armure et j’attachai ma ceinture où était mon fourreau contenant ma rapière. J’essayais de sortir discrètement de ma chambre, pour ne pas me faire entendre de mon père. Or, depuis qu’il avait perdu la vue, il entendait absolument tout et je ne fus pas surprise de discerner sa voix me demandant d’être prudente. Il me connaissait bien et il savait que je n’étais pas du genre à suivre les ordres si ceux-ci ne me convenaient pas. Plus jeune, j’avais énormément défié son autorité, fuguant quand je le voulais et me reprenant des réprimandes en retour. Ainsi, comme simple réponse, je hochais la tête, en lui adressant un sourire réconfortant avant de rejoindre l’escorte. Durant la route, je fus des plus nerveuse, me demandant bien ce qui avait pu troubler le village. Lorsque nous arrivâmes au village, celui-ci ne semblait plus en proie d’une attaque et je vis naturellement Edgard transporté un gobelin sur son dos. J’étais surprise de voir ces bestioles rodées si près du village, même si je n’étais pas une experte en la matière, j’avais connaissance qu’ils avaient une peur bleue des humains et que ce genre d’attaque ne leur ressemblait guère. Je suivis Edgard qui se dirigea vers la maison du Bourgmestre et plaça la bête sur un fauteuil en n’oubliant pas de lui lier les mains. Son langage était plus incompréhensible et heureusement pour nous que notre cher monsieur Carillon était un spécialiste en la matière. Il était étrange de l’entendre parler dans cette langue et de suivre cette discussion des plus atypiques. Le bourgmestre était étonné de la situation, en nous annonçant que ce gobelin faisait partie de la tribu des Noc-noc, celle-ci située au nord du village entre Clairval et Vireux. La tribu avait été attaquée par une autre et obliger de se diriger vers le sud pour survivre et trouver de la nourriture. Durant leur guerre menée, il avait perdu leur chef, ce qui pouvait expliquer ce genre d’attaque surprise pour dérober des sucreries, un trésor pour eux. Edgard menaça le gobelin pour qu’il nous montre son camp, sous quoi, il perdrait ses oreilles. Il fit une approximation de leur nombre, mais il était difficile de se fier à ceci, étant donné qu’il n’avait pas la notion du nombre.

On devait décider de les faire partir soit par la force, soit par la négociation, mais sans le Baron, ils nous étaient impossibles de nous projeter. En tout cas, cette histoire semblait étrange, pourquoi une tribu en chasserait une autre sans raison apparente. Est-ce qu’il se passait des évènements au nord ? Après tout, Fort-Boueux était le dernier bastion nous sécurisant de la menace se trouvant au-delà du marais, des terres hostiles abritant des orcs. Il fut décidé de surveiller les environs durant la nuit et je proposais naturellement mes services. Je fis la première ronde, ouvrant l’œil au moindre bruit et parcourant encore et encore les rues et la place principale du village à la recherche d’une anomalie. Il en fut rien et je pus laisser ma place pour finir ma nuit au château. Même si j’avais eu besoin de dormir jusqu’au plus tard de la matinée, je voulais être au côté de mon père et savoir ce qu’il allait faire contre cette menace gobelin. Or, en arrivant au village, je fus interpellée par Agramon, un villageois criant à en perdre haleine de savoir où se trouvait son fils. Il semblait désespérer et s’en prit à un autre villageois pour essayer d’avoir une réponse à sa question. Son fils, Jimmy semblait avoir disparu pendant la nuit de l’attaque. Tar tenta de calmer la foule s’amassant peu à peu autour du père désemparé, mais sa réponse fut loin d’être rassurante, mentionnant que l’enfant serait parti avec eux. Cette simple étincelle provoqua des flammes de rancunes à l’encontre des gobelins. Certains voulaient brûler ce camp en créant une sorte de guérilla. Ces gens nous suivirent jusqu’à la maison du bourgmestre où aura lieu une sorte de tribunal contre ce gobelin. Mon père essaya de calmer la foule, mentionnant que les gobelins n’avaient pas une tendance agressive vis-à-vis des humains, sauf dans le cas où ils avaient l’avantage du nombre. Il essaya de trouver une cause à cette attaque : la faim ou autre chose, comme le fait d’élire un nouveau chef pour les guider ou faire une offrande à l’autre tribu pour s’attirer leurs faveurs. Il voulait agir de manière pacifique, sans les exterminer pour ne pas attiser la haine du peuple. Mais la disparition de l’enfant le troubla légèrement. Effectivement, c’est ainsi que sa quête, trente ans auparavant avaient commencé. De nouvelles tensions se créèrent à l’arrivée d’autres villageois, brandissant des fourches et déclarant le vol de trois vaches.

Tar joua encore au médiateur ce qui profita à mon père. Celui-ci avait trouvé un moyen de calmer la foule, en proposant de composer un groupe neutre agissant pour faire déguerpir la tribu et retrouver l’enfant. Il demanda si Tar se portait volontaire et celui-ci accepta. J’en fis de même et Lucky aussi. Il nous manquait plus qu’Edgard pour être au complet. Après tout, nous avions réussi à battre des brigands, les gobelins semblaient être la prochaine étape. Edgard avait pris l’initiative de réparer la palissade et accepta de faire partie de l’aventure. Mais avant de se jeter dans la gueule du loup, il nous fallait des informations et par commencer sur la disparition de cet enfant. Le gobelin lui-même ne connaissait pas l’enfant, il semblait dire la vérité. On se sépara en deux groupes distincts, Lucky et Tar allaient chercher des pistes à suivre et moi et Edgard interrogions des enfants. Jimmy traînait avec trois autres enfants du village : Kiran, Perlouis et Méline. Les deux garçons semblaient plus compliquer à interroger, le premier était muet et semblait être une forte tête, tandis que le second allait se réfugier dans les jupons de sa mère. Nous commençâmes par la jeune fille, timide, mais étant inquiète concernant la disparition de son ami. Elle nous donna le plus d’information possible comme la description de Jimmy, l’existence d’une cachette où ils jouaient dans les bois et l’existence d’un certain Max. Leur terrain de prédilection se trouvait entre la maison de Krush, le temple de Karoom et sa maison. Jimmy semblait être un garçon secret et solitaire. Ce Max ne nous disait absolument rien, je ne connaissais aucun enfant du village portant ce nom, ce qui laissait deux hypothèses : un ami imaginaire ou quelque chose de non-humain.

A peine, on eut approché le jeune garçon Parlouis, celui-ci se précipita vers sa mère et joua de sa peur pour amadouer sa mère. Celle-ci semblait contrarier qu’on aille importuner son fils, mais je réussis à lui faire entendre raison et que nous cherchions simplement à élucider cette disparition. La mère lâcha l’affaire et ordonna à son garçon de nous confier ses informations. Il nous lança un regard sombre, battu à son propre jeu et délivrant néanmoins sa langue. Parlouis nous fit part d’objets que lui avait donnés Jimmy et il nous en montra un : une sorte de phalange. Il dit avoir rencontré Max au sud, que c’était habituel qu’ils aillent tous ensemble dans le bois de Myrviel, sans jamais rentrer tard, car les autres avaient peur. Au tour de Kiran, celui-ci soutenait notre regard et n’avait pas l’air de vouloir coopérer. Il ignora royalement Edgard, mais je réussis à le faire réagir étant donné qu’il marqua dans la boue le nom de Max. Il avait vu Max en personne, alors que les deux enfants précédents non. Il me tendit sa main pour être payé et je lui donnai une pièce de cuivre. Il fit une carte de Clairval et il indiqua d’une croix la rencontre avec Max, ceci se trouvait plutôt à l’Ouest entre l’église et la maison de Karoom. C’était hier et il indiqua Edgard de son doigt. Il ressemblait à Edgard, mais il était plus petit, de la taille d’un enfant. On eut le fin mot de l’histoire, ce Max était un gobelin.

Tar et Lucky avaient trouvé un début de piste, les pas se dirigèrent vers l’Ouest puis il y eut trois chemins différents sans qu’on puisse arriver à distinguer des empreintes d’enfant ou de gobelins. On prit la direction du temple. De l’extérieur, le temple était imposant composé de grandes voûtes et se situant divinement bien. Il était éclairé d’une abondante lumière, rendant le lieu presque magique. Le clocher était à une quinzaine de mètres de hauteur et le bâtiment avait été fait tout en longueur. La grande porte de trois mètres de haut étaient légèrement entrouvertes et on put distinguer des traces de pas à l’intérieur. Étrange que la porte soit ouverte en l’absence de Karoom. Cela rendait son absence encore plus étrange. En entrant dans le temple, une odeur nauséabonde me fit faire une grimace, rien à voir avec l’odeur de renfermé, il s’agissait d’un mélange d’excréments et d’urine. En marchant un peu plus à l’intérieur, je pus distinguer malgré la pénombre, que le temple avait été profané. Des dessins obscènes se trouvaient sur les murs et les magnifiques statuettes avaient été transformées en des êtres difformes. Quel désastre ! Un travail de toute une vie n’étant plus qu’un pâle reflet du résultat. Or, tandis qu’on traversait le nerf central, Tar sentit un filet d’eau, étrange pour un nouvel édifice d’avoir déjà une fuite au niveau de la toiture. Cette fuite ne venait pas du toit, mais d’un des gobelins, urinant sur le demi-elfe et s’amusant du spectacle. Nous avions en face de nous les responsables de ce chaos et l’idée de la jouer pacifique n’était plus vraiment une option. J’étais dégoûtée de ce qu’il avait fait de cet endroit qui aurait dû être sublime comme l’extérieur. Je dégainai et je pris l’escalier pour aller au premier niveau, là où se trouvaient nos deux fauteurs de troubles. L’un d’eux ramassa des caillasses et sortit son lance-pierre, prêt à nous viser. Son camarade se précipita vers moi en bafouillant des mots incompréhensibles en brandissant une masse au-dessus de lui. Je réussis aisément à l’esquiver et je n’eus aucun mal à le faire taire à jamais. Lucky tua son camarade et on entendit au loin d’autres gobelins. Pour ma part, je voulais faire le tour des lieux pour être sûre qu’il n’y en ait pas d’autres dans les environs. Je pus même constater qu’il avait fracassé quelques vitraux et recouvert d’autres de dessins obscènes. Constatant aucun autre résident, je fis marche arrière pour aider mes camarades, mais ma tentative de lancer de dague fut catastrophique et c’est Tar qui tua les derniers gobelins. L’inauguration était désormais dans deux jours… J’imaginais mal la tête en saisissant que le temple avait été bafoué par les gobelins. Cela rendait l’évènement caduc et Jimmy était toujours introuvable…

(Merci des compliments, c'est un plaisir de faire ces résumés :D )

Avatar du membre
Lazarius
Sdompy magnifiscient
Messages : 2473
Enregistré le : dim. 3 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 23 mars 1986
Localisation : Nantes, France

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Lazarius » dim. 9 juil. 2017 18:51

Récit Impeccable comme toujours !

Je profite de l'occasion pour vous faire un petit bilan rapide de la situation :
  • Il pleut depuis des mois.
  • Des brigands ont été arrêtés sur la route de Clairval. Il serait judicieux que cette incursion ne séduise pas d'autres malfrats.
  • Karoom ne semble pas être rentré de son voyage vers le sud. Il a déjà 4j de retard et l'inauguration de son temple est prévue pour bientôt.
  • Un groupe de gobelins a attaqué le village cette nuit à la recherche de friandises. Le prisonnier parle d'un conflit avec une autre tribu dans son repaire au nord.
  • Un enfant du village : Jimmy, a disparu. Un certain "Max" (peut-être un gobelin) y est certainement pour quelque choses.
  • Des paysans réclament justice car 3 de leurs vaches ont disparu cette même nuit.
  • Vous êtes choisis par le Baron pour retrouver Jimmy et faire la lumière sur la récente activité des gobelins. Il souhaite maintenir une paix durable entre les gobelins et son village.
  • Un autre groupe de gobelins a profané le temple de Karoom.
A ce soir !
Meneur de Jeu
(#312 parties en tant que MJ sur ce forum)


MJ: Chroniques Oubliées - Anathazerïn (54 sessions)

Avatar du membre
Melioch54
Markjaniste Dément
Messages : 1020
Enregistré le : ven. 22 févr. 2013 00:30
Date de naissance : 10 mai 1968

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Melioch54 » lun. 10 juil. 2017 11:05

On gère !
"Si tu doutes de tes pouvoirs, tu donnes du pouvoir à tes doutes" -

Lun : DD5 : Tomb of Anhilation (joueur, 1s/2, merci Golgorosh !)
Mar : pas dispo
Mer: pas dispo
Jeu : pas dispo
Ven : pas dispo
Sam : variable (pris)
Dim : variable / Chroniques - Anathazerïn (pris, Merci Lazarius )

MJ Ars Magica et Pathfinder.
Fantasy Grounds Ultimate Ed.

Avatar du membre
Lazarius
Sdompy magnifiscient
Messages : 2473
Enregistré le : dim. 3 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 23 mars 1986
Localisation : Nantes, France

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Lazarius » dim. 23 juil. 2017 18:44

Bilan pour démarrer notre dernière partie avant les vacances !
  • Il pleut toujours autant et cela depuis des mois.
  • Les brigands ont été enfermés dans le cachot du Baron. Pas de nouveau méfait dans la région à remonter.
  • Karoom n'est toujours pas rentré de son voyage et son temple a été dégradé : les habitants du village, menés par Krusk, aident à présent à sa restauration en attendant le retour du Nain. Aucune nouvelle de Félindra, qui semble s'être aventurée vers le nord.
  • Après enquête, il s'avère que le clan gobelin des crânes-creux, mené par un certain Kolik, a expulsé de leur repaire celui des Noc-Noc. Ce sont les crânes creux qui ont violé et offensé le temple de Karoom. Leur présence dans la région reste flou.
  • Les Noc-Noc sont donc partis à la recherche d'un nouveau chez eux, volant au passage 3 vaches aux fermiers de Clairval pendant que d'autre ont essayé de s'intégrer au clan victorieux en leur apportant des friandises volées. Maintenant défait par votre intervention, le clan des crânes creux est à présent dirigé par un shaman (haut en couleur) du nom de Durub. La paix semble possible.
  • Vous découvrez que Max est en réalité un enfant gobelin fort intelligent qui semble s'être lié d'amitié avec Jimmy. Il ne reste plus qu'a les retrouver.
Une piste à suivre ce soir ?
A toute à l'heure !
Meneur de Jeu
(#312 parties en tant que MJ sur ce forum)


MJ: Chroniques Oubliées - Anathazerïn (54 sessions)

Avatar du membre
Lazarius
Sdompy magnifiscient
Messages : 2473
Enregistré le : dim. 3 juil. 2011 01:00
Date de naissance : 23 mars 1986
Localisation : Nantes, France

Re: [Résumé] Journal de bord

Message par Lazarius » dim. 10 déc. 2017 14:29

Le texte en elfe inscrit sur la stèle portant l'orbe magique où une cité d'or à l'architecture antique s'efface dans le paysage d'une montagne somptueuse et immense.

Quand viendra le temps des pleurs
Et des langues coupées,
Pour défendre leurs terres
En de bien sombres heures,
Des héros devront retrouver
Le gant d’acier et de lumière.

Dans les Monts des Brumes du Nord,
Dans sa gangue de ténèbres,
Le front brûlant de fièvre,
Gît la puissance de Lunédor
Enfermée dans les ruines,
De la fière Anathazerïn.

Perdu dans les arbres maudits,
L’Elfe d’Airain accompagne
Le Gardien dans le jardin flétri
De sa haine et sa hargne.

Cherche les indécis. Cherche les bois.
Passe l’Arche de Brume
Et entre le coeur plein d’émoi
Dans la verdure chlorée
Des jardins de l’amertume
Où dort le Gardien Nacré,
Avant d’être porté au loin,
Aux portes de sa cité d’Airain.

Alors les antiques splendeurs
Seront révélées aux héros
Pour restaurer la grandeur
Et les atours royaux.
Meneur de Jeu
(#312 parties en tant que MJ sur ce forum)


MJ: Chroniques Oubliées - Anathazerïn (54 sessions)

Répondre

Retourner vers « Chroniques Oubliées - Anathazerïn par Lazarius »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 5 invités