Egon

Répondre
smauglord
Guthiste Thermoformé
Messages : 1259
Enregistré le : sam. 25 août 2007 01:00

Egon

Message par smauglord » ven. 17 avr. 2009 07:40

j'inaugure une nouvelle section: la biru vu par un personnage (non joueur bien sur). chaque post racontera la biru vu sous différents angles par un personnage de l'univers. si ça vous tente (et merci de me le dire) et que ça vous plait, d'autres suivront. si je n'ai pas de réponse je n'en posterais pas d'autre.


Egon s’arrêta de courir au coin de la rue. Il jeta un rapide coup d’œil dans la rue suivante… elle était bondée, exactement ce qu’il cherchait. Il resta quelque seconde adossé au mur, les mains appuyé sur ses genoux pour reprendre son souffle en regardant inquiet le chemin qu’il avait emprunté. Un instant il pensa déployer la balise message dans sa poche avant de se souvenir de Sarah, sa petite Sarah. Sans cet argent il ne pourrait jamais la sauver… sans cet argent il ne pouvait rien faire, même au sein de la biru. Un passage en cuve coûtait cher, horriblement cher et c’était le seul moyen de régénérer ses cellules mourantes. Il savait qu’il survivrait au Jeu, personne n’était jamais vraiment tué mais son instinct lui hurlait de courir. Il restait encore trente cycles de chasse… trente cycles ou il devrait courir. Il dressa l’oreille brusquement, son museau humant l’air : il venait d’entendre des bruits de course. Et cette odeur de parfum… il ne pouvait pas se tromper ILS l’avaient retrouvé. Il passa en locomotion quadrupède et décida de se perdre dans la foule dense qui passait dans la rue marchande. ILS n’oseraient certainement pas faire feu au milieu de tout ce monde, les dommages et intérêts si ILS venaient à toucher un non joueur s’élèverait certainement trop à leurs goûts. Heureusement dans son sang coulait les gènes des guépards et lui permettaient de courir bien plus vite que ses adversaires… mais pas longtemps et il devait faire des pauses de plus en plus longues pour refroidir ses muscles. Alors qu’il courait il repensa au moment où il avait signé ce maudit contrat… sept millions de crédits pour trois jours de chasse. A première vue c’était énorme, à première vue seulement. Trois jours qu’il courait, sans manger, sans dormir, sans boire. Les trois pires jours de son existence. Nara était à la fois un paradis et un enfer. Mais il devrait gagner assez d’argent pour payer une cuve à Sarah et deux billets pour un aller simple vers un autre monde. Tout en courant il jeta un regard par-dessus son épaule, il avait cru apercevoir une personne habillé en rouge dans la foule, une autre proie comme lui. Mais pas de trace de chasseur… pour le moment. Il choisit de s’arrêter quelques instants contre un mur dans une petite ruelle et repassa en mode bipède pour scruter les passants.
Quelques jours plus tôt encore il était l’un d’entre eux, un simple passant qui regardait les proies courir pour leur vie. Il avait entendu dire que c’était le métier le mieux payé de cette région de l’univers. Puis Sarah lui avait annoncé sa maladie dont il avait oublié le nom, ses organes pourrissaient de l’intérieur. Il n’y avait que peu de solutions… le passage en cuve de régénération était le plus simple et un des moins cher. Mais il n’assurait pas une réussite à coup sur. De toute façon ils n’avaient pas les moyens de payer, quelque solution que ce soit. Ils n’étaient que de simples civils avec des revenus excessivement modestes. Une autre des solutions aurait été qu’ils s’engagent tout deux dans l’armée, mais rares étaient ceux qui survivaient aux trois premières années de service. C’est pour ça que l’on accordait le rang de citoyen aux survivants. Il ne leur restait que peu d’options, surtout depuis qu’il avait perdu toutes leurs économies dans les jeux d’argent en espérant faire fortune. Seul restait le Jeu du meurtre, être payé pour se faire traquer et tuer par un richard puis être ressuscité par une cuve de regen gratuitement et utiliser l’argent gagné pour offrir une nouvelle vie à Sarah.
- Tu n’à pas à faire ça… je suis sur qu’on peut trouver un autre moyen ! Lui avait dit sa petite puce.
- Nous n’avons pas d’autre moyen. Dans ton état tu n’en à que pour quelques jours, deux semaines tout au plus ont dit les médecins.
- Et si on cybernétisait les organes détruits ? On pourrait faire ça, tu n’aurais pas à risquer ta vie !
- Avec quel argent ? Les cyber-prothèses coûtent encore plus cher qu’un passage en cuve !
Puis Sarah avait toussé du sang et des morceaux de poumon. La nécrose avait commencé à toucher les organes vitaux et Egon se maudit d’avoir attendu aussi longtemps, d’avoir hésité. Il n’avait plus le choix et seul le Jeu pouvait la sauver. Cela faisait maintenant trois jours qu’elle était allongée, ses muscles morts ne pouvant plus la porter et sa peau si douce se couvrant de plaques de mucus séché. Si ils avaient eu les moyens ils auraient pu se faire doter de nanos les immunisant à la plus part des maladies. Cela ne coûtait pas cher mais l’idée de se faire injecter des machines, même minuscules, dans le corps les avais répugné à l’époque. Pourtant c’était on ne peut plus courant… mais ils faisaient partie des rares réfractaires à cette technologie. Après tout, le malheur touche surtout les autres non ? le lendemain Egon poussait la porte du bureau de la Game Corp, une des corporation qui avait la licence pour lancer une partie du Jeu. Trois heures plus tard, après avoir été briefé sur le fonctionnement du jeu il avait commencé à courir.
Il regarda sa montre, 15 cycles et c’en serait finit, encore 15 petit cycles, une éternité dans un battement de cœur. Il se remit à courir, scrutant la foule de passants à la recherche d’une combinaison jaune, la marque des chasseurs. En un clignement d’yeux il vit l’éclair d’or et se baissa mais il sut que c’était trop tard et que le joueur l’avait vu. Il l’entendit crier au passants de s’écarter en déverrouillant sont arme. Egon se faufila dans la foule comme un serpent et prit à droite dans une ruelle. Regrettable erreur car il se retrouva devant un mur au bout de quelques dizaines de mètres seulement. Quand il se retourna il comprit que le jeu était fini car il vit le chasseur entrer dans la ruelle. Il ferma les yeux au moment ou le laser perçait son cœur et s’effondra comme une poupée de chiffon.
Quand il rouvrit les yeux il était dans une cuve de régénération, un homme s’approcha de la paroi vitré.
- Nous avons crédité votre compte de la somme convenue, disait-il. J’ai cependant une mauvaise nouvelle, votre contrat prévoyait que l’on prenne en charge votre amie mais quand nous sommes arrivés dans votre appartement nous avons pu constater que la nécrose avait atteint son cerveau. Nous ne pouvons plus rien faire pour elle, on pourrait la placer en cuve mais elle serait un légume pour le restant de ses jours. Je suis désolé.
Et dans sa cuve Egon pleura.

Répondre

Retourner vers « Background »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invité