Journal d'Erebus

Image
Répondre
Avatar du membre
Spat
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 9
Enregistré le : sam. 30 sept. 2017 18:51
Date de naissance : 14 juin 1971

Journal d'Erebus

Message par Spat » sam. 24 févr. 2018 19:37

15/02/18 : une surprise à l’aveugle (an 1487, 4ème mois de l’année).

Déjà huit jours que je me suis fait capturer par les drow. J’aurai préféré finir dans l’estomac d’une abomination que d’être à nouveau réduit en esclavage par ces démons.
Je ne suis pas seul dans la prison de cet avant-poste, et ça se remplit à chaque fois qu’une patrouille ramène des captifs.
Il y a là :
un elfe drow en disgrace (Sarith) dont il faudra se méfier si jamais on arrive à sortir;
une sorte de nain de l’Underdark, un « derro » comme il s’appelle (Buppido). A l’air bavard mais sa fiabilité est inconnue;
Un quaggoth (prince Derendil), une de ces quasi bêtes sauvages que les drow utilisent comme bêtes de trait. Il se prétend un prince Elfe métamorphosé par un magicien. Soit il raconte une fable, soit il a un destin vraiment improbable;
Une naine (Eldeth), du royaume de Gauntlgrym. Elle semble un allié fiable;
Un orque (Ront) démoralisé par sa capture, il faut le re motiver pour qu’il combatte les drow, nous avons besoin de sa force brute;
Un pack de gnome des profondeurs (Jimjar, Topsy et Turcy les jumeaux), qui nous aideront surement à nous guider une fois libre, mais il ne faut pas compter sur eux pour la 1ère ligne;
Shusshar l’homme poisson. Il n’aura pas problème à sauter dans la rivière souterraine qui coule en dessous de notre prison lui au moins;
Stool, un champignon ambulant. Pour l’instant impossible de communiquer avec lui. Mon pouvoir d’Esprit Eveillé ne fonctionne plus dans la prison, il doit y avoir un champ d’antimagie;
Caracole, un demi elfe drow, androgyne. Arrivé depuis 2 jours, je ne sais pas pourquoi les drops l’ont capturé, mais il cherche activement à s’échapper, profitons-en;
Deux humains, Edvar et Randal. Pas forcément très bavards, mais Randal a déjà été captif, ça se voit, il voudra s’en sortir à tout prix;
Grim, un demi orque voyageur. Il a du prendre le mauvais embranchement pour finir ici.
Avec moi, Erebus, ancien esclave des drow depuis mon adolescence, échappé grâce à cette magie des dieux anciens que j’ai pu glaner dans les cavernes maudites proches de Menzoberranzan, et finalement recapturé, nous sommes 15.

Les jours s’enchainent, tout comme nous. J’apprends qu’on est en 1487, je suis donc resté 8 ans esclave. La prison, une simple grotte avec une lourde porte qui barre l’entrée, ressemble désormais à une fosse à purin. Le convoi drow n’est pas encore passé nous emmener vers la capitale. Il faut profiter de notre nombre pour s’évader, sinon ça sera la mort. Je ne retournerai pas esclave à Menzoberranzan.
On en discute, mais peu sont prêts à prendre des risques. Finalement Caracole et Randal démarrent une bagarre au moment où le gruau est apporté le soir. Caracole est poussé violemment contre la porte et arrive à passer une main discrètement à travers les barreaux pour subtiliser un carreau d’arbalète à main. Le calme revient rapidement, et nous pouvons ouvrir nos chaines, et la porte de la prison en crochetant ces serrures rudimentaires avec la pointe du carreau.

Randal et Edvar s’engagent sur la passerelle vers la stalactite creusée où le poste de garde des drow se trouve. Ils pensent être discrets et surprendre les drow, qui ont relâché leur garde. Mais la surprise est réciproque : ces démons se relaxent dans le noir et les 2 humains ne voient goutte, et n’arrivent pas à saisir un objet pour les frapper. Un combat de chiffonnier démarre, un des elfe est jeté au sol, mais ça s’envenime dès que les drow tirent leur épée. Ils vont massacrer mes compagnons de cellule. J’avance sur la passerelle et je chuchote les mots de pouvoir appris « Cthulhu R’lyeh fhtagn » et ce Murmure Dissonant perce les oreilles d’un drow qui est pris de panique et s’enfuie par la 2nde porte sans que nous n’arrivions à l’abattre : nous l’entendons courir sur la passerelle en criant pour de l’aide. Caracole, Grim et Ront se précipitent aussi, le surnombre l’emporte et le dernier drow est tué. Ahh la vengeance envers ces démons va me plaire je pense.

Il est temps de fouiller, et de barricader la porte. Les autres prisonniers osent enfin s’aventurer en dehors de la cellule. Il y a un étage, une armurerie ! Nous allons pouvoir nous équiper si nous en avons le temps. Une torche est allumée.
Mais déjà 2 drow arrivent depuis la coursive nord, où se trouve le repaire des quaggoth. « Vite vite, des armes, des boucliers ! »


22/02/18 : quand ça ne veut pas bruler (an 1487, 4ème mois de l’année).

Le combat fait rage. Caracole et Randal sont dans l’armurerie et commencent à jeter des épées. J’entrouvre la porte menant sur la passerelle par laquelle un drow s’est échappé et je jette un sort Create Bonfire : « Ia! Ia! Fhtagn Cthulhu ». Le feu commence à consumer les cordes qui tiennent la passerelle, ça va tomber et nous isoler du gros de la troupe drow.

Eldeth se précipite au nord, en bas des escaliers et empoigne un drow qui semble désorienté (quelqu’un aurait jeté un sort ? je ne vois rien dans cette obscurité). Plouf, elle le passe par dessus la rambarde et il tombe dans la rivière en bas. Bravo !
Ront empoigne une épée et se précipite vers la mêlée. On va les tuer ! Et Sarith allume une lumière magique dans la stalactite, on y voit enfin.
Randal descend et va aussi vers la mêlée avec son arbalète, mais il laisse la torche à Edvar… Il part à l’aveugle, va comprendre…
Cette passerelle ne veut pas bruler bon sang, ça prend trop lentement… tant pis je monte aider Caracole à récupérer du matériel.
Eldeth repousse le 2nd drow dans sa cahutte et l’enferme dedans, il ne peut plus nous blesser, vive Eldeth ! Et j’entends tous les prisonniers qui commencent à se jeter à l’eau, sans se soucier de prendre du matériel pour survivre une fois dehors. Quelle erreur, nous allons le payer cher, je me suis déjà retrouvé dehors libre et sans nourriture. Plouf : Sarith, Ront, les gnomes, le Kuo Toa, Randall, le soit-disant prince Derendil, Buppido, Edvar (qui jette la torche pour la récupérer.. mais ça tombe dans l’eau) … et finalement Eldeth qui s’est retrouvée seule sur la coursive.

Avec Grim qui est revenu chercher du matériel en portant aussi Stool, il n’y a plus que nous 3, avec Caracole. Nous jetons des armures et je m’équipe d’un bouclier, et on jette un sac d’équipement. Boom, la porte que l’on a barricadé tremble, les renforts arrivent, on va se faire prendre en tenaille ! Le dernier drow a réussi à sortir de sa cahutte au nord.
Et ces cordes qui ne veulent pas bruler, ça résiste toujours. Pchitt, voila que je sens que mon sort n’est plus actif, un mage l’a dissipé on dirait.
Plus le temps, on sort tous les 3 de l’armurerie et de la stalactite, sur la 1ère passerelle ramenant à la prison, et on saute par dessus dans la toile d’araignée, comme a fait Sarith. Pouah ça colle, difficile de s’extirper. « Ho hisse », j’y arrive, et je me jette dans le noir où j’entends couler la rivière.
Les autres sortent peu à peu de l’eau, je les entends patauger et partir. Mais Edvar se fait attaquer sous l’eau il crie, et plus rien, on dirait qu’il a perdu conscience.
Caracole et Grim sont un peu en retard, « Chtonk » un 1er drow a réussi à enfoncer la porte et tire un carreau d’arbalète sur Grim, qui est touché. Caracole n’arrive plus à bouger dans la toile. Il est pris dedans ! Un 2nd coup de rein, et lui et Grim tombent à l’eau.

On court dans le noir, on s’en est sorti. Nous nous dirigeons vers l’Ouest et nous entendons un énorme bourdonnement : des insectes volants surgissent par le nord, on me raconte qu’ils semblent se battre avec d’autres créatures ailées, et avec tout ce qu’ils voient, y compris les drow qui leur font face. On nous oublie pour l’instant, vite fuyons.

Nous sommes 10 à être partis de ce côté, les autres sont allé au Sud : Eldeth, Derendil, Ront, Jimjar, Stool porté par Grim, Caracole, Edvar, Randall et moi. Quel équipage ! Nous partons le plus vite possible pour prendre le plus d’avance possible sur les drow. Ils nous poursuivront c’est sûr. Notre équipement est maigre : 2 armures, 2 boucliers, quelques armes, quelques torches, de quoi grimper, une outre d’eau et 6 jours de nourriture pour… 1 personne. Ça s’annonce mal. En tous cas, « Adieu Velkynvelve », nous ne reverrons plus cet avant-poste.

08/03/18 : en route vers le Lac Noir (an 1487, 4ème mois de l’année).

Libres ! Apparemment les drows ne se sont pas lancés à notre poursuite immédiatement, ils ont probablement fort à faire avec ces créatures volantes. Seul le Kuo Toa Shusshar nous a rattrapé en forçant l’allure, car il s’est rendu compte que nous empruntions la direction de sa ville, Sloobludop. Au moins nous avons un guide.
À la 1ère halte, après de longues heures à ramper, grimper, butter dans des pierres, nous soufflons enfin. Mais Edvar ne s’est pas réveillé, ses blessures lui ont été fatales. Shusshar nous dit qu’il faut à peu près 10 jours pour arriver à sa cité au bord du Lac Noir, qu’il nous faudra d’abord traverser. Je profite de la halte pour me concentrer sur mes capacités et invoquer la création d’une armure et à adapter mes yeux au noir complet. Je sens que je maitrise mieux le pouvoir contenu dans les murmures entendus dans cet ancien temple maudit que les drows évitaient.
On apprend que Stool peut communiquer télepathiquement avec nous grâce à des spores, et que sa cité est Neverlight Grove.
Nous avons marché déjà 4 jours, ou du moins c’est le temps que nous estimons avoir passé sous terre. Pas de gros problème, on a passé une journée à dégager un énorme bouchon de toiles d’araignée construit par les drows pour éviter que le passage ne soit emprunté, et juste fait une rencontre néfaste, une gelée ocre, une sorte de flaque de mousse acide qui a essayé d’attraper l’un d’entre nous pour se nourrir. Mais nous étions nombreux et l’avons rapidement submergée.
Par contre nous manquons de nourriture (principalement des champignons, comme le bartelstalk) et d’eau, et les tensions montent rapidement. Tout le monde ne veut pas respecter le rationnement, et c’est compréhensible car tous ne sont pas aussi efficaces pour avancer ni pour trouver des vivre, ou bien se défendre. J’essaie de mettre le soi-disant prince Derendil de mon côté, mais il n’a pas les idées claires. Ront sera un problème de par son agressivité, et Jimjar par son inutilité…
Nous sommes à mi chemin du lac, on va surement manquer d’eau d’ici à l’atteindre, mais je pense qu’on ne manquera pas de sang.

19/03/18 : on aurait aimé s’entraider (an 1487, 4ème mois de l’année).

Cette journée a été saignante, comme pressenti. On a commencé par marcher dans une caverne pleine de champignon. La possibilité de manger. Mais voilà que certains s’animent et se mettent à nous attaquer avec des filaments qui te nécrosent les chairs. Heureusement ça ne bouge presque pas et nous pouvons les tuer. On découpe ce qu’on peut pour se nourrir, on se remet du combat, mais ça prend du temps.
On a presque fini, quand 4 drows éclaireurs nous surprennent. C’est la panique, ça tire des carreaux d’arbalètes, on charge ! Nous sommes plus nombreux et prenons le dessus petit à petit sans mort de notre côté. Mais ils ont eu le temps de sonner du clairon, et les renforts ont répondu. On doit partir, juste le temps de prendre des armes et sacoches sur les drows, et on court avec le gros des troupes elfes pas loin derrière. Moi qui pensait que les drows ne nous suivaient pas !
Toute la journée à fond, ils ne nous rattrapent pas. On doit s’arrêter, épuisés. En espérant que les elfes noirs se reposent aussi. On se cache dans une caverne pleines de cristaux. Et voilà qu’en pleine nuit un groupe de 7 humains débarquent par l’autre côté de la grotte, sans nous voir. Ils prospectent, on ne voit pas vraiment ce qu’ils cherchent, puis s’installent pour la nuit. Leur chef s’appelle Conrad, on dirait des brigands vu leurs manières et leurs habits. Randal se montre, sans arme, pour voir si on peut s’entraider. Ils le menacent, mais ne tirent pas, et Randal est maintenant assis avec eux, à manger quelques miettes. Ça s’éternise, on décide de se présenter à notre tour, Grim et moi. Mais ils prennent ça pour une embuscade, et c’est reparti à canarder avec leur arbalètes. Ces hommes avec leurs armes, toujours à vouloir s’en servir dès la moindre embrouille.
Coup de maître, Randal arrive à désarmer un brigand et peut se défendre. Les guerriers chargent, mes sorts font des ravages « Cthulhu R’lyeh fhtagn » à deux reprises mon Murmure Dissonant perce les tympans de Conrad et le fait fuir. Les combattants s'embrochent mais on finit par tuer les humains, sauf Conrad qui est assommé. Quelle poisse, le plan initial était de s’entraider pour échapper aux drows qui ne sont pas loin derrière.
Tout le monde s’est montré utile, Ront à foncer dans le tas (même si ça n’a pas aidé à éviter le conflit), Jimjar à l’arbalète, la naine aussi, mais le Prince Derendil n’a rien fait de la journée. Son chemin va devoir se séparer du notre. On se repose d’abord avant de sceller son sort.

Répondre

Retourner vers « D&D 5 "Out of the Abyss" par Vackipleur »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité