Pensées du capitaine

Image
Répondre
Taillers
Puck Dépressif
Messages : 52
Enregistré le : ven. 20 avr. 2018 14:02
Date de naissance : 14 sept. 1995

Pensées du capitaine

Message par Taillers » lun. 8 juil. 2019 17:15

On avait finalement récupéré le caillou, et les quelques objets en matériaux précieux situés dans la pièce.
Après cela, il est devenu clair qu’on ne savait pas trop quoi faire. Le reste du bâtiment était encore infesté de contrebandiers, grouillants comme la vermine, mais nous étions trop blessés, et leur nombre trop important pour pouvoir les éradiquer.

Fort de ma prestance naturelle et de mon titre de capitaine, je réussis à convaincre mes camarades qu’éliminer cette racaille, bien qu’étant une activité hautement divertissante, n’était visiblement pas digne d’halfelins, humains, gnomes et autres de notre prestance, et c’est fier de notre victoire et accompagné de notre prisonnier défait que nous rentrâmes en ville, la tête haute.

Nous pûmes donc finalement tester la principale auberge de Saltmarsch, dont la crasse incrustée dans les murs n’avait d’égale que l’odeur fétide des habitués, dépensant leurs maigres revenus dans l’alcool pour oublier leur incompétence et leur manque de discipline.
Contrairement à la plèbe environnante, les membres de mon équipage, eux, firent preuve d’un peu d’initiative. L’un d’eux, Echo de son sobriquet, partit promptement livrer le prisonnier à l’un de ses contacts haut-placé dans la ville, et revint avec une proposition intéressante, ainsi qu’une caisse de potion de soin ; si nous éliminions les rats de contrebandiers, alors leur équipement serait à nous. Ainsi bien sûr, que toutes les marchandises que nous puissions dissimuler, bien que l’agrément ne fût pas vraiment formulé en ces termes. Et c’est ainsi que nous repartîmes chercher gloire et fortune.

Je me dois néanmoins d’admettre une mention spéciale au tavernier de ce bouge infâme, qui, comprenant notre supériorité, n’essaya même pas de nous facturer la pisse présente dans nos gobelets, prouvant par là son intelligence bien au-delà de nos prévisions. Le simple fait de nous faire payer pour de la si basse qualité est bien évidemment absurde à toute personne censée, mais nous avions déjà constaté plusieurs fois que l’avarice balayait fréquemment les quelques débuts de raisonnement cohérents chez le tavernier moyen.

La purge de l’étage inférieur fut certes légèrement plus dangereuse que prévu, mais de simples contrebandiers tombant dans leurs propres pièges n’étaient clairement pas une menace pour un équipage hautement expérimenté tel que le nôtre. Seul l’un d’entre eux, capable de maîtriser une magie sommaire, et visiblement leur capitaine, sortit un peu du lot, avant de vite retrouver sa véritable place à nos pieds.
Le butin fut toutefois bien maigre : une dizaine de pièces en alcool, une cinquantaine en étoffe… preuve définitive que, non-content d’être de mauvais combattant, ils étaient aussi de bien piètre contrebandier.

Échauffés à l’idée de retrouver et de saisir leur bateau, seul compensation légitime pour nos efforts, nous commençâmes alors à réfléchir sur un code, trouvé dans la cabine de leur feu capitaine. Cela dura jusqu’à ce que certains de mes compagnons semblassent penser qu’il s’agissait d’un langage. Mais de là à supposer que de tel faquins savent écrire ? Il y avait bien trop peu de caractères…

Répondre

Retourner vers « D&D5 "Ghosts of Saltmarsh" par Le_Père_Haplo »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité