Personages Joueurs

Image
Répondre
Avatar du membre
Xiombarg
Mini Beketois
Messages : 76
Enregistré le : sam. 4 nov. 2017 23:03
Date de naissance : 22 sept. 1975

Personages Joueurs

Message par Xiombarg » lun. 26 févr. 2018 21:20

Filtifiltsivit est né dans un famille de marchand qui volait d'aire en aire à la rencontre de leur compatriotes, pour leur vendre des outils qu'ils avait acheté auparavant dans en échange d'oiseaux de proie (faucons, ailes, buses, etc...). Mais le rêve de Filtifiltsivit était de devenir un grand guerrier. si bien qu'à l'âge de 15 ans, il s'engagea dans un compagnie de mercenaire, (les loups blancs), composée d'hommes et de femmes de toutes races et de toute origine sociale. Tous ce passait bien jusqu'au jours où leur capitaine leur ordonna de tuer toute une famille de contrebandier, Filtifiltsivit s'y refusa et du combattre ces propres compagnon d'armes pour sauver la vie de la famille Bucoli, une famille « d’honnête » contrebandier, il s'enfuit avec eux, qui le prirent sous leur protection, enfin ce fut plutôt l'inverse, mais il lui apprirent les rudiments de la contrebande entre le petit village de Tommaison et la capitale Hardur.






Image
lundi: avatar
mardi:
mercredi: warhammer V2
jeudi:d&d 5 et warhammer V2 (mj)
vendredi:
samedi:club de JDR après midi
dimanche:1/2 campagne one %
mon discord: Xiombarg#1396

Avatar du membre
Zak Asari
Farfadet Garou
Messages : 69
Enregistré le : jeu. 26 oct. 2017 17:26
Date de naissance : 08 févr. 1992
Localisation : La Citadelle

Re: Personages Joueurs

Message par Zak Asari » mar. 27 févr. 2018 02:11

Arctus "le Bègue"
Image La vie parfois, on a l'impression qu'elle décide de votre destin avec des dés. Avec moi, la vie c'est fait plaisirs

Je m'appelle Arctus, dit Arctus le Bègue (vous saurez pourquoi).

Je suis un Artogénos. Contrairement aux humains classiques, j'ai le don de Hamrammr, c'est à dire née avec la capacité de me changer en animal. Pour ma race, c'est l'ours, tout comme mes parents. Les autres espèces nous appellent souvent "change-peau" ou "métamorphe", en particulier les mages.

On ne peut pas dire que j'ai eu une enfance palpitante. Fils de paysans, j'ai passé toute ma jeunesse à la ferme, aidant mes parents dans les différentes tâches quotidiennes. J'accompagnais mon père sur son attelage, même si les chevaux semblait pas apprécier ma présence. Mon père m'expliquait que c'était du à ma nature, et que je ne contrôlait pas totalement mon côté... "animal". De toute façon j'ai jamais aimé les chevaux (c'est con, c'est moche et c'est dangereux aux deux extrémités).
Bref, à la ferme, entre différentes corvées, j'avais acquis une certaines maîtrise des couteaux et du fouet. Hélas, cela ne m'a pas beaucoup servit pour ce qui allait suivre...

Un soir, mes parents me réveillent en sursaut. Par la fenêtre de ma chambre, je voyais des lueurs dans la nuit. Des citadins xénophobe avaient monté une milice pour "purger" le comté de tous ceux "différents" (les elfes, les gnomes,... aucune préférence). Et ce soir ils avaient décidé de venir chez nous. Mes parents me firent sortir à l'arrière et m'ordonnèrent de m'enfuir dans les bois. Je devais les retrouver dans une clairière où mon père m'emmenait souvent pour apprendre à me transformer. Tu parle d'un plan foireux. J'ai réussi à m'enfuir, et derrière moi, j'entendis uniquement le vrombissement des flammes qui brûlaient notre maison et des bruit de batailles. j'ai attendu plusieurs heures, toujours personnes. Après une journée a attendre, j'ai réalisé que plus personne ne viendrait. Je me suis alors changé en ours et je suis partis dans la forêt, sans but précis.

Sous forme animal, on a parfois du mal à se souvenir du temps qui s'écoule. Même si je ne sais plus combien de temps j'ai passé sous forme animale, je me souvient très bien de la douleur d'une flèche qu'on se prend dans le cul. Un groupe de chasseur Bestis, mi-humain, mi-chat... (pardon, "félin") on eu la brillante idée de me prendre en chasse, à coup de flèches, pour me faire la peau (sens littéral). Une fois tombé dans un de leur piège sournois, j'ai eu la force de reprendre ma forme naturelle. Ils m'ont aussitôt libéré. Je leur ai alors raconté ma "prestigieuse" odyssée. Contre toute attente, il m'on gardé et ont finis par m'adopter au sein de leur tribut.

A leurs coté, j'ai grandis en apprenant à reconnaitre la nature autour de moi, en particulier les animaux. Coté botanique par contre, j'étais nul. J'ai peu à peu appris à apprécier ce coté nomade, aller d'un endroit à un autre. Je me sentais bien auprès de ces gens. Ils avaient une part animale, comme moi, mais eux, de manière permanente. Avec eux, j'ai pu parfaire ma force physique et à contrôler ma nature animale. Peut-être le fait d'être dans la nature à aidé à cela. J'en sais rien.
Bref, tout allait pour le mieux... Ouai, jusqu'à que la vie de réveille et décide de me casser les c....

Lors d'une banale partie de chasse avec un pote Bestis, Une violente tempête (du style ou "violente" c'est que le prénom) nous est tombée dessus. Nous avons été séparés et je me suis retrouvé perdu dans la tempête. La panique prenant le dessus, je ne pu même pas me changer en ours, pour optimiser mes chances de survie. Je restais bêtement à crié à l'aide, à m'en casser les cordes vocales. Ma tribut m'a retrouvé le lendemain, agonisant et répétant inlassablement "au secours". Après des heures de soins, je fut remis sur pied, mais impossible pour moi de parler normalement. A chaque fois que j'ouvrais la bouche, je ne pouvais m'empêcher de bégayer. Cet épisode traumatisant m'a convaincu de retourner à l'urbanisation. Avec le cœur en peine, pour moi comme pour eux, ma tribut d'adoption m'a laissé dans une bourgade avec de quoi tenir quelques jours. Mon objectif était de retourner à l'ancienne ferme de mes parent, voir ce qui en restait.

Il m'a fallu plusieurs mois pour retrouver mon village natal. Et ce jours-là, la vie était sans doute partie pissé ou je sais pas quoi, car je suis tombé sur mes parents. Vivant, en bonne santé, et dans une maison "presque" neuve. Après d'émouvantes retrouvailles, il me racontèrent ce qui c'était passé. Pour résumé, peu après ma fuite, mes parents avaient fait un carnage parmi les rangs des fanatiques, et c'était retranché dans le vieux moulin. Ils y sont resté bloqué jusqu'à l'arrivé de la garde qui a maté les derniers fanatiques. Après, ils ont essayé de me retrouvé mais j'étais déjà parti. Ils ont alors décidé de rester sur place, dans l'espoir que je rentrerait un jours ou l'autre. Je leur ai également raconté mon aventure, plus épique cette fois-ci. Puis la vie à repris son cours.

A la ferme, je me débrouillait très bien avec les animaux de la basse cours, les chiens et le reste, excepté les chevaux (c'est cons c'est animaux, mais je l'ai déjà dit). Par contre, j'avait perdu le goût à la vie sédentaire, et rester à la ferme me paraissait monotone. j'ai alors décidé de partir et de me lancer dans le spectacle d'animaux. Mon habilité au fouet et ma connaissance des bêtes me suffirait amplement pour commencer. Mes parents, d'abord triste de ma décision, m'encouragèrent à suivre ma propre voie. Je l'es en remercie encore aujourd'hui.

Me revoilà donc sur les routes, allant de bourgade en bourgade. J'ai commencé par dressé des souris, puis des lapins puis d'autres bestioles. Jamais de chats. Bizarrement, dresser des chats me semblait manqué de respect à ceux qui m'avaient sauvé. Alors oui, j'ai jamais dressé d'ours non plus. Sérieusement, vous me prenez pour qui ?

Après plusieurs années sur les routes, j'ai commencé à me faire une petite réputation dans les festivals de campagne. Faut dire qu'un change-peau, dresseur d'animaux et qui bégaie, ça cours pas les rue. Mine de rien, grâce à ce travail, j'ai acquis une certaine capacité à commander et donner des ordres, malgré mon bégaiement. Grâce à tout un tas de combine, j'arrivais à me faire comprendre de mes bêtes et des gens (des plus intelligents en tout cas).

Aujourd'hui, celui qui accompagne mes voyages c'est mon chien, Caillou (pourquoi Caillou ? Ben, j'ai oublié). Lui et moi formons un duo de choc depuis presque 9 mois maintenant. J'espère qu'il est en forme car demain, nous atteindrons un petit village ou aura lieu la fête de l'été. Et je compte bien amassé une petite fortune pour pouvoir m'acheter ma propre roulotte.
"Le jour où les Messagers prendront parti dans une guerre, l'autre camp sera perdant".

Proverbe jovis


Présentation : https://www.jdrvirtuel.com/viewtopic.ph ... &hilit=Zak

Mouetto
Lamia
Messages : 285
Enregistré le : ven. 10 mars 2017 23:26
Date de naissance : 01 déc. 1990

Re: Personages Joueurs

Message par Mouetto » mar. 27 févr. 2018 20:54

Image


Darion est né à Mar’erynan «  demeure de la longue forêt  » . Une grande cité lumineuse caché au cœur de la vieille forêt de Bel'Taur.. Les elfes qui y habitent vivent la nuit et dorment le jour, fêtards mais travailleurs et très amical malgré les rumeurs.
Il vit une enfance normale avec sa mère Amandil et son père Salmar. Darion voit rarement son père car c'est un sorcier du feu très réputé dans le culte de l'église unique, on dit de lui qu'il est le meilleur dans son domaine élémentaire
Seulement voilà, le pouvoir appelle le pouvoir. La mégalomanie prend le dessus sur Salmar qui s'enferme dans la cave familliale et n'y sort que pour manger. Des heures et des heures durants.
Salmar devient irracible, impulsif et violent envers Darion et Amandil. Les coups pleuvent quotidiennement. Son régard est vide, comme celui d'un fou, les traits tirés par la fatigue,
Darion est tout jeune et ne comprends pas, Amandil défend corps et âme son mari et ne laisse son rôle de mère à l'abandon refugiant sa tristesse dans l'alcool.
Salmar décide un jour de prendre dans ses bras Darion âgé de 4 ans afin de l'ammener dans la cave. L'evenement fut tellement terrifiant et marquant pour Darion qu'il se souvient des moindres détails de ce qu'il s'est passé dans cette cave : les murs étaient tapissés de runes magiques, des grimoires jonchés le sol, l'atmosphère était pesante, voire opprésante ... c'est alors que le regard du petit Darion se posa sur un nouveau grimoire d'une couleur violette sombre avec en son centre une flamme noire de gravée à la cire. Salmar posa l'enfant sur la table côté du grimoire et inquanta un rituel pendant de longues minutes, les pommes de mains vers le ciel avec des flammes oranges vives à l'intérieur de celles-ci.Les flammes dans ses mains devinrent d'un noir profond et grandissèrent, la chaleur et la puissance de ses flammes étaient décuplés. Les yeux de Salmar passèrent du vert au violet. Le torse de Darion se mit à lui bruler, un sceau magique représentant une flamme apparût, le garçon hurla de douleur devant le rire satanique de son père.
Puis ... Le néant. Darion se reveilla dans une chambre de l'eglise de l'Unique, loin, très loin de chez lui. Devant lui se trouva Vulcain, un humain sorcier, l'ancien bras droit de Salmar devenu maître du feu à la place de ce dernier.
Darion grandit. Vulcain lui expliqua que son père ne se satisfaisait plus de sa déjà grande puissance et qu'il désirait plus. Il s'est alors mis a la recherche du pouvoir du feu noir. Une magie extrêment puissante qui ne peut être maitrisé que par un maitre du feu légendaire maus qui brise l'esprit de celui qui ne peut le maitriser. Salmar fût vaincu mentalement par ce pouvoir et devint fou. Des chasseurs de sorciers sont entrés dans la cave et ont empêché ce dernier de finir le rituel qui devait finir par le sacrifice d'un être du feu à l'esprit pur. .Darion étant qu'un jeune enfant sorti du stade de nourrisson il était le “ receptacle idéal “ pour son père, la magie du feu l'habitait déjà mais sommeillée en lui étant trop petit et fragile. Vulcain précise que le “ sacrifice de l'être pur “ est la solution la plus “simple” pour acquérir la toute puissance d'une magie interdite.
Un seul chasseur de sorcier surviva à la confrontation, mais mourru de ses blessures en amenant Darion à l'église de l'Unique. Salmar, quant à lui, s'echappa egnimatiquement et ne fût jamais retrouvé.

Après avoir vaincu sa peur de la magie, Darion y prit beaucoup de plaisir et eut soif d'apprendre. Toujours apprendre. Il comble un traumatisme profond en apprenant sans cesse. Il n'a jamais pardonné les agissements de ses parents, surtout ceux de son père, et n'a jamais voulu reprendre contact avec eux.
Âgé aujourd'hui de 24 ans, très jeune pour un elfe, Darion n'en n'est pas moins très mature, cultivé et volontaire. Il se cache derrière un regard froid et un caractère distant, les gens qui ne le connaissant pas le juge souvent de " mal aimable " ou de " mal poli " . A tord où à raison ? A vous de voir.
C'est à cet age qu'il apprend par une lettre que sa mère est décédée d'une maladie incurable. Il sent en lui du regret et un chagrin immense. Il décide de quitter l'Eglise de l'unique afin de partir à la recherche de son père et l'empêcher de nuire.
Darion sent en lui un feu d'une ardeur imprésionnante et anormalement puissant, le rune de flamme gravée sur son torse en est-elle la cause ?

Avatar du membre
lunerouge
Satyre
Messages : 238
Enregistré le : jeu. 4 janv. 2018 17:40
Date de naissance : 22 juin 1963
Localisation : Saint-Nazaire

Re: Personages Joueurs

Message par lunerouge » ven. 2 mars 2018 12:12

Yaasaamiko le bêtsis

Yaasaamiko est né dans une tribu nomade betsis. Des son plus jeune age, il a montré de nombreuses prédispositions. C'était un élève discipliné attentif et studieux et malheureusement incompris. Il fût alors vite isolé et l'image de chouchou lui collait à la peau. Sans amis et n'ayant personne à qui se confier, il se détourna vite du droit chemin à cause de Kurrohane qui était son seul amis. Ce loubard infréquentable étant son seul amis, il le suivait contre vents et marée car sans dire le moindre mots il comprenait la solitude qui étreignait son cœur.
Ils partageaient tout et Yaasaamiko commença à délaisser son apprentissage pour se balader en forêt avec son amis, chassant et se partageant leurs récolte. Mais c'est lors de ses dix huit ans que tout bascula. Les deux amis passaient leurs temps en forêt et à faire des mauvais coup pour s'amuser, jusqu’à ce que Kurrohane ait son accident. Il s'était mis en tête de chasser un certain type de poison pour en vendre le venin à des alchimistes. Mais son imprudence lui valu une morsure. Témoin de l'incident, Yaasaamiko le plaça en lieu sur et couru chercher un antidote pour sauver son amis.
Mais hélas les antidotes coutent chers et Yaasaamiko n'avait pas un sou en poche. En désespoir de cause, il se mit en tête de voler la bourse d'un riche marchand mais sans succès. Il fut prit la main dans le sac et passé à tabac en place publique alors que loin de lui son seul et unique amis poussait son dernier soupir terrassé par le poison. Mortifié par cette perte tragique Yaasaamiko décida de partir loin de chez lui pour ne jamais revenir tendant de fuir la douleur de la perte n'ayant plus rien qui le rattache à son monde d'origine.
Il décida de ce rendre dans le monde des humains car il n'avait plus rien à perdre. Espérant trouver quelqu'un qui pourra le soulager de cette souffrance sans fin qui le ronge depuis la mort de son ami.
Un adulte : c'est un enfant qui a mal grandit
présentation : https://www.jdrvirtuel.com/viewtopic.php?f=12&t=26383

Répondre

Retourner vers « Portails par lunerouge »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité