Registre du personnel (création et présentation des PJ)

Image
Répondre
Avatar du membre
Prosopee
Gorgone
Messages : 518
Enregistré le : dim. 11 mai 2014 17:11
Date de naissance : 12 janv. 1980
Contact :

Registre du personnel (création et présentation des PJ)

Message par Prosopee » jeu. 20 déc. 2018 23:15

Le Registre du personnel de l'Institut conserve la trace de chaque membre, collaborateur et même bienfaiteur qui a oeuvré pour la quête de la vérité. Le secrétariat de l'Institut est un ensemble de ressources pour créer ou optimiser votre PJ.
Image Présenter votre PJ :
Cette page permet au joueur de présenter leur PJ. Les présentations des personnages décédés seront conservées.
Vous devez présenter votre PJ, que vous soyez joueur régulier comme joueur occasionnel.
Les présentations étant publiques, ne rédigez que des éléments éminemment publics :
  • * portrait (image)
    * description physique
    * traits moraux ou psychologiques visibles
    * métier, occupation
    * réputation
    * ce qui est visible sur votre personne (arme...)
Vous êtes libre d'évoquer autre chose, comme des scénarios déjà joués ou des secrets personnels particuliers. A vous en RP de savoir gérer cela...

Contacts du PJ :
Chaque joueur peut créer 2 PNJ contacts sûrs attachés à son PJ. Il s'agit de créer un rapide BG qui explique le lien entre eux et de compléter une fiche de personnage sur Roll20. La fiche sera "allégée" : déterminez simplement les caractéristiques et quelques compétences clés du PNJ.
Le PNJ contact peut être joué, dans des parties OS décrochées de l'intrigue principale (dans le passé par exemple).

Journal du PJ :
Il serait bien que chaque joueur tienne sur un logiciel de traitement de textes un journal qui sera copié/collé sur le forum en fin de campagne ou à la mort du PJ. La rédaction sérieuse du journal offre des points d'expérience sur des compétences "littéraires" : Bibliothèque, Ecriture...

Train de vie et argent :
Le train de vie des PJ suit les règles de la v7 : les espèces disponibles, le capital placé et les dépenses courantes sont précisées dans la fiche de personnage. Cependant, le PJ doit avoir un emploi (ou une rente) lui permettant de vivre décemment à côté de ses missions pour l'Institut. Il ne faut pas oublier que les PJ ne peuvent travailler pour l'IMI que quelques jours par semaine, le reste du temps ils doivent justifier d'un emploi rémunérateur. Il faut donc que le BG précise cet emploi et le salaire afférent. Faute de cela, votre PJ aura vite du mal à vivre et, donc, à œuvrer pour l'IMI (même si celui-ci peut vous rémunérer parfois, si vous devenez membre).

Vous pouvez postuler à des Petites Annonces pour trouver un emploi de 3 façons : soit un PNJ vous propose un poste, soit vous cherchez vous-mêmes dans les journaux d'époque (sur Gallica ou proposés en partie) soit enfin vous réussissez un jet de TOC contre une difficulté fixée par le MJ.

Santé mentale et Aplomb :
Les PJ seront confrontés à l'Horreur progressivement, ce afin d'éviter des jets de SAN néfastes ou fatals. Pour permettre de jouer un PJ sur le long terme, l'Aplomb permet d'éviter des pertes en SAN obligatoires. Les règles indiquent qu'un jet de SAN occasionne souvent un nombre de points de SAN perdus (par exemple 1/1d6, le 1/ étant la perte obligatoire). Or, dans cette campagne, l'Aplomb vous permet d'éviter cette perte obligatoire, sans jet requis. A chaque point d'Aplomb utilisé pour éviter cette perte, le PJ gagne +1 point d'Aplomb. La condition pour utiliser correctement un point d'Aplomb est de parvenir à expliquer, par RP, la gestion mentale utilisée pour se raisonner face au phénomène surnaturel. Ce peut être par exemple : "Je me dis que tout ceci a une explication", en utilisant au mieux le BG de votre PJ. Ainsi, au fil de la campagne, les PJ vont acquérir des points d'Aplomb qui leur permettront de se confronter de plus en plus à l'Horreur et au Mythe, sans devenir fou pour autant. Il reste toutefois possible que face à un phénomène particulièrement horrifique, votre PJ perde sa lucidité voire sa raison.

Rôle au sein de l'Institut :
Au sein de l'Institut, les PJ sont classés selon une hiérarchie spécifique :
  • * Les membres sont ceux qui ont accès aux dossiers classés et à l'organisation financière ou juridique de l'Institut et qui sont rémunérés.
    * Les collaborateurs sont les personnes qui sont parfois employées par l'Institut pour des missions particulières. Leur travail est souvent bénévole mais les frais peuvent être couverts par l'IMI.
    * Les bienfaiteurs sont les personnes qui financent les activités de l'Institut. S'ils peuvent parfois mener des missions pour l'Institut, ils n'ont cependant pas accès à ses secrets.
Le statut de chaque personnel apparaît dans sa fiche.

Créez un PJ : le secrétariat de l'Institut :
Le secrétariat de l'Institut vous permet de créer votre PJ au mieux via un protocole personnalisé .
Quelque soit la méthode utilisée, votre PJ doit vous permettre avant tout d'assurer un Roleplay qui vous convienne, pour un maximum de jouabilité.

Avatar du membre
coaac
Initié Actarusien
Messages : 26
Enregistré le : dim. 28 oct. 2018 12:11
Date de naissance : 06 juin 1976

Angus CULLEN (coaac)

Message par coaac » lun. 31 déc. 2018 16:37

COLLABORATEUR
Date d'adhésion : 20 décembre 1919

Angus CULLEN, américain, né le 11 juillet 1886, brocanteur spécialisé dans l'ancien

Image

Angus CULLEN est un citoyen américain d'origine irlandaise.
Trentenaire dans la force de l'âge, de taille et de corpulence moyennes, Angus est un homme à l'allure soignée. Souvent vêtu d'un complet sombre, il est toujours coiffé d'un chapeau en feutre qu'il porte avec raffinement. Son visage est déterminé et son regard, sévère.

Angus connaît une enfance simple mais heureuse en Irlande dans la petite ville de Ballycastle. Il est très proche de son frère Sullivan avec qui il fait les quatre cents coups. Cependant, alors qu'il est âgé d'à peine dix ans, la famille Cullen migre vers les États-Unis de manière précipitée suite à la mort subite des grands-parents d'Angus.
Domicilié maintenant à Boston (Massachusetts) depuis plus de vingt ans, Angus y possède une brocante assez réputée en ville (la brocante Cullen) comprenant plusieurs employés, et spécialisée dans les objets anciens. Cette boutique lui a récemment été confiée par son père, aujourd'hui un peu trop fatigué pour une activité professionnelle. Dans le but de proposer à ses clients des articles de choix, et en vérité peu enclin à rester inactif dans sa boutique, Angus n'hésite pas à chercher lui-même de belles pièces de collection en parcourant le monde.
Au cours des voyages qu'il a entrepris et des rencontres qu'il a effectuées, Angus a acquis la conviction profonde que des civilisations étranges et anciennes ont peuplé le monde bien avant l'arrivée de l'homme et qu'elles y ont laissé des artefacts aux pouvoirs paranormaux.

Désireux d'en découvrir davantage sur ce sujet au sein d'une communauté de gens éclairés, Angus n'a pas hésité à franchir la porte du 85, rue Niel, et à se présenter à l'Institut Métapsychique International, tirant profit d'un déplacement dans la capitale française...


Si un jour, vous aviez l'opportunité de siroter un bon vieux whisky Bushmills en compagnie d'Angus à une heure avancée de la nuit, peut-être pourriez-vous l'entendre raconter cette curieuse histoire qui, à chaque fois, le laisse pensif de nombreuses minutes.
" J'avais alors une dizaine d'années, et mes parents, en déplacement pour quelques jours en Europe, m'avait confié avec hésitation à mes grands-parents. Avec hésitation car ma grand-mère, Suileabhan, semblait irrémédiablement perdre la tête alors que le temps passait. Mon frère Sullivan, déjà adolescent à cette période, était à Dublin, chez un ami. Au cours de cette longue soirée d'hiver que je ne pourrai jamais plus oublier, la vieille Suileabhan se mit subitement à gémir sans raison apparente comme un animal, et s'approchant rapidement de moi avec un air terrifié, m'accrocha autour du cou un étrange pendentif en forme d’œil. Une fraction de secondes plus tard, alors que la clochette de la porte d'entrée sonnait, mon grand-père jeta un regard inquiet à Suileabhan, saisit un fusil de chasse et s'approcha d'une fenêtre. Et là, croyez-moi ou pas, une belle jeune femme à la peau pâle surgit de nulle part et, ouvrant la bouche à s'en décrocher la mâchoire, émit un cri déchirant qui nous foudroya tous les trois. Lorsque je repris connaissance tard dans la nuit, je pus découvrir les corps sans vie de Suileabhan et de son mari. Le lendemain matin, les médecins diagnostiquèrent des arrêts cardiaques mais moi, j'avais bien vu la banshee emporter mes grands-parents dans la mort. Et ma survie, je peux te l'assurer mon ami, je ne la dois qu'à cette amulette."

Quelques phrases que vous pourriez bien l'entendre prononcer, de temps à autre :
- "l'occulte ? une facette non visible de notre monde, et qu'il nous est nécessaire de connaître et d'apprivoiser".
- "l'Irlande ? ma terre d'origine, celle de ma famille et de mes ancêtres. J'aime ses terres et je lui voue un profond respect. Peut-être un jour devrais-je y retourner définitivement, comme mon cher frère Sullivan".
Modifié en dernier par coaac le lun. 21 janv. 2019 15:09, modifié 3 fois.

Avatar du membre
DrMonkey
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 7
Enregistré le : mar. 24 janv. 2017 17:27
Date de naissance : 08 mars 1988
Localisation : Compiègne
Contact :

Re: Registre du personnel (présentation des PJ)

Message par DrMonkey » mer. 9 janv. 2019 23:06

Léonie Fournier, 33 ans, chercheuse en psychologie autodidacte
COLLABORATEUR
Date d'adhésion : 28 décembre 1919

Image

Aussi loin qu'elle puisse se souvenir, Léonie a toujours détesté les hommes. Dès l'âge de 11 ans, elle fut forcée par son père de quitter Arles et sa paisable campagne. Lui qui avait pourtant l'habitude de ne jamais terminer ce qu'il entreprenait décida un jour d'ouvrir une librairie au coeur de la folie de la capitale. Il n'aura fallu que quelques mois pour que le monde de Léonie s'écroule à nouveau. Un soir, sans crier gare, son père ne rentra pas. Elle ignora ce qui lui était arrivé jusqu'à l'âge de 16 ans, quand la maladie emporta sa mère Jeanne. C'est son grand frère Samuel qui lui appris la vérité : son père avait abandonné femme et enfants pour la Nouvelle-Angleterre dans les bras d'une jeune employée de sa librairie

Léonie passa sa jeunesse à être moquée par les garçons. Ce n'est pas pour autant qu'elle se laissait faire, bien au contraire. Elle était naturellement plus grande et d'une carrure plus imposante qu'eux. Elle a bien connu l'amour un jour mais encore une fois, la réalité finie par la rattraper. Son amant avait une autre vie en province, où une femme et un enfant l'attendait. Cela ne fit qu'attiser son dégoût pour la gente masculine. Désintéressée, elle n'apporte depuis que peu d'importance à son apparence et ne sort que très peu.

Malgré l'indéniable supériorité de son intelligence, Léonie n'a jamais eu le soutien nécessaire de sa famille ou de la société pour faire de vraies études. Ce n'est que grâce à son frère, qui reprit la librairie se son père après sa disparition, qu'elle pu trouver son salut. En plus de l'aider à maintenir l'entreprise familliale à flot, elle a depuis des années accès à une quantité presque illimité de connaissances. Désireuse de mieux comprendre l'espèce humaine et ses motivations les plus profondes, elle a dévoré quantité d'ouvrages sur la psychologie, la biologie, l'anthropologie et l'histoire. Elle garde secrètement l'espoir de pouvoir un jour prouver scientifiquement la supériorité des femmes.

Léonie est aujourd'hui convaincue que ce qu'elle recherche ne s'apprendra pas dans les livres. Il lui faudra aller plus loin que les connaissances et l'éthique établies. Pour cela, elle ne voit qu'une seule possibilité : intégrer l'Institut Métapsychique International, pourtant reputé pour être l'un des environnements les plus misogynes de la capitale...

Avatar du membre
Kikuchiyo
Farfadet Garou
Messages : 67
Enregistré le : mar. 24 oct. 2017 11:35
Date de naissance : 29 juil. 1992

Re: Registre du personnel (présentation des PJ)

Message par Kikuchiyo » ven. 11 janv. 2019 18:24

COLLABORATEUR

Date d'adhésion : 07 décembre 1919

Sébastien Vernay, français, 31 ans, Professeur en psychologie et psychiatrie à Paris

Image

Tout jeune professeur de 31ans, Sébastien enseigne depuis peu les sciences psychiatrique et psychologique à Paris. Orphelin lui et sa sœur Ludivine après un dramatique incendie où il perd ses parents à l'age de 9ans. Il grandit et conduit ses études à Lyon chez son oncle se passionnant pour la psychologie et l'étude du fonctionnement de l'esprit humain dans le but de guérir sa sœur restée figée dans un mutisme complet depuis l'incendie.

Au delà de sa volonté de guérir Ludivine, il cherche également a tirer au clair ce qui s'est passé dans la maison familiale, la police n'ayant à l'époque pas eu de conclusion satisfaisante déclarant un incendie domestique sans pour autant avoir trouvé la cause du départ de feu. Sa quête de réponses l'a poussé a se pencher sur des explications les plus invraisemblables et lui ont fait s’intéresser de près à des domaines peu scientifique comme l’ésotérisme. Après tout le père de Sébastien, bien qu'homme de science, avait lui aussi toujours possédé une petite étagère remplie de livres étrange sur l'alchimie et autres pratiques saugrenues.

Bien que les solutions occultes à son mystère soit nombreuses Sébastien refuse de s'y abandonner pleinement, en effet si certaines pistes surnaturelles pouvaient expliquer son drame familial elles n'en étaient pas pour autant possible et jusqu'à présent même si son intuition le pousse a croire que des choses qui dépassent son entendement et sa raison existent il ne sera convaincu que lorsqu'il en aura la preuve.
C'est donc tout naturellement que Sébastien a rejoint l'Institut, si il y a un endroit en France où il peut à la fois aiguiser ses talents et trouver la preuve concrète qu'il recherche c'est forcément celui là.

Sébastien s'est très vite habitué à la vie parisienne, il aime se lier d'amitié avec des gens de valeur et leur reste loyal. Il ira jusqu'à jouer des poings si il le faut pour défendre ses proches et peu importe qu'il n'ai pas eu un grand succès quand il pratiquait la boxe dans sa jeunesse.
Lundi : -
Mardi : -
Mercredi : -
Jeudi : -
Vendredi : -
Samedi : -
Dimanche : -
Oui on est plutôt disponible en ce moment :?

Maulkin
Grouillot Sdompiste sur le déclin
Messages : 4
Enregistré le : ven. 16 nov. 2018 18:18
Date de naissance : 18 juin 1990

Re: Registre du personnel (création et présentation des PJ)

Message par Maulkin » dim. 20 janv. 2019 15:18

COLLABORATEUR

Benoit Pasquereau, 48 ans Prêtre Catholique et ancien Vicaire de Lorient

Image


Benoit est né le 12 Février 1872 à Lorient de Henri Pasquereau, pêcheur, et de Gaëlle Fraygant femme au foyer, dans une famille de 7 enfants.
A l'origine se destinant comme tout ses frères et soeurs, à suivre les traces de son père dans l'entreprise familiale de pêcherie, il l'accompagnera souvent en mer avec son frère ainé Michel dont ils sont particulièrement proche.
Sa famille et lui emprunteront brutalement une autre voie à la mort de son père disparu en mer lors d'une tempête alors qu'il est âgé de 14 ans.

Sa famille et lui seront durement touchés et Benoit commencera a enchainer les petits boulots avec ces frères et soeurs pour survivre. C'est de cette époque que date les premiers contacts de Benoit avec l'église car échappant de peu à l'indigeance sa famille recevra le secours et la charité de l'église. Mais ce n'est qu'à la fin de son adolescence et après la mort tragique de l'un de ses frères ainé dans des conditions mystérieuses qui convaincra Benoit de définitivement rentré dans les ordres.
Il rentrera au séminaire et passera rapidement de diacre à prêtre se dévouant complètement au enseignement du Christ. Depuis il est vicaire(assistant du curé) à l'église de Lorient ou il garde encore contact avec sa vielle mère mais guère avec ces 5 autres frères et soeurs qui se sont tous dispersé dans la nature.
Lors de ses 43 ans en 1915 lors de la Grande Guerre il décide de prendre congé et de rejoindre le front pour aider aux soins des nombreux blessés grâce à ses modestes connaissance médicale et ou il officiera les derniers sacrements aux mourants. Confronté directement aux horreurs de la guère des hommes et le mal que ceux-ci peuvent s'infliger entre eux, Benoit aura du mal à garder son légendaire optimisme...

De retour à Lorient , reprenant son vicérat quelque temps il entendra parler du centre et y verra un signe du destin après toute ces années de recherche sur l'occulte. Benoit sait que quelque part la science ne peut pas toujours tout expliqué et que le Mal prend parfois les formes les plus étranges... Les religieux étant, selon son expérience, les mieux pourvu pour faire la différence entre le Mal et les signes de Dieu que les autres nomment le paranormal.
C'est donc résigné que son curé acceptera une fois de plus son départ.

Répondre

Retourner vers « Appel de Cthulhu : le cycle de l'Institut par Prosopee »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : coaac, Prosopee et 1 invité