Histoire d'Akodo Eikichi

Répondre
Avatar du membre
djinn02340
Djinn Kadessien Tourmenté
Messages : 648
Enregistré le : dim. 16 janv. 2011 01:00
Date de naissance : 03 avr. 1995

Histoire d'Akodo Eikichi

Message par djinn02340 » lun. 5 déc. 2011 00:36

Akado Eikichi
Eikichi est né il y a de cela dix-sept ans, fils d’Akado Kurosawa et d’une femme du clan de la mante morte en couche, il est le dernier né d’une fratrie de 3 frères ses deux grands frères étant des jumeaux de 24 ans, Kitsu Akira et Matsu Torokichi.

Depuis tout petit son père lui disait qu’il allait accomplir de grande chose, aimant se battre, il est très jeune leader d’un petit groupe d’enfant du clan du Lion qui se bagarrait souvent avec les autres enfants de la ville. Kurosawa étant un des instructeurs Akado, il enseigna à son fils les fondements de la philosophie du Lion et après des années de théories, le père d’Eikichi disparu à cause d’une maladie apparemment incurable sans l’avoir formé complètement mais sachant que son heure approchait, Kurosawa laissa un testament, celui-ci disait que toutes ses richesses allaient appartenir à ses deux aînés à condition qu’ils s’occupent de leur frère.

Seul son Wakisashi et son Kimono qui le représentaient finirent entre les mains d’Eikichi qui avait alors treize, le testament était accompagné d’une note disant que si le jeune Akado voulait finir sa formation, il devait aller voir le meilleur ami de son père : Akado Ken qui s’était retiré à la campagne, n’ayant aucun droit sur la fortune familiale, il ne put qu’attendre le retour de ses frères de leur service pour financer son voyage, il attendit un an et finit par voir arriver Akira avec un bandage sur l’œil et une béquille retenant son corps unijambiste, Eikichi couru l’aider à rentrer avant de le faire s’assoir.

« Nii-san que t’est-il arrivé ? Et Torokichi ? »

« Nous étions dans une bataille contre un groupe de bandits qui terrorisait l’Est du pays, Torokichi et moi avons été désigné comme les belligérants pour l’opération finale qui consistait à achever les bandits directement dans leur base, une grotte sur la frontière. Nous sommes arrivés sur place alors pour simplifier les choses Torokichi décida de les enfumer en allumant un feu de paille juste à l’entrée de la grotte et les archers n’avaient qu’à faire pleuvoir les flèches à chaque sortie d’un bandit, les archers se postèrent alors loin de nous sur une doline, les premiers bandits sortirent et se faisaient éliminer mais alors commença à sortir des femmes puis des enfants et les archers continuaient à tirer alors que mon frère hurler de cesser de tirer mais dans l’action et à cause de la distance, l’archerie ne put entendre sa voix. Quand finalement Torokichi arriva à stopper le massacre, il ne restait qu’un vieillard, 2 femmes, quelques enfants et ironie du sort, le chef des bandits. Celui-ci qui s’était rendu nous fut présenté mais à ce moment il sortit une pointe de sa bouche qu’il avait caché, il me fonça dessus et me l’enfonça dans la jambe et me griffa à l’œil avant de se faire maitriser et exécuter. Un malaise me parcouru et je tombai à terre, cette pointe était empoisonné, le médecin de mon frère m’amputa et je perdis l’usage de mon œil gauche. Lorsque je me suis réveillé, j’étais dans la tente de Torokichi celui-ci était à genoux en face de moi, son intendant était sur un siège à côté de nous. Je m’assit difficilement sur le lit et on me tendit l’arme de Torokichi et celui-ci trop rongé par les remords avait décidé de faire le seipuku, j’ai essayé de le ramener à la raison mais il semblait sûr de lui, il fit trois entailles sans émettre de son et je lui tranchai la tête net avec les larmes aux yeux en lui disant adieu. Je revins enfin et tu connais maintenant l’histoire. »

Eikichi cacha sa tristesse puis sans demander plus de détail, demanda à son frère une partie de l’argent familiale pour rejoindre Ken, celui-ci accepta et Eikichi partit de suite.

Lorsque l’Akado arriva devant une petite maison et rencontra Ken, un homme imposant, le jeune homme se présenta, le maître comprit alors la raison de la présence du garçon. Il l’invita à entrer dans son humble demeure et à ce moment une jeune fille magnifique entra avec un service à thé et offrit du thé aux deux hommes, Eikichi n’avait jamais vu telle beauté et sans vraiment savoir pourquoi, il se mit à rougir alors Ken présenta Momoka sa fille. Le sensei et le nouvel élève se couchèrent et commença alors un long entrainement et Ken donna ses enseignements.

L’art de la guerre
« Un Akado est un maître de la guerre, un moine de la battaille implorant la guerre… »

Barde
« Apprend à chanter et jouer l’amour de la vie car si tu n’apprends pas à l’aimer tu risques de la quitter bien vite… »

Défense
« De quoi auras-tu l’air si tu meurs du premier coup de sabre de ton adversaire… »

Histoire
« De nombreux héros ont foulé tes pas, apprends le passé pour créer ton futur… »

Kenjutsu
« Ta lame n’est pas une arme mais l’allongement de ton bras, elle fait partie de ton corps, un Akado sans katana est un akado amputé… »

Tir à l’arc
« Tuer quelqu’un à l’arc n’est pas le plus glorieux mais c’est tout de même très efficace… »

Etiquette
« Je te rappelle que tu n’es pas un barbare sans cervelle… »

Jiu-jitsu
« Un bon coup de poing peut résoudre bien des problèmes… »

A ses seize ans l’élève commença à bien intégrer l’entrainement et le maître lâcha un peu la pression et Eikichi se rapprocha peu à peu de Momoka et une nuit celle-ci rentra entièrement nue dans la chambre du jeune Akado qui nettoyait alors son arme, il ne l’entendit pas et au moment où il se retourna, il fut totalement mué sur le coup.

« Vous risquez de mourir bien tôt jeune bushi si vous ne faîtes pas plus attention… »

Et elle l’embrassa avant que celle-ci ne passe la nuit dans la chambre. Le lendemain le père cherchait Momoka dans toute la maison et il ouvrit alors la porte de la chambre de son élève pour lui demander si il ne savait pas où elle se trouvait et il vit sa fille entièrement nue dans le futon d’Eikichi. Ken fou de rage jeta le garçon dehors en sous-vêtements avant de le frapper et le tabasser.

« Je t’accueille chez moi, te traite comme mon fils, t’apprend tout ce que je sais et voilà comment tu me remercie…. »

« Gomenasai Ken-sensei, j’aime sincèrement Momoka et je vous en prie pardonnez-moi d’aimer votre fille… »

« Hein ? De quoi tu parles ? Je ne t’en veux pas pour ça, tu es le seul homme que je connais qui mérite Momoka mais je t’en veux car après toutes ces années tu ne me faisais pas assez confiance pour me l’avouer et ça je ne peux le supporter. Bon je crois que tu as compris la leçon. Si Momoka t’aime aussi tu peux être avec elle. »

Eikichi s’inclina

« Sensei, je vous remercie du fond de mon cœur et je vous promet que vous avez toujours eu toute ma confiance et vous l’aurez toujours. »

Ainsi sans plus d’incident l’entrainement continua mais un jour un cortège arriva et un homme sombre et chauve arborant une cicatrice sur le visage s’approcha de Ken.

« Je me présente, Kakita Yukio du clan de la grue mais vous devez mieux connaitre le nom de mon frère, Kakita Rin… »

« En effet je connaissais bien ton frère, tu lui ressemble fortement. »

« Bref vieil homme si vous savez qui est mon père, alors vous devez savoir pourquoi je suis là. »

« J’en ai bien peur, peut-on faire ça hors de la vue de mon élève et ma fille. »

L’homme acquiesça de la tête et il partit avec Ken dans la chambre de l’homme. Puis quelques instants plus tard Yukio sortit avec sa lame ensanglantée.

« Pff, ce vieillard gémissait et pleurait comme une fillette, bon débarras. Il se tourne vers Eikichi. Toi oublie ce que tu as vu, ce criminel ne mérite pas de larmes. »

Eikichi fonça vers la chambre de son maître et le vit la wakisashi planté dans le ventre et la tête tranché gisant dans une mare de sang, Momoka arriva et hurla avant de s’effondrer en larmes.

« Pourriture ! hurla l’Akado avant de frapper le membre de la grue au visage. »

« Espèce de…de paysan, comment oses-tu ? Puis le Kakita sortit un décret impérial disant que Ken était condamné à mort. Le vieux avait prévu de se faire seipuku mais comme il pleurait j’ai préféré l’achever. Bon emmenez le cadavre pour l’empereur. »

Yukio partit avec ses suivants qui emportèrent le cadavre.

« Mon-mon père s’est vraiment déshonoré ? » Pleurait Momoka.

« Impossible, ton père avait trop de fierté et il ne t’aurais pas laissé sans explication… »

Eikichi fouilla la chambre et trouva une lettre.

Mon cher élève

Mes jours sont comptés, je laisse ce dernier message en espérant que tu le trouve, il y a des années de cela j’étais dans les troupes de l’empereur et j’avais un ami très cher dans cette armée, son nom était Kakita Rin et étonnamment c’était un membre du clan de la grue. Malgré notre amitié et notre rivalité qui nous rapprochait, nous avions un différend nous aimions la même femme et nous avions couché avec elle pendant la même période, et elle tomba enceinte. Aucun de nous deux ne savait qui était le père de l’enfant jusqu’à sa naissance mais lorsque celui-ci naquit je savais tout de suite que c’était ma fille car celle-ci avait une tache de naissance au sommet du crâne et dans ma famille tout le monde l'a. Complètement effondré Rin me demanda d’assister à son seipuku car celui-ci ne pouvait vivre sans l’amour de ma femme et alors il mourut et je lui trancha la tête en privé mais de sombres soupçons pesaient sur moi car beaucoup pensait que je l’avais assassiné pour être sûr qu’il ne courtiserait pas la mère de Momoka, je me retira de l’armée pour éviter d’attirer une mauvaise réputation au clan mais il y a quelque jours j’ai reçu le message parlant d’une visite prochaine d’un représentant du clan de la grue et je suis sûr que c’est pour cette raison. Prends soin de ma fille et fais honneur au clan.

Ton maître Ken

Le jeune Akado décida de partir et promis à Momoka de revenir une fois son père vengé. Et il quitta la chaumière dès sa première nuit dans une tente Eikichi fit de terrible cauchemars et lorsqu’il se réveilla, un homme très âgé était assis sur son lit.

« Qui êtes-vous ? » demanda Eikichi en attrapant son arme.

« Plus de respect pour les esprits ? Je suis ton ancêtre. Je suis là pour te dire que tu vas dans la mauvaise direction, si tu vas affronter Yukio soit tu mourras, soit tu te déshonorera ou peut-être les deux et dans l’optique où tu réussirais ne serait-ce qu’à le vaincre dans un combat au premier sang, il est déshonoré dans l’esprit de la population. »

« Que proposez-vous alors vénérable ancêtre ? »

« Et si tu essayais tout simplement de monter dans la hiérarchie, monte toi une réputation auprès de l’empereur, deviens Daymio du clan, tu as toujours été promis à une grande destinée et ainsi en grimpant les échelons tu pourrais avoir assez d’influence pour rétablir la gloire de ton maître. »

« Je vais suivre vos conseils car je pense qu’un esprit millénaire est bien plus sage que moi. »

Eikichi se rendormit, le lendemain, il retourna chez lui en attendant une mission impériale.

Répondre

Retourner vers « L5A : l'ombre du lotus par Mehiel »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 2 invités